Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mars 2020 1 23 /03 /mars /2020 20:32
En bleu extrait du document de l’OMM (WMO) Journée météorologique mondiale du 23 mars 2017 nouveau nuage Volutus homogenitus homomutatus– En vert extraits du document de l’OMM (WMO) Journée météorologique mondiale Climat et Eau trois ans plus tard, le 23 mars 2020

En bleu extrait du document de l’OMM (WMO) Journée météorologique mondiale du 23 mars 2017 nouveau nuage Volutus homogenitus homomutatus– En vert extraits du document de l’OMM (WMO) Journée météorologique mondiale Climat et Eau trois ans plus tard, le 23 mars 2020

23 mars 2020 Journée météorologique mondiale climat et eau

« Genève, le 23 mars 2020 – L'une des principales répercussions du changement climatique concerne l'eau, ce qui a des conséquences sur le développement durable et la sécurité. Pourtant, alors que la hausse des températures est étayée par des informations coordonnées au niveau international, les données sur les ressources en eau sont fragmentaires et incomplètes.  

Cette année, la Journée mondiale de l'eau et la Journée météorologique mondiale sont donc toutes deux consacrées au climat et à l'eau. L'un des messages sous-jacents de ces Journées est que nous ne pouvons pas gérer ce que nous ne surveillons ni ne mesurons – un message qui est malheureusement devenu trop familier avec la pandémie de COVID-19. …/… En réunissant ces deux Journées internationales, célébrées respectivement les 22 et 23 mars, l'objectif est de donner une plus grande visibilité à l'eau dans les débats sur le climat. »

 

Count every drop - Cuenta cada gota

Compte chaque goutte anthropique !

الحفاظ على كل قطرة ماء - 测每一滴 - беречь каждую каплю

D’une part le consensus en vigueur, scientifique, médiatique, politique et même citoyen, a imposé le bilan carbone fossile comme mesure incontournable privilégiée de l’action contre le changement climatique.

D’autre part « l'une des principales répercussions du changement climatique concerne l'eau, les données sur les ressources en eau sont fragmentaires et incomplètes, nous ne pouvons pas gérer ce que nous surveillons ni ne mesurons, l'objectif est de donner une plus grande visibilité à l’eau dans les débats sur le climat », affirme l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM – WMO), et l’eau, tous les climatologues vous le confirmeront, sous forme de vapeur ou de nuages est la principale composante de l’effet de serre.

Compter chaque goutte anthropique est aussi simple que de compter le gaz carbonique anthropique car ce sont les deux produits de la combustion des hydrocarbures.

HydroCarbure (Hydrogène et Carbone)  + Oxygène à H2O (eau) + CO2 (gaz carbonique)

Il suffit d’ajouter une ligne de calcul au logiciel d’évaluation de la quantité de carbone anthropique pour obtenir instantanément la masse d’eau surnuméraire créée par la combustion des hydrocarbures.

Décision à prendre sans plus tarder pour donner un second souffle dans les débats sur le climat et en déduire l’évidente solution adéquate.

 

CYCLE DE L’EAU – Schéma OMM –  Coucher de soleil webcam Marseille Vieux-Port – Texte M. António Guterres, secrétaire général de l’ONU : « L’eau s’évapore de la surface de la planète vers l’atmosphère, où elle se condense en nuages qui se déplacent autour du globe. Ils libèrent ensuite de la pluie et de la neige, qui rapportent de l’eau fraîche aux fleuves, aux lacs et aux glaciers sur Terre. C’est ce qui maintient la vie sur notre planète. »

CYCLE DE L’EAU – Schéma OMM – Coucher de soleil webcam Marseille Vieux-Port – Texte M. António Guterres, secrétaire général de l’ONU : « L’eau s’évapore de la surface de la planète vers l’atmosphère, où elle se condense en nuages qui se déplacent autour du globe. Ils libèrent ensuite de la pluie et de la neige, qui rapportent de l’eau fraîche aux fleuves, aux lacs et aux glaciers sur Terre. C’est ce qui maintient la vie sur notre planète. »

Le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres a déclaré dans un message que le climat et l’eau sont inextricablement liés, que le climat est le moteur du cycle hydrologique qui, à son tour, définit notre climat, que le cycle de l’eau était souvent tenu pour acquis… 

Ce qui revient à dire que le climat, distribution statistique des conditions de l’atmosphère terrestre dans une région donnée pendant une période donnée (définition Wikipédia), produit et transmet le mouvement (selon définition Larousse de être moteur) du cycle hydrologique.

Objectivement c’est l’énergie solaire qui met en mouvement les cycles naturels de l’eau. C’est donc du côté des variations des conditions de l’ensoleillement qu’il faut regarder pour bien comprendre par quoi le cycle de l’eau qui était souvent tenu pour acquis est aujourd’hui perturbé. Le mot « climat » n’étant devenu qu’un raccourci, un mot passe-partout, un bouc émissaire tel le pronom indéfini « on », pour tenter d’exprimer cela.

« La meilleure façon de marcher c’est encore la nôtre, c’est de mettre un pied d’vant l’autre et d’recommencer ! » : créer un déséquilibre, le rattraper, créer un déséquilibre, le rattraper, et perpétuellement recommencer.

Pas de déséquilibres zones ensoleillées, zones ennuagées dans le schéma CYCLE DE L’EAU de l’OMM et donc une aberration fonctionnelle des cycles de l’eau, locaux, régionaux, globaux. Peut-être ce schéma au fléchage extérieur illustre-t-il la moyenne climat global, un cycle de l’eau planétaire purement théorique ? Subliminalement on peut y percevoir aussi un ensoleillement anormal au pôle nord, la disparition des saisons, une alternance de sécheresses (le temps de former le continuum nuageux) et d’inondations (le temps que précipite ce monstrueux couvercle).

A noter les étranges ressemblances entre le schéma global et la photo locale.

 

« Les paramètres hydrologiques des inondations et des sécheresses représentent certains des plus grands défis et menaces auxquels le monde est confronté. » Extrait du document de l’OMM (WMO) Journée météorologique mondiale Climat et Eau du 23 mars 2020 – schéma cycle de l’eau Wikipédia avec présence des nuages surnuméraires invasifs, perturbateurs des cycles naturels de l’eau

« Les paramètres hydrologiques des inondations et des sécheresses représentent certains des plus grands défis et menaces auxquels le monde est confronté. » Extrait du document de l’OMM (WMO) Journée météorologique mondiale Climat et Eau du 23 mars 2020 – schéma cycle de l’eau Wikipédia avec présence des nuages surnuméraires invasifs, perturbateurs des cycles naturels de l’eau

23 mars 2020 Journée météorologique mondiale climat et eau

« L'OMM s'est engagée à réaliser huit ambitions à long terme dans le domaine de l'eau »

parmi lesquelles : « • Les crues ne prennent personne au dépourvu - • Les populations sont préparées à faire face à la sécheresse - • Des données de qualité viennent appuyer les recherches scientifiques »

 

Every drop counts - Cada gota cuenta

Chaque goutte homogenitus compte.

كل قطرة ماء لها أهميتها - 滴滴当珍惜 - Каждая капля на счету

 

Nuages homogenitus : nuages qui se forment consécutivement à des activités humaines, soit à partir d’eau issue du cycle naturel de l’eau (ex. cumulus qui apparaissent au-dessus des tours de refroidissement des centrales électriques et dont chaque goutte peut précipiter en pluie ou neige), soit à partir de l’eau produite dans la combustion des hydrocarbures, notamment le kérosène. A noter qu’un moteur à hydrogène équipant des avions générerait également des nuages homogenitus par rejet d’eau dans le grand froid de la haute altitude.

Pour abonder dans le sens des ambitions de l’OMM il est à souhaiter :

• que les crues, la grêle, les tornades sous volutus ne prennent personne au dépourvu

De l'eau, des poussières et de la glace homogenitus produites dans les couloirs aériens les plus fréquentés peuvent s’agglomérer tout en perdant de l’altitude et finir par former un nuage homomutatus tout en longueur qui dans sa forme la plus spectaculaire est encore souvent mentionné sous le nom d’arcus alors que l’appellation officielle depuis le 23 mars 2017 est volutus. Les parapentistes se plaisent à profiter de ses ascendances lorsqu’il en est au stade de rue de cumulus. Depuis 2007, pour en décrire plus facilement l’origine et l’ensemble des stades de son évolution j’emploie le terme d’aviocorde.

Dans certaines conditions chaque goutte d’un volutus peut précipiter en « décoratives » virgas ou en très violents flumen de pluie ou de grêle accompagnés d’impétueux vents tourbillonnants voire de tornades.

Pris au dépourvu les responsables locaux des territoires sinistrés espèrent encore une reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle qui en métropole est refusé pour les tornades. Une large médiatisation de l’origine, la présence grandissante et la dangerosité des volutus permettrait aux victimes et aux assureurs de se retourner vers les avionneurs et les compagnies aériennes en vue d’une meilleure indemnisation. Si le silence perdure, des plaintes dévastatrices finiront par mettre en cause Météo France, la Direction du Transport Aérien, le ministère de la Transition écologique et solidaire, et l’OMM.

• que Les populations sont préparées à faire face à la sécheresse persistante sous voile élevé de nuages homogenitus homomutatus

L’expansion horizontale des traînée d’avions par les vent d’altitude est reconnue sous l’appellation nuages cirrus homomutatus à laquelle je préfère « aviocirrus ». Ils ne sont que la partie visible de l’iceberg, de l’arbre qui cache la forêt. En fait s’organise un voile global homogenitus (généré par l’homme) homomutatus (qui a échappé à l’homme) dont chaque goutte contribue à former le toit de la serre qui nous enferme, à fournir une lumière déroutante pour les abeilles et à accentuer la durée et l’intensité des sécheresses en gênant l’établissement et la circulation des cycles naturels de l’eau. Préparer les populations à réagir à ces sécheresses en partie anthropiques nécessite que Météo France cesse de mentionner subjectivement ce voile homomutatus par des expressions telles « Un voile de fin nuages d’altitude ne gênera pas l’impression de beau temps. » ou « Nous bénéficions d’une agréable luminosité avec un soleil tout juste légèrement voilé.».

• que des données de qualité viennent appuyer les recherches scientifiques 

La qualité de la banque de données c’est la base de toute étude scientifique. Concernant les spectaculaires volutus, l’affaire est entendue, ils ont un nom officiel, ils existent. Reste à tout un chacun de percevoir la présence de ces nuages homogenitus, même sous une forme larvée ou fragmentaire. Pour cela, tranquillement et régulièrement, repérer dans son environnement familier, dans les photos souvenir de son téléphone, en arrière-plan des journaux télévisés, ou de webcams* les nuages ou morceaux de nuages longs et raides, apparaissant régulièrement au même endroit plus ou moins haut, plus ou moins bas, pouvant se croiser, se superposer, stationnaires dans le vent, présents par ciel clair comme sous ciel gris, lors des orages ou des tornades.  Puis réaliser que chaque goutte qu’ils contiennent est une atteinte silencieuse à la bonne marche des cycles naturels de l’eau, une bombe à retardement pour les personnes et les biens. La solution pour leur disparition est désormais plus politique et technique que via la recherche scientifique.

* exemples en Savoie http://www.aliantux.net/wcam/index.htm ou à Marseille http://pv.viewsurf.com/id/504

Partager cet article

Repost0
29 juillet 2018 7 29 /07 /juillet /2018 19:45

La lune est-elle menteuse ?

Moyens mnémotechniques de langue française pour identifier une phase lunaire.

Moyens mnémotechniques de langue française pour identifier une phase lunaire.

La lune est Croissante quand sa courbure éclairée évoque celle d’un « » majuscule.

La lune est Décroissante quand sa courbure éclairée évoque celle d’un « C » majuscule.

Elle passe par le premier quartier quand sa courbure éclairée évoque celle d’un « p » minuscule.

Elle passe par le dernier quartier quand sa courbure évoque éclairée celle d’un « d » minuscule.

(Les photos de la bande centrale proviennent de https://fr.wikipedia.org/wiki/Phase_lunaire)

 

Peut-on croire les mots des bulletins météo ?

Vendredi 27 juillet 2018, 14h30, Aix-en-Provence : 3130ème jour de ma collecte des nuages surnuméraires homogenitus, perturbateurs de l’ensoleillement, des vents et des cycles de l’eau

Vendredi 27 juillet 2018, 14h30, Aix-en-Provence : 3130ème jour de ma collecte des nuages surnuméraires homogenitus, perturbateurs de l’ensoleillement, des vents et des cycles de l’eau

20h17 - Météo du jour par Météo France pour le journal La Provence :  Le matin, le soleil devient brûlant. L’après-midi, le ciel est bleu, on aperçoit vers la Sainte-Baume et vers la montagne de la Lure de gros cumulus au loin.

20h17 - Météo du jour par Météo France pour le journal La Provence : Le matin, le soleil devient brûlant. L’après-midi, le ciel est bleu, on aperçoit vers la Sainte-Baume et vers la montagne de la Lure de gros cumulus au loin.

« Le ciel est bleu » mais d’un bleu pâle et terne, pas d’un bleu profond, car altéré par un voile de nuages homogenitus, homomutatus.

« On aperçoit de gros cumulus au loin », mais il n’est pas dit d’où provient l’eau qui a formé les cumulus de 14h30 en cette période sèche. Non joufflus, tout en longueur, sont-ils encore cumulus à 20h17 (ci-dessus) et 21h05 (ci-après) ?

Pour en savoir plus sur les nuages surnuméraires homogenitus qui sont entrés officiellement dans l’Atlas mondial des nuages de l’OMM le 23 mars 2017 : http://www.eauseccours.com/2017/05/nouveaux-nuages-ne-dites-plus-chemtrails-mais-nuages-homogenitus-mutatus.html

 

21h05 - Les nuages surnuméraires homogenitus, perturbateurs de l’ensoleillement, des vents et des cycles de l’eau, perturberont aussi l’observation de l’éclipse de lune la plus longue du siècle.

21h05 - Les nuages surnuméraires homogenitus, perturbateurs de l’ensoleillement, des vents et des cycles de l’eau, perturberont aussi l’observation de l’éclipse de lune la plus longue du siècle.

Quand la faible luminosité de l’éclipse lunaire éclaire sur la cause réelle des dérèglements météo-climatiques en cours.

21h56 - photo sans pied ni flash ni zoom, seule la planète mars est un peu visible ; 22h04 - photo au flash dans les particules (orbs ou orbes), les spectateurs de la nature encadrés par une association d’astronomie espèrent toujours admirer la lune éclipsée.

21h56 - photo sans pied ni flash ni zoom, seule la planète mars est un peu visible ; 22h04 - photo au flash dans les particules (orbs ou orbes), les spectateurs de la nature encadrés par une association d’astronomie espèrent toujours admirer la lune éclipsée.

22h51 - photo sans pied ni flash ni zoom, lune commençant à sortir de son éclipse totale, et mars, pollution lumineuse par les lampadaires dans la pollution aux particules fines.

22h51 - photo sans pied ni flash ni zoom, lune commençant à sortir de son éclipse totale, et mars, pollution lumineuse par les lampadaires dans la pollution aux particules fines.

REMARQUE : Dans cette lumière éclipsée et tamisée la lune présente sa taille apparente normale.

 

Samedi 28 juillet 2018, 04h45, Aix-en-Provence - Météo du jour par Météo France pour le journal La Provence : Toujours de la chaleur. Le matin, l’éclat du soleil est parfois contrarié par de fins nuages d’altitude.

Samedi 28 juillet 2018, 04h45, Aix-en-Provence - Météo du jour par Météo France pour le journal La Provence : Toujours de la chaleur. Le matin, l’éclat du soleil est parfois contrarié par de fins nuages d’altitude.

REMARQUE : La lune apparaît trop grande et trop brillante, matérialisant ainsi le toit de glace homogenitus homomutatus de la serre dont un des effets est un réchauffement abusivement qualifié de « climatique ».

Autres exemples pour repérer le toit de la serre qui nous fait de l’effet : article du 15 novembre 2012 http://www.eauseccours.com/article-reperer-la-serre-qui-nous-fait-de-l-effet-112478921.html

 

18h27 - Suite de la météo du jour : L’après-midi, le soleil est de nouveau légèrement voilé par moments, mais cela n’empêche pas ses rayons de fortement chauffer l’atmosphère.

18h27 - Suite de la météo du jour : L’après-midi, le soleil est de nouveau légèrement voilé par moments, mais cela n’empêche pas ses rayons de fortement chauffer l’atmosphère.

Un bulletin météo libéré du fallacieux consensus COP21 climat-CO2 pourrait se formuler ainsi : « Un épais voile de glace homogenitus issu du trafic aérien, important en ce départ en vacances, altérera le bleu du ciel et conduira à une augmentation des températures de plusieurs degrés au-dessus des normales historiques, températures qui resteront néanmoins tout à fait acceptables pour notre actuelle vie sous serre ».

Pour en savoir plus, article du 12 novembre 2016 : http://www.eauseccours.com/2016/11/action-climat-en-marge-de-la-cop22-tout-faire-pour-preserver-l-essor-du-trafic-aerien.html

Bonus économique : Une fois récupérée, il peut être envisagé de rentabiliser cette eau produite dans la combustion du kérosène ou de biocarburants en l’utilisant dans des industries grandes consommatrices d’eau, voire après les vérifications sanitaires nécessaires pour de l’irrigation ou l’alimentation en eau potable.

Partager cet article

Repost0
28 avril 2018 6 28 /04 /avril /2018 19:13
« Vendredi 27 avril 2018, le Conseil de l'UE s'est prononcé pour l'interdiction des insecticides tueurs d'abeilles proposée par la Commission et soutenue par le Parlement européen. La pression de l'opinion publique, les appels des apiculteurs à agir et les réticences des agriculteurs rendaient l'issue du vote incertaine. »

« Vendredi 27 avril 2018, le Conseil de l'UE s'est prononcé pour l'interdiction des insecticides tueurs d'abeilles proposée par la Commission et soutenue par le Parlement européen. La pression de l'opinion publique, les appels des apiculteurs à agir et les réticences des agriculteurs rendaient l'issue du vote incertaine. »

Précisions et réactions dans l’intégralité de la revue de presse du site Toute l’Europe : https://www.touteleurope.eu/revue-de-presse/le-conseil-vote-pour-l-interdiction-des-pesticides-tueurs-d-abeilles.html

 

Cette interdiction totale d’utilisation en plein champ (mais pas en serres fermées) des trois principaux insecticides néonicotinoïdes (la clothianidine, l’imidaclopride et le thiaméthoxame), espérée effective par Bruxelles dès la fin de cette année 2018, survient alors que la mortalité des abeilles comme celle de la plupart des autres insectes atteint jusqu’à 80 % dans l’espace européen. Les apiculteurs, amateurs comme professionnels, désespèrent. Les appels à une aide financière, par crowdfunding ou manifestations devant des chambres d’agriculture, se multiplient, les pillages de ruchers entiers aussi.

 

« Le cri d’alarme de l’apiculteur breton Sven Niel, dont les abeilles meurent à cause des pesticides, a fait le tour des réseaux sociaux. Votre JT l’a rencontré, alors que l’Union européenne vient de bannir, ce vendredi, trois néonicotinoïdes. Au menu également, la possibilité de parrainer des ruches dans les Côtes-d’Armor, … »

« Le cri d’alarme de l’apiculteur breton Sven Niel, dont les abeilles meurent à cause des pesticides, a fait le tour des réseaux sociaux. Votre JT l’a rencontré, alors que l’Union européenne vient de bannir, ce vendredi, trois néonicotinoïdes. Au menu également, la possibilité de parrainer des ruches dans les Côtes-d’Armor, … »

JT breton. Le cri d’alarme d’un apiculteur breton Publié le 27 avril 2018 à 20h58

sous-titré : LE COUP DE GUEULE DE L’APICULTEUR ENTENDU ?

http://www.letelegramme.fr/en-images/le-jt-breton/jt-breton-le-cri-d-alarme-d-un-apiculteur-breton-27-04-2018-11942344.php

Après ce coup de gueule individuel qui soulage un trop plein d’émotion collective, peut-être le début de la raison ?

 

« On est en train de crever, les cours d’eau sont pleins de cette putain de merde de pesticides, mes ruches sont pleines de pesticides, mes abeilles meurent, j’en ai marre, j’en ai marre, faites-quelque chose, faites-quelque chose ! »

« On est en train de crever, les cours d’eau sont pleins de cette putain de merde de pesticides, mes ruches sont pleines de pesticides, mes abeilles meurent, j’en ai marre, j’en ai marre, faites-quelque chose, faites-quelque chose ! »

Frédéric Lorenzo, journaliste : « Sa vidéo est devenue virale, plus de 5 à 7 millions de vues, le coup de gueule de Sven Niel, apiculteur amateur dans le pays bigouden a ému la WebSphere. »

Cette vidéo illustre parfaitement le CCD (pour Colony Collapse Disorder), c’est-à-dire le Syndrome d’effondrement global des colonies d’abeilles : Les ruches pleines de miel sont retrouvées vides de butineuses. Ce phénomène peut se produire partout, au cœur des villes comme en campagne, près des cultures bio ou non, tout comme dans les parcs de protection de la nature les plus sévères qui soient. Il est beaucoup plus visible l’hiver alors que la population d’abeilles est réduite et que la reine ne pond pas pour remplacer les absentes.

 

Frédéric Lorenzo : « Si Sven a décidé de pousser son coup de gueule c’est pour alerter sur les ravages des néonicotinoïdes.

Sven Niel : « Ces produits sont dans le sol, ça remonte dans la plante, les abeilles le butinent. Ensuite çà les touche directement, elles sont comme saoules.  En fait elles sont perturbées, elles ne retrouvent pas le chemin de la ruche et elles meurent. »

En fait on peut observer que les abeilles sont désorientées non pas sur le seul retour à la ruche mais également sur leurs trajets ALLER, ce qui est une autre problématique, bien plus grave, et qui ne saurait être résolue par le seul retrait des insecticides néonicotinoïdes, ni même par celui de tous les traitements phytosanitaires imaginables.

 

« Pierre, apiculteur depuis plus de 40 ans dans le pays bigouden a enregistré la mortalité des ses ruches depuis le début. Il a décidé de le noter sur ce graphique. Edifiant ! »

« Pierre, apiculteur depuis plus de 40 ans dans le pays bigouden a enregistré la mortalité des ses ruches depuis le début. Il a décidé de le noter sur ce graphique. Edifiant ! »

Pierre : « Pendant des années la mortalité se situait autour de 10, 15, 20 %. Elle a commencé à monter à 30 % dans les années 2000 et puis si on extrapole l’allure de la courbe, et on va bientôt arriver à une mortalité de 100 % pour tout le monde. Cette mortalité correspond avec l’usage de façon généralisée des néonicotinoïdes. »

Pierre a raison : la mortalité à 100 % pour toutes les abeilles est imminente, et pratiquement déjà là pour la plupart des autres insectes, pollinisateurs ou non, car pour eux il n’y a pas d’élevage (hormis bourdons, osmies ou coccinelles) pour ralentir leur disparition massive. Quant au manque de rendement des abeilles il touche déjà 100 % d’entre elles quels que soient les compétences et les efforts des apiculteurs, de l’INRA, de l’ITSAP, de l’OFA ou de la toute récente Union des Apiculteurs de l’Europe et de la Méditerranée (UAEM) cofondée le 17 mars 2018 à Marseille par Thierry Dufresne et Pierre Ickowicz sous l’aura de S.A.S le Prince Albert II de Monaco.

Mais son jugement à partir de la comparaison entre son graphique de la mortalité de ses ruches et celui de l’usage généralisé des insecticides néonicotinoïdes n’est-il pas trop hâtif ?

En fait y a-t-il véritable corrélation ou simple coïncidence entre ces deux courbes ?

Et avec celle de l’implantation généralisée des antennes pour ondes des téléphones portables ? Et avec celle de l’augmentation chronique de la fonte des glaces ? Et avec celle de l’explosion des rejets du trafic aérien suite à la généralisation des vols low cost ?

 

« A la fin de notre tournage la nouvelle tombe : l’Europe décide d’interdire une partie des néonicotinoïdes. ». Réaction de Sven Niel : « Ma fille veut devenir entomologiste. Je suis sensible à l’environnement, aux insectes, aux abeilles, aux oiseaux, à tout ça. Donc (soupir de soulagement) c’est enfin, enfin entendre qu’il faut faire quelque chose par rapport à ça, et c’est beau, c’est merveilleux, et j’espère que ça va être validé. »

« A la fin de notre tournage la nouvelle tombe : l’Europe décide d’interdire une partie des néonicotinoïdes. ». Réaction de Sven Niel : « Ma fille veut devenir entomologiste. Je suis sensible à l’environnement, aux insectes, aux abeilles, aux oiseaux, à tout ça. Donc (soupir de soulagement) c’est enfin, enfin entendre qu’il faut faire quelque chose par rapport à ça, et c’est beau, c’est merveilleux, et j’espère que ça va être validé. »

L’entomologie précise ce que disait la légende : « Les abeilles sont les filles du soleil ».

L’entomologie accepte que les yeux des insectes n’aient rien d’humain.

L’entomologie peut expliquer comment s’oriente un insecte en vol, comment et pourquoi il a toujours été désorienté ponctuellement et localement, et enfin pourquoi et comment cette désorientation est aujourd’hui devenue chronique et globale.

Cette désorientation chronique et globale des insectes nous indique un problème majeur dans la luminosité ambiante, et donc que les plantes les plus héliophiles, blé, vigne, olive, lavande, ... vont dépérir également, juste avant le déclin du tourisme. Elle nous informe aussi que la cause principale des dérèglements météo climatiques en cours n’est pas liée à la courbe de l’augmentation du gaz carbonique dans l’atmosphère.

Les abeilles et la plupart des autres insectes sont devenus les fusibles du climat. Ne pas entendre leur message, ne pas reconnaître ce signal, s'entêter à vouloir sauver les abeilles sans avoir au préalable retrouvé le vrai bleu du ciel en épurant l'atmosphère des rejets en eau, gaz et particules des avions est aussi inutile et dangereux que de remplacer un fusible de plomb qui a fondu par un bout de papier alu ou de fil de fer.

 

 

Frédéric Lorenzo : « Tant que l’interdiction n’est pas effective, Pierre, Sven et ses collègues encouragent les apiculteurs à signaler la mortalité des ruches auprès des services de l’Etat afin de mesurer l’ampleur de la menace. »

Frédéric Lorenzo : « Tant que l’interdiction n’est pas effective, Pierre, Sven et ses collègues encouragent les apiculteurs à signaler la mortalité des ruches auprès des services de l’Etat afin de mesurer l’ampleur de la menace. »

En Bretagne les signalements de la mortalité des ruches peuvent se faire auprès de l’OMAA (Observatoire des Mortalités et des Affaiblissements de l’Abeille mellifère).

Les abeilles, dit-on, doivent parcourir l’équivalent d’un tour de la terre, 40 000 km, pour produire un kilo de miel. Pas une seconde à perdre pour obtenir un rendement normal !

 

A regarder très attentivement sur les images de la fin du reportage de Frédéric Lorenzo, quelques exemples de mini secondes perdues par ces abeilles encore très dynamiques au retour à la ruche.

 

 

« Et face à cette mortalité inquiétante des abeilles un collectif s’est également mobilisé dans les Côtes d’Armor. Il s’appelle Gwenan, c’est à dire l’abeille en breton, et son idée : faire adopter des abeilles par des entreprises ou des particuliers. La campagne de parrainage 2018 est en cours. Et à Plourivo six ruches viennent d’être installées. » …/… « Cette animation a été offerte par l’entreprise Bonne mer, elle parraine ces ruches à raison de 1000 € par an. Elle permet de les entretenir et de réinstaller des abeilles. »

« Et face à cette mortalité inquiétante des abeilles un collectif s’est également mobilisé dans les Côtes d’Armor. Il s’appelle Gwenan, c’est à dire l’abeille en breton, et son idée : faire adopter des abeilles par des entreprises ou des particuliers. La campagne de parrainage 2018 est en cours. Et à Plourivo six ruches viennent d’être installées. » …/… « Cette animation a été offerte par l’entreprise Bonne mer, elle parraine ces ruches à raison de 1000 € par an. Elle permet de les entretenir et de réinstaller des abeilles. »

Pour mesurer l’ampleur de la surmortalité des abeilles et de leur manque de rendement, tout en freinant les appétits opportunistes des hommes, il serait bon d’instaurer une loi interdisant tout nourrissement et tout changement de reine pour toute ruche installée à fin de communication et de pédagogie, dont celles qui s’affichent dans les jardins ou sur les toits de plusieurs ministères. Et l’obligation de communiquer objectivement sur le retour d’expérience, notamment l’exacte quantité de miel récolté et la durée de vie de l’essaim.

 

Pour en savoir plus :

Le secret de la désorientation massive et globale des abeilles est dans l’exacte compréhension du bon fonctionnement des 3 ocelles (yeux simples) des insectes volants, dont les pollinisateurs.

http://www.eauseccours.com/2014/08/regarder-les-fourmis-volantes-pour-comprendre-la-desorientation-des-abeilles.html

http://www.eauseccours.com/article-tomber-comme-des-mouches-sens-propre-et-sens-figure-79012758.html

 

Il est une évidence : malgré les opérations de communication vantant l’apiculture urbaine, les abeilles et les apiculteurs se meurent aussi bien en ville qu’en campagne.

http://www.eauseccours.com/2014/10/les-apiculteurs-se-meurent-accros-a-l-utopique-alchimie-de-la-com.html

Investir de l’argent public pour des abeilles en ville dans le but d’alerter sur qualité de l’environnement n’a de sens que si un honnête retour d’expérience existe.

http://www.eauseccours.com/2016/07/etre-genereux-pour-aider-les-abeilles-mais-avec-droit-de-regard.html

 

« Le premier gaz à effet de serre c’est la vapeur d’eau, … » affirment Jean-Jouzel et le GIEC avant de brandir le consensus scientifique (oxymore) qui conduit arbitrairement à s’occuper prioritairement des rejets de gaz carbonique, lui aussi produit dans la combustion de tout hydrocarbure.

http://www.eauseccours.com/article-trois-questions-sur-l-eau-atmospherique-le-trafic-aerien-et-l-effet-de-serre-119114861.html

http://www.eauseccours.com/article-du-nouveau-dans-l-immuable-cycle-de-l-eau-115112913.html

http://www.eauseccours.com/article-reperer-la-serre-qui-nous-fait-de-l-effet-112478921.html

 

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2017 7 03 /09 /septembre /2017 09:36
Fin de l’été, bientôt la rentrée, un moment idéal pour parler des marronniers en France, ou des fruitiers aux antipodes.

Fin de l’été, bientôt la rentrée, un moment idéal pour parler des marronniers en France, ou des fruitiers aux antipodes.

Mercredi 30 août 2017, en fin de son JT de 20 heures, France 2 a choisi de diffuser un petit reportage sur la spectaculaire pollinisation manuelle des cerisiers en Chine, introduit par le journaliste de télévision Julian Bugier

http://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-2/20-heures/jt-de-20h-du-mercredi-30-aout-2017_2339403.html

http://www.francetvinfo.fr/animaux/chine-les-femmes-abeilles_2349601.htm

 

« Chine : les femmes abeilles »

 A votre sagacité arrêts sur images et morceaux choisis :

"Une découverte à présent qui est aussi une illustration du réchauffement climatique on les surnomme les femmes abeilles, faute d’insectes elles sont contraintes de polliniser à la main les arbres fruitiers, une tâche minutieuse, une tâche parfois acrobatique aussi. En Chine, comme partout ailleurs sur la planète, les abeilles sont victimes des pesticides et de la dégradation de l’habitat naturel. Arnaud Miguet avec Gaelle Caron."

"Une découverte à présent qui est aussi une illustration du réchauffement climatique on les surnomme les femmes abeilles, faute d’insectes elles sont contraintes de polliniser à la main les arbres fruitiers, une tâche minutieuse, une tâche parfois acrobatique aussi. En Chine, comme partout ailleurs sur la planète, les abeilles sont victimes des pesticides et de la dégradation de l’habitat naturel. Arnaud Miguet avec Gaelle Caron."

"Dans cette région montagneuse en cette saison, tous les cerisiers sont en fleurs. Les femmes grimpent aux arbres. Ce qu'elles font ? De la pollinisation. « Cette pollinisation à la main, c'est très bien. Moi, je dois m'occuper de centaines d'arbres »."

"Dans cette région montagneuse en cette saison, tous les cerisiers sont en fleurs. Les femmes grimpent aux arbres. Ce qu'elles font ? De la pollinisation. « Cette pollinisation à la main, c'est très bien. Moi, je dois m'occuper de centaines d'arbres »."

"Car faute de butineuses, c'est elles qui nourrissent de pollen les fleurs de cerisiers. « Je mets du pollen sur ces fleurs, ça les aide à avoir de meilleurs et de plus gros fruits. Difficile d’avoir des fruits sans la pollinisation artificielle et ici on n’a pas de pesticides, c’est plus naturel »."

"Car faute de butineuses, c'est elles qui nourrissent de pollen les fleurs de cerisiers. « Je mets du pollen sur ces fleurs, ça les aide à avoir de meilleurs et de plus gros fruits. Difficile d’avoir des fruits sans la pollinisation artificielle et ici on n’a pas de pesticides, c’est plus naturel »."

"Mais avant il faut récolter le pollen sur les fleurs d'autres cerisiers. Car en fait, il y a des fleurs mâles et des fleurs femelles. « Là, je gratte pour enlever le pollen avec cette brosse à dent. Ensuite, on le fera sécher sous une lampe et puis enfin on le mettra sur les fleurs ». Un travail fastidieux payé 11 euros par jour."

"Mais avant il faut récolter le pollen sur les fleurs d'autres cerisiers. Car en fait, il y a des fleurs mâles et des fleurs femelles. « Là, je gratte pour enlever le pollen avec cette brosse à dent. Ensuite, on le fera sécher sous une lampe et puis enfin on le mettra sur les fleurs ». Un travail fastidieux payé 11 euros par jour."

"Pour le patron de l’exploitation de 20 ha, la pollinisation à la main est plus chère mais au final plus rentable. « C’est clair les abeilles d’élevage nous coûtent moins cher, quand je loue une centaine de ruches ça me coûte 1400 euros. C’est beaucoup plus pour les ouvriers, mais avec la pollinisation artificielle, en fait, ma production de cerises est bien meilleure »."

"Pour le patron de l’exploitation de 20 ha, la pollinisation à la main est plus chère mais au final plus rentable. « C’est clair les abeilles d’élevage nous coûtent moins cher, quand je loue une centaine de ruches ça me coûte 1400 euros. C’est beaucoup plus pour les ouvriers, mais avec la pollinisation artificielle, en fait, ma production de cerises est bien meilleure »."

"La main de l’homme ne remplacera jamais les pollinisateurs, les autorités chinoises en ont bien conscience. Ils dépensent depuis dix ans neuf millions et demi d’euros, par an, pour la protection des abeilles."

"La main de l’homme ne remplacera jamais les pollinisateurs, les autorités chinoises en ont bien conscience. Ils dépensent depuis dix ans neuf millions et demi d’euros, par an, pour la protection des abeilles."

Partager cet article

Repost0
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 19:34

MOPGA = Make Our Planet Great Again

PROGRAMME En Marche ! ELECTION PRESIDENTIELLE - 23 AVRIL ET 7 MAI 2017, extraits de la double page verte, 10-11, « Inventer un nouveau modèle de croissance » à partir d’un seul point de départ : la réalité.

PROGRAMME En Marche ! ELECTION PRESIDENTIELLE - 23 AVRIL ET 7 MAI 2017, extraits de la double page verte, 10-11, « Inventer un nouveau modèle de croissance » à partir d’un seul point de départ : la réalité.

« Make our planet great again, il n’y a pas de plan B pour la Planète ! », a réagi vivement jeudi dernier (1er juin 2017) Emmanuel Macron, tout nouveau président des Français, à l’attention de Donald Trump qui venait officiellement d’annoncer à la roseraie de la Maison Blanche sa décision de retirer de l’Accord de Paris sur le Climat (COP21, décembre 2015) les USA qu’il préside depuis le 20 janvier 2017.

Et le Président de tous les Français d’affirmer une nouvelle fois que la France se veut être une terre d’asile pour tous les engagés dans la lutte contre le réchauffement climatique :

« A tous les scientifiques, ingénieurs, entrepreneurs, citoyens engagés que la décision du Président des Etats Unis a déçu, je veux dire ceci : Vous trouverez dans la France une seconde patrie, je vous lance un appel, venez travailler ici, avec nous, travailler sur des solutions concrètes pour le climat. »

 

D’où Emmanuel Macron peut-il tenir sa croyance en une réelle urgence d’agir pour la Planète grâce à des effets présumés vertueux de la transition énergétique* sur le climat ? *rebaptisée « transition environnementale » dans son programme lors de la campagne présidentielle qui a précédé son élection et « transition écologique et solidaire » dans le titre de l’actuel ministère géré par Nicolas Hulot.

 

1-  De la médiatisation, la veille, mercredi 31 mai, de la prévision météorologique trimestrielle, par Jean-Michel Soubeyroux de la direction de la Climatologie de Météo-France, qui pronostique que : « Le signal chaud est prédominant pour cet été sur l’ouest et le nord de l’Europe ainsi qu’autour du bassin méditerranéen. » ?

Médiatisation illustrée par une photo de l’AFP titrée « Un couple prend un bain de soleil le 27 mai au Havre », exemples :

http://c.ledauphine.com/france-monde/2017/05/31/preparez-vous-l-ete-sera-chaud-mais-la-secheresse-guette

http://www.lejsl.com/actualite/2017/05/31/preparez-vous-l-ete-sera-chaud-mais-la-secheresse-guette

http://www.bienpublic.com/actualite/2017/05/31/preparez-vous-l-ete-sera-chaud-mais-la-secheresse-guette

Avez-vous remarqué la terne luminosité de cette photo, prise sur une plage du Havre, ville dont Edouard Philippe, 1er ministre depuis le 15 mai, était le député maire ? Davantage une lumière d’éclipse, une lumière tamisée, une lumière d’intérieur de serre qu’une éclatante lumière d’un joli mois de mai ! Ainsi sera la lumière de cet été, handicapante pour la biodiversité et le tourisme, au Havre comme dans toute la France, même au sud. « Ce qui paraissait encore pouvoir être discuté il y a quelques années s’impose désormais à nous tous avec une grande évidence », cette phrase qu’Emmanuel Macron le 2 juin 2017 a prononcée lors de sa DECLARATION SUITE A LA SORTIE DES ETATS-UNIS DE L’ACCORD DE PARIS peut s’appliquer parfaitement à ce cas. Sauf déni de réalité.

 

2- D’un très grand nombre d’idées, de conclusions, d’opinions concordantes ?

 

Celles collectées mondialement par le GIEC ? Dont les prévisions de fonte des glaces les plus pessimistes sont très régulièrement dépassées par la réalité des faits.

 

Celles de son programme de candidature à la présidentielle 2017 ?

« 30 000 Françaises et Français de tous milieux sociaux, de tous âges, dans tous les territoires de France ont enrichi le travail de plus de 500 experts qui ont donné de leur temps et de leur expérience. Ce programme a un seul point de départ : la réalité. Nous avons ausculté la France à travers les yeux de 100 000 de nos concitoyens. » PROGRAMME En Marche ! ELECTION PRESIDENTIELLE - 23 AVRIL ET 7 MAI 2017

« 30 000 Françaises et Français de tous milieux sociaux, de tous âges, dans tous les territoires de France ont enrichi le travail de plus de 500 experts qui ont donné de leur temps et de leur expérience. Ce programme a un seul point de départ : la réalité. Nous avons ausculté la France à travers les yeux de 100 000 de nos concitoyens. » PROGRAMME En Marche ! ELECTION PRESIDENTIELLE - 23 AVRIL ET 7 MAI 2017

3- De la Loi n°2015-992 du 17 août 2015 relative à la Transition Energétique pour la Croissance Verte (LTECV) ?

Titre 1er : Définir les objectifs communs pour réussir la transition énergétique, renforcer l’indépendance énergétique et la compétitivité économique de la France, préserver la santé humaine et l’environnement et lutter contre le changement climatique.

Autrement dit : « La transition énergétique vise à préparer l’après pétrole et à instaurer un modèle énergétique robuste et durable face aux enjeux d’approvisionnement en énergie, à l’évolution des prix, à l’épuisement des ressources et aux impératifs de la protection de l’environnement. » Ministère de la Transition écologique et solidaire

http://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/loi-transition-energetique-croissance-verte

 

 

MOPGA = Macron Occulte le Problème Global des Abeilles

http://www.ginjfo.com/espace-environnement/green-it/science-et-technologie/disparition-abeilles-mini-ordinateur-edison-ruches-20160722

http://www.ginjfo.com/espace-environnement/green-it/science-et-technologie/disparition-abeilles-mini-ordinateur-edison-ruches-20160722

Le mot « abeilles » ne figure pas dans le programme de la réalité intellectuelle « En Marche ».

 

Pourtant présentes depuis près de 80 millions d’années sur terre, bien avant les hommes et leur confiance en les modélisations informatiques, les abeilles, comme la plupart des insectes, sont anatomiquement liées à la lumière et aux cycles de l’eau, réalités incontournables de la planète terre. C’est en cela qu’elles sont les parfaites sentinelles des dérèglements météo-climatiques globaux.

Regarder les fourmis volantes pour comprendre la désorientation des abeilles :

http://www.eauseccours.com/2014/08/regarder-les-fourmis-volantes-pour-comprendre-la-desorientation-des-abeilles.html

 

Ce ne sont pas les aviculteurs qui peuvent aider à la survie des canaris, des chevaux et des hommes lorsqu’ils s’asphyxient au fond des mines de charbon mais les ingénieurs et les ouvriers capables de restaurer un air ambiant respirable, avec l’aide des politiques et des financiers.

 

De même ce ne sont pas les apiculteurs qui peuvent aider à stopper la désorientation chronique et globale des abeilles, ni à retrouver un rendement normal de miel, mais les ingénieurs et les ouvriers capables de restaurer les conditions permettant un ensoleillement normal (et par conséquent des cycles de l’eau normaux), avec l’aide des politiques et des financiers.

 

Le consensus scientifique (oxymore) en vigueur qui a conduit à la signature de l’Accord de Paris sur le climat par 195 pays focalise l’attention sur la production du gaz carbonique dans la réaction chimique de la combustion des hydrocarbures fossiles dans l’oxygène de l’air. Là est en fait le fol espoir en un plan B pour la planète, un accord tacite avec le désir commun de toujours plus de transport aérien, de tourisme et de commerce international.

 

Le plan A, le seul capable d’enrayer les dérèglements météo-climatiques en cours, et de préserver la biodiversité et l’humanité, serait d’avoir le courage de débarrasser le ciel des nuages surnuméraires anthropiques (homogenitus) qui l’encombrent chroniquement et de plus en plus intensément. « Sky is the limit ! » assurait le candidat Emmanuel Macron. Le Président Macron doit réaliser que le trafic aérien a mis une limite au ciel terrestre en installant une serre globale au toit de glace.

 

Ce ne sont pas les paléoclimatologues qui peuvent aider à comprendre les dérèglements météo-climatiques en cours et à venir, puisque ce problème anthropique est inédit, mais c’est à chacun de nous de prendre conscience de l’existence contre nature d’un voile d’eau, de gaz et de particules interposé chroniquement entre le soleil et le sol et d’en réaliser les néfastes conséquences (nombreux exemples dans mon blog Planète Avionie www.eauseccours.com ). Puis de s’en plaindre ouvertement en mairie ou dans les permanences parlementaires des députés ou sénateurs qui sont aptes à poser les questions cruciales au gouvernement.

 

 

Alors MOPGA ? = Macron Osera-t-il Purifier la Gouvernance de l’Aérien ?

La question est : D’où provient l’eau qui compose ce « léger voile » de glace qui n’a d’ailleurs même pas été annoncé en Provence. Cet aspect du ciel, souvent qualifié d’ « impression de beau temps » est en fait néfaste aux abeilles, aux oliviers, à la vigne, aux habitants et au tourisme.

La question est : D’où provient l’eau qui compose ce « léger voile » de glace qui n’a d’ailleurs même pas été annoncé en Provence. Cet aspect du ciel, souvent qualifié d’ « impression de beau temps » est en fait néfaste aux abeilles, aux oliviers, à la vigne, aux habitants et au tourisme.

« Surtout, c’est une question d’approche et de volonté : nous avons toutes les ressources pour changer ce qui doit l’être, et ne plus continuer comme avant, pour surmonter le poids des lobbies. » page 10 du programme du candidat Macron à la présidentielle de mai 2017

 

En tout premier lieu ce qui doit être changé c’est le regard sur la réalité, ne plus prendre ses désirs pour des réalités, reconnaître et tenir compte dans ses décisions des réalités inhérentes à notre planète :

Anatomie : les abeilles s’orientent en vol grâce à leur boussole solaire (ocelles + yeux à facettes + rayons parallèles du soleil)

Chimie : la combustion de tout hydrocarbure, fossile ou contemporain, produit CO2 et H2O

Physique : de l’eau projetée dans de l’air froid poussiéreux gèle instantanément.

 

La situation est à la fois beaucoup plus grave que ce qu’on en dit, pour les abeilles comme pour le climat, mais aussi beaucoup plus facile à résoudre. Elle s’est dégradée jusqu’à devenir hors de contrôle par le manque de courage en la matière de Nicolas Sarkozy puis de François Hollande qui en toute connaissance de cause n’ont pas osé affronter le problème des rejets du trafic aérien. Cependant ce n’est, pour quelques années à peine, pas encore irréversible.

 

Pourquoi pas une alliance du Président Macron avec le Président Trump (dont le pays n’est pas autant que la France menacé par un épuisement des ressources en hydrocarbures fossiles) pour reconnaître l’erreur collective de la COP21 sur le climat et amorcer une réglementation du trafic aérien mondial en fonction du volume acceptable par la nature de ses rejets en eau ?

Remarque : une solution technologique est envisageable pour récupérer une partie de cette eau produite à la fois dans la combustion du kérozène et des biocarburants.

http://www.eauseccours.com/2016/11/action-climat-en-marge-de-la-cop22-tout-faire-pour-preserver-l-essor-du-trafic-aerien.html

Partager cet article

Repost0
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 18:53

Le mardi 23 mars 2017, à l'occasion de la Journée météorologique mondiale 2017 dont le thème était cette année « Comprendre les nuages », l'Organisation Météorologique Mondiale (OMM, WMO en anglais) a dévoilé la nouvelle mise à jour de son Atlas international des nuages, 1ère version en 1896, mise à jour précédente de 1987 (vieille de 30 ans).

L'édition 2017 de l'Atlas international des nuages homologue 12 nouveaux nuages, ou plus exactement 12 nouvelles appellations de nuage se répartissant ainsi :

1 nouvelle espèce : VOLUTUS

5 nouvelles particularités : ASPERITAS, CAVUM, CAUDA, FLUCTUS et MURUS

5 nouveaux nuages spéciaux : CATARACTAGENITUS, FLAMMAGENITUS, HOMOGENITUS, SILVAGENITUS et HOMOMUTATUS

1 nouveau nuage annexe : FLUMEN

 

 

25 avril 2017, campagne d’Aix-en-Provence, 7 ans 3 mois et 25 jours de collecte des nuages surnuméraires perturbateurs de l’ensoleillement, des vents et des cycles de l’eau.

25 avril 2017, campagne d’Aix-en-Provence, 7 ans 3 mois et 25 jours de collecte des nuages surnuméraires perturbateurs de l’ensoleillement, des vents et des cycles de l’eau.

Le bulletin météo du journal La Provence, « Les rangs de nuages se resserrent », explique à demi-mots un aspect de la formation des ASPERITAS, la nouvelle particularité nuageuse mise en avant par l’OMM et les médias et suggérant les picots d’une mer agitée parcourue de sillages de bateaux, vue en miroir au-dessus de nos têtes.

En réalité ce réseau agité est une évolution des sillages des avions dont l’eau, les particules, le kérosène imbrûlé et les huiles perturbent la libre circulation des nuages du cycle naturel de l’eau.

 

Météo du jour : « Le soleil est bien présent malgré quelques nuages d’altitude passagers. »

Météo du jour : « Le soleil est bien présent malgré quelques nuages d’altitude passagers. »

Ne dites-plus CONTRAILS ou CHEMTRAILS pour évoquer les traînées d’avions, condensation dans le froid de la haute altitude de l’eau produite dans la combustion du kérosène, ni même nuages anthropiques, mais nuages HOMOGENITUS.

Pour comprendre ce qui nous arrive vraiment une lecture attentive des bulletins météo s’avère nécessaire. Exemple du jour : « Le soleil est bien présent MALGRE quelques nuages d’altitude passagers. ».

En clair : Quelques cirrus HOMOGENITUS (aviocirrus) passagèrement visibles, dispersés par les vents d’altitude se soudent en un très discret voile qui pâlit le bleu du ciel, agrandit le soleil apparent le rendant davantage présent. Ce voile chronique de glace est en fait le véritable toit de la serre qui nous fait des effets désastreux (objets de ce blog), et contre lequel la transition énergétique n’apporte pas de solution.

 

 

Météo du jour : « Le soleil reste ardent. Les températures sont en hausse et dépassent parfois 30°. »

Météo du jour : « Le soleil reste ardent. Les températures sont en hausse et dépassent parfois 30°. »

Les trainées d’avions persistantes, élargies, à altitudes variables sont désormais répertoriées dans l’édition 2017 de l’Atlas international des nuages sous l’appellation nuages HOMOMUTATUS.

Visible en travers de cette photo une aviocorde en formation, décantation et agglomération des nuages HOMOGENITUS sous les couloirs aériens les plus fréquentés, le plus élaboré des nuages HOMOMUTATUS. Communément appelé, selon son degré de formation ou son aspect spectaculaire, rue de cumulus, arcus, nuage en rouleau (roll cloud), l’aviocorde sous le terme de VOLUTUS est mis en valeur par l’OMM en tant que seule nouvelle espèce de nuage. L’aviocorde, selon les conditions météo peut évoluer jusqu’en orages en ligne avec grêle et tornades.

Le bulletin météo « Le soleil reste ardent. Les températures sont en hausse et dépassent parfois 30°. » occulte la présence des nuages surnuméraires en portant l’attention sur le soleil brûlant. Tant pis si c’est souvent bien au-dessus des 2° préconisés par la COP21 pourvu qu’à court terme les activités commerciales des plages et estivales soient favorisées.

 

 

COMPRENDRE LES NUAGES

« Nous devons comprendre les nuages non seulement pour prévoir le temps, mais aussi pour modéliser le système climatique et prévoir les ressources en eau disponible » a déclaré M. Petteri Taalas, Secrétaire général de l’OMM, lors de la Journée météorologique mondiale du 23 mars 2017.

La modélisation des nuages CATARACTAGENITUS (au-dessus des grandes chutes d’eau), FLAMMAGENITUS (lors des grands incendies), SILVAGENITUS (par la respiration des forêts) peut, pourquoi pas, aider à mieux comprendre « l’effet papillon » dans le système climatique.

La neige de pollution (ou urbaine ou industrielle), conséquence des nuages HOMOGENITUS terrestres a beaucoup fait parler d’elle l’hiver dernier (2016-2017).  

Mais pour espérer contrer un jour les dérèglements météo-climatiques en cours et à venir mieux vaut modéliser les émanations en eau et particules du trafic aérien issues de la combustion à la fois du kérosène et des biocarburants. Ce qui est absolument aussi simple que de calculer le bilan carbone puisque ces rejets sont produits dans la même réaction chimique.

L’origine principale, la formation et les néfastes conséquences des nuages VOLUTUS, HOMOGENITUS d’altitude, HOMOMUTATUS, ASPERITAS, CAVUM (présentant un trou), CAUDA (queue d’un autre nuage), FLUCTUS (une suite de vagues alignées), MURUS (comme un mur) et FLUMEN (présentant un flux) seront alors aisément compréhensibles.

 

Pour en savoir plus :

COP22 et trafic aérien, et lien inclus :

http://www.eauseccours.com/2016/11/action-climat-en-marge-de-la-cop22-tout-faire-pour-preserver-l-essor-du-trafic-aerien.html

 

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 11:32
Présentation COP22, du 7 au 18 novembre 2016 à Marrakech, Maroc, logo

Présentation COP22, du 7 au 18 novembre 2016 à Marrakech, Maroc, logo

à noter : ciel bleu pâle orné de petits nuages blancs en tous sens, en vision plus large sur http://www.cop22-morocco.com/fr/

 

Mais où est donc passé l’infini ciel bleu intense, promesse de vacances marocaines enchanteresses ?

 

 

« La COP22 devra s’inscrire dans l’action pour concrétiser les différents axes retenus dans l’Accord de Paris, notamment ceux qui ont trait à l’adaptation, la transparence, le transfert de technologies, l’atténuation, le renforcement des capacités et les pertes et préjudices. » http://cop22.ma/fr/#whatscop/post/165

« La COP22 devra s’inscrire dans l’action pour concrétiser les différents axes retenus dans l’Accord de Paris, notamment ceux qui ont trait à l’adaptation, la transparence, le transfert de technologies, l’atténuation, le renforcement des capacités et les pertes et préjudices. » http://cop22.ma/fr/#whatscop/post/165

Le buzz médiatique juste avant l’ouverture de la COP22 : Chaque passager d’un vol aller-retour Paris New-York fait fondre 3 m2 de banquise arctique autant que lors de 4000 km parcouru en voiture. Selon une étude des chercheurs Dirk Notz et Julienne Stroeve parue dans la revue Science le 3 novembre 2016 et destinée à faire prendre conscience que le problème de la fonte des glaces est beaucoup plus grave que ce que peuvent laisser croire les conclusions et objectifs du GIEC et de COP21, et que chacun est responsable de cette situation, même en avion.

Le buzz médiatique juste avant l’ouverture de la COP22 : Chaque passager d’un vol aller-retour Paris New-York fait fondre 3 m2 de banquise arctique autant que lors de 4000 km parcouru en voiture. Selon une étude des chercheurs Dirk Notz et Julienne Stroeve parue dans la revue Science le 3 novembre 2016 et destinée à faire prendre conscience que le problème de la fonte des glaces est beaucoup plus grave que ce que peuvent laisser croire les conclusions et objectifs du GIEC et de COP21, et que chacun est responsable de cette situation, même en avion.

Autrement dit :

  • 12000 km par passager d’un avion plein produisent autant de CO2 (1 tonne) que 4000 km parcouru en voiture (3 fois moins d’impact environnemental pour l’avion)
  • 15 heures en avion sont aussi nocives pour l’environnement que 45 heures en voiture (3 fois plus d’impact environnemental pour l’avion)

 

 

Sentant venir le vent mauvais, l’aviation, secteur exclu de l'Accord de Paris, vient d’annoncer « Un panier de mesures pour stabiliser les émissions de CO2 de l’aviation à leur niveau de 2020 » tout en affichant un objectif de croissance de 5 % par an durant les quatre années qui nous séparent de fin 2020. L’aéroport de Marseille-Provence espère ainsi passer de 8,3 millions de passagers en 2016 à 10 millions en 2020.

Sentant venir le vent mauvais, l’aviation, secteur exclu de l'Accord de Paris, vient d’annoncer « Un panier de mesures pour stabiliser les émissions de CO2 de l’aviation à leur niveau de 2020 » tout en affichant un objectif de croissance de 5 % par an durant les quatre années qui nous séparent de fin 2020. L’aéroport de Marseille-Provence espère ainsi passer de 8,3 millions de passagers en 2016 à 10 millions en 2020.

« Lors de la 39e assemblée de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) qui s’est déroulée entre le 27 septembre et le 7 octobre 2016, le monde de l’aviation est entré dans l’histoire en devenant le premier secteur économique à se doter d’un mécanisme universel et contraignant de maîtrise de ses émissions de CO2. »

« L’aviation civile représente environ 2% des émissions mondiales de CO2. Elle se mobilise depuis maintenant plusieurs années pour apporter sa contribution à la lutte contre le changement climatique. C’est même toute une stratégie, sous la houlette de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI), qui est mise en œuvre au service d’un objectif : stabiliser les émissions de CO2 au niveau qu’elles atteindront en 2020 malgré la prévision de croissance de trafic de 5% par an. C’est ce que l’on appelle l’objectif de “croissance neutre en carbone 2020”. Pour limiter l’impact de l’aviation sur le changement climatique, l’OACI a développé un concept : le panier de mesures. En effet, chaque mesure prise séparément ne peut à elle-seule suffire pour atteindre l’objectif de stabilisation des émissions. C’est pourquoi, 4 leviers sont simultanément actionnés :

- l’amélioration de la performance environnementale des avions grâce aux progrès technologiques,

- l’optimisation des procédures de vol et des infrastructures conduisant à réduire la consommation de carburant,

- le développement des biocarburants aéronautiques et

- les mesures économiques visant à inciter à la sobriété énergétique. Le système de compensation qui vient d’être adopté par l’assemblée de l’OACI est une de ces mesures économiques et va contribuer à l’atteinte de l’objectif de stabilisation des émissions à partir de 2020 que la communauté internationale s’est fixé. »

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/plaquette_GMBM_V15_pap.pdf

 

Alléchantes mais fallacieuses propositions. (explications en fin d’article)

 

 

« Aéroport Marseille-Provence : ce que vous verrez après les travaux. Avec 10 millions de passagers attendus d'ici à 2020, l'accélération du développement des low-cost et des vols longs courriers, l'aéroport se devait de proposer une expérience nouvelle à ses usagers, un supplément d'âme : : marché provençal, showroom à l'accueil des touristes, dégustations, partie de pétanque, ambiance musicale avec chant des cigales, arbres et plantes méditerranéennes vont bientôt redéfinir les terminaux en véritables lieux de vie qui sentent bon la Provence. » Journal La Provence du 10/11/2016 http://www.laprovence.com/article/economie/4194791/aeroport-marseille-provence-ce-que-vous-verrez-apres-les-travaux.html

« Aéroport Marseille-Provence : ce que vous verrez après les travaux. Avec 10 millions de passagers attendus d'ici à 2020, l'accélération du développement des low-cost et des vols longs courriers, l'aéroport se devait de proposer une expérience nouvelle à ses usagers, un supplément d'âme : : marché provençal, showroom à l'accueil des touristes, dégustations, partie de pétanque, ambiance musicale avec chant des cigales, arbres et plantes méditerranéennes vont bientôt redéfinir les terminaux en véritables lieux de vie qui sentent bon la Provence. » Journal La Provence du 10/11/2016 http://www.laprovence.com/article/economie/4194791/aeroport-marseille-provence-ce-que-vous-verrez-apres-les-travaux.html

Ciel voilé, bleu pâle ; ombres floues, pâles voire bleutées, aux directions anarchiques.

Qui sentent bon la Provence ? Mais où est donc passé l’infini ciel bleu intense, promesse de vacances provençales enchanteresses ?

Météo France, qui comme la DGAC (Direction Générale de l’Aviation civile) dépend du ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, est, elle aussi, passée quotidiennement maître en dissimulation de l’importance des nébulosités engendrées par le trafic aérien, exemples :

« Au lever du jour, le soleil prédomine, mais quelques passages nuageux viennent le déranger par intermittence » Météo France

« Au lever du jour, le soleil prédomine, mais quelques passages nuageux viennent le déranger par intermittence » Météo France

Le voile d’aviocirrus, cirrus de culture engendrés par l’eau produite dans la combustion du kérosène, toit de glace de la serre qui nous fait anormalement de l’effet, gêne l’impression de beau temps, et dérange les abeilles dont le tropisme visuel est mal adapté à ce soleil géant.

En dessous des couloirs aériens les plus fréquentés, par intermittence, en longs cordons ou en fragments, des aviocordes apparaissent.

 

 

« Quelques nuages font encore de la résistance, mais ils se dissipent assez vite, et le soleil reprend donc pleinement ses droits. » Météo France

« Quelques nuages font encore de la résistance, mais ils se dissipent assez vite, et le soleil reprend donc pleinement ses droits. » Météo France

En ce jour férié, début d’un pont de trois jours, les aviocordes s’égouttent, le temps du retour à un trafic aérien plus paisible. Le soleil ne reprendra cependant pas pleinement ses droits car sa lumière restera tamisée par un fin voile homogène d’aviocirrus permettant malgré tout une impression de beau temps sous ciel bleu pas trop pâle.

 

 

« Le beau temps domine, même si de fins nuages élevés voilent un peu le ciel. Le mistral souffle assez fort le long du Rhône uniquement. Il quitte le Var. » Météo France

« Le beau temps domine, même si de fins nuages élevés voilent un peu le ciel. Le mistral souffle assez fort le long du Rhône uniquement. Il quitte le Var. » Météo France

Le beau temps de cette 2ème matinée de long week-end est gâché par un voile d’aviocirrus épaissi et figé par le froid du mistral. Des aviocordes sont visibles en surimpression dans ce ciel bien terne.

 

 

Alléchantes mais fallacieuses propositions pour que l’aviation puisse continuer son expansion quelles qu’en soient les désastreuses conséquences sur l’environnement.

 

« - l’amélioration de la performance environnementale des avions grâce aux progrès technologiques »

Pas de quoi se vanter, cette recherche a toujours existé et est avant tout économique. Un progrès dans l’aérodynamisme, un gain dans le poids de l’avion, une combustion d’hydrocarbure qui se rapproche de la combustion complète (avec pour seuls rejets du CO2 et de l’eau) contribuent à consommer moins de carburant, réduisent donc le coût du voyage, mais il en sera vendu plus, pour une économie CO2 nulle, voire négative au final au moins jusqu’en 2020 comme annoncé, et c’est juste tant mieux pour la qualité de l’air si moins de particules fines sont rejetées.

 

« - l’optimisation des procédures de vol et des infrastructures conduisant à réduire la consommation de carburant »

… et donc à réduire le coût du voyage, mais il en sera vendu plus, pour une économie CO2 nulle, voire négative au final au moins jusqu’en 2020 comme annoncé.

 

« - le développement des biocarburants aéronautiques »

Le trafic aérien ne pouvant pas compter sur les énergies hydrauliques, éoliennes ou nucléaires, pas encore sur le solaire, ne peut faire autrement que de miser sur les biocarburants, principalement à partir d’algues.

L’argument phare pour l’utilisation des biocarburants est que leur combustion ne fait que rendre dans l’atmosphère le CO2 qui avait été utilisé durant la croissance contemporaine des végétaux qui le composent, exactement comme pour les écobuages, le chauffage au bois ou le brûlage des déchets verts des particuliers qui sont devenus interdits ou soumis à des réglementations très contraignantes au niveau des particules rejetées. L’eau produite dans la combustion des biocarburants est passée sous silence.

 

« - les mesures économiques visant à inciter à la sobriété énergétique. Le système de compensation qui vient d’être adopté par l’assemblée de l’OACI est une de ces mesures économiques et va contribuer à l’atteinte de l’objectif de stabilisation des émissions à partir de 2020 que la communauté internationale s’est fixé. »

Le véritable enjeu de la transition énergétique n’est pas climatique mais d’anticiper la raréfaction des réserves des hydrocarbures fossiles et de l’anarchie de leurs coûts qui risquent de l’accompagner. D’où, depuis l’arrêté du 28 novembre 2006 relatif à la publicité dans le domaine de l’énergie, la mention obligatoire : « L’énergie est notre avenir, économisons-la ! ».

Ne pouvant sortir avant très longtemps de la propulsion par combustion d’hydrocarbures, fossiles ou issus du vivant, n’imaginant pas voir son activité diminuer ou même stagner, le trafic aérien est prêt à en payer le prix en incitant les autres à moins rejeter de gaz carbonique dans l’atmosphère.

 

 

« L’aviation civile représente environ 2% des émissions mondiales de CO2. Elle se mobilise depuis maintenant plusieurs années pour apporter sa contribution à la lutte contre le changement climatique. »

 

Pourquoi tant d’effort pour contrer 2% de nuisances alors qu’en fait le CO2 n’est pas la principale cause des dérèglements météo-climatiques en cours ?

« Le premier gaz à effet de serre c’est la vapeur d’eau, … » affirment Jean-Jouzel et le GIEC avant de brandir le consensus scientifique (oxymore) qui conduit arbitrairement à s’occuper prioritairement des rejets de gaz carbonique, lui aussi produit dans la combustion de tout hydrocarbure.

http://www.eauseccours.com/article-trois-questions-sur-l-eau-atmospherique-le-trafic-aerien-et-l-effet-de-serre-119114861.html

http://www.eauseccours.com/article-du-nouveau-dans-l-immuable-cycle-de-l-eau-115112913.html

http://www.eauseccours.com/article-reperer-la-serre-qui-nous-fait-de-l-effet-112478921.html

 

Parce qu’à part les super volcans, seul le trafic aérien est capable d’installer chroniquement un voile d’eau, de gaz et de particules en haute atmosphère entraînant ainsi une catastrophique désorganisation de toute la vie terrestre dont la bonne orientation en vol des abeilles, ce qui entraîne leur disparition globale.

http://www.eauseccours.com/2014/08/regarder-les-fourmis-volantes-pour-comprendre-la-desorientation-des-abeilles.html

http://www.eauseccours.com/2014/05/biomimetisme-volcanique-rejets-en-altitude-d-eau-de-gaz-et-de-particules-fines.html

http://www.eauseccours.com/2015/01/proposition-article-1er-de-la-declaration-pour-les-droits-de-l-humanite-pour-preserver-la-planete.html

 

Salon Techinnov 2016, Paris-Orly, jeudi 11 février, Stand Elyzée Consortium, rendez-vous accepté 15h20-15h35. Motivation de la demande de RDV : Cop21, succès pour la transition énergétique mais échec pour le climat dont la dégradation va empirer, à moins d’un progrès technologique permettant aux avions de récupérer l’eau qu’ils produisent. J’ai une piste de solution réalisable à proposer. Jacques Fabry, avioclimatologue.

Salon Techinnov 2016, Paris-Orly, jeudi 11 février, Stand Elyzée Consortium, rendez-vous accepté 15h20-15h35. Motivation de la demande de RDV : Cop21, succès pour la transition énergétique mais échec pour le climat dont la dégradation va empirer, à moins d’un progrès technologique permettant aux avions de récupérer l’eau qu’ils produisent. J’ai une piste de solution réalisable à proposer. Jacques Fabry, avioclimatologue.

Une solution technique est possible : équiper les avions de ligne, passagers et fret, d’un récupérateur d’eau comprenant :

- Un capteur de l’eau atmosphérique ambiante en très haute altitude (existe déjà à titre expérimental),

- Une cloison mobile dans les réservoirs des avions pour les remplir d’eau au fur et à mesure que le carburant est brûlé,

- Un système de diffusion à basse altitude de l’eau récupérée (existe déjà pour les largages en urgence du kérosène).

 

Le double surcoût, prix du système et surconsommation pour voler constamment à pleine charge, serait infiniment moindre que les frais à engager lorsque les victimes des dérèglements climatiques demanderont réparation en portant plainte contre X, plutôt que de compter sur des indemnités pour catastrophes naturelles.

 

Cela n’empêchera cependant pas une indispensable réflexion pour trouver le moyen de plafonner le volume du trafic aérien mondial.

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2015 5 02 /01 /janvier /2015 09:05
COP21, Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015, la France se veut être le point de départ de l’éclaircie climatique. Mission impossible sauf à tenir ouvertement compte des rejets en eau et particules fines du trafic aérien

COP21, Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015, la France se veut être le point de départ de l’éclaircie climatique. Mission impossible sauf à tenir ouvertement compte des rejets en eau et particules fines du trafic aérien

31 décembre 2014 : Texte des vœux du Président François Hollande aux Français pour l’année 2015

http://www.elysee.fr/chronologie/#e8213,2014-12-31,v-ux-aux-fran-ais

Extrait climat :

« 2015, mes chers compatriotes, ce sera une année essentielle aussi et j’allais dire avant tout pour la planète. La France va accueillir la conférence sur le climat en décembre prochain. Elle rassemblera tous les chefs d’Etat et de gouvernement du monde entier. C’est une magnifique opportunité pour nous rassembler d’abord nous-mêmes au-delà de nos différences, pour mettre en commun ce que nous avons de meilleur, pour redonner du sens au progrès. La France, elle doit être exemplaire – elle l’est – avec la loi sur la transition énergétique qui a déjà été votée par l’Assemblée nationale, avec la loi sur la biodiversité.

La France, elle a été capable il y a maintenant 70 ans, de réunir une grande conférence pour les droits universels de l’homme. Maintenant, nous devons entraîner le monde pour qu’il puisse adopter à son tour une déclaration pour les droits de l’humanité pour préserver la planète. Et je ferai tout pour qu’à Paris, en 2015, la conférence soit un succès, parce que je veux que lorsque nos enfants nous interrogeront ou nos petits-enfants, sur ce que nous avons été capables de faire en 2015, nous puissions être fiers et leur dire que nous avons contribué à préserver la planète toute entière. »

Déclaration pour les droits de l’humanité pour préserver la planète

Proposition d’article premier : Chaque minéral, chaque plante, chaque animal, chaque humain de la planète Terre a un droit inaliénable à jouir de l’établissement naturel de son climat local, c’est-à-dire libre de toute modification volontaire ou involontaire des cycles de l’eau et de l’ensoleillement par des nuages anthropiques.

 

Pour préparer COP21 le Président François Hollande a reçu déjà plusieurs fois en 2014 les anciens ministres de l’Ecologie, Jean-Louis Borloo, Nathalie Kosciusko-Morizet, Corinne Lepage, ainsi que Nicolas Hulot son « envoyé spécial pour la protection de la planète » ; le député Bernard Deflesselles était à COP20 à Lima. Tous connaissent depuis plusieurs années déjà l’importance des dégâts sur la planète provoqués par le voile et le réseau de nuages anthropiques engendrés par les rejets d’un trafic aérien surdéveloppé et surprotégé.

Partager cet article

Repost0
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 15:03

Le biomimétisme, ingénierie à la mode, cherche à imiter volontairement les solutions de la nature pour les appliquer à l’amélioration de la vie humaine sous tous ces aspects.

Sauf que le biomimétisme peut être passif et négatif, autrement dit l’ingénierie peut imiter la nature sans le savoir, et provoquer ainsi de désastreuses conséquences. C’est encore plus dramatique si l’homme a conscience de ce qu’il fait et le tait par lâcheté et/ou cupidité.

Affiche volcan du film « La vie rêvée de Walter Mitty » sorti au cinéma le 1er janvier 2014  « Le moins que l'on puisse dire, c'est que le volcan Eyjafjöll est très à la mode au cinéma en ce moment, puisqu'il apparaît également dans La Vie rêvée de Walter Mitty, le nouveau film de Ben Stiller ! Dans ce dernier, l'acteur campe un doux rêveur qui se lance dans un périple aussi incroyable qu'exotique, l'amenant à croiser la route du fameux Eyjafjöll... » http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18629735.html

Affiche volcan du film « La vie rêvée de Walter Mitty » sorti au cinéma le 1er janvier 2014 « Le moins que l'on puisse dire, c'est que le volcan Eyjafjöll est très à la mode au cinéma en ce moment, puisqu'il apparaît également dans La Vie rêvée de Walter Mitty, le nouveau film de Ben Stiller ! Dans ce dernier, l'acteur campe un doux rêveur qui se lance dans un périple aussi incroyable qu'exotique, l'amenant à croiser la route du fameux Eyjafjöll... » http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18629735.html

Un film où rêve et réalité se côtoient, se mêlent, s’opposent. Réaliste dessin d’une éruption volcanique, alors que le ciel en arrière-plan est décalé, bien loin de la représentation d’un panache volcanique. Ce type de ciel est l’évocation d’une autre réalité, devenue le quotidien d’un nombre grandissant de terriens. Il est le résultat de l’eau, des gaz et des particules inconsidérément rejetés en haute altitude par les pots d’échappement des avions d’un trafic aérien démesuré.

Des émissions volcaniques gigantesques ont pu par le passé provoquer assombrissement global, bouleversement planétaire des cycles de l’eau et du climat, extinctions massives des espèces.

Actuellement, sournoisement mais tout aussi efficacement, les rejets du trafic aérien mondial ont les mêmes conséquences, plus un désastre économique grandissant touchant toutes les activités liées à un ensoleillement optimal, dont l’apiculture, et incluant les réparations de beaucoup des dégâts causés par des eaux déchaînées.

Ce plastique plaqué contre un grillage en Provence ne retombera que lorsque le mistral cessera

Ce plastique plaqué contre un grillage en Provence ne retombera que lorsque le mistral cessera

Les jours de ciel tout bleu ou presque, si nécessaires en nombre suffisant à la bonne marche de la vie terrestre, ne reviendront que lorsque les libres rejets des moteurs d’avion en eau, gaz et particules auront considérablement diminué :

- par arrêt du trafic aérien comme lors de l’éruption du volcan islandais Eyjafjöll en avril 2010, exemples en images :

http://www.eauseccours.com/article-la-bourse-ou-la-vie-avertissement-avec-frais-numero-2-le-volcan-49043951.html

http://transports.blog.lemonde.fr/2014/04/13/en-avril-2010-apres-leruption-du-volcan-islandais-orly-sans-les-avions/

- ou par la rapide mise ou point d’un système technique permettant dans un premier temps de récupérer en vol à haute altitude assez de l’eau chimique produite par la combustion du kérosène, de la stocker dans les réservoirs d’avion équipés d’une cloison mobile et de la larguer sur une forêt, des cultures, un désert ou la mer avant atterrissage.

A noter que les recherches de géoingénierie en cours visant à rejeter de l’eau ou des particules entre le soleil et la terre ne feraient qu’empirer la situation générée par les rejets du trafic aérien et donc aggraveraient le problème des dérèglements climatiques au lieu de le solutionner. Ces recherches sont citées par le GIEC en page 29 du 1er volume de son 5ème rapport (27 septembre 2013).

« Methods that aim to deliberately alter the climate system to counter climate change, termed geoengineering, have been proposed. …/… Modelling indicates that SRM (Solar Radiation Management) methods, if realizable, have the potential to substantially offset a global temperature rise, but they would also modify the global water cycle, and would not reduce ocean acidification. » http://www.climatechange2013.org/images/report/WG1AR5_SPM_FINAL.pdf

Jean Jouzel, vice-président du GIEC est de ceux qui savent et taisent les conséquences du libre rejet dans le froid de la haute altitude de l’eau produite par la combustion du kérosène.

http://www.eauseccours.com/article-trois-questions-sur-l-eau-atmospherique-le-trafic-aerien-et-l-effet-de-serre-119114861.html

Orbs ou orbes, photos prises au flash par beau temps sous trafic aérien intense

Orbs ou orbes, photos prises au flash par beau temps sous trafic aérien intense

Que voyez-vous sur ces photos ? Un air pollué par une pluie de kérosène et quelques gouttes d’eau (plus blanches et opaques), ou des manifestations paranormales abondamment décrites sur le net ?

La vie rêvée ne tiendra plus longtemps face à la réalité.

Exemple de pluie d’eau chimique, hors cycle naturel de l’eau :

http://www.eauseccours.com/article-pluie-et-nuages-par-beau-temps-au-dessus-d-un-des-plus-beaux-villages-de-france-70038823.html

Partager cet article

Repost0
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 15:04
La poule ou l’œuf en premier ? Les nuages qui encombrent notre ciel au quotidien sont-ils cause ou conséquence des changements climatiques en cours et à venir ?
 
nuages planches 2013 11 du 16 au 30
Planches des 16 au 30 novembre 2013, 94ème quinzaine observée en continu depuis le début de janvier 2010, aspect des cieux au-dessus des Bouches du Rhône (photos personnelles), du Mt-Blanc (webcam http://www.lessaisies.com/webcams-les-saisies.html), du lac d’Annecy (webcam http://www.lac-annecy-acacias.com/webcam.html)
 
Aviez-vous remarqué ces insistants nuages au-dessus de vos têtes ?
Quel que soit le vocabulaire utilisé par les présentateurs météo il n’existe plus un seul jour entier véritablement sans nuages. A moins que vous ne vous trouviez dans un des derniers paradis terrestres au ciel tout bleu qui existent peut-être encore ? Mais ce n’est plus la Provence, ni la Côte d’Azur, qui ont perdu depuis plusieurs années déjà les 300 jours de soleil par an qui avaient fait leur réputation.
 
 
nuages ciel chaotique

Provence, automne 2013

Des nuages qui se croisent en tous sens, est-ce cela un ciel chaotique ?

Qu’annonce un ciel chaotique ?

 

 nuages question à Météo France 2013 08 05 15h36

La question a été posée à Météo France le 5 août 2013 à 15h36 et demeure sans réponse à ce jour, 3 décembre 2013

 

Le chaos dans le ciel est-il un signe du changement climatique ou d’autre chose ?

 

 

nuages de culture nuages anthropiques

Eau chimique : http://www.eauseccours.com/article-trois-questions-sur-l-eau-atmospherique-le-trafic-aerien-et-l-effet-de-serre-119114861.html

Orages en long : http://www.eauseccours.com/article-orages-sans-cumulonimbus-orages-sous-aviocordes-119764297.html

Toit de la serre : http://www.eauseccours.com/article-reperer-la-serre-qui-nous-fait-de-l-effet-112478921.html

 

L’Organisation météorologique mondiale (OMM ou WMO en anglais) a annoncé le 2 août 2013 qu’elle était en train de numériser et de mettre jour son Atlas international des nuages.

 

« L’OMM est en train d’étudier la meilleure manière de mettre à jour l’Atlas international des nuages et de le produire sous une forme numérique faisant autorité, exhaustive et utile pour les systèmes opérationnels d’observation.

… /…

L’Atlas existant comprend deux volumes et sa première publication remonte à 1956… L’Atlas des nuages a été révisé et mis à jour à plusieurs reprises, et pour la dernière fois en 1987, où de nouvelles photographies ont été ajoutées.

… /…

Il est encore trop tôt pour dire si de «nouveaux» types de nuages seront ajoutés. … »

http://www.wmo.int/pages/mediacentre/news/index_fr.html#atlasnuages

 

L’OMM osera-t-elle ajouter à son Atlas international des nuages les aviocirrus et les aviocordes, nuages anthropiques, nuages de culture (par analogie à la neige de culture) engendrés par la nature à partir de l’eau chimique produite par la combustion du kérosène et inconsidérément relâchée dans le froid de la haute altitude ?

 

L’OMM, la France, Nicolas Hulot et tous les autres organisateurs et participants à la décisive Conférence Paris Climat 2015 (COP 21) accepteront-ils de prendre en considération l’influence prépondérante du voile d’aviocirrus et des aviocordes dans les changements climatiques en cours et à venir ?

 
 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • : La nature nous alerte en silence. Parfois le manque de mots ça agace!!! Mais les signes sont tenaces, le dérèglement climatique est installé, de plus en plus large, intense et rapide. Là, juste sous nos yeux, ouvrons-les bien grands, tout de suite, sans craindre de comprendre.
  • Contact

Profil

  • Jacques Fabry
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.

Il y a déjà trop d'avions

Sur terre on ne touche pas impunément à l'eau et à la lumière.

Recherche

Quand la lumière ne fut plus.

Aménagements climatiques

Réchauffement climatique

Dérèglement climatique

Bouleversement climatique

Disparitions climatiques

Uniformatisation climatique

Sans plus de commentaires pour le moment, mais je n’ai pas choisi ces mots au hasard.

 

J’ai essayé de montrer, de convaincre les responsables, c’était un peu tôt. J’y ai laissé trop d’énergie mais ils sont informés.

 

Je vais continuer par petites touches à photographier et afficher ce qui se passe sous nos yeux. J’espère que nous serons de plus en plus nombreux à accepter de regarder l’évidence et que nous serons entendus avant que la brusque extinction du plancton, des plantes, des animaux et des hommes actuels ne se produise, bien avant 2050.

 

POUR EVITER L’IRREMEDIABLE, LE PLUS URGENT EST DE DIMINUER IMMEDIATEMENT ET CONSIDERABLEMENT LE TRAFIC AERIEN MONDIAL.

 

Dure réalité, mais moins compliquée et moins coûteuse que la crise économique  générale qui nous attend, dès les prochains mois, si nous continuons à bouleverser l’eau et la lumière à la surface de la terre.

 

Je peux, à la demande, expliquer plus en détails, chacune de mes affirmations, et serais même tranquillisé qu’on me prouve que j’ai tord. N’hésitez pas à laisser un commentaire au bas des articles ou à me contacter directement avec le lien « contact » tout en bas de chaque page.

cielnature

Ils savent

la cause principale unique et 
ses multiples conséquences
www.eauseccours.com/article-16251978.html

Reponses-officielles.jpg
 

Liens