Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 septembre 2020 2 15 /09 /septembre /2020 18:40

 

 

 

Californie, lundi 14 septembre 2020, 20h48 (mardi 15/09/20, 05h48 heure de Paris)

En visite sur place, alors que les gigantesques incendies font encore rage, Donald Trump, Président des Etats Unis d’Amérique, a affirmé à propos du réchauffement climatique: « It’ll start getting coller ! ».

« Ça finira par se refroidir !», une façon d’exprimer qu’il fait chaud, trop chaud, anormalement chaud depuis déjà plusieurs années.

 

Deux facteurs aggravent cette chaleur : 

 

Climat : Puisque le Président Trump l’a dit « Ca finira par se refroidir ! »

1- Quand un soleil rasant se glisse et se reflète sous le voile de pollution d’altitude homogenitus (eau, gaz et particules principalement issus du trafic aérien) la chaleur est encore plus accentuée. Il est devenu par exemple possible de prendre des coups de soleil en terrasse à Paris en décembre ou janvier. Cet effet halogène est particulièrement dommageable pour les glaces arctiques.

 

Climat : Puisque le Président Trump l’a dit « Ca finira par se refroidir ! »

2- Pire encore, l’effet étuve tant redouté des climatologues, imputable lui aussi aux nuages homogenitus, est la forme de réchauffement la plus difficile à supporter pour l’humain et la plus propice à une fonte rapide des glaces.

A noter que dans ses bulletins météo du matin (le soleil brille sans partage) comme de l’après-midi (ambiance digne du plein été) Météo France ignore superbement la présence pourtant bien visible de ces nuages homogenitus et donc détourne l’attention de leurs impacts dommageables pour le climat.

 

« A certaine période, il y a 0,5% de la surface totale du ciel occupée par ces traces blanches, visibles depuis l’espace. Ces nuages créés par l’homme ont un nom depuis 2017 : les cirrus homogenitus. »

« A certaine période, il y a 0,5% de la surface totale du ciel occupée par ces traces blanches, visibles depuis l’espace. Ces nuages créés par l’homme ont un nom depuis 2017 : les cirrus homogenitus. »

En mai 2020, à la sortie du confinement, le journaliste Jean-Christophe Batteria a laborieusement évoqué dans une courte vidéo « les cirrus homogenitus » engendrés par le trafic aérien, tout en prenant bien soin de relativiser leur impact. Climat : les vols de jour meilleurs pour la Terre que les vols de nuit   https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/climat-les-vols-de-jour-meilleurs-pour-la-terre-que-les-vols-de-nuit_3977557.html  « 96% des 80 000 vols quotidiens dans le monde sont annulés. Terminé les traces blanches dans le ciel. C’est l’occasion pour les scientifiques de mesurer leur impact environnemental. Mais il sera difficile aujourd’hui avec le confinement, car il n’y a pas que les avions qui sont ralentis ou à l’arrêt, il y a tous les transports, toute l’industrie, et il sera difficile de tirer la part du trafic aérien dans le bénéfice que tire la planète actuellement du ralentissement de nos activités. »

23 mars 2017 : mise à jour de l’Atlas mondial des nuages de l’OMM:     http://www.eauseccours.com/2017/05/nouveaux-nuages-ne-dites-plus-chemtrails-mais-nuages-homogenitus-mutatus.html

 

 

Climat : Puisque le Président Trump l’a dit « Ça finira par se refroidir ! » 

Oui, sans aucun doute, d’une façon ou de l’autre :

1- dès que le couvercle d’eau, de gaz et de particules qui nous enferme aura suffisamment épaissi (énorme éruption volcanique, géo-ingénierie, augmentation du trafic aérien même avec moteur à hydrogène) pour que l’assombrissement global prime sur l’effet de serre.

http://www.eauseccours.com/article-reperer-la-serre-qui-nous-fait-de-l-effet-112478921.html

http://www.eauseccours.com/2018/10/vers-un-ineluctable-refroidissement-climatique-par-geo-ingenierie-ou-geo-anerie.html

ou

2- dès que la lumière solaire arrivera à nouveau librement jusqu’au sol (sommeil des activités volcaniques gigantesques, baisse considérable du trafic aérien ou baisse plus modérée mais avec avions obligatoirement équipés d’un récupérateur d’eau).

 

Remarque : Le volutus, autre nuage homogenitus (généré par l’homme) homomutatus (qui quelque part a échappé à l’homme) est à l’origine de pluies et/ou chutes de grêle spectaculaires (flumen) et dévastatrices, souvent accompagnées de vents violents tourbillonnants pouvant former des tornades. Récupérer l’eau des avions, ce qui est techniquement possible, empêcherait également sa formation.

Partager cet article

Repost0
23 mars 2020 1 23 /03 /mars /2020 20:32
En bleu extrait du document de l’OMM (WMO) Journée météorologique mondiale du 23 mars 2017 nouveau nuage Volutus homogenitus homomutatus– En vert extraits du document de l’OMM (WMO) Journée météorologique mondiale Climat et Eau trois ans plus tard, le 23 mars 2020

En bleu extrait du document de l’OMM (WMO) Journée météorologique mondiale du 23 mars 2017 nouveau nuage Volutus homogenitus homomutatus– En vert extraits du document de l’OMM (WMO) Journée météorologique mondiale Climat et Eau trois ans plus tard, le 23 mars 2020

23 mars 2020 Journée météorologique mondiale climat et eau

« Genève, le 23 mars 2020 – L'une des principales répercussions du changement climatique concerne l'eau, ce qui a des conséquences sur le développement durable et la sécurité. Pourtant, alors que la hausse des températures est étayée par des informations coordonnées au niveau international, les données sur les ressources en eau sont fragmentaires et incomplètes.  

Cette année, la Journée mondiale de l'eau et la Journée météorologique mondiale sont donc toutes deux consacrées au climat et à l'eau. L'un des messages sous-jacents de ces Journées est que nous ne pouvons pas gérer ce que nous ne surveillons ni ne mesurons – un message qui est malheureusement devenu trop familier avec la pandémie de COVID-19. …/… En réunissant ces deux Journées internationales, célébrées respectivement les 22 et 23 mars, l'objectif est de donner une plus grande visibilité à l'eau dans les débats sur le climat. »

 

Count every drop - Cuenta cada gota

Compte chaque goutte anthropique !

الحفاظ على كل قطرة ماء - 测每一滴 - беречь каждую каплю

D’une part le consensus en vigueur, scientifique, médiatique, politique et même citoyen, a imposé le bilan carbone fossile comme mesure incontournable privilégiée de l’action contre le changement climatique.

D’autre part « l'une des principales répercussions du changement climatique concerne l'eau, les données sur les ressources en eau sont fragmentaires et incomplètes, nous ne pouvons pas gérer ce que nous surveillons ni ne mesurons, l'objectif est de donner une plus grande visibilité à l’eau dans les débats sur le climat », affirme l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM – WMO), et l’eau, tous les climatologues vous le confirmeront, sous forme de vapeur ou de nuages est la principale composante de l’effet de serre.

Compter chaque goutte anthropique est aussi simple que de compter le gaz carbonique anthropique car ce sont les deux produits de la combustion des hydrocarbures.

HydroCarbure (Hydrogène et Carbone)  + Oxygène à H2O (eau) + CO2 (gaz carbonique)

Il suffit d’ajouter une ligne de calcul au logiciel d’évaluation de la quantité de carbone anthropique pour obtenir instantanément la masse d’eau surnuméraire créée par la combustion des hydrocarbures.

Décision à prendre sans plus tarder pour donner un second souffle dans les débats sur le climat et en déduire l’évidente solution adéquate.

 

CYCLE DE L’EAU – Schéma OMM –  Coucher de soleil webcam Marseille Vieux-Port – Texte M. António Guterres, secrétaire général de l’ONU : « L’eau s’évapore de la surface de la planète vers l’atmosphère, où elle se condense en nuages qui se déplacent autour du globe. Ils libèrent ensuite de la pluie et de la neige, qui rapportent de l’eau fraîche aux fleuves, aux lacs et aux glaciers sur Terre. C’est ce qui maintient la vie sur notre planète. »

CYCLE DE L’EAU – Schéma OMM – Coucher de soleil webcam Marseille Vieux-Port – Texte M. António Guterres, secrétaire général de l’ONU : « L’eau s’évapore de la surface de la planète vers l’atmosphère, où elle se condense en nuages qui se déplacent autour du globe. Ils libèrent ensuite de la pluie et de la neige, qui rapportent de l’eau fraîche aux fleuves, aux lacs et aux glaciers sur Terre. C’est ce qui maintient la vie sur notre planète. »

Le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres a déclaré dans un message que le climat et l’eau sont inextricablement liés, que le climat est le moteur du cycle hydrologique qui, à son tour, définit notre climat, que le cycle de l’eau était souvent tenu pour acquis… 

Ce qui revient à dire que le climat, distribution statistique des conditions de l’atmosphère terrestre dans une région donnée pendant une période donnée (définition Wikipédia), produit et transmet le mouvement (selon définition Larousse de être moteur) du cycle hydrologique.

Objectivement c’est l’énergie solaire qui met en mouvement les cycles naturels de l’eau. C’est donc du côté des variations des conditions de l’ensoleillement qu’il faut regarder pour bien comprendre par quoi le cycle de l’eau qui était souvent tenu pour acquis est aujourd’hui perturbé. Le mot « climat » n’étant devenu qu’un raccourci, un mot passe-partout, un bouc émissaire tel le pronom indéfini « on », pour tenter d’exprimer cela.

« La meilleure façon de marcher c’est encore la nôtre, c’est de mettre un pied d’vant l’autre et d’recommencer ! » : créer un déséquilibre, le rattraper, créer un déséquilibre, le rattraper, et perpétuellement recommencer.

Pas de déséquilibres zones ensoleillées, zones ennuagées dans le schéma CYCLE DE L’EAU de l’OMM et donc une aberration fonctionnelle des cycles de l’eau, locaux, régionaux, globaux. Peut-être ce schéma au fléchage extérieur illustre-t-il la moyenne climat global, un cycle de l’eau planétaire purement théorique ? Subliminalement on peut y percevoir aussi un ensoleillement anormal au pôle nord, la disparition des saisons, une alternance de sécheresses (le temps de former le continuum nuageux) et d’inondations (le temps que précipite ce monstrueux couvercle).

A noter les étranges ressemblances entre le schéma global et la photo locale.

 

« Les paramètres hydrologiques des inondations et des sécheresses représentent certains des plus grands défis et menaces auxquels le monde est confronté. » Extrait du document de l’OMM (WMO) Journée météorologique mondiale Climat et Eau du 23 mars 2020 – schéma cycle de l’eau Wikipédia avec présence des nuages surnuméraires invasifs, perturbateurs des cycles naturels de l’eau

« Les paramètres hydrologiques des inondations et des sécheresses représentent certains des plus grands défis et menaces auxquels le monde est confronté. » Extrait du document de l’OMM (WMO) Journée météorologique mondiale Climat et Eau du 23 mars 2020 – schéma cycle de l’eau Wikipédia avec présence des nuages surnuméraires invasifs, perturbateurs des cycles naturels de l’eau

23 mars 2020 Journée météorologique mondiale climat et eau

« L'OMM s'est engagée à réaliser huit ambitions à long terme dans le domaine de l'eau »

parmi lesquelles : « • Les crues ne prennent personne au dépourvu - • Les populations sont préparées à faire face à la sécheresse - • Des données de qualité viennent appuyer les recherches scientifiques »

 

Every drop counts - Cada gota cuenta

Chaque goutte homogenitus compte.

كل قطرة ماء لها أهميتها - 滴滴当珍惜 - Каждая капля на счету

 

Nuages homogenitus : nuages qui se forment consécutivement à des activités humaines, soit à partir d’eau issue du cycle naturel de l’eau (ex. cumulus qui apparaissent au-dessus des tours de refroidissement des centrales électriques et dont chaque goutte peut précipiter en pluie ou neige), soit à partir de l’eau produite dans la combustion des hydrocarbures, notamment le kérosène. A noter qu’un moteur à hydrogène équipant des avions générerait également des nuages homogenitus par rejet d’eau dans le grand froid de la haute altitude.

Pour abonder dans le sens des ambitions de l’OMM il est à souhaiter :

• que les crues, la grêle, les tornades sous volutus ne prennent personne au dépourvu

De l'eau, des poussières et de la glace homogenitus produites dans les couloirs aériens les plus fréquentés peuvent s’agglomérer tout en perdant de l’altitude et finir par former un nuage homomutatus tout en longueur qui dans sa forme la plus spectaculaire est encore souvent mentionné sous le nom d’arcus alors que l’appellation officielle depuis le 23 mars 2017 est volutus. Les parapentistes se plaisent à profiter de ses ascendances lorsqu’il en est au stade de rue de cumulus. Depuis 2007, pour en décrire plus facilement l’origine et l’ensemble des stades de son évolution j’emploie le terme d’aviocorde.

Dans certaines conditions chaque goutte d’un volutus peut précipiter en « décoratives » virgas ou en très violents flumen de pluie ou de grêle accompagnés d’impétueux vents tourbillonnants voire de tornades.

Pris au dépourvu les responsables locaux des territoires sinistrés espèrent encore une reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle qui en métropole est refusé pour les tornades. Une large médiatisation de l’origine, la présence grandissante et la dangerosité des volutus permettrait aux victimes et aux assureurs de se retourner vers les avionneurs et les compagnies aériennes en vue d’une meilleure indemnisation. Si le silence perdure, des plaintes dévastatrices finiront par mettre en cause Météo France, la Direction du Transport Aérien, le ministère de la Transition écologique et solidaire, et l’OMM.

• que Les populations sont préparées à faire face à la sécheresse persistante sous voile élevé de nuages homogenitus homomutatus

L’expansion horizontale des traînée d’avions par les vent d’altitude est reconnue sous l’appellation nuages cirrus homomutatus à laquelle je préfère « aviocirrus ». Ils ne sont que la partie visible de l’iceberg, de l’arbre qui cache la forêt. En fait s’organise un voile global homogenitus (généré par l’homme) homomutatus (qui a échappé à l’homme) dont chaque goutte contribue à former le toit de la serre qui nous enferme, à fournir une lumière déroutante pour les abeilles et à accentuer la durée et l’intensité des sécheresses en gênant l’établissement et la circulation des cycles naturels de l’eau. Préparer les populations à réagir à ces sécheresses en partie anthropiques nécessite que Météo France cesse de mentionner subjectivement ce voile homomutatus par des expressions telles « Un voile de fin nuages d’altitude ne gênera pas l’impression de beau temps. » ou « Nous bénéficions d’une agréable luminosité avec un soleil tout juste légèrement voilé.».

• que des données de qualité viennent appuyer les recherches scientifiques 

La qualité de la banque de données c’est la base de toute étude scientifique. Concernant les spectaculaires volutus, l’affaire est entendue, ils ont un nom officiel, ils existent. Reste à tout un chacun de percevoir la présence de ces nuages homogenitus, même sous une forme larvée ou fragmentaire. Pour cela, tranquillement et régulièrement, repérer dans son environnement familier, dans les photos souvenir de son téléphone, en arrière-plan des journaux télévisés, ou de webcams* les nuages ou morceaux de nuages longs et raides, apparaissant régulièrement au même endroit plus ou moins haut, plus ou moins bas, pouvant se croiser, se superposer, stationnaires dans le vent, présents par ciel clair comme sous ciel gris, lors des orages ou des tornades.  Puis réaliser que chaque goutte qu’ils contiennent est une atteinte silencieuse à la bonne marche des cycles naturels de l’eau, une bombe à retardement pour les personnes et les biens. La solution pour leur disparition est désormais plus politique et technique que via la recherche scientifique.

* exemples en Savoie http://www.aliantux.net/wcam/index.htm ou à Marseille http://pv.viewsurf.com/id/504

Partager cet article

Repost0
25 octobre 2018 4 25 /10 /octobre /2018 10:38
Extraits de la page 2 du quotidien La Provence édition Aix-en-Provence du samedi 20 octobre 2018, article signé Romain Cantenot

Extraits de la page 2 du quotidien La Provence édition Aix-en-Provence du samedi 20 octobre 2018, article signé Romain Cantenot

Le vendredi 19 octobre 2018, Brune Poirson, Secrétaire d’état auprès du ministre d’état, ministre de la transition écologique et solidaire (Nicolas Hulot puis François De Rugy) reconnaissait ouvertement que les recommandations du GIEC en matière de hausse moyenne des températures étaient intenables mais que cela  ne devait pas inciter à l’inaction qui conduirait dans quelques années aux douloureux reproches des enfants d'aujourd’hui alors devenus adultes : « Ma fille de trois ans ne pourra pas croire plus tard qu’on avait les cerveaux, l’argent et l’énergie et qu’on les a consacrés à la destruction de la planète. ».

Pourtant à y regarder de plus près, si les cerveaux humains s’entêtent à chercher des solutions contre un réchauffement climatique imputé au CO2 anthropique, la « destruction de la planète » sera plutôt conséquence d’un assombrissement global, déjà en cours, et d’un refroidissement climatique. Les deux solutions fallacieuses en vigueur pour tenter de remédier à la fièvre climatique peuvent laisser envisager cela :

 

1-La géo-ingénierie

Avignon, jeudi 18 octobre 2018, salon med’agri, conférence « Changement climatique : comment préparer l’avenir ? ». Le système climatique – Source externe de variabilité : le volcanisme – intervenante Mme Hélène Correa, Météo France, direction interrégionale sud-est, bureau d’études.

Avignon, jeudi 18 octobre 2018, salon med’agri, conférence « Changement climatique : comment préparer l’avenir ? ». Le système climatique – Source externe de variabilité : le volcanisme – intervenante Mme Hélène Correa, Météo France, direction interrégionale sud-est, bureau d’études.

Lors de sa présentation sur l’avenir du climat, la semaine dernière au Salon professionnel de l’agriculture méditerranéenne (med’agri), Hélène Correa de Météo France a rappelé que les éruptions volcaniques les plus importantes ont provoqué des refroidissements conséquents pour la vie terrestre. Et d’ajouter à titre personnel qu’elle ne croyait pas que la géo-ingénierie, qui consiste à s’ingénier à élaborer des techniques imitant cette action refroidissante des éruptions volcaniques par diffusion en haute altitude d’un obstacle au rayonnement solaire, soit une bonne idée.

 

2- La géo-ânerie

Avignon, jeudi 18 octobre 2018, salon med’agri, conférence « Changement climatique : comment préparer l’avenir ? ». Le système climatique – Gaz à effet de serre (H2O, CO2, …)  – intervenante Mme Hélène Correa, Météo France, direction interrégionale sud-est, bureau d’études. Corrections du schéma Jacques Fabry, avioclimatologue.

Avignon, jeudi 18 octobre 2018, salon med’agri, conférence « Changement climatique : comment préparer l’avenir ? ». Le système climatique – Gaz à effet de serre (H2O, CO2, …) – intervenante Mme Hélène Correa, Météo France, direction interrégionale sud-est, bureau d’études. Corrections du schéma Jacques Fabry, avioclimatologue.

Hélène Correa, Jean Jouzel, Hervé Le Treut, Valérie Masson Delmotte et autres météorologues, climatologues et membres du GIEC le répètent inlassablement :

Le principal gaz à effet de serre est la vapeur d’eau (H2O), donc occupons-nous du gaz carbonique (CO2).

En conséquence de ce déni de réalité, le développement mondial de solutions techniques (stockage de carbone, biocarburants, éoliennes, panneaux solaires, ...), engagées dans l’espoir d’être utiles pour le climat sur la foi en le consensus scientifique* avancé par le GIEC, entériné par les politiques et soutenu par les ONG, n’est que géo-ânerie. Le temps perdu à sa mise en place laisse s’épaissir au-dessus de nos têtes l’obstacle de glace, de gaz et de particules généré par l’accroissement inconsidéré du trafic aérien, ce qui après la phase d’échauffement planétaire conduira à un refroidissement climatique dans un assombrissement global extrêmement problématique pour la biodiversité.

La transition énergétique n’est véritablement utile et même indispensable que pour tenter de pallier le futur choc sociétal que provoquerait un épuisement brutal non anticipé des réserves en hydrocarbures fossiles.

Pour en savoir plus :

15/11/2012 : http://www.eauseccours.com/article-reperer-la-serre-qui-nous-fait-de-l-effet-112478921.html

06/02/2013 : http://www.eauseccours.com/article-du-nouveau-dans-l-immuable-cycle-de-l-eau-115112913.html

17/07/2013 : http://www.eauseccours.com/article-trois-questions-sur-l-eau-atmospherique-le-trafic-aerien-et-l-effet-de-serre-119114861.html

30/04/2014 : http://www.eauseccours.com/2014/05/biomimetisme-volcanique-rejets-en-altitude-d-eau-de-gaz-et-de-particules-fines.html

 

Remarques :

*L'expression « consensus scientifique » ne peut être qu’un oxymore.

La fonte des neiges et des glaces réputées éternelles s’accélère plus vite que les prévisions du GIEC car elle ne dépend pas que de la hausse de la température de l’air mais aussi de leur salissure et de leur humidification.

Pour comprendre la fonte des glaces en s’amusant :

07/01/2010 : http://www.eauseccours.com/article-enfants-experience-a-tiroirs-pour-illustrer-la-fonte-des-glaces-et-la-montee-du-niveau-des-mers-42488726.html

02/02/2010 : http://www.eauseccours.com/article-experience-montee-des-eaux-suite-a-la-fonte-d-un-glacon-en-eau-douce-et-en-eau-salee-et-plus-encore-44141479.html

02/09/2010 : http://www.eauseccours.com/article-acceleration-de-la-fonte-des-glaciers-actualites-et-experiences-montrant-l-importance-du-role-de-l-humidite-56367708.html

 

 

Alors que faire pour retrouver un climat normal avec ses quatre saisons bien marquées sous notre latitude ?

 

Jeudi 18 octobre 2018, 13h12, salon med’agri Avignon, 3213ème jour de collecte quotidienne des nuages surnuméraires homogenitus, perturbateurs de l’ensoleillement, des vents et des cycles de l’eau. Météo du jour journal La Provence : « L’après-midi les éclaircies reviennent. Les températures sont douces, 3 à 4 degrés au-dessus des normales. »

Jeudi 18 octobre 2018, 13h12, salon med’agri Avignon, 3213ème jour de collecte quotidienne des nuages surnuméraires homogenitus, perturbateurs de l’ensoleillement, des vents et des cycles de l’eau. Météo du jour journal La Provence : « L’après-midi les éclaircies reviennent. Les températures sont douces, 3 à 4 degrés au-dessus des normales. »

En fait la variabilité de températures n’est qu’un épiphénomène de la réalité des bouleversements météo climatiques en cours qui sont avant tout conséquence d’une altération de la luminosité et d’une désorganisation des cycles de l’eau par la présence grandissante de nuages surnuméraires anthropiques bien visibles sur la photo ci-dessus mais absents du bulletin météo.

 

Avant de pouvoir espérer au plus vite débarrasser le ciel de ces nuages perturbateurs, ce qui est techniquement et politiquement possible, et ainsi retrouver une situation climatique normale, notamment les quatre saisons bien marquées de notre latitude, il serait opportun que Météo France et les autres services météo acceptent de se recycler puis d’utiliser dans leurs bulletins prévisionnels quotidiens la nomenclature des nuages qui a été médiatisée  le 23 mars 2017 dans l’annonce officielle de la MAJ de l’Atlas mondial des nuages de l’OMM.

 

Nouvelle nomenclature étrangement listée ainsi :

VOLUTUS

ASPERITAS FLUCTUS CAVUM MURUS CAUDA

FLUMEN

FLAMMAGENITUS HOMOGENITUS HOMOMUTATUS CATARACTAGENITUS SILVAGENITUS

 

au lieu de :

HOMOGENITUS

HOMOMUTATUS CAVUM

HOMOMUTATUS VOLUTUS ASPERITAS FLUCTUS MURUS CAUDA d’une part

et FLAMMAGENITUS CATARACTAGENITUS SILVAGENITUS d’autre part

 

Dans notre monde humain intellectuel ce qui n’a pas de nom bien compris n’existe pas.

Ce qui n’empêche pas le réel de présenter sa facture.

Partager cet article

Repost0
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 18:53

Le mardi 23 mars 2017, à l'occasion de la Journée météorologique mondiale 2017 dont le thème était cette année « Comprendre les nuages », l'Organisation Météorologique Mondiale (OMM, WMO en anglais) a dévoilé la nouvelle mise à jour de son Atlas international des nuages, 1ère version en 1896, mise à jour précédente de 1987 (vieille de 30 ans).

L'édition 2017 de l'Atlas international des nuages homologue 12 nouveaux nuages, ou plus exactement 12 nouvelles appellations de nuage se répartissant ainsi :

1 nouvelle espèce : VOLUTUS

5 nouvelles particularités : ASPERITAS, CAVUM, CAUDA, FLUCTUS et MURUS

5 nouveaux nuages spéciaux : CATARACTAGENITUS, FLAMMAGENITUS, HOMOGENITUS, SILVAGENITUS et HOMOMUTATUS

1 nouveau nuage annexe : FLUMEN

 

 

25 avril 2017, campagne d’Aix-en-Provence, 7 ans 3 mois et 25 jours de collecte des nuages surnuméraires perturbateurs de l’ensoleillement, des vents et des cycles de l’eau.

25 avril 2017, campagne d’Aix-en-Provence, 7 ans 3 mois et 25 jours de collecte des nuages surnuméraires perturbateurs de l’ensoleillement, des vents et des cycles de l’eau.

Le bulletin météo du journal La Provence, « Les rangs de nuages se resserrent », explique à demi-mots un aspect de la formation des ASPERITAS, la nouvelle particularité nuageuse mise en avant par l’OMM et les médias et suggérant les picots d’une mer agitée parcourue de sillages de bateaux, vue en miroir au-dessus de nos têtes.

En réalité ce réseau agité est une évolution des sillages des avions dont l’eau, les particules, le kérosène imbrûlé et les huiles perturbent la libre circulation des nuages du cycle naturel de l’eau.

 

Météo du jour : « Le soleil est bien présent malgré quelques nuages d’altitude passagers. »

Météo du jour : « Le soleil est bien présent malgré quelques nuages d’altitude passagers. »

Ne dites-plus CONTRAILS ou CHEMTRAILS pour évoquer les traînées d’avions, condensation dans le froid de la haute altitude de l’eau produite dans la combustion du kérosène, ni même nuages anthropiques, mais nuages HOMOGENITUS.

Pour comprendre ce qui nous arrive vraiment une lecture attentive des bulletins météo s’avère nécessaire. Exemple du jour : « Le soleil est bien présent MALGRE quelques nuages d’altitude passagers. ».

En clair : Quelques cirrus HOMOGENITUS (aviocirrus) passagèrement visibles, dispersés par les vents d’altitude se soudent en un très discret voile qui pâlit le bleu du ciel, agrandit le soleil apparent le rendant davantage présent. Ce voile chronique de glace est en fait le véritable toit de la serre qui nous fait des effets désastreux (objets de ce blog), et contre lequel la transition énergétique n’apporte pas de solution.

 

 

Météo du jour : « Le soleil reste ardent. Les températures sont en hausse et dépassent parfois 30°. »

Météo du jour : « Le soleil reste ardent. Les températures sont en hausse et dépassent parfois 30°. »

Les trainées d’avions persistantes, élargies, à altitudes variables sont désormais répertoriées dans l’édition 2017 de l’Atlas international des nuages sous l’appellation nuages HOMOMUTATUS.

Visible en travers de cette photo une aviocorde en formation, décantation et agglomération des nuages HOMOGENITUS sous les couloirs aériens les plus fréquentés, le plus élaboré des nuages HOMOMUTATUS. Communément appelé, selon son degré de formation ou son aspect spectaculaire, rue de cumulus, arcus, nuage en rouleau (roll cloud), l’aviocorde sous le terme de VOLUTUS est mis en valeur par l’OMM en tant que seule nouvelle espèce de nuage. L’aviocorde, selon les conditions météo peut évoluer jusqu’en orages en ligne avec grêle et tornades.

Le bulletin météo « Le soleil reste ardent. Les températures sont en hausse et dépassent parfois 30°. » occulte la présence des nuages surnuméraires en portant l’attention sur le soleil brûlant. Tant pis si c’est souvent bien au-dessus des 2° préconisés par la COP21 pourvu qu’à court terme les activités commerciales des plages et estivales soient favorisées.

 

 

COMPRENDRE LES NUAGES

« Nous devons comprendre les nuages non seulement pour prévoir le temps, mais aussi pour modéliser le système climatique et prévoir les ressources en eau disponible » a déclaré M. Petteri Taalas, Secrétaire général de l’OMM, lors de la Journée météorologique mondiale du 23 mars 2017.

La modélisation des nuages CATARACTAGENITUS (au-dessus des grandes chutes d’eau), FLAMMAGENITUS (lors des grands incendies), SILVAGENITUS (par la respiration des forêts) peut, pourquoi pas, aider à mieux comprendre « l’effet papillon » dans le système climatique.

La neige de pollution (ou urbaine ou industrielle), conséquence des nuages HOMOGENITUS terrestres a beaucoup fait parler d’elle l’hiver dernier (2016-2017).  

Mais pour espérer contrer un jour les dérèglements météo-climatiques en cours et à venir mieux vaut modéliser les émanations en eau et particules du trafic aérien issues de la combustion à la fois du kérosène et des biocarburants. Ce qui est absolument aussi simple que de calculer le bilan carbone puisque ces rejets sont produits dans la même réaction chimique.

L’origine principale, la formation et les néfastes conséquences des nuages VOLUTUS, HOMOGENITUS d’altitude, HOMOMUTATUS, ASPERITAS, CAVUM (présentant un trou), CAUDA (queue d’un autre nuage), FLUCTUS (une suite de vagues alignées), MURUS (comme un mur) et FLUMEN (présentant un flux) seront alors aisément compréhensibles.

 

Pour en savoir plus :

COP22 et trafic aérien, et lien inclus :

http://www.eauseccours.com/2016/11/action-climat-en-marge-de-la-cop22-tout-faire-pour-preserver-l-essor-du-trafic-aerien.html

 

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 11:32
Présentation COP22, du 7 au 18 novembre 2016 à Marrakech, Maroc, logo

Présentation COP22, du 7 au 18 novembre 2016 à Marrakech, Maroc, logo

à noter : ciel bleu pâle orné de petits nuages blancs en tous sens, en vision plus large sur http://www.cop22-morocco.com/fr/

 

Mais où est donc passé l’infini ciel bleu intense, promesse de vacances marocaines enchanteresses ?

 

 

« La COP22 devra s’inscrire dans l’action pour concrétiser les différents axes retenus dans l’Accord de Paris, notamment ceux qui ont trait à l’adaptation, la transparence, le transfert de technologies, l’atténuation, le renforcement des capacités et les pertes et préjudices. » http://cop22.ma/fr/#whatscop/post/165

« La COP22 devra s’inscrire dans l’action pour concrétiser les différents axes retenus dans l’Accord de Paris, notamment ceux qui ont trait à l’adaptation, la transparence, le transfert de technologies, l’atténuation, le renforcement des capacités et les pertes et préjudices. » http://cop22.ma/fr/#whatscop/post/165

Le buzz médiatique juste avant l’ouverture de la COP22 : Chaque passager d’un vol aller-retour Paris New-York fait fondre 3 m2 de banquise arctique autant que lors de 4000 km parcouru en voiture. Selon une étude des chercheurs Dirk Notz et Julienne Stroeve parue dans la revue Science le 3 novembre 2016 et destinée à faire prendre conscience que le problème de la fonte des glaces est beaucoup plus grave que ce que peuvent laisser croire les conclusions et objectifs du GIEC et de COP21, et que chacun est responsable de cette situation, même en avion.

Le buzz médiatique juste avant l’ouverture de la COP22 : Chaque passager d’un vol aller-retour Paris New-York fait fondre 3 m2 de banquise arctique autant que lors de 4000 km parcouru en voiture. Selon une étude des chercheurs Dirk Notz et Julienne Stroeve parue dans la revue Science le 3 novembre 2016 et destinée à faire prendre conscience que le problème de la fonte des glaces est beaucoup plus grave que ce que peuvent laisser croire les conclusions et objectifs du GIEC et de COP21, et que chacun est responsable de cette situation, même en avion.

Autrement dit :

  • 12000 km par passager d’un avion plein produisent autant de CO2 (1 tonne) que 4000 km parcouru en voiture (3 fois moins d’impact environnemental pour l’avion)
  • 15 heures en avion sont aussi nocives pour l’environnement que 45 heures en voiture (3 fois plus d’impact environnemental pour l’avion)

 

 

Sentant venir le vent mauvais, l’aviation, secteur exclu de l'Accord de Paris, vient d’annoncer « Un panier de mesures pour stabiliser les émissions de CO2 de l’aviation à leur niveau de 2020 » tout en affichant un objectif de croissance de 5 % par an durant les quatre années qui nous séparent de fin 2020. L’aéroport de Marseille-Provence espère ainsi passer de 8,3 millions de passagers en 2016 à 10 millions en 2020.

Sentant venir le vent mauvais, l’aviation, secteur exclu de l'Accord de Paris, vient d’annoncer « Un panier de mesures pour stabiliser les émissions de CO2 de l’aviation à leur niveau de 2020 » tout en affichant un objectif de croissance de 5 % par an durant les quatre années qui nous séparent de fin 2020. L’aéroport de Marseille-Provence espère ainsi passer de 8,3 millions de passagers en 2016 à 10 millions en 2020.

« Lors de la 39e assemblée de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) qui s’est déroulée entre le 27 septembre et le 7 octobre 2016, le monde de l’aviation est entré dans l’histoire en devenant le premier secteur économique à se doter d’un mécanisme universel et contraignant de maîtrise de ses émissions de CO2. »

« L’aviation civile représente environ 2% des émissions mondiales de CO2. Elle se mobilise depuis maintenant plusieurs années pour apporter sa contribution à la lutte contre le changement climatique. C’est même toute une stratégie, sous la houlette de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI), qui est mise en œuvre au service d’un objectif : stabiliser les émissions de CO2 au niveau qu’elles atteindront en 2020 malgré la prévision de croissance de trafic de 5% par an. C’est ce que l’on appelle l’objectif de “croissance neutre en carbone 2020”. Pour limiter l’impact de l’aviation sur le changement climatique, l’OACI a développé un concept : le panier de mesures. En effet, chaque mesure prise séparément ne peut à elle-seule suffire pour atteindre l’objectif de stabilisation des émissions. C’est pourquoi, 4 leviers sont simultanément actionnés :

- l’amélioration de la performance environnementale des avions grâce aux progrès technologiques,

- l’optimisation des procédures de vol et des infrastructures conduisant à réduire la consommation de carburant,

- le développement des biocarburants aéronautiques et

- les mesures économiques visant à inciter à la sobriété énergétique. Le système de compensation qui vient d’être adopté par l’assemblée de l’OACI est une de ces mesures économiques et va contribuer à l’atteinte de l’objectif de stabilisation des émissions à partir de 2020 que la communauté internationale s’est fixé. »

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/plaquette_GMBM_V15_pap.pdf

 

Alléchantes mais fallacieuses propositions. (explications en fin d’article)

 

 

« Aéroport Marseille-Provence : ce que vous verrez après les travaux. Avec 10 millions de passagers attendus d'ici à 2020, l'accélération du développement des low-cost et des vols longs courriers, l'aéroport se devait de proposer une expérience nouvelle à ses usagers, un supplément d'âme : : marché provençal, showroom à l'accueil des touristes, dégustations, partie de pétanque, ambiance musicale avec chant des cigales, arbres et plantes méditerranéennes vont bientôt redéfinir les terminaux en véritables lieux de vie qui sentent bon la Provence. » Journal La Provence du 10/11/2016 http://www.laprovence.com/article/economie/4194791/aeroport-marseille-provence-ce-que-vous-verrez-apres-les-travaux.html

« Aéroport Marseille-Provence : ce que vous verrez après les travaux. Avec 10 millions de passagers attendus d'ici à 2020, l'accélération du développement des low-cost et des vols longs courriers, l'aéroport se devait de proposer une expérience nouvelle à ses usagers, un supplément d'âme : : marché provençal, showroom à l'accueil des touristes, dégustations, partie de pétanque, ambiance musicale avec chant des cigales, arbres et plantes méditerranéennes vont bientôt redéfinir les terminaux en véritables lieux de vie qui sentent bon la Provence. » Journal La Provence du 10/11/2016 http://www.laprovence.com/article/economie/4194791/aeroport-marseille-provence-ce-que-vous-verrez-apres-les-travaux.html

Ciel voilé, bleu pâle ; ombres floues, pâles voire bleutées, aux directions anarchiques.

Qui sentent bon la Provence ? Mais où est donc passé l’infini ciel bleu intense, promesse de vacances provençales enchanteresses ?

Météo France, qui comme la DGAC (Direction Générale de l’Aviation civile) dépend du ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, est, elle aussi, passée quotidiennement maître en dissimulation de l’importance des nébulosités engendrées par le trafic aérien, exemples :

« Au lever du jour, le soleil prédomine, mais quelques passages nuageux viennent le déranger par intermittence » Météo France

« Au lever du jour, le soleil prédomine, mais quelques passages nuageux viennent le déranger par intermittence » Météo France

Le voile d’aviocirrus, cirrus de culture engendrés par l’eau produite dans la combustion du kérosène, toit de glace de la serre qui nous fait anormalement de l’effet, gêne l’impression de beau temps, et dérange les abeilles dont le tropisme visuel est mal adapté à ce soleil géant.

En dessous des couloirs aériens les plus fréquentés, par intermittence, en longs cordons ou en fragments, des aviocordes apparaissent.

 

 

« Quelques nuages font encore de la résistance, mais ils se dissipent assez vite, et le soleil reprend donc pleinement ses droits. » Météo France

« Quelques nuages font encore de la résistance, mais ils se dissipent assez vite, et le soleil reprend donc pleinement ses droits. » Météo France

En ce jour férié, début d’un pont de trois jours, les aviocordes s’égouttent, le temps du retour à un trafic aérien plus paisible. Le soleil ne reprendra cependant pas pleinement ses droits car sa lumière restera tamisée par un fin voile homogène d’aviocirrus permettant malgré tout une impression de beau temps sous ciel bleu pas trop pâle.

 

 

« Le beau temps domine, même si de fins nuages élevés voilent un peu le ciel. Le mistral souffle assez fort le long du Rhône uniquement. Il quitte le Var. » Météo France

« Le beau temps domine, même si de fins nuages élevés voilent un peu le ciel. Le mistral souffle assez fort le long du Rhône uniquement. Il quitte le Var. » Météo France

Le beau temps de cette 2ème matinée de long week-end est gâché par un voile d’aviocirrus épaissi et figé par le froid du mistral. Des aviocordes sont visibles en surimpression dans ce ciel bien terne.

 

 

Alléchantes mais fallacieuses propositions pour que l’aviation puisse continuer son expansion quelles qu’en soient les désastreuses conséquences sur l’environnement.

 

« - l’amélioration de la performance environnementale des avions grâce aux progrès technologiques »

Pas de quoi se vanter, cette recherche a toujours existé et est avant tout économique. Un progrès dans l’aérodynamisme, un gain dans le poids de l’avion, une combustion d’hydrocarbure qui se rapproche de la combustion complète (avec pour seuls rejets du CO2 et de l’eau) contribuent à consommer moins de carburant, réduisent donc le coût du voyage, mais il en sera vendu plus, pour une économie CO2 nulle, voire négative au final au moins jusqu’en 2020 comme annoncé, et c’est juste tant mieux pour la qualité de l’air si moins de particules fines sont rejetées.

 

« - l’optimisation des procédures de vol et des infrastructures conduisant à réduire la consommation de carburant »

… et donc à réduire le coût du voyage, mais il en sera vendu plus, pour une économie CO2 nulle, voire négative au final au moins jusqu’en 2020 comme annoncé.

 

« - le développement des biocarburants aéronautiques »

Le trafic aérien ne pouvant pas compter sur les énergies hydrauliques, éoliennes ou nucléaires, pas encore sur le solaire, ne peut faire autrement que de miser sur les biocarburants, principalement à partir d’algues.

L’argument phare pour l’utilisation des biocarburants est que leur combustion ne fait que rendre dans l’atmosphère le CO2 qui avait été utilisé durant la croissance contemporaine des végétaux qui le composent, exactement comme pour les écobuages, le chauffage au bois ou le brûlage des déchets verts des particuliers qui sont devenus interdits ou soumis à des réglementations très contraignantes au niveau des particules rejetées. L’eau produite dans la combustion des biocarburants est passée sous silence.

 

« - les mesures économiques visant à inciter à la sobriété énergétique. Le système de compensation qui vient d’être adopté par l’assemblée de l’OACI est une de ces mesures économiques et va contribuer à l’atteinte de l’objectif de stabilisation des émissions à partir de 2020 que la communauté internationale s’est fixé. »

Le véritable enjeu de la transition énergétique n’est pas climatique mais d’anticiper la raréfaction des réserves des hydrocarbures fossiles et de l’anarchie de leurs coûts qui risquent de l’accompagner. D’où, depuis l’arrêté du 28 novembre 2006 relatif à la publicité dans le domaine de l’énergie, la mention obligatoire : « L’énergie est notre avenir, économisons-la ! ».

Ne pouvant sortir avant très longtemps de la propulsion par combustion d’hydrocarbures, fossiles ou issus du vivant, n’imaginant pas voir son activité diminuer ou même stagner, le trafic aérien est prêt à en payer le prix en incitant les autres à moins rejeter de gaz carbonique dans l’atmosphère.

 

 

« L’aviation civile représente environ 2% des émissions mondiales de CO2. Elle se mobilise depuis maintenant plusieurs années pour apporter sa contribution à la lutte contre le changement climatique. »

 

Pourquoi tant d’effort pour contrer 2% de nuisances alors qu’en fait le CO2 n’est pas la principale cause des dérèglements météo-climatiques en cours ?

« Le premier gaz à effet de serre c’est la vapeur d’eau, … » affirment Jean-Jouzel et le GIEC avant de brandir le consensus scientifique (oxymore) qui conduit arbitrairement à s’occuper prioritairement des rejets de gaz carbonique, lui aussi produit dans la combustion de tout hydrocarbure.

http://www.eauseccours.com/article-trois-questions-sur-l-eau-atmospherique-le-trafic-aerien-et-l-effet-de-serre-119114861.html

http://www.eauseccours.com/article-du-nouveau-dans-l-immuable-cycle-de-l-eau-115112913.html

http://www.eauseccours.com/article-reperer-la-serre-qui-nous-fait-de-l-effet-112478921.html

 

Parce qu’à part les super volcans, seul le trafic aérien est capable d’installer chroniquement un voile d’eau, de gaz et de particules en haute atmosphère entraînant ainsi une catastrophique désorganisation de toute la vie terrestre dont la bonne orientation en vol des abeilles, ce qui entraîne leur disparition globale.

http://www.eauseccours.com/2014/08/regarder-les-fourmis-volantes-pour-comprendre-la-desorientation-des-abeilles.html

http://www.eauseccours.com/2014/05/biomimetisme-volcanique-rejets-en-altitude-d-eau-de-gaz-et-de-particules-fines.html

http://www.eauseccours.com/2015/01/proposition-article-1er-de-la-declaration-pour-les-droits-de-l-humanite-pour-preserver-la-planete.html

 

Salon Techinnov 2016, Paris-Orly, jeudi 11 février, Stand Elyzée Consortium, rendez-vous accepté 15h20-15h35. Motivation de la demande de RDV : Cop21, succès pour la transition énergétique mais échec pour le climat dont la dégradation va empirer, à moins d’un progrès technologique permettant aux avions de récupérer l’eau qu’ils produisent. J’ai une piste de solution réalisable à proposer. Jacques Fabry, avioclimatologue.

Salon Techinnov 2016, Paris-Orly, jeudi 11 février, Stand Elyzée Consortium, rendez-vous accepté 15h20-15h35. Motivation de la demande de RDV : Cop21, succès pour la transition énergétique mais échec pour le climat dont la dégradation va empirer, à moins d’un progrès technologique permettant aux avions de récupérer l’eau qu’ils produisent. J’ai une piste de solution réalisable à proposer. Jacques Fabry, avioclimatologue.

Une solution technique est possible : équiper les avions de ligne, passagers et fret, d’un récupérateur d’eau comprenant :

- Un capteur de l’eau atmosphérique ambiante en très haute altitude (existe déjà à titre expérimental),

- Une cloison mobile dans les réservoirs des avions pour les remplir d’eau au fur et à mesure que le carburant est brûlé,

- Un système de diffusion à basse altitude de l’eau récupérée (existe déjà pour les largages en urgence du kérosène).

 

Le double surcoût, prix du système et surconsommation pour voler constamment à pleine charge, serait infiniment moindre que les frais à engager lorsque les victimes des dérèglements climatiques demanderont réparation en portant plainte contre X, plutôt que de compter sur des indemnités pour catastrophes naturelles.

 

Cela n’empêchera cependant pas une indispensable réflexion pour trouver le moyen de plafonner le volume du trafic aérien mondial.

Partager cet article

Repost0
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 19:04

nuages 2014 01 01 irisés

Une bonne année 2014 sous les nuages irisés que Momo trouve très beaux

 

 

nuages 2014 01 01 isolés

Une bonne année 2014 agrémentée des curieux nuages isolés qui se font et défont comme dans le générique météo de France 3 http://medias.lenodal.com/video.php?id=15225

 

 

 

nuages 2014 01 01 anthropiques

Une bonne année 2014 zébrée au sol, à la télé (ex. derrière Fabienne Amiach sur météo France 3) ou en l’air par des traînées luisantes suggérées, virtuelles ou originelles

 

Que 2014 soit l’année de la prise de conscience générale de la présence et de la dangerosité des nuages anthropiques.

http://www.eauseccours.com/article-les-nuages-du-changement-climatique-en-questions-121418744.html

 

 


nuages 2014 01 01 abeilles

Abeilles insomniaques ce mercredi 1er janvier 2014

Abeilles de ces mêmes ruches en mai 2013 :

http://www.eauseccours.com/article-les-abeilles-sont-capables-de-decisions-individuelles-et-collectives-118184265.html

 

Que 2014 soit l’année de la prise de conscience que ce sont principalement les abeilles en bonne santé qui sont désorientées et s’épuisent, handicapées par une lumière devenue inadaptée à leur vision, un peu comme ce qui arrive au skieur par « jour blanc ».

 http://www.eauseccours.com/article-une-experience-scientifique-tueuse-d-abeilles-118687631.html

 http://www.eauseccours.com/article-le-miel-de-ville-est-il-toxique-pour-les-abeilles-et-autres-questions-vitales-120751515.html

 

 

Une piste possible pour apprécier chaque jour la présence et la beauté des nuages anthropiques : 

http://www.ledauphine.com/france-monde/2014/01/01/vos-plus-belles-photos-du-1er-janvier

nuages 2014 01 01 DL

« Vous avez envie de nous faire partager les beaux paysages situés près de chez vous sur fond météo, alors tous à vos appareils photos ou smartphones ! Couchers de soleil, paysages de neige, d’automne, d’hiver de printemps ou d’été, arc-en-ciel, mers de nuages, massifs, reliefs, fleuves, rivières ou torrents sur fond de brume : laissez libre cours à votre imagination et envoyez-nous vos photos (libres de droit) par mail à cette adresse : ldlphotometeo@ledauphine.com. Nous ne publierons que les photos prises ce jour. Pour chaque photo merci d’indiquer votre nom, le lieu de la prise de vue (commune + département) et la date du cliché. »

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 08:26

Etonnants, surprenants, exceptionnels, sont quelques-uns des adjectifs qui qualifient le plus souvent les violents orages actuels qui surviennent plus ou moins n’importe quel jour de l’année et à n’importe quelle heure. Les programmes des ordinateurs des services météo officiels ou concurrentiels sont encore insuffisants pour prédire véritablement le moment, le lieu, l’intensité et la durée de ces orages parfois accompagnés de tornades. Pour comprendre ce qui se passe vraiment, mieux vaut prendre l’habitude de regarder attentivement les nuages tout en longueur qui envahissent de plus en plus souvent le ciel de notre champ de vision.

 
orage aviocorde sous avions
Eau sec cours, comme un grand fleuve sec immobile dans le ciel un jour de beau temps en Camargue
« Les petits ruisseaux forment les grandes rivières. » dit le proverbe. Ainsi s’est formé par beau temps ce nuage raide et tout en longueur : une aviocorde. Son origine est dans la décantation et l’agglomération de l’eau produite par la combustion du kérosène dans le couloir aérien situé au-dessus (on y aperçoit le passage d’un avion sur la photo).
NB : eau sec cours pour le lien racine de ce site www.eauseccours.com Planète Avionie
 
orage aviocorde cumulonimbus
Par beau temps une aviocorde avec pseudo cumulonimbus, étang de Berre vu de Martigues
Des interactions entre l’eau chimique à l’altitude des couloirs aériens et l’aviocorde du dessous peuvent provoquer l’apparition de pseudo cumulonimbus, nuages verticaux rappelant la forme d’enclume du célèbre cumulonimbus, nuage caractéristique des orages entièrement naturels.
   
Le  cumulonimbus n’est plus le seul nuage à pouvoir provoquer des orages, une aviocorde suffit. Autrement dit lors d’un orage, le nuage normal tout en hauteur, le cumulonimbus, peut avoir été remplacé par un nuage de culture tout en longueur, l’aviocorde.
     
   
orage aviocorde Provence
orage aviocorde Provence foudre simple large
orage aviocorde Provence foudre double

Campagne d’Aix-en-Provence, mercredi 17 juillet 2013, vers 19h00, orage sous aviocorde

Foudre avec éclairs nuage-sol, larges, courts, peu ramifiés, souvent plusieurs simultanés

Dans l’aviocorde elle-même flashent des éclairs extrêmement longs.

 

Le  passage incessant des avions au-dessus des aviocordes peut créer les conditions d’une régénération de l’orage ou de sa répétition par un apport continu d'humidité. Ce qui donne alors des orages stationnaires.

 

 

orage aviocorde quotidienne Provence Annecy

Après l’orage retour des aviocordes, nuages de culture présents quotidiennement partout où le trafic aérien produit et brasse trop d’eau quelles que soient les prévisions météo

A droite image relevée aujourd’hui sur une webcam du lac d’Annecy (fiable mais heure affichée en avance de plus d’une heure) http://www.lac-annecy-acacias.com/us_webcam.html puis cliquer sur « vue sur le lac » ou « horaires fixes » et vous pourrez le constater régulièrement, il n’existe plus aucun jour entier sans la présence des aviocordes.

 

Qu’en est-il dans votre environnement résidentiel ? Et dans ceux de vos vacances ?

 

 

orage aviocorde montagne

Savoie et Haute-Savoie, orages sous des aviocordes glissées sous le plafond nuageux normal

Les aviocordes ayant emprisonné beaucoup de particules solides du rejet aérien sont souvent un peu plus denses que les nuages habituels. A noter que la présence des fines particules facilite la formation des grêlons.

 

 

orage aviocorde météo beau temps

« C’est toujours le week-end qu’il fait mauvais !!! », Camargue, samedi 3 août 2013

Les jours de grand départ en vacances le trafic aérien augmente provoquant davantage d’aviocordes pouvant tourner en giboulées ou orages.

 

 

Une piste pour s’en sortir, regarder son ciel aussi souvent que nécessaire afin de repérer les avions volant au-dessus des aviocordes, ressentir puissamment la gêne qu’elles occasionnent  et les dangers qu’elles représentent puis contacter son élu(e) de proximité pour exprimer cette gêne et la nécessité grandissante de traiter le problème.

 

Partager cet article

Repost0
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 13:45

eau-emise-par-les-avions-couleurs.jpg

Différents aspects de l’eau émise en altitude par le trafic aérien : voile d’aviocirrus, sillage direct, traînée élargie, aviocorde en formation, irisations hydrocarbonées

 

Lundi 31 mai 2010, JT de 20h sur TF1

 

Environnement

 

Laurence Ferrari annonce le résultat d’avril 2010 pour  ECO2 climat « cet indicateur que TF1 vous propose en exclusivité, il mesure mois après mois la quantité de gaz à effet de serre que nous rejetons tous en France » et son créateur Jean-Marc Jancovici en analyse les détails pour le seul CO2.

http://videos.tf1.fr/jt-20h/eco2-climat-le-bilan-carbone-des-francais-en-hausse-en-avril-5866647.html

 

 

Quantité mensuelle de gaz à effet de serre

 

Pourquoi la mesure de la quantité de gaz à effet de serre, annoncée par Laurence Ferrari,  a-t-elle ensuite été réduite à la seule entente tacite sur le bilan carbone dans les chiffres donnés ?

 

Dans la séquence suivante du même JT

http://videos.tf1.fr/jt-20h/bilan-carbone-quels-sont-effets-du-volcan-islandais-5866648.html

Corinne Lalo, journaliste de TF1, spécialiste de l’environnement depuis une trentaine d’années en donne cette surprenante explication : « Le carburant des avions n’est pas la SEULE  source de gaz à effet de serre, les traînées de vapeur d’eau qu’ils laissent derrière eux constituent elles aussi un gaz à effet de serre mais leur impact n’est pas pris en compte car difficile à mesurer.»

 

 

L’impact de la vapeur d’eau émise par les avions n’est pas pris en compte car difficile à mesurer.

 

Ah la belle excuse : C’est difficile, donc je n’en tiens pas compte.

Combien d’examens ratés, combien d’accidents peuvent-ils découler d’une telle attitude ?

Combien de marées noires ? Combien de fausses économies ? Combien de vies gâchées ?

Combien de procès perdus ?

 

 

REMARQUES

La quantité de vapeur d’eau rejetée par les avions est aussi facile à calculer que la quantité de CO2 puisque issue de la même réaction chimique (exemple pour les moteurs à essence http://www.econologie.com/equation-de-combustion-articles-638.html). Il suffit donc de connaître la quantité de kérosène brûlé et la bonne formule chimique pour calculer la quantité d’eau rejetée par le trafic aérien.

 

« …le secteur aérien ne représente que 3% de ces émissions, mais comme le C02 est rejeté directement dans la haute atmosphère son impact sur l’effet de serre est deux fois plus important que le CO2 rejeté au niveau du sol. » Corinne Lalo, JT 20h, TF1, 31 mai 2010

Les effets de l’eau rejetée en haute altitude par les avions de ligne, passagers ou fret, sont sans commune mesure avec l’impact environnemental de l’eau rejetée par les moteurs au niveau du sol.

 

Les avions rejettent aussi au-dessus de nos têtes des hydrocarbures imbrûlés, de la graisse, des suies, des nanoparticules variées qui, comme l’eau ou le CO2, finissent  toujours, ici ou là, tôt ou tard, par nous retomber dessus.

 

 

PRINCIPAUX IMPACTS SUR L’ENVIRONNEMENT DE LA VAPEUR D’EAU EMISE PAR LES AVIONS

 

En haute altitude l’eau émise par les avions gèle et finit par provoquer un voile d’aviocirrus qui tout à la fois réfléchit, capte et altère la lumière solaire.

 

En moyenne altitude apparaissent d’immenses cordons nuageux, les aviocordes.

 

En basse altitude le taux d’humidité relative est supérieur à celui correspondant au climat local habituel.

 

Sur terre on ne touche pas impunément à l’eau et à la lumière

Assombrissement global, disparition des abeilles et autres insectes, accélération de la fonte des glaces, augmentation des précipitations et de leur violence, éboulements, vents apparemment anarchiques, incendies gigantesques, bouleversement des cycles de l’eau, augmentation des accidents de la route et des dangers en montagne, essoufflement, souffrance des plantes, maladies liées à l'humidité, augmentation du chômage dans tous les métiers liés à un bon ensoleillement, pollution de l'eau terrestre…

Plus de détails et autres exemples des conséquences de la vapeur d’eau émise en altitude par les avions dans le tout le site Planète Avionie http://www.eauseccours.com

 

 

Quelles sont les bonnes mesures pour éviter les nuisances de l’eau émise par le trafic aérien ?

 

eau emise par les avions Lac du Bourget

Etrange lumière (lundi 31 mai 14h04, lac du Bourget en Savoie) sous ciel avionneux, le tout qualifié de  « beau temps » par Yan Giezendanner, prévisionniste, expert météo haute montage

 

1-En tout premier lieu que les météorologues officiels prennent en compte dans leurs prévisions le voile d’aviocirrus et les aviocordes visibles sur les cartes radars ou les photos satellites et en parlent clairement.

 

2-Réduire le trafic aérien jusqu’à disparation des aviocordes d’abord puis des aviocirrus.

 

Si l’impact de la vapeur d’eau émise par les avions continue à n’être pas pris en compte, le calcul des milliards d’euros de dégât consécutifs à cette ignorance volontaire du problème ne cessera d’augmenter et de se compliquer, et peut conduire à des réactions violentes car touchant beaucoup d’innocents.

 

L’impact de la vapeur d’eau émise par les avions n’est pas pris en compte…

et pourtant, toute l’organisation de la vie terrestre en est déjà affectée.

La vie terrestre n’est pas adaptée à l’atmosphère de la Planète Avionie.

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 20:22























« Trop n’est pas assez ! »
ce proverbe qui figurait déjà en 1842 dans le « Dictionnaire étymologique, historique et anecdotique des proverbes et des locutions proverbiales des autres langues » de Pierre-Marie Quitard convient à merveille au niveau d’inconscience collective qui conduit à une nouvelle augmentation de l’offre de trafic aérien en cet automne 2009.

 

Bien que les plus anciennes et plus grandes compagnies aériennes annoncent des pertes et des restructurations, l’aéroport de Marseille Marignane, ou celui de Genève par exemples, proclament fièrement l’augmentation du nombre de vols sur les destinations existantes et l’ouverture de nouvelles lignes pour ce mois d’octobre 2009 et pour l’hiver à venir. 

 

Nicolas Hulot a vu les politiques rendre opérationnelle la taxe carbone, le WWF propose une simulation pour inciter à réduire « son empreinte écologique », le sommet de l’ONU sur le climat prévu en décembre  à Copenhague approche inexorablement, les conférences, les articles, les débats, les initiatives sur le développement durable et l’avenir de la planète se multiplient tous azimuts,… et pendant ce temps la publicité propose des promotions de plus en plus surprenantes sur les tarifs aériens.


« Il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre » dit un autre proverbe, alors essayons de regarder et d’accepter de voir notre environnement tel qu’il est en ces premiers jours d’octobre 2009.

Réchauffement climatique, "Voir c’est croire" ou "Croire c’est voir"? 12 au 19 octobre, une semaine pour tenter de percevoir.




Aix-en-Provence, ville climatique


Soleil et ciel bleu de Provence derrière quadrillage et voile d'aviocirrus

                  
                Site exceptionnel... Vue imprenable











Vue sur la célèbre montagne de la Sainte-Victoire envahie par des aviocordes.













Nuages à gogo, nuages pour gogos





Soleil double et soleil triple pour une étrange lumière, cause de nombreux accidents encore jugés inexpliqués

Accidentologie : un nouvel éclairage





Les mouches aussi sont en difficulté, ce qui ne déplait pas aux chevaux qui ne voient que le plaisir immédiat.

Les criquets, encore présents, restent muets. Les guêpes n'envahissent plus les fruits au sol ni les pique-niqueurs.

Pour qu’Apimondia ne soit pas qu’un coup de dard dans l’eau


 

Dimanche 11 octobre 2009

Chamonix-météo invite à se « faire une idée de l'évolution du ciel chamoniard au cours des trois dernières heures, de quart d'heure en quart d'heure ». http://www.chamonix-meteo.com/bul/metPreEveFr.php

 

Mais cette webcam permet beaucoup plus. Montage à la portée de tous d'un petit diaporama maison et l'on obtient une animation qui peut mettre en évidence l'humidité permanente amenée par le trafic aérien, humidité qui accèlére considérablement la vitesse de la fonte des glaciers ou de la banquise.

Trois yeux fixes plus tous les nôtres pour comprendre la fonte des glaces





Ciel avionneux
- lumière solaire altérée
- au premier plan une aviocorde très humide
- au centre une aviocorde très "chemtrail"


Aviocorde dans son apparence  "chemtrail" : suies + irisations hydrocarburées

COTRA + CHEMTRAIL = SILLAGE DES AVIONS

Aujourd'hui, c’est une obligation autant qu'une évidence,  les mécaniciens travaillent dans des garages ventilés.

 

Le trafic aérien est devenu si intense que même le mistral ne suffit plus à en disperser les rejets. Hydrocarbures, suies et nanoparticules métalliques pénètrent tout.  Plantes, bêtes et gens sont épuisés ou en voie de l’être. L'oppression devient chronique. Les malaises sont plus fréquents.

 


 

Toute la vie sur terre dépend de la lumière solaire et des cycles naturels de l’eau.

 

En touchant à la libre circulation de la lumière solaire et de l’eau atmosphérique le trafic aérien démesuré bouleverse toute l’organisation terrestre.  Jusqu’où ira ce délire ?


En attendant, Bienvenue en Avionie


La vie économique aussi est de près ou de loin liée à la météo et nécessite le retour à un ciel naturel.

Lune de miel ou lune de fiel pour Christine Lagarde et Xavier Giocanti


Partager cet article

Repost0
12 juillet 2009 7 12 /07 /juillet /2009 10:44

Un commentaire vient d'être posté par Olivier sur l'article Quand l’homme devient l’esclave de son intellect, sa survie est en danger.

« Je viens de me faire offrir un livre paru récemment: "Nuages, le guide d'identification" par Richard Hamblyn. Ce qui est frappant, c'est que tous les nuages photographiés sont laids.
Ce n'est pas les jolis cumulus que l'on voyait il y a encore 10 ans. Bien sûr, quasiment pas une photo sans voir des traces d'avions en fond.
Mais le plus intéressant, c'est que l'auteur n'est pas dupe car il précise bien l'origine anthropique des cirrus. Et le dernier chapitre, en guise de conclusion, est consacré entièrement aux nuages avionneux et à ses effets sur le dérèglement climatique (d'ailleurs imprévisibles selon l'auteur, soit ca refroidit, soit ça réchauffe). »

 

« Les formes et les couleurs perpétuellement changeantes des nuages qui dansent au gré des caprices de l’atmosphère sont certainement une des plus jolies créations de la nature. » page 7

« Leur fugace beauté et leur diversité infinie nourrissent tout autant l’imagination des rêveurs que celle des scientifiques » page 9

 « Seul type de nuage que Luke Howard (auteur de la 1ère classification des nuages en 1803) n’a jamais pu observer, les traînées de condensation (ou contrails, de condensation trail) sont formées par la condensation rapide de vapeur d’eau éjectée des tuyères des avions. » page 124

Richard Hamblyn Nuages, le guide d’identification, delachaux et niestlé, mars 2009 (Déjà publié en 2008 au Royaume-Uni sous le titre The Cloud Book)

 

Voilà donc l’imagination des rêveurs et celle des scientifiques également nourries par la perpétuelle beauté fugace des nuages, créations de la nature depuis toujours mais aujourd’hui provoqués crescendo par les activités humaines. L’idée aurait sans doute plu à Victor Hugo Victor Hugo, écolo réaliste et rêveur, avec les choses en bon ordre

J’ai regardé plus attentivement ce livre depuis mon premier coup d’œil du 18 juin dernier et le courriel impulsif envoyé à la maison d'édition Delachaux et Niestlé le soir même :

"Bonjour,

Je viens d'acheter le livre de Richard Hamblyn, NUAGES, Le guide d'identification.

Magnifique à regarder mais vulgarisation extrêmement dangereuse dans sa présentation car les explications scientifiques inspirent une confiance absolue envers l’auteur et un émerveillement non feint devant ces phénomènes naturels, sauf que la plupart des images présentées ne représentent pas des exemples de ces nuages qu’on est amené à  supposer être des nuages habituels depuis toujours, mais sont pratiquement toutes photos de récents nuages « anthropiques » (nuages créés par les activités humaines que j’appelle nuages de culture) comme on peut seulement en trouver quelques exemples explicites aux pages 124 à 127.

Pouvez-vous me mettre en contact avec Richard Hamblyn ? Il y a danger pour tout un chacun et, vraisemblablement sans le vouloir, vous contribuez à cette vulgarisation fallacieuse. J’aimerais pouvoir en parler plus en détail à vous-même également.

Merci"

 

Ma conclusion est que chacune des photos de nuages commentées entre les pages 20 et 152  représente un nuage de culture, un nuage anthropique.

Je ne sais si l’auteur est dupe ou pas mais ce qui est sûr c’est qu’il dupe le lecteur.

Le commentaire bucolique de la photo de la page 103 « La diversité des formes de cirrostratus contribue souvent à de magnifiques couchers de soleil, comme sur cet impressionnant cliché. » ou celui au ton scientifique de la photo de la page 146 « Les traînées de condensation ont d’abord un effet refroidissant sur la terre mais en s’étalant elles forment des couches de nuages cirriformes et contribuent alors à son réchauffement. » ne représentent qu’une seule et même réalité : un même ciel avionneux.


Le passage des avions en créant des aviocirrus altère gravement la sensation de bien-être normalement ressentie lors du soleil couchant même dans des milieux aussi fragiles que officiellement protégés.


L’idée de traînée de condensation est admise par de plus en plus de gens.

L’idée nouvelle à accepter est qu’il n’y a aucune raison que la nature (mis à part les phénomènes naturels exceptionnels comme une éruption volcanique) crée de nouveaux nuages, sauf si les activités humaines et en particulier le trafic aérien ne les provoquent.

Le cirrus des traînées de condensation reconnu est un premier pas pour se responsabiliser.

Reste à divulguer que les composants de ces aviocirrus (eau + suies + restes d’hydrocarbures + nanoparticules + gaz d’échappement) décantent et s’agglomèrent  plus bas en cumulus de culture ou aviocordes.

Les aviocordes ne sont guère fugaces. Elles restent toujours sous leur couloir aérien, raides et résistant au vent les plus violents qui tout au plus les façonnent en nuages lenticulaires. Selon les heures de la journée, la pression atmosphérique, l’ensoleillement, l’humidité naturelle et d’autres facteurs encore, elles peuvent présenter suffisamment d’aspects pour écrire un livre.

L’ensemble des aspects possibles des aviocordes, commentés sans en nommer l’origine par Richard Hamblyn dans son livre Nuages, le guide d’identification, peut certainement se voir depuis votre fenêtre pour peu qu’elle donne sur un coin de ciel assez large.

Exemple en Provence : Exemples de nuages anthropiques, variations d'aspect d'une aviocorde Exemples de nuages anthropiques, variations d'aspect d'une aviocorde


De nombreuses autres aviorcordes illustrent ce blog, en particulier dans la catégorie  La Sainte-Victoire .

Entre rêve et réalité, nuages d'avion ou oiseaux, que choisir?

Pour éviter l'extension de l'apparition de faux nouveaux nuages tel l'aspératus (Quand l’homme devient l’esclave de son intellect, sa survie est en danger) qui ne figure pas encore dans le livre et qui n'est qu'un nouvel aspect d'une aviocorde, il n'y a qu'une seule solution : indemniser les avionneurs et réduire immédiatement le trafic aérien. Peut-être le nouvel emprunt d'état annoncé pour 2010 pourrait être entièrement consacré à cela.

Moins d'avions permettrait le retour immédiat à un ensoleillement naturel suffisant pour que la vie terrestre, et nos activités économiques repartent d'elles-mêmes, à condition que les masses de glaces ne soient pas déjà trop amoindries, ce qui perturberait énormément les cycles de l'eau.

En attendant les hommes n'ont pas fini de se battre.


Ecrevisse, aspect figuratif d'une aviocorde en cours d'agglomération, ici dans un couloir de décollage.



Aviocorde, avionneux, aviocirrus,...   Dérèglement climatique, des mots pour voir et dire

Ces mots sont en attente de reconnaissance, je les ai proposés le 12 mars 2009 sur le site des mots nouvellement créés :

http://franceterme.culture.fr/FranceTerme/boiteidees.html .


Chaque mot proposé reçoit un accusé de réception, exemple pour Aviocorde :

"Le terme Aviocorde a bien été suggéré.

Merci de votre participation à l'enrichissement de la langue.

10h03 physique de l’atmosphère"



Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • : La nature nous alerte en silence. Parfois le manque de mots ça agace!!! Mais les signes sont tenaces, le dérèglement climatique est installé, de plus en plus large, intense et rapide. Là, juste sous nos yeux, ouvrons-les bien grands, tout de suite, sans craindre de comprendre.
  • Contact

Profil

  • Jacques Fabry
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.

Il y a déjà trop d'avions

Sur terre on ne touche pas impunément à l'eau et à la lumière.

Recherche

Quand la lumière ne fut plus.

Aménagements climatiques

Réchauffement climatique

Dérèglement climatique

Bouleversement climatique

Disparitions climatiques

Uniformatisation climatique

Sans plus de commentaires pour le moment, mais je n’ai pas choisi ces mots au hasard.

 

J’ai essayé de montrer, de convaincre les responsables, c’était un peu tôt. J’y ai laissé trop d’énergie mais ils sont informés.

 

Je vais continuer par petites touches à photographier et afficher ce qui se passe sous nos yeux. J’espère que nous serons de plus en plus nombreux à accepter de regarder l’évidence et que nous serons entendus avant que la brusque extinction du plancton, des plantes, des animaux et des hommes actuels ne se produise, bien avant 2050.

 

POUR EVITER L’IRREMEDIABLE, LE PLUS URGENT EST DE DIMINUER IMMEDIATEMENT ET CONSIDERABLEMENT LE TRAFIC AERIEN MONDIAL.

 

Dure réalité, mais moins compliquée et moins coûteuse que la crise économique  générale qui nous attend, dès les prochains mois, si nous continuons à bouleverser l’eau et la lumière à la surface de la terre.

 

Je peux, à la demande, expliquer plus en détails, chacune de mes affirmations, et serais même tranquillisé qu’on me prouve que j’ai tord. N’hésitez pas à laisser un commentaire au bas des articles ou à me contacter directement avec le lien « contact » tout en bas de chaque page.

cielnature

Ils savent

la cause principale unique et 
ses multiples conséquences
www.eauseccours.com/article-16251978.html

Reponses-officielles.jpg
 

Liens