Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 07:49

Fonte des glaciers alpins, été 2010 

fonte glace mer de glace

 

Pour atténuer la déception des touristes venus admirer la Mer de Glace au-dessus de Chamonix et n’en trouvant que des vestiges très sales, il a été décidé d’organiser : « Tout l’été, lectures du paysage en plein air gratuites » et le texte de la pancarte précise en français et en anglais : « Luc Moreau, Sylvain Coutterand et Ludovic Ravanel, glaciologues, vous font vivre l’évolution du glacier et vous parlent des changements climatiques dont nous sommes les témoins. ».

 

La station de ski savoyarde Les Arcs installe une bâche blanche sur le glacier de l’Aiguille Rouge dans l’espoir d’en retarder la disparition. 

http://www.ledauphine.com/actualite/2010/07/31/une-bache-sur-le-glacier-de-l-aiguille-rouge

« La bâche, mise au point en France, est un géotextile blanc, non tissé à deux faces - l’une anti-UV, l’autre anti-condensation. « Il fallait absolument, qu’en plus de réfléchir les rayons UV, la bâche soit perméable. Car s’il y a de la condensation en dessous du textile, l’eau qui s’accumule percole à travers la glace et la fait fondre ». »

La fonte du glacier des Bossons intéresse l’ANR (Agence Nationale de Recherche) 

http://www.francesoir.fr/environnement/les-eaux-troubles-du-glacier-des-bossons

« On a déjà connu des périodes où les glaciers se retiraient. Pour autant, on n’imputait pas, comme aujourd’hui, ce retrait des glaces au réchauffement climatique », souligne Jean-François Buoncristiani qui se définit lui-même comme un « climatosceptique ». Il précise : « Ce qui actuellement affole surtout les glaciologues, les climatologues et les géologues, ce n’est pas tant que les glaciers fondent mais la vitesse à laquelle ils fondent. »

La grotte de glace de la station iséroise Les Deux Alpes a dû déménager. 

http://www.ledauphine.com/nouvelle-grotte-sur-le-glacier-elle-sera-ouverte-au-public-le-5-juillet-l-ge-de-glace-2-@/index.jspz?chaine=25&article=321878

« Les dinosaures sont morts. Pas ceux de la Préhistoire, ça, on le savait depuis longtemps. Non, les dinosaures de glace sculptés dans une grotte également de glace au sommet de la station des Deux Alpes. Après quatorze ans de présence, ils ont fondu et disparu, victimes du réchauffement climatique.

Alors les gérants de la Société des grottes de la Meije, Bernard Lambolez et Bruno Gardent, ont décidé d'en recréer une. A 3200 m d'altitude, sur le glacier,… »

 

Saint-Gervais-les-Bains, station privilégiée de l’accès au Mont-Blanc ne craint pas d’afficher de petits arrangements avec le réchauffement climatique :

En juin, l’opération « week-end découverte des glaciers» organisée par l’association Planète Terre et la ville de St-Gervais avait pout but de « sensibiliser le grand public à la fonte des glaces et au réchauffement climatique »

Le parrain de cette manifestation n’était autre que le très célèbre glaciologue Jean Jouzel, médaille d’or du CNRS 2002, un des lauréat du prix Nobel de la paix 2009, actuellement responsable, dans le cadre du grenelle de l’environnement, de la concertation sur l’évolution des modèles climatiques en France. Mr Jean Jouzel a alors déclaré : « A ce rythme là, le glacier de Bionnassay, comme l’ensemble des glaciers en dessous de 4000m d’altitude, est amené à disparaître avant la fin du 21ème siècle. »

Cette prévision n’inquiète nullement le Maire de la commune Jean-Marc Peillex,  ardent défenseur de « la montagne à l’état pur » et qui ne cache pas son ambition d’être un jour choisi comme ministre de l’environnement.

En effet le chantier du futuriste nouveau refuge du Goûter vient d’être lancé à 3875 m d’altitude. 

http://www.ledauphine.com/haute-savoie/2010/08/16/sous-le-mont-blanc-sur-le-plus-haut-chantier-de-france

« A près de 4 000 m d’altitude, il offrira un condensé de tout ce que l’on peut faire en matière d’énergies renouvelables.

Cette construction sur une arête de glace, de gneiss et de schiste est un véritable défi. Elle a fait l’objet d’études géotechniques poussées.

“L’arête ne s’est pas effondrée en 10 000 ans, il n’y a pas de raison que ça arrive aujourd’hui”, explique Olivier Percie du Sert, ingénieur géotechnicien. »

Alors ce nouveau refuge craindra-t-il ou ne craindra-t-il pas de s’abîmer dans le vide suite à la fonte de l’arête de glace et la fragilisation du schiste et gneiss par le dégel ?

Tout dépend de l’accélération de la fonte des glaciers.

 

Le premier facteur de l’accélération de la fonte des glaces n’est pas la température mais l’humidité.

 

 

Mise en évidence du rôle prépondérant de l’humidité dans l’accélération de la fonte des glaces

Expérience 1 : différence d’influence des milieux eau et air sur la vitesse de fonte d’un glaçon

fonte glace air et eau a

 

Début de l’expérience à 07h27

 

Plongée dans de l’eau à température de l’air ambiant les 2 blocs de glace préparés la veille, un conservant sa peau de baudruche, l’autre non.



fonte glace air et eau b

 

7h45, 7h52 et 7h56

En à peine une demi-heure le glaçon entièrement dans l’eau a complètement fondu alors que celui dans la baudruche est pratiquement intact.

Ce glaçon restant est alors retiré de l’eau, la baudruche enlevée et la glace à nu  mise à fondre en suspension dans l’air ambiant.

fonte glace air et eau c

 

9h23, 16h48 et 20h09

La fonte de cette glace résiduelle dans le seul air ambiant a nécessité plus d’une demi-journée supplémentaire.


Expérience 2 : accélération de la fonte d’un glaçon par pulvérisation d’eau

fonte glace pulvérisateur a

Préparation et matériel :

3 demi-litres d’eau mis à geler la veille dans des sacs de congélation  maintenus dans des bols

1 seau ou bassine d’eau et un pulvérisateur d’eau à température ambiante

2 assiettes retournées pour isoler les glaçons de l’eau de la fonte

1 balance ménagère (non représentée sur la photo) pour mémoire  1/2 l d’eau pèse 500 g

fonte glace pulvérisateur b

Début de l’expérience à 10h08

Les 3 glaçons ont été débarrassés de leur sac congélateur.

Puis le 1er est laissé à l’air libre, le 2ème  est plongé dans l’eau et le 3ème doucement arrosé par l’eau pulvérisée, légèrement et pratiquement continument

Remarque : Pas de chance, un des glaçons est en plusieurs morceaux, vu le résultat de l’expérience précédente, c’est celui qui a été laissé à l’air libre

fonte glace pulvérisateur c

10h26 et 10h29

En une vingtaine de minutes depuis le début de l’expérience le glaçon plongé dans l’eau a complètement disparu

fonte glace pulvérisateur d

10h29

Les deux autres glaçons, à l’air libre ou pulvérisé d’un léger brouillard d’eau, pèsent encore sensiblement 420 g chacun.

fonte glace pulvérisateur e 

11h03   280g pour le glaçon à l’air libre et 195g pour le glaçon sous le brouillard

11h30   200g pour le glaçon à l’air libre et   20g pour le glaçon sous le brouillard

Le glaçon sous le brouillard d’eau pulvérisée doucement et régulièrement a fondu beaucoup plus vite que le glaçon à l’air plus sec ambiant.

NB : Bien qu’il soit devenu très difficile de trouvé un air sec Sur les photos plus de 60% d’humidité pour un air sec d’été, l’excès de trafic aérien sévit aussi en Provence avec d’autres causes.

fonte glace aviocorde et avion

Les aviocordes, même les jours de très beau temps, peuvent s’accumuler sous les couloirs aériens trop fréquentés et humidifier les glaciers. Depuis les Contamines Montjoie 31/08/3010


fonte glace aviocorde au sol

31/10/2010 depuis Le Bettex commune de St-Gervais les Bains

Pour en savoir plus :

11/07/2008 :  Vision d'automne, nouveau nuage typique du Mont-Blanc

04/08/2008 :  Ainsi fond, fond, fond, K2, banquise et Mont-Blanc

22/05/2009 :  Expérience pour comprendre une des causes de l'accélération de la fonte de la banquise

06/10/2009 :  Trois yeux fixes plus tous les nôtres pour comprendre la fonte des glaces

17/01/2010 :  Aviocorde, nouveau nuage en long, gênant et pouvant devenir dangereux à Bonn comme ailleurs


Repost 0
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 17:16

Suite à la question exprimée par lupin   Etre utile face à la réalité des changements climatiques voici une petite expérience pour tenter d’éclaircir le doute sur le rôle de l’eau salée dans la montée des eaux consécutive à la fonte d’un iceberg.

ECHAUFFEMENT MENTAL 
 

Quelle est la couleur du cheval blanc d’Henri IV ?

Quelle est la couleur du cheval que tu préfères ?

Quelle est la couleur de cheval que tu préfères ?

L’esprit humain appréhende difficilement le simple, et se montre souvent naïf ou simplement trop pressé. Commander une friture de lac au bord d’un beau lac alpin, vase d’expansion de l’eau de fonte des glaciers, ne veut pas dire que sera servie une friture du lac.

 

Qu’est-ce qui est le plus lourd, un kilo de plumes ou un kilo de plomb ?

Qu’est-ce qui prend le plus de place, un litre de plumes ou un litre de plomb ?

Qu’est-ce qui est le plus lourd, un litre de plumes ou un litre de plomb ?

Une force et un volume, pas si simple de gérer deux notions en même temps, alors quand on y ajoute le solide et le liquide et encore le sel ça peut devenir compliqué. La magie des apparences peut être plus forte que la raison ou la connaissance.

 

Quel est le périmètre d’un rectangle de 15 cm de long et 10 cm de large ?

Quel est le périmètre du fond rectangulaire d’une boîte de 15 cm de long, 10 cm de large  et 4 cm d’épaisseur ?

Quel est le périmètre du fond rectangulaire d’une boîte de 15 cm de long, 10 cm de large, et 4 cm d’épaisseur sachant qu’elle a coûtée 6€ et qu’elle a été achetée pour ranger des jolies pierres ?

Un objet existe dans sa globalité, selon ce que l’on veut voir ou savoir,  des éléments sont utiles et d’autres non.

 

MATERIEL ET PREPARATION DE L’EXPERIENCE

·        2 verres identiques transparents

·        du sel

·        1 cuillère pour remuer

·        1 balance de ménage

·        1 grande soucoupe

·        de l’eau

·        du sel

·        des glaçons environ de même taille


fonte eau douce eau salée 08h36


1-     Remplir un verre d’eau  plate en laissant assez de place pour pouvoir rajouter des glaçons.

2-     Peser ce premier verre et noter le résultat.

3-     Remplir le deuxième verre d’eau au même niveau que le premier.

4-     Rajouter du sel

Remarquer que le sel coule.

Remarquer qu’immédiatement et au fur et à mesure que le sel est ajouté l’eau monte dans le verre.

5-     Remuer avec la cuillère pour aider le sel à se dissoudre plus vite.

6-     Vider l’excès d’eau salée pour retrouver le même niveau que celui atteint par l’eau du premier verre.

7-     Peser ce deuxième verre rempli d’eau salée et comparer avec le poids du verre rempli d’eau douce.

Pour un même volume, l’eau salée pèse plus que l’eau douce, sa force (poids comme poussée d’Archimède) est plus importante que celle de l’eau douce. On ne change pas notre poids en se baignant dans un lac ou dans la mer, mais l’eau salée de la mer nous porte plus que l’eau douce du lac.

8-     Disposer la soucoupe vide à gauche du verre d’eau.

 

DEROULEMENT DE L’EXPERIENCE


fonte eau douce eau salée sel 08h40


1-     Placer dans le verre d’eau douce le nombre de glaçons adapté à la taille du verre.

Immédiatement l’eau monte.

2-     Placer le même nombre de glaçons dans le verre d’eau salée.

Immédiatement l’eau salée monte au même niveau que celui atteint par l’eau douce.

(NB compte-tenu de la petitesse de la taille des glaçons, de l’air qu’ils ont emprisonné et des frottements entre eux et la paroi du verre, la différence de flottaison entre l’eau douce et l’eau salée est assez peu visible à ce moment)

3-     Placer un même nombre de glaçons dans la soucoupe (ou mieux encore dans une petite passoire au-dessus de la soucoupe)

4-     Observer la fonte de toute cette glace.

 

fonte eau douce eau salée sel 08h53

Les glaçons flottant dans l’eau douce fondent très rapidement sans que l’eau monte davantage.

fonte eau douce eau salée sel 10h48
Les glaçons qui flottaient dans l’eau salée ont fondu aussi sans que l’eau ne monte davantage.

 

Les glaçons à l’air libre ont été les plus longs à fondre.

Expérience pour comprendre une des causes de l'accélération de la fonte de la banquise

L’humidification de l’air par l’excès du trafic aérien accélère considérablement la fonte des glaciers.

 

 


 

EXPERIENCE UN PEU PLUS LONGUE ET PLUS JOLIE


fonte eau douce eau salée 6 verres début

1-Remplir au 3/4 de leur contenance 6 verres identiques :

·        N°1 et 2 : eau douce

·        N°3 et 4 : eau fortement salée

·        N° 5       : sirop de sucre fortement dosé

·        N°6        : huile de table

2-Préparer un même nombre de glaçons pour chaque verre (2 pour l’exemple en photos)

3-Devant les verres n° 1 et 3, placer les glaçons dans une soucoupe

4-Plonger les autres glaçons dans les liquides des verres n°2, 4, 5 et 6

Immédiatement le niveau de l’eau monte de manière identique dans ces 4 verres.

La fonte des glaçons commence, très rapide dans l’eau douce, plus lente dans l’eau salée, encore plus lente dans l’eau sucrée et l’huile, très  lente dans l’air.

 

 fonte eau douce eau salée 6 verres huile










La fonte des glaçons dans l’huile est du plus bel effet.

L’eau fondue se rassemble en dessous-du niveau de l’huile ; un litre d’huile pèse moins qu’un litre d’eau ; la poussée d’Archimède fait flotter l’huile sur l’eau.  








fonte eau douce eau salée 6 verres fin

5-Quand tous les glaçons ont fondu, verser l’eau des soucoupes dans les verres n° 1 et 3.

L’eau de fonte des glaciers terrestres rejoint toujours tôt ou tard les lacs et les mers.

La montée des eaux est retardée mais atteint le même niveau que celle provoquée par une chute directe du glacier dans la mer.

  

 

La montée du niveau des océans ne dépend pas de la salinité de l’eau.

La montée du niveau des océans ne dépend pas de la poussée d’Archimède mais uniquement du volume d’eau déplacée.

La montée des eaux se produit dès que l’on ajoute un élément dans le bassin contenant l’eau.

La montée des eaux n’est visible que si l’élément ajouté au liquide est suffisamment volumineux par rapport au volume total de l’eau et la forme du bassin récepteur.



Toute matière qui arrive dans la mer, hors équilibre des cycles de l’eau habituels, contribue à augmenter le niveau des océans.

·        Des millions d’années seront nécessaires pour que les montagnes, théoriquement, remplissent la mer.

·        La montée des eaux par la fonte des glaces que l’on considérait éternelles peut se voir à l’échelle d’une vie humaine.

 

La brutale montée des eaux est une catastrophe planétaire relativement prévisible dont de nombreux sites proposent des simulations. Il y aura les peuples directement touchés et ceux qui le seront indirectement. Les animaux et les plantes peuvent disparaître d’un endroit et en coloniser un autre.

 

Le GIEC vient de s’excuser pour avoir imprimé  par erreur 2035 au lieu de 2350 comme étant une date envisageable de la fonte totale des glaciers de l’Himalaya.

 

Si rien n’est fait pour limiter l’humidité et les particules déposées par le trafic aérien sur les réserves de glaces mondiales, la réalité de la fonte totale des glaciers sera sans aucun doute beaucoup plus proche de 2035 que de 2350.

 

Mais le vrai cataclysme mondial qui nous touche est l’altération de la lumière par les aviocirrus, et cela concerne toutes les formes de vies terrestres.

 



Du 1er au 31 janvier 2010, comme prévu, aviocordes et aviocirrus ont dévasté le ciel et perturbé la météo de Bonn, Allemagne, place choisie pour le prochain sommet sur le climat en juin prochain. (Images quotidiennes précédentes incluses dans les articles écrits depuis le 1er janvier 2010)

Bonn 2010 01 31 Dim 08h a 10h13
Dimanche 31 janvier 2010,  matin  (Images en direct sur http://www.b-p-s.de/webcam.php)


Bonn 2010 01 31 Dim 11h37 a 13h31

Dimanche 31 janvier 2010,  midi  (Images en direct sur http://www.b-p-s.de/webcam.php)


Bonn 2010 01 31 Dim 15h a 17h52

Dimanche 31 janvier 2010,  après-midi  (Images en direct sur http://www.b-p-s.de/webcam.php)

Repost 0
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 13:49

Intrigue

Imagination, manipulations et observations pour se rendre compte comment la fonte des glaces peut faire ou non monter le niveau des mers

 

Décors 

Préparation de la calotte glaciaire :

·        Se procurer un petit ballon de baudruche (ex utilisé : 5 cm au plus large sur 11 cm de long à l’état neuf)

Puis un soir dans la cuisine

·        Gonfler et dégonfler plusieurs fois le ballon pour l’assouplir

·        Adapter l’embouchure du ballon à la tête d’un robinet et le remplir d’eau froide

·        Nouer sur lui-même le bout du ballon en s’arrangeant pour que le nœud soit le plus près possible du ras de l’eau

·        Placer ce ballon rempli d’eau au congélateur

 

Préparation de l’étendue d’eau :

Le lendemain matin

·        Se procurer un récipient transparent pouvant largement contenir le ballon plein d’eau gelée. (ex utilisé : bac à légume du réfrigérateur)

·        Remplir ce contenant au moins au ¾ d’eau

·        Matérialiser le niveau de l’eau par le bord supérieur d’un ruban faiblement adhésif  collé sur la paroi extérieure du récipient

·        Inscrire « A » ou « 1 » sur ce morceau de ruban pour le transformer en repère de départ

·        Sortir le ballon du congélateur, le tâter pour apprécier la dureté de l’eau gelée, observer son aspect

 

 fonte A


Acte I

Le glacier arrivant dans l’eau

·        Prendre le ballon par le petit bout qui dépasse et le plonger dans l’eau doucement pour apprécier la montée du niveau de la mer ;  remonter un peu, beaucoup, le ballon, le redescendre, remonter,… ; lâcher le ballon

·        Comme précédemment matérialiser et repérer le niveau atteint par l’eau

·        Bien observer l’aspect du ballon, sa partie immergée, sa partie émergée

 

fonte AB glacier

Un glacier terrien (calotte glacière) plongé dans l’eau, fait instantanément monter l’eau dans son contenant.

 

Le niveau de la mer monte dès qu’on ajoute de la matière dans son contenant, son bassin, sa bassine.

 

Pendant que la glace fond dans le ballon, une autre observation peut-être effectuée dans un lavabo ou un évier sous la surveillance d’un adulte bienveillant.

 fonte lavabo plein fonte lavabo trop plein

Dans la nature, à l’échelle d’une vie humaine ou de mémoire familiale, le niveau des mers peut apparaître stable car un équilibre naturel existe entre

·        d’une part la quantité d’eau apportée par les fleuves, et qui provient des pluies et de la fonte saisonnière des neiges et des glaces,

·        et d’autre part la quantité d’eau qui quitte la mer (par évaporation dans la nature).

Si soudainement un corps inattendu est plongé dans la retenue d’eau, le niveau monte et inonde alentours aussi brusquement que l’objet est introduit dans l’eau et aussi largement que l’objet est volumineux.

 

ATTENTION : On peut inonder la salle de bain si on se plonge trop vite dans une baignoire déjà pleine jusqu’au trou d’évacuation de sécurité.

 

 

La montée du niveau des mers peut se produire si des quantités de glace ou de  neige jusque là considérées comme « éternelles »  se détachent directement des calottes glacières des régions nordiques (icebergs) ou  fondent des glaciers de montagne,  grossissant les fleuves avant la mer.

ATTENTION : une débâcle importante peut provoquer une soudaine énorme quantité de nouveaux icebergs et d’eau de fonte provoquant immédiatement la montée des eaux correspondant à leur volume d’eau de mer déplacée.

 

 

Acte II

La fonte de l’iceberg ou de la banquise

 

Deux heures après, retour vers le ballon qui contenait la glace

fonte ABC banquise 

·        La baudruche s’est complètement détendue, son contact est mou, la glace a fondu

·        De nouveau matérialiser et repérer le niveau atteint par l’eau

·        Remarquer que la partie du ballon qui maintenant dépasse de l’eau ne contient qu’une bulle d’air, emprisonnée lors de la confection du nœud, et que l’on peut d’ailleurs apercevoir en regardant de plus près les photos du départ

   

Le niveau C est le même que le niveau B, la fonte de la glace n’a pas fait changer le niveau de l’eau.

La fonte des icebergs déjà tombés dans l’eau ne fait plus monter le niveau de la mer.

La fonte de la banquise ne fait que rendre liquide la partie de la mer qui avait gelée sur place. Dans ce cas le niveau de la mer ne change pas ni lors du gel, ni lors du dégel.

 

Acte III

Remarques diverses

 

·        Du bout d’une paire de ciseaux faire une entaille dans la baudruche au niveau de la bulle d’air

·        De nouveau matérialiser et repérer le niveau atteint par l’eau

·        Contempler la baudruche vide flottant entre deux eaux

·        Enlever la baudruche

 
fonte ABCD

 

 

Le niveau D est le même que les niveaux C et B.

La bulle d’air ou la baudruche sont des quantités négligeables en volume par rapport à la quantité d’eau présente.

Quelquefois ces quantités que l’homme croit négligeables peuvent avoir des conséquences polluantes très destructrices pour la nature et la vie. Par exemple le mental humain a encore pour le moment de la difficulté à accepter que les nuages produits par l’excès de trafic aérien peuvent être en quantité assez importante pour  faire se perdre les abeilles, dépérir des plantes, fondre les glaciers, ou encore engendrer des orages de grêle, provoquer des accidents de la route, entraîner des morts en montagne ou nuire à la santé. Et pourtant il suffit de ne pas penser, et de lever les yeux pour voir à quel point ces nouveaux nuages, aviocirrus et aviocordes ont envahi notre ciel.

Impossible à observer dans un récipient, la dilatation des eaux des mers suite à une augmentation de la température moyenne annuelle (réchauffement climatique) participerait à l’élévation du niveau moyen des mers.

 

 

La loi physique qui fait qu’un iceberg flotte et ne fait pas monter le niveau de l’eau en fondant est le Principe d'Archimède :

« Tout corps plongé dans un liquide ou un gaz reçoit une poussée, de bas en haut, égale au poids du volume de liquide déplacé. »

La glace qui flotte a plus de volume mais le même poids que l’eau fondue correspondante.

 

 

Remarquable : Si l’eau diminuait de volume en gelant au lieu d’en augmenter, chaque nouveau glaçon coulerait et la totalité de l’eau de la terre ou presque finirait par geler, rendant toute vie impossible.

 

 

Plus simple et plus rapide :

·        Remplir un verre d’eau ou de sa boisson favorite

·        Repérer le niveau du liquide

·        Ajouter un gros glaçon : la chute d’un iceberg, glacier terrestre, a instantanément fait monter le niveau du liquide

·        Repérer le nouveau niveau du liquide

·        Attendre que le glaçon ait complètement fondu

·        Constater que le niveau du liquide est resté stable : la fonte d’un iceberg flottant, provenant de la terre ou de la banquise ne fait pas varier le niveau du liquide

·        Savourer sa boisson favorite

 

 



Le prochain sommet sur le climat, après Copenhague en décembre 2009, se tiendra à Bonn en juin 2010

Bonn, Allemagne, est devenue terre d'Avionie, chaque jour aviocirrus et aviocordes encombrent son ciel comme peuvent en témoigner cette webcam http://www.b-p-s.de/webcam.php 


Vendredi 1er janvier 2010

Pour le monde entier, pour préserver la vie terrestre, BONN Année 2010


Samedi 2 janvier 2010, 08h35 et 10h09

Bonn 2010 01 02 Sam 08h35 10h09

Dimanche 3 janvier 2010, 09h00 et 10h00

Bonn 2010 01 03 Dim 09h00 10h00


Lundi 4 janvier 2010, 10h31 et 14h21
Bonn 2010 01 04 Lun 10h31 14h21

Avant-hier, mardi 5 janvier 2010, 07h00 et 09h00

Bonn 2010 01 05 Mar 07h00 09h00

Hier mercredi, 6 janvier 2010, 11h00 et 12h00

Bonn-2010-01-06-Mer-11h00-12h00.jpg


Aujourd’hui, jeudi 7 janvier 2010, 11h23 et 14h00
Bonn-2010-01-07-Jeu-11h23-14h00.jpg

 
Repost 0
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 21:21


L'accélération de la fonte des glaces est essentiellement due à l'augmentation de l'humidité dans l'air ambiant. L'objectif des webcams peut ouvrir les yeux à notre propre objectivité et aider à nous faire accepter d'où provient cet excès d'humidité.

Saint-Gervais les Bains, Chamonix, Les Saisies, trois systèmes vidéos différents qui apportent chacun un éclairage complémentaire.



-Regardez, c'est ce nuage qui pourrit la glace !



Saint-Gervais-les-Bains
Pour les milieux scientifiques autorisés, un système automatique de prise de vue surveille la fonte du glacier de Bionnassay dans le massif du Mont-Blanc

L’évènement est relaté par la journaliste Catherine RICHARD dans le quotidien Le Dauphiné Libéré, éditions 74D du 11/09/2009 et 73A du 22/09/2009, article repris sur la version internet : http://www.ledauphine.com/haute-montagnepour-mesurer-les-effets-du-rechauffement-climatique-le-glacier-de-bionnassay-etudie-de-tres-pres-@/index.jspz?comnumcom=74236&article=195443

 

On y apprend que la municipalité de Saint-Gervais-les Bains, conduite par son maire, Monsieur Jean-Marc PEILLEX, a financé dans le cadre de « La montage à l’état pur » (charte environnementale locale « Pour ne laisser dans la montagne que la trace de nos pas ») un système vidéo automatique installé début juillet sur le site de Bionnassay et prenant toutes les deux heures une photo du glacier. Le glaciologue régional officiel Luc Moreau commente les finalités de l’opération. Une quarantaine de ces photos rassemblées en un montage vidéo donnent l’illusion de voir le glacier en mouvement, progression relevée d’environ 7 cm par jour.

 

La photo illustrant l’article présente l’appareil de vidéo automatique tenu en main devant le glacier noir par le glaciologue Luc Moreau  http://www.ledauphine.com/photo-@/index.jspz?photo=170329

 

11 commentaires à ce jour, opposent des arguments sur l’intérêt ou non d’une telle opération, sur la cause humaine ou non de cette fonte des glaciers et titillent la frontière des choix d’intervention des modérateurs du site.

 

Mon propre commentaire déposé le 23 septembre  à 08h03 sous le pseudo « Cielnature » est resté entier au moins jusqu’à 14h43du même jour :

 

Une autre caméra surveille les glaciers du Mont-Blanc, ouverte à tous en suivant ce lien http://www.chamonix-meteo.com/bul/metPreEveFr.php. Une image chaque quart d'heure.

Et cette caméra photographie régulièrement le nuage qui fait fondre le glacier: http://www.eauseccours.com/article-33965482.html .

 

Depuis le 24 septembre au moins ce commentaire apparaît  tronqué après le mot « glacier » sans même qu’un point final soit rajouté.



Chamonix
Pour tous ceux que la météo intéresse, des images du ciel et des glaciers du Mont-Blanc sont diffusées chaque quart d’heure par la webcam Chamonix-météo

 

Une autre caméra surveille les glaciers du Mont-Blanc, ouverte à tous en suivant ce lien http://www.chamonix-meteo.com/bul/metPreEveFr.php. Une image chaque quart d'heure.

Et cette caméra photographie régulièrement le nuage qui fait fondre le glacier

 

Chamonix-météo invite à se « faire une idée de l'évolution du ciel chamoniard au cours des trois dernières heures, de quart d'heure en quart d'heure ».

 

Mais cette webcam permet beaucoup plus. Montage à la portée de tous d'un petit diaporama maison et l’on obtient une animation digne de celle réalisée à partir des photos prises par la caméra officielle qui surveille le glacier de Bionassay.

 

Vendredi 2 octobre 2009


Chacun peut ainsi mettre en évidence, même à des milliers de kilomètres de Chamonix, non pas le glissement du glacier, mais la présence devenue quasi permanente du nuage qui le fait fondre. 
 
(NB: En arrière plan du glaciologue Luc Moreau, sur la photo du Dauphiné Libéré, comme dans le montage présenté récemment aux infos régionales de FR3, ce nuage apparait en train de se former ou de se désagréger momentanément)

 

Ces photos apportent aussi quotidiennement de nombreux renseignements sur  le nouvel aspect montré par le soleil et ses rayons ainsi que l’éclairage au sol. Cette réception non naturelle de la lumière, modifie les conditions de transformation et de fonte de la neige et de la glace ce qui peut mettre en danger la vie des montagnards les plus expérimentés. Il est devenu urgent de prévenir les alpinistes et les randonneurs de l’existence durable de ces nouvelles conditions météo.

 

Le lien supprimé de mon commentaire par le modérateur du site du Dauphiné Libéré ouvrait la page d’un article qui tentait de prévenir de l’existence de ces nouveaux dangers.

 

: http://www.eauseccours.com/article-33965482.html .

 

 




Les Saisies, col entre le Val d'Arly et le Beaufortain
Pour vanter la beauté du panorama visible depuis la station de tourisme Les Saisies, une webcam fixe montre tout le jour durant l’image du Mont-Blanc

 

http://www.lessaisies.org/webcams/les_saisies.html puis choisir la webcam n°1

 

Trois vues sont conservées 24 heures : celles prises à 9h, 12h et 17h. Ci-dessous images du vendredi 2 octobre 2009


9h aviocorde devenue brouillard inopiné



12h grand beau temps mais aviocirrus au niveau du passage des avions et aviocorde bien plus bas gâchent le panorama. Le Mont-Blanc est à peine visible en arrière plan. Ses glaciers se fondent sous cet apport d'humidité et d'effet de serre.



17h grand beau temps ; aviocorde de plus en plus monstrueuse ; les aviocirrus ne se voient plus mais leur présence est rendu perceptible par la paleur du ciel bleu, la couleur des terrains et le flou de l'ombre au premier plan.


L’humidité permanente qui se colle aux glaciers et accélère leur fonte provient de l’excès de trafic aérien. Les aviocordes, nuages de culture tout en longueur sont une manifestation de plus en plus visible et envahissante de cette humidité anthropique. Le voile d’aviocirrus, augmente l’effet de serre.

 

Pratiquement toutes les photos personnelles que chacun peu prendre contiennent des aviocordes et des voiles d’aviocirrus de plus en plus visibles.

 

En observant attentivement les photos qui illustrent les articles ou reportages parlant de la fonte de la banquise nous pouvons pratiquement toujours repérer la présence de traînées d’avions sous leur aspect classique ou agglomérées en aviocordes.

Repost 0
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 06:22
MATERIEL

·       3 glaçons de même taille

·       3 petits entonnoirs de plastique avec filtre

·       2 verres à eau

·       1 égouttoir à couverts

·       1 sèche-cheveux

·       1 robinet d’eau froide

 

PREPARATION (avec la présence d’un adulte si réalisé par des enfants)

1.      Placer l’égouttoir à couverts sous le robinet d’eau froide fermé

2.      Brancher le sèche-cheveux sans l’allumer

3.      Placer un verre sur la paillasse près du sèche-cheveux

4.      Placer le deuxième verre assez écarté du robinet et du sèche-cheveux

5.      Poser un entonnoir sur l’égouttoir à couverts et un sur chaque verre

 

EXPERIENCE (avec la présence d’un adulte si réalisé par des enfants)

·       Placer un glaçon sur le fond grillagé de chaque entonnoir

UN GLACON SERVIRA DE TEMOIN DE FONTE

UN GLACON SERA DOUCHE PAR UNE FRAICHE PLUIE PRINTANNIERE

UN GLACON SUBIRA LA CHALEUR SECHE DE L’ETE

·       Saisir d’une main le sèche-cheveu et l’approcher du glaçon lui correspondant sans l’allumer

·       De l’autre main saisir le robinet en position d’eau froide

·       Simultanément allumer le sèche-cheveux et ouvrir un filet d’eau froide

 

DANS QUEL ORDRE CES GLACONS FONDRONT-ILS ?

·       Cesser l’expérience dès qu’un glaçon aura totalement fondu

·       Récupérer les deux glaçons restants et comparer leur taille

 





L'humidité est parmi les principaux  accélérateurs de la fonte des glaces.
Ainsi fond, fond, fond, K2, banquise et Mont-Blanc


Exemple sur le terrain,
un petit tour pour voir l'état de la grotte de glace à Chamonix


Début mai 2009, une belle journée de printemps, Chamonix gare du train à crémaillère
Le petit nuage n'est pas haleine de la locomotive mais celle d'un avion


 Le soleil blanc qui fait luire très largement la locomotive de la photo précédente est encore mis en avant sur ces affiches

 

Là aussi tout brille largement
Plus inquiétant encore, les irisations mouchetées qu'on peut entrevoir dans l'ombre sous la fenêtre.


Gare d'arrivée, altitude 1913 m, vue sur le célèbre Grand Hôtel du Montenvers sur fond de ciel avionneux


Côté mer de glace, une aviocorde traverse la vallée


Entrées de la grotte de glace : à gauche celle de l'année dernière, au milieu celle de cet hiver encore visitable et à droite l'entrée de la grotte en cours d'aménagement pour cet été 2009


Les parois sont celles d'un glaçon fondant.


La machine est prête à creuser plus avant dans l'épaisseur du glacier.
Déjà l'année dernière la glace montrait des signes de réchauffement http://www.ledauphine.com/chamonix-la-grotte-de-la-mer-de-glace-fermee-@/index.jspz?article=49775&chaine=23



Cette année un flou règne quant à l'autorisatin d'ouverture de la grotte au public.
http://www.ledauphine.com/index.jspz?chaine=26&article=130393&xtor=RSS-26

Sans nul doute cet excès d'humidité accélère et accélèrera la fonte de la mer de glace


Effet de serre dû au voile d'aviocirrus


Nouvel aspect quotidien du soleil, irisations hydrocarburées rendues visibles par l'humidité excessive de l'air
(aspect dissimulé par les médias et les publicistes)


Retour à Chamonix, reflets extra-larges du soleil sur les voitures qui attendent le passage du train.

ATTENTION, il y a risque d'accident par éblouissement particulièrement pour les motards, pour qui ces reflets peuvent se réfléchir sur les parois internes des casques de médiocre qualité.


Malgré ce ciel bleu pâle, le Mont-Blanc est bien tentant




Dans l'humidité apportée par le trafic aérien les rayons du soleil deviennent visibles


A tout moment une aviocorde peut surprendre une cordée dans un brouillard inopiné et gêner l'hélicoptère des secours
Vision d'automne, nouveau nuage typique du Mont-Blanc


Le sommet approche, le ciel a la couleur d'un ciel normal de moyenne montagne, voire de plaine.
Le rayon blanc est est toujours visible dans l'humidité des avions qui volent à 11000m d'altitude.


4810 m (altitude officielle actuelle) couloirs aériens à l'horizon, ombre floue de la tête du photographe, l'air est rempli d'un excès d'humidité qui pénètre le corps et le refroidit insidieusement.




Retour à Chamonix


En terrasse, une excellente occasion d'expérimenter très simplement la fonte des glaces
Repost 0
4 août 2008 1 04 /08 /août /2008 09:29

brillance au soleil blanc
toits en tôle ou pentes enneigées brillent pareillement



K2, 2ème plus haut sommet du monde : Vendredi 1 août 2008, un bloc de glace se détache des pentes surplombant un passage étroit de l'itinéraire, le goulet «Bottleneck», et provoque la mort d'au moins 9 alpinistes de différentes nationalités.

Banquise : de nombreux articles annoncent que le pôle nord pourrait se montrer libre de glace dès cet été.

Mont-Blanc : Dimanche 3 août 2008, deux alpinistes, surpris par le ramollissement très important de la neige  se retrouvent coincés dans la descente de l'aiguille du Chardonnet, et seront évacués par l'hélicoptère du PGHM de Chamonix.

Le point commun entre ces événements géographiquement très éloignés les uns des autres est une fonte accélérée des neiges et glaces pourtant réputées éternelles.

Réchauffement climatique ? Et voilà l'affaire classée, c'est prévu, inéluctable, alors chercher plus avant serait un crime contre l'inertie humaine. Il est paradoxalement bien plus rassurant de constater que tout ce que les médias annoncent depuis des années se confirme de jour en jour. Nous mourrons tranquillement, à petit feu, et c'est parfait.

Dans le même ordre d'idée, il était tout à fait étonnant, de constater avec quelle rapidité et enthousiasme les médias ont relayé, détaillé, enrichi l'annonce de la première alerte à la canicule dans les Bouches du Rhône pour la journée d'hier, dimanche 3 août 2008. A croire qu'une bonne partie de ces articles et documentaires étaient écrits de longue date, cette mini alerte de météo France étant le signal tant attendu pour publier.

Naturellement les glaces et neiges vierges étincèlent au soleil et ne subissent finalement que très peu son rayonnement.

Une cause de l'accélération de la fonte peut être la salissure de ces espaces par vents de sable, poussières volcaniques ou d'origine humaine. Les Savoyards et autres montagnards pressés de voir fondre la neige au printemps répandent cendre ou purin pour noircir la neige et accélérer ainsi la fonte.

La chaleur écrasante ressentie ces jours-ci, quelques heures en milieu de journée, à Chamonix ou dans le sud de la France, est plus liée au taux d'humidité anormalement élevé qu'au maximum de température, très habituel pour un mois d'août.

La neige et la glace ont une très grande affinité pour cette chaleur humide partout dans le monde. Leurs surfaces semblent se vitrifier, ne scintillent plus mais brillent uniformément. La neige transformée ne porte plus, rendant tout déplacement impossible ou très dangereux ; la chaleur humide pénètre jusqu'au sol provoquant chute de glace et avalanches. La fonte est considérablement accélérée.

Cette humidité ambiante blanchit le soleil, pâlit le ciel et pour un œil attentif change la tonalité de toutes les couleurs.

Ces gouttelettes en suspension dans l'air peuvent apparaître sur les clichés des vacances sous forme de rayons solaires larges et blancs. Les reflets du soleil, très larges sont omniprésents : sur le crâne des chauves, les files de voitures, les vitres des immeubles, les toits de tôle, le goudron des routes...

Le soleil humide brûle plus que de coutume, la nuit tombe plus vite, grise et plus fraîche qu'attendue.

Vous êtes en Avionie, pays ou le trafic aérien est devenu trop important pour le milieu ambiant.

soleil blanc

aspect du soleil traversant l’humidité des traînées d’avion



 

rayons humides visibles au sol

certainement, ici ou là, sur une carte postale, vos clichés ou une photo de presse vous constaterez la présence de ces rayons

Repost 0

Présentation

  • : Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • : La nature nous alerte en silence. Parfois le manque de mots ça agace!!! Mais les signes sont tenaces, le dérèglement climatique est installé, de plus en plus large, intense et rapide. Là, juste sous nos yeux, ouvrons-les bien grands, tout de suite, sans craindre de comprendre.
  • Contact

Profil

  • Jacques Fabry
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.

Il y a déjà trop d'avions

Sur terre on ne touche pas impunément à l'eau et à la lumière.

Recherche

Quand la lumière ne fut plus.

Aménagements climatiques

Réchauffement climatique

Dérèglement climatique

Bouleversement climatique

Disparitions climatiques

Uniformatisation climatique

Sans plus de commentaires pour le moment, mais je n’ai pas choisi ces mots au hasard.

 

J’ai essayé de montrer, de convaincre les responsables, c’était un peu tôt. J’y ai laissé trop d’énergie mais ils sont informés.

 

Je vais continuer par petites touches à photographier et afficher ce qui se passe sous nos yeux. J’espère que nous serons de plus en plus nombreux à accepter de regarder l’évidence et que nous serons entendus avant que la brusque extinction du plancton, des plantes, des animaux et des hommes actuels ne se produise, bien avant 2050.

 

POUR EVITER L’IRREMEDIABLE, LE PLUS URGENT EST DE DIMINUER IMMEDIATEMENT ET CONSIDERABLEMENT LE TRAFIC AERIEN MONDIAL.

 

Dure réalité, mais moins compliquée et moins coûteuse que la crise économique  générale qui nous attend, dès les prochains mois, si nous continuons à bouleverser l’eau et la lumière à la surface de la terre.

 

Je peux, à la demande, expliquer plus en détails, chacune de mes affirmations, et serais même tranquillisé qu’on me prouve que j’ai tord. N’hésitez pas à laisser un commentaire au bas des articles ou à me contacter directement avec le lien « contact » tout en bas de chaque page.

cielnature

Ils savent

la cause principale unique et 
ses multiples conséquences
www.eauseccours.com/article-16251978.html

Reponses-officielles.jpg
 

Liens