Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 septembre 2020 2 15 /09 /septembre /2020 18:40

 

 

 

Californie, lundi 14 septembre 2020, 20h48 (mardi 15/09/20, 05h48 heure de Paris)

En visite sur place, alors que les gigantesques incendies font encore rage, Donald Trump, Président des Etats Unis d’Amérique, a affirmé à propos du réchauffement climatique: « It’ll start getting coller ! ».

« Ça finira par se refroidir !», une façon d’exprimer qu’il fait chaud, trop chaud, anormalement chaud depuis déjà plusieurs années.

 

Deux facteurs aggravent cette chaleur : 

 

Climat : Puisque le Président Trump l’a dit « Ca finira par se refroidir ! »

1- Quand un soleil rasant se glisse et se reflète sous le voile de pollution d’altitude homogenitus (eau, gaz et particules principalement issus du trafic aérien) la chaleur est encore plus accentuée. Il est devenu par exemple possible de prendre des coups de soleil en terrasse à Paris en décembre ou janvier. Cet effet halogène est particulièrement dommageable pour les glaces arctiques.

 

Climat : Puisque le Président Trump l’a dit « Ca finira par se refroidir ! »

2- Pire encore, l’effet étuve tant redouté des climatologues, imputable lui aussi aux nuages homogenitus, est la forme de réchauffement la plus difficile à supporter pour l’humain et la plus propice à une fonte rapide des glaces.

A noter que dans ses bulletins météo du matin (le soleil brille sans partage) comme de l’après-midi (ambiance digne du plein été) Météo France ignore superbement la présence pourtant bien visible de ces nuages homogenitus et donc détourne l’attention de leurs impacts dommageables pour le climat.

 

« A certaine période, il y a 0,5% de la surface totale du ciel occupée par ces traces blanches, visibles depuis l’espace. Ces nuages créés par l’homme ont un nom depuis 2017 : les cirrus homogenitus. »

« A certaine période, il y a 0,5% de la surface totale du ciel occupée par ces traces blanches, visibles depuis l’espace. Ces nuages créés par l’homme ont un nom depuis 2017 : les cirrus homogenitus. »

En mai 2020, à la sortie du confinement, le journaliste Jean-Christophe Batteria a laborieusement évoqué dans une courte vidéo « les cirrus homogenitus » engendrés par le trafic aérien, tout en prenant bien soin de relativiser leur impact. Climat : les vols de jour meilleurs pour la Terre que les vols de nuit   https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/climat-les-vols-de-jour-meilleurs-pour-la-terre-que-les-vols-de-nuit_3977557.html  « 96% des 80 000 vols quotidiens dans le monde sont annulés. Terminé les traces blanches dans le ciel. C’est l’occasion pour les scientifiques de mesurer leur impact environnemental. Mais il sera difficile aujourd’hui avec le confinement, car il n’y a pas que les avions qui sont ralentis ou à l’arrêt, il y a tous les transports, toute l’industrie, et il sera difficile de tirer la part du trafic aérien dans le bénéfice que tire la planète actuellement du ralentissement de nos activités. »

23 mars 2017 : mise à jour de l’Atlas mondial des nuages de l’OMM:     http://www.eauseccours.com/2017/05/nouveaux-nuages-ne-dites-plus-chemtrails-mais-nuages-homogenitus-mutatus.html

 

 

Climat : Puisque le Président Trump l’a dit « Ça finira par se refroidir ! » 

Oui, sans aucun doute, d’une façon ou de l’autre :

1- dès que le couvercle d’eau, de gaz et de particules qui nous enferme aura suffisamment épaissi (énorme éruption volcanique, géo-ingénierie, augmentation du trafic aérien même avec moteur à hydrogène) pour que l’assombrissement global prime sur l’effet de serre.

http://www.eauseccours.com/article-reperer-la-serre-qui-nous-fait-de-l-effet-112478921.html

http://www.eauseccours.com/2018/10/vers-un-ineluctable-refroidissement-climatique-par-geo-ingenierie-ou-geo-anerie.html

ou

2- dès que la lumière solaire arrivera à nouveau librement jusqu’au sol (sommeil des activités volcaniques gigantesques, baisse considérable du trafic aérien ou baisse plus modérée mais avec avions obligatoirement équipés d’un récupérateur d’eau).

 

Remarque : Le volutus, autre nuage homogenitus (généré par l’homme) homomutatus (qui quelque part a échappé à l’homme) est à l’origine de pluies et/ou chutes de grêle spectaculaires (flumen) et dévastatrices, souvent accompagnées de vents violents tourbillonnants pouvant former des tornades. Récupérer l’eau des avions, ce qui est techniquement possible, empêcherait également sa formation.

Partager cet article

Repost0
23 mars 2020 1 23 /03 /mars /2020 20:32
En bleu extrait du document de l’OMM (WMO) Journée météorologique mondiale du 23 mars 2017 nouveau nuage Volutus homogenitus homomutatus– En vert extraits du document de l’OMM (WMO) Journée météorologique mondiale Climat et Eau trois ans plus tard, le 23 mars 2020

En bleu extrait du document de l’OMM (WMO) Journée météorologique mondiale du 23 mars 2017 nouveau nuage Volutus homogenitus homomutatus– En vert extraits du document de l’OMM (WMO) Journée météorologique mondiale Climat et Eau trois ans plus tard, le 23 mars 2020

23 mars 2020 Journée météorologique mondiale climat et eau

« Genève, le 23 mars 2020 – L'une des principales répercussions du changement climatique concerne l'eau, ce qui a des conséquences sur le développement durable et la sécurité. Pourtant, alors que la hausse des températures est étayée par des informations coordonnées au niveau international, les données sur les ressources en eau sont fragmentaires et incomplètes.  

Cette année, la Journée mondiale de l'eau et la Journée météorologique mondiale sont donc toutes deux consacrées au climat et à l'eau. L'un des messages sous-jacents de ces Journées est que nous ne pouvons pas gérer ce que nous ne surveillons ni ne mesurons – un message qui est malheureusement devenu trop familier avec la pandémie de COVID-19. …/… En réunissant ces deux Journées internationales, célébrées respectivement les 22 et 23 mars, l'objectif est de donner une plus grande visibilité à l'eau dans les débats sur le climat. »

 

Count every drop - Cuenta cada gota

Compte chaque goutte anthropique !

الحفاظ على كل قطرة ماء - 测每一滴 - беречь каждую каплю

D’une part le consensus en vigueur, scientifique, médiatique, politique et même citoyen, a imposé le bilan carbone fossile comme mesure incontournable privilégiée de l’action contre le changement climatique.

D’autre part « l'une des principales répercussions du changement climatique concerne l'eau, les données sur les ressources en eau sont fragmentaires et incomplètes, nous ne pouvons pas gérer ce que nous surveillons ni ne mesurons, l'objectif est de donner une plus grande visibilité à l’eau dans les débats sur le climat », affirme l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM – WMO), et l’eau, tous les climatologues vous le confirmeront, sous forme de vapeur ou de nuages est la principale composante de l’effet de serre.

Compter chaque goutte anthropique est aussi simple que de compter le gaz carbonique anthropique car ce sont les deux produits de la combustion des hydrocarbures.

HydroCarbure (Hydrogène et Carbone)  + Oxygène à H2O (eau) + CO2 (gaz carbonique)

Il suffit d’ajouter une ligne de calcul au logiciel d’évaluation de la quantité de carbone anthropique pour obtenir instantanément la masse d’eau surnuméraire créée par la combustion des hydrocarbures.

Décision à prendre sans plus tarder pour donner un second souffle dans les débats sur le climat et en déduire l’évidente solution adéquate.

 

CYCLE DE L’EAU – Schéma OMM –  Coucher de soleil webcam Marseille Vieux-Port – Texte M. António Guterres, secrétaire général de l’ONU : « L’eau s’évapore de la surface de la planète vers l’atmosphère, où elle se condense en nuages qui se déplacent autour du globe. Ils libèrent ensuite de la pluie et de la neige, qui rapportent de l’eau fraîche aux fleuves, aux lacs et aux glaciers sur Terre. C’est ce qui maintient la vie sur notre planète. »

CYCLE DE L’EAU – Schéma OMM – Coucher de soleil webcam Marseille Vieux-Port – Texte M. António Guterres, secrétaire général de l’ONU : « L’eau s’évapore de la surface de la planète vers l’atmosphère, où elle se condense en nuages qui se déplacent autour du globe. Ils libèrent ensuite de la pluie et de la neige, qui rapportent de l’eau fraîche aux fleuves, aux lacs et aux glaciers sur Terre. C’est ce qui maintient la vie sur notre planète. »

Le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres a déclaré dans un message que le climat et l’eau sont inextricablement liés, que le climat est le moteur du cycle hydrologique qui, à son tour, définit notre climat, que le cycle de l’eau était souvent tenu pour acquis… 

Ce qui revient à dire que le climat, distribution statistique des conditions de l’atmosphère terrestre dans une région donnée pendant une période donnée (définition Wikipédia), produit et transmet le mouvement (selon définition Larousse de être moteur) du cycle hydrologique.

Objectivement c’est l’énergie solaire qui met en mouvement les cycles naturels de l’eau. C’est donc du côté des variations des conditions de l’ensoleillement qu’il faut regarder pour bien comprendre par quoi le cycle de l’eau qui était souvent tenu pour acquis est aujourd’hui perturbé. Le mot « climat » n’étant devenu qu’un raccourci, un mot passe-partout, un bouc émissaire tel le pronom indéfini « on », pour tenter d’exprimer cela.

« La meilleure façon de marcher c’est encore la nôtre, c’est de mettre un pied d’vant l’autre et d’recommencer ! » : créer un déséquilibre, le rattraper, créer un déséquilibre, le rattraper, et perpétuellement recommencer.

Pas de déséquilibres zones ensoleillées, zones ennuagées dans le schéma CYCLE DE L’EAU de l’OMM et donc une aberration fonctionnelle des cycles de l’eau, locaux, régionaux, globaux. Peut-être ce schéma au fléchage extérieur illustre-t-il la moyenne climat global, un cycle de l’eau planétaire purement théorique ? Subliminalement on peut y percevoir aussi un ensoleillement anormal au pôle nord, la disparition des saisons, une alternance de sécheresses (le temps de former le continuum nuageux) et d’inondations (le temps que précipite ce monstrueux couvercle).

A noter les étranges ressemblances entre le schéma global et la photo locale.

 

« Les paramètres hydrologiques des inondations et des sécheresses représentent certains des plus grands défis et menaces auxquels le monde est confronté. » Extrait du document de l’OMM (WMO) Journée météorologique mondiale Climat et Eau du 23 mars 2020 – schéma cycle de l’eau Wikipédia avec présence des nuages surnuméraires invasifs, perturbateurs des cycles naturels de l’eau

« Les paramètres hydrologiques des inondations et des sécheresses représentent certains des plus grands défis et menaces auxquels le monde est confronté. » Extrait du document de l’OMM (WMO) Journée météorologique mondiale Climat et Eau du 23 mars 2020 – schéma cycle de l’eau Wikipédia avec présence des nuages surnuméraires invasifs, perturbateurs des cycles naturels de l’eau

23 mars 2020 Journée météorologique mondiale climat et eau

« L'OMM s'est engagée à réaliser huit ambitions à long terme dans le domaine de l'eau »

parmi lesquelles : « • Les crues ne prennent personne au dépourvu - • Les populations sont préparées à faire face à la sécheresse - • Des données de qualité viennent appuyer les recherches scientifiques »

 

Every drop counts - Cada gota cuenta

Chaque goutte homogenitus compte.

كل قطرة ماء لها أهميتها - 滴滴当珍惜 - Каждая капля на счету

 

Nuages homogenitus : nuages qui se forment consécutivement à des activités humaines, soit à partir d’eau issue du cycle naturel de l’eau (ex. cumulus qui apparaissent au-dessus des tours de refroidissement des centrales électriques et dont chaque goutte peut précipiter en pluie ou neige), soit à partir de l’eau produite dans la combustion des hydrocarbures, notamment le kérosène. A noter qu’un moteur à hydrogène équipant des avions générerait également des nuages homogenitus par rejet d’eau dans le grand froid de la haute altitude.

Pour abonder dans le sens des ambitions de l’OMM il est à souhaiter :

• que les crues, la grêle, les tornades sous volutus ne prennent personne au dépourvu

De l'eau, des poussières et de la glace homogenitus produites dans les couloirs aériens les plus fréquentés peuvent s’agglomérer tout en perdant de l’altitude et finir par former un nuage homomutatus tout en longueur qui dans sa forme la plus spectaculaire est encore souvent mentionné sous le nom d’arcus alors que l’appellation officielle depuis le 23 mars 2017 est volutus. Les parapentistes se plaisent à profiter de ses ascendances lorsqu’il en est au stade de rue de cumulus. Depuis 2007, pour en décrire plus facilement l’origine et l’ensemble des stades de son évolution j’emploie le terme d’aviocorde.

Dans certaines conditions chaque goutte d’un volutus peut précipiter en « décoratives » virgas ou en très violents flumen de pluie ou de grêle accompagnés d’impétueux vents tourbillonnants voire de tornades.

Pris au dépourvu les responsables locaux des territoires sinistrés espèrent encore une reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle qui en métropole est refusé pour les tornades. Une large médiatisation de l’origine, la présence grandissante et la dangerosité des volutus permettrait aux victimes et aux assureurs de se retourner vers les avionneurs et les compagnies aériennes en vue d’une meilleure indemnisation. Si le silence perdure, des plaintes dévastatrices finiront par mettre en cause Météo France, la Direction du Transport Aérien, le ministère de la Transition écologique et solidaire, et l’OMM.

• que Les populations sont préparées à faire face à la sécheresse persistante sous voile élevé de nuages homogenitus homomutatus

L’expansion horizontale des traînée d’avions par les vent d’altitude est reconnue sous l’appellation nuages cirrus homomutatus à laquelle je préfère « aviocirrus ». Ils ne sont que la partie visible de l’iceberg, de l’arbre qui cache la forêt. En fait s’organise un voile global homogenitus (généré par l’homme) homomutatus (qui a échappé à l’homme) dont chaque goutte contribue à former le toit de la serre qui nous enferme, à fournir une lumière déroutante pour les abeilles et à accentuer la durée et l’intensité des sécheresses en gênant l’établissement et la circulation des cycles naturels de l’eau. Préparer les populations à réagir à ces sécheresses en partie anthropiques nécessite que Météo France cesse de mentionner subjectivement ce voile homomutatus par des expressions telles « Un voile de fin nuages d’altitude ne gênera pas l’impression de beau temps. » ou « Nous bénéficions d’une agréable luminosité avec un soleil tout juste légèrement voilé.».

• que des données de qualité viennent appuyer les recherches scientifiques 

La qualité de la banque de données c’est la base de toute étude scientifique. Concernant les spectaculaires volutus, l’affaire est entendue, ils ont un nom officiel, ils existent. Reste à tout un chacun de percevoir la présence de ces nuages homogenitus, même sous une forme larvée ou fragmentaire. Pour cela, tranquillement et régulièrement, repérer dans son environnement familier, dans les photos souvenir de son téléphone, en arrière-plan des journaux télévisés, ou de webcams* les nuages ou morceaux de nuages longs et raides, apparaissant régulièrement au même endroit plus ou moins haut, plus ou moins bas, pouvant se croiser, se superposer, stationnaires dans le vent, présents par ciel clair comme sous ciel gris, lors des orages ou des tornades.  Puis réaliser que chaque goutte qu’ils contiennent est une atteinte silencieuse à la bonne marche des cycles naturels de l’eau, une bombe à retardement pour les personnes et les biens. La solution pour leur disparition est désormais plus politique et technique que via la recherche scientifique.

* exemples en Savoie http://www.aliantux.net/wcam/index.htm ou à Marseille http://pv.viewsurf.com/id/504

Partager cet article

Repost0
29 juillet 2019 1 29 /07 /juillet /2019 19:46
Climat : 23 et 24 juillet 2019, extraits d’articles de presse à propos de la venue à Paris de Greta Thunberg, prêtresse* du dieu GIEC invitée par les 162 députés du collectif transpartisan « Accélérons la transition écologique et solidaire » lancé par le député Matthieu Orphelin, fidèle de Nicolas Hulot. *Prêtresse : Femme ou jeune fille attachée au culte d’une divinité dans les antiques religions païennes

Climat : 23 et 24 juillet 2019, extraits d’articles de presse à propos de la venue à Paris de Greta Thunberg, prêtresse* du dieu GIEC invitée par les 162 députés du collectif transpartisan « Accélérons la transition écologique et solidaire » lancé par le député Matthieu Orphelin, fidèle de Nicolas Hulot. *Prêtresse : Femme ou jeune fille attachée au culte d’une divinité dans les antiques religions païennes

Unique vérité politiquement correcte du moment :

Hurler avec les loups (ou être moutons de Panurge) pour soutenir aveuglément et suivre à la lettre l’Accord de Paris de 2015 qui affirme pouvoir régler le problème climatique en agissant sur le CO2, ou se voir sèchement cataloguer disciple du Président Trump, c’est-à-dire climatosceptique patenté.

 

Tentative du député Julien Aubert pour ne plus être qualifié de climatosceptique par le député Eric Diard :

https://www.lopinion.fr/edition/politique/ecologie-humaniste-tribune-julien-aubert-193817

« Oui, nous faisons l'expérience d'une évolution climatique historique. Oui, cette évolution constitue un vrai défi pour les conditions de vie de l'espèce humaine. » Devons-nous nous arrêter pour autant aux propos catastrophistes de Greta Thunberg ? L'espèce humaine a connu très régulièrement des annonceurs de la fin du monde, particulièrement pendant les périodes troublées. On les appelle « millénaristes » et leur pensée est souvent plus de l'ordre de la croyance que de celui de la raison. Sur la question du climat, nous ne pouvons pas nous laisser submerger par l’émotion, voire par la peur, mais exercer notre raison, surtout quand la propagation de cette peur est financée par des milliardaires et des lobbies dont les intérêts sont bien opaques. .../… Rappelons que des solutions existent, qui relativisent l'agitation et la panique : la start-up canadienne Carbon Engineering pourrait par exemple avoir la solution idéale pour capturer des émissions de gaz carbonique à grande échelle. Elle a en effet imaginer un bâtiment capable d'aspirer chaque année autant de CO2 dans l’atmosphère que 40 millions d'arbres. »

Mardi 23 juillet 2019, France – Réchauffement climatique – discours alarmiste de l’activiste Greta Thunberg invitée à l’Assemblée nationale, salle Victor Hugo – En deuxième position à droite de la photo, Valérie Masson-Delmotte, Scientifique officielle du dérèglement « climatique »

Mardi 23 juillet 2019, France – Réchauffement climatique – discours alarmiste de l’activiste Greta Thunberg invitée à l’Assemblée nationale, salle Victor Hugo – En deuxième position à droite de la photo, Valérie Masson-Delmotte, Scientifique officielle du dérèglement « climatique »

« Et parce que vous avez ignoré les faits, parce que vous et pratiquement tous les médias qui jusqu’à aujourd'hui continuent d'ignorer ces chiffres, les gens ne savent pas ce qui est en train de se passer. Si vous respectez la science, si vous comprenez la science alors tout est dit.

420 gigatonnes d'émissions de CO2 c'est ce qui nous restait au 1er janvier 2018 pour 67% de chance de rester au-dessous de 1,5 degré d’augmentation de la température au niveau mondial et nous savons que ce chiffre est désormais passé à 360 gigatonnes. Au niveau d'émissions actuelles ce budget d’émission aura totalement disparu d'ici 8 ans et demi et depuis que j'ai commencé à vous parler d'ailleurs le monde vient d’émettre près de 800 000 tonnes de CO2. Et s'il reste des personnes qui trouvent des excuses pour ne pas écouter pour ne pas agir je voudrais vous reposer la même question est-ce qu'il existerait un autre GIEC, est-ce qu'il existerait un accord de Paris secret que nous ne connaîtrions pas, un accord de Paris qui n'inclurait pas l'aspect de l'équité ? Auriez-vous un budget différent qui nous permet de rester au-dessous de l'augmentation de 1,5 degré ?

Et le tout dernier rapport du GIEC nous montre que nous pourrions viser des objectifs plus ambitieux ce qui nous permettrait de sauver des nombres très importants de vies humaines. »

 

Vérité dérangeante : Croire en une Science à 67% de chance de réussite c’est oser jouer à la roulette russe avec un barillet chargé de 2 balles pour 6 emplacements.

 

C’est le député LaREM de Paris, Hugues Renson, Vice-président de l’Assemblée nationale qui a prononcé le discours d’introduction à la prise de parole de la jeune Suédoise Greta Thunberg.

C’est le député LaREM de Paris, Hugues Renson, Vice-président de l’Assemblée nationale qui a prononcé le discours d’introduction à la prise de parole de la jeune Suédoise Greta Thunberg.

« Nous vivons un moment charnière, un moment charnière c'est à la fois un moment décisif et un moment de bascule. Un moment décisif parce que les dérèglements climatiques ne sont plus une hypothèse, ne sont plus menace, c'est désormais une réalité. Un moment bascule aussi parce que chacun prend conscience de la gravité de la situation. Il y a urgence : urgence à agir bien sûr, urgence à mettre en place un nouveau modèle durable, urgence aussi si nous voulons atteindre les objectifs ambitieux de l'accord de Paris. Chercher des fautes, pointer des responsabilités ou des défaillances ne suffit plus. Le temps est désormais à chercher collectivement des solutions, et des remèdes. Ici en France comme partout ailleurs l'écologie doit devenir une priorité absolue. Les grands discours, les pétitions de principe ne suffisent plus. Il convient d'amplifier les actions, il convient de se tourner vers une écologie du quotidien, une écologie de terrain, une écologie intégrée dans toutes les politiques publiques nationales comme locales et c'est aussi le sens de l'Urgence écologique et climatique que nous avons votée le mois dernier au Parlement dans le projet de loi Energie climat.

Mesdames et messieurs, mes chers amis, cette journée est placée sous le thème des regards croisés, sur l'urgence climatique. Cette journée est une occasion unique, une occasion qui va nous permettre de croiser des points de vue différents sur une seule et même question, sur une seule et même urgence. Le regard d'abord de la jeunesse, la jeunesse qui se mobilise, la jeunesse qui éveille les consciences. Le regard aussi des scientifiques qui sont présents parmi nous aujourd'hui, scientifiques d'autre part qui nous informent, qui nous alertent et qui et étayent nos craintes par des éléments objectifs absolument Incontestables. Et le regard enfin de députés élus, de représentants du peuple. C’est à eux, c'est à nous qu'il appartient désormais de changer les choses. »

 

Vrai engagement ou simple effet de manche ? : « Je conclurai dans cette salle Victor Hugo en citant devant vous Victor Hugo, Victor Hugo qui écrivait dans ses carnets « C'est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain ne l'écoute pas ». Et bien la Nature nous avons ENFIN décidé de l'écouter, tous ensemble. Je vous remercie. »

Valérie Masson-Delmotte, Co-présidente du GIEC, membre du Haut conseil pour le climat, à Aix-en-Provence le 1er avril 2019, à la recherche d’ambassadeurs et ambassadrices du dernier rapport du GIEC.

Valérie Masson-Delmotte, Co-présidente du GIEC, membre du Haut conseil pour le climat, à Aix-en-Provence le 1er avril 2019, à la recherche d’ambassadeurs et ambassadrices du dernier rapport du GIEC.

Diapo : Quel est le mandat du GIEC ?

Évaluer l'information scientifique, technique et socio-économique pertinente pour comprendre les bases scientifiques des risques du changement climatique dû à l'influence humaine, ses impacts potentiels, les options d'adaptation et d'atténuation.

Pertinent pour éclairer les choix politiques mais non prescriptif

 

Vérité sournoise : MANDAT NON PRESCRIPTIF donc aucune obligation pour les élus ou les gouvernements de suivre les avis du GIEC. D’où la tentation d’utiliser la fougue, le parler-franc, l’impertinence de la jeunesse pour titiller la bonne conscience des décideurs. Ce que à quoi s’emploie opiniâtrement et méthodiquement Valérie Masson-Delmotte. Et ce qui a fait dire à Brune Poirson, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de à la Transition écologique et solidaire : « On a besoin de lanceurs d’alerte comme Greta Thunberg. ».

 

CRNS LE JOURNAL Donner du sens à la science – 24 juillet 2019 – article de Philippe Nessman : « Valérie Masson-Delmotte, une voix pour le climat » https://lejournal.cnrs.fr/articles/valerie-masson-delmotte-une-voix-pour-le-climat

« En décembre 2018, la célèbre revue scientifique Nature a classé Valérie Masson-Delmotte dans sa liste des dix personnalités qui ont le plus compté en 2018. Son mérite : avoir mené à bien la rédaction d'un rapport sur les conséquences d'un réchauffement climatique limité à 1,5°C, en agrégeant plus de 6000 publications sur le sujet en un an et demi. Et cela tout en étant, à 47 ans, directrice de recherche au Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), en ayant de hautes responsabilités au sein du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) et en étant nommée membre du tout nouveau Haut Conseil pour le climat …

Comment fait Valérie Masson-Delmotte pour mener toutes ses activités de front? Son bureau au Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (LSCE) livre peu d'indices. Sur les murs, des cartes des régions polaires. Dans un coin, un vélo électrique rouge. Accrochée sous la fenêtre, une vieille photo de vacances d'elle avec ses deux fillettes. Sur la table de travail, un ordinateur portable, un téléphone et six épaisses liasses de publications scientifiques reliées et annotées. « Ma lecture pendant les fêtes de fin d'année! », s'amuser la climatologue. En fait, le début d'explication ne se trouve pas dans le bureau, mais dehors, de l'autre côté de la fenêtre, dans ce ciel bas où filent les nuages. « J'ai toujours aimé regarder les nuages. Enfant, je passais des heures à en observer les formes, jamais identiques ! » De son enfance à Nancy, elle garde le souvenir vivace de vacances en famille sous la tente, au contact de la nature. … »

« Climat » : Au-delà de la vérité officielle affichée lors de la venue de Greta Thunberg à Paris le 23 juillet 2019, salle Victor Hugo, Assemblée nationale

Vérités de la nature (100 % vérifiables avec un peu de bonne volonté mais pas forcément faciles à entendre) :

- quotidiennement les nuages homogenitus homomutatus devenant voile d’altitude plus ou moins dense forment le toit de la serre qui nous enferme, surchauffe pour l’instant l’atmosphère, altère la luminosité, provoque des sécheresses durables en captant les évaporations locales dont évapotranspiration des plantes.

- quotidiennement les nuages homogenitus homomutatus évoluant en volutus plus ou moins bien formés provoquent dès que possible de dangereux vents tourbillonnant, précipitent en inoffensives virgas jusqu’au moment, où renforcés par l’arrivée des nuages d’une dépression, ils dévastent par orages stationnaires, tornades, flumen de pluie, neige ou grêle.

 

En clair l’urgence n’est pas « climatique » mais dans la nécessité de stopper un bouleversement des cycles de l’eau et une altération de la luminosité, devenus chroniques et s’intensifiant dangereusement.

 

ATTENTION : La luminosité naturelle peut être rétablie en quelques jours, voire quelques heures. Mais dès que les masses glacières auront suffisamment fondues, ce qui est dans un avenir très proche, personne ne pourra dire comment les cycles de l’eau se rétabliront, ni en combien de temps, quelques années ou quelques millénaires ?

 

NB : les nuages homogenitus génèrent aussi une très importante pollution aux particules fines

 

REMARQUE : Très prochainement les victimes comprendront leur intérêt à porter plainte contre X pour obtenir des réparations plus à la mesure de leurs dommages matériels et en pertes humaines.

 

Pour en savoir plus :

http://www.eauseccours.com/2019/04/grand-debat-national-2019-une-transition-ecologique-sans-tabou-pour-qu-abeilles-et-avions-puissent-voler-tranquillement-ensemble-par

Et en fouillant dans le blog Planète Avionie www.eauseccours.com

Partager cet article

Repost0
14 avril 2019 7 14 /04 /avril /2019 17:23
Contribuer au Grand Débat National - Copie courrier reçu de François Xavier LAUCH, Chef de cabinet du Président Emmanuel Macron

Contribuer au Grand Débat National - Copie courrier reçu de François Xavier LAUCH, Chef de cabinet du Président Emmanuel Macron

Grand débat national – Transition écologique - Proposition de Jacques Fabry, naturaliste avioclimatologue

Aix-en-Provence - tél. : 06 74 59 34 88 – site www.eauseccours.com

Titre : Une transition écologique sans tabou pour qu’abeilles et avions puissent voler tranquillement ensemble

Quel est aujourd'hui pour vous le problème concret le plus important dans le domaine de l'environnement ?

La pollution de l'air

Les dérèglements climatiques (crue, sécheresse)

L'érosion du littoral

La biodiversité et la disparition de certaines espèces

Autre

L’existence chronique au-dessus de nos têtes d’un voile global de glace, de gaz et de particules fines en cours d’épaississement, perturbateur de l’ensoleillement, des vents, des cycles de l’eau et donc de toute l’organisation terrestre, minérale, végétale, animale (dont les abeilles) et humaine.

Ce voile mortifère de pollution en haute atmosphère ne provient pas aujourd’hui d’une énorme éruption volcanique mais des rejets continûment émis par le trafic aérien mondial qui connait encore un accroissement inconsidéré.

Que faudrait-il faire selon vous pour apporter des réponses à ce problème ?

1- Rendre le problème évident en développant l’usage d’outils de compréhension autres que le thermomètre et le bilan carbone :

  • Mesurer et communiquer la luminosité réelle par rapport à la luminosité possible
  • Utiliser régulièrement dans les bulletins météo la nomenclature des nuages officialisée par l’OMM le 23 mars 2017 dans la présentation de la MAJ de son Atlas mondial des nuages : homogenitus, homomutatus dont volutus, flumen, …
  • Créer des cartes grand public des routes aériennes de l’espace supérieur sur fond de carte géographique détaillée et non sur fond blanc comme actuellement
  • Rendre obligatoire pour chaque trajet en avion le bilan de l’eau produite dans la combustion du kérosène ou de tout autre carburant
  • Entrer clairement tous les rejets du trafic aérien dans les modélisations climatiques
  • Créer officiellement l’avioclimatologie, branche de la météorologie et de la climatologie s’intéressant aux nébulosités, vents et précipitations engendrés par les rejets en eau du trafic aérien et à leurs multiples néfastes conséquences

2- Utiliser les compétences de l’avioclimatologie pour expertiser systématiquement la part naturelle et la part anthropique de tout phénomène dévastateur de grande ampleur (sécheresse, inondation, orage de grêle, tornade, écroulement de falaise, vague submersion marine, avalanche …) avant toute reconnaissance d’un état de catastrophe naturelle ; éventuellement porter plainte contre X.

3- Envisager l’obligation d’équiper au moins tous les avions de l’espace supérieur d’un système de récupération de l’eau produite dans la combustion du carburant (techniquement possible) et d’un filtre à particules

4- Réfléchir à une réglementation de hiérarchisation des usages de l’avion.

5- Privilégier une vie plus locale

Diriez-vous que votre vie quotidienne est aujourd'hui touchée par le changement climatique ?

Oui

Non

Si oui, de quelle manière votre vie quotidienne est-elle touchée par le changement climatique ?

Précisions :

  • Ce que nous subissons actuellement n’est pas un changement « climatique » mais une météo inédite sous voile anthropique avec présence de nuages surnuméraires invasifs.
  • Rétablir une luminosité naturelle est rapide, de quelques heures ou quelques jours par arrêt brutal inopiné du trafic aérien (attentat de 2001, volcan de 2010, grève de 2015) à quelques années (le temps d’équiper les avions de récupérateur d’eau et de limiter leur utilisation).
  • La durée du rétablissement normal des cycles de l’eau sera impossible à estimer dès lors que les masses glacières auront trop fondues ; ce moment est proche.

Exemples de conséquences sur mon quotidien :

  • Abandon des randonnées à ski : trop de risque de plaques à vent inédites sous volutus, transformation du manteau neigeux trop rapide sous voile d’homomutatus
  • Problème d’eau salée aux robinets des Stes Maries de la mer ; accès réduit à la plage du Grand radeau
  • Problèmes respiratoires et allergiques à cause des particules fines sous voile d’homomutatus qui en produit et gêne la dispersion de celles émises depuis le sol.
  • Tristesse devant la perte du bien être environnemental par chamboulement des repères saisonniers, inconfort quotidien (trop chaud, trop froid, trop venté, trop sombre, trop éblouissant), disparition de la qualité des moments de bonheur universel (sérénité d’un coucher de soleil, allumage progressif des étoiles, pureté d’un ciel bleu par temps de mistral ou au-dessus d’une mer de nuages, bruissement des mille vies de la nature,…) qui faisaient dire aux gens modestes « On n’est pas bien ici ? », « Qu’est-ce qu’tu veux de plus ? ».

À titre personnel, pensez-vous pouvoir contribuer à protéger l'environnement ?

Oui

Non

Si oui, que faites-vous aujourd'hui pour protéger l'environnement et/ou que pourriez-vous faire ?

J’évite le gaspillage, privilégie le local et le recyclable quand leur prix est abordable, choisis le mode de transport disponible le plus adapté à chaque situation, en évitant au maximum l’avion, j’informe (particulièrement les élus et membres du gouvernement) de l’urgence absolue à différentier les efforts entrepris pour la transition énergétique (indispensable pour amoindrir un choc sociétal brutal à l’épuisement des réserves d’hydrocarbures fossiles) de ceux pour le climat.

Qu'est-ce qui pourrait vous inciter à changer vos comportements comme par exemple mieux entretenir et régler votre chauffage, modifier votre manière de conduire ou renoncer à prendre votre véhicule pour de très petites distances ?

Non concerné, déjà en place.

Quelles seraient pour vous les solutions les plus simples et les plus supportables sur un plan financier pour vous inciter à changer vos comportements ?

Rendre les produits locaux, recyclables et avec un minimum d’emballage moins chers que tous leurs concurrents.

Par rapport à votre mode de chauffage actuel, pensez-vous qu'il existe des solutions alternatives plus écologiques ?

Oui

Non

Si oui, que faudrait-il faire pour vous convaincre ou vous aider à changer de mode de chauffage ?

Convaincre mon propriétaire de le faire.

Avez-vous pour vos déplacements quotidiens la possibilité de recourir à des solutions de mobilité alternatives à la voiture individuelle comme les transports en commun, le covoiturage, l'auto-partage, le transport à la demande, le vélo, etc. ?

Les bagages restent un frein aux solutions de mobilité alternatives à la voiture individuelle.

Que pourrait faire la France pour faire partager ses choix en matière d'environnement au niveau européen et international ?

Faire son mea culpa en reconnaissant ouvertement l’erreur d’avoir cru et fait croire que le CO2 issu de la combustion des hydrocarbures fossiles était la principale cause des dérèglements météo climatiques en cours.

Parler sans tabou des nuisances des nuages anthropiques engendrés par le trafic aérien quel que soit son carburant.

Encourager une coopération européenne et internationale pour financer un équipement des avions en récupérateurs d’eau.

Lancer des négociations pour une limitation du trafic aérien mondial.

Y a-t-il d'autres points sur la transition écologique sur lesquels vous souhaiteriez vous exprimer ?

Oui, le problème de Colony Collapse Disorder (CCD) ou syndrome d’effondrement global des colonies d’abeilles.

Lorsqu’un canari s’asphyxie au fond de la mine dans laquelle il avait été descendu en tant que sentinelle de l’environnement, son sort, celui des chevaux et des mineurs qui s’y trouvent ne dépendent plus des compétences de l’aviculteur, de l’ornithologue ou de la LPO mais du technicien capable de restaurer l’air de la mine qu’il aura fallu évacuer en urgence.

Ainsi aujourd’hui, alors que les abeilles sont massivement et partout désorientées et épuisées dans une luminosité devenue inadaptée à leur inexorable tropisme visuel, leur avenir ne dépend plus des compétences des apiculteurs, des agriculteurs ou des associations écologiques mais des techniciens capables de supprimer le voile d’homogenitus homomutatus. C’est la condition sine qua non pour qu’abeilles et avions puissent voler tranquillement ensemble.

Les politiques peuvent aider à prendre conscience de la globalité du problème des abeilles et éviter une énorme dilapidation d’argent public en interdisant tout nourrissement, tout changement de reine, tout déplacement de ruche pour tout essaim subventionné et en exigeant systématiquement un retour d’expérience sur la quantité de miel produit et la durée de présence de l’essaim, et en communiquant largement et sans tabou sur ces résultats.

14 mars 2019, accusé réception du Collège des garants du Grand débat national

14 mars 2019, accusé réception du Collège des garants du Grand débat national

Partager cet article

Repost0
5 janvier 2019 6 05 /01 /janvier /2019 11:08
31 décembre 2018, 20 h, Vœux aux Français du Président Emmanuel Macron pour l’année 2019

31 décembre 2018, 20 h, Vœux aux Français du Président Emmanuel Macron pour l’année 2019

« Françaises, Français, Mes chers compatriotes de l’Hexagone et des Outre-Mer,

Fidèle à une tradition qui nous est chère, je suis heureux de vous présenter tous mes vœux pour l’année qui s’ouvre.

D’abord un vœu de vérité. Oui, nous souhaiter en 2019 de ne pas oublier qu’on ne bâtit rien sur des mensonges ou des ambiguïtés. »

https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2018/12/31/voeux-aux-francais-2019

 

Appliquer le vœu de vérité du Président Macron à la situation des abeilles

VITROLLES, Ville Nature qui Aime et Protège l’Abeille, affiche à sa porte, comme d’autres villes ou intercommunalités, les labels qui récompensent ses efforts en faveur de la biodiversité.

VITROLLES, Ville Nature qui Aime et Protège l’Abeille, affiche à sa porte, comme d’autres villes ou intercommunalités, les labels qui récompensent ses efforts en faveur de la biodiversité.

« Le vœu de vérité, c’est aussi celui qui doit nous conduire, afin de demeurer une démocratie robuste, à mieux nous protéger des fausses informations, des manipulations et des intoxications. »

 

Une vérité consensuelle suggère que le problème de l’effondrement des colonies d’abeilles (Colony Collapse Disorder ou CCD) est global, multifactoriel, tendance et contradictoire.

Une vérité consensuelle suggère que le problème de l’effondrement des colonies d’abeilles (Colony Collapse Disorder ou CCD) est global, multifactoriel, tendance et contradictoire.

« On peut débattre de tout, mais débattre du faux peut nous égarer surtout lorsque c’est sous l’impulsion d’intérêts particuliers. Il n’y a pas une vérité et je crois même que chacun d’entre nous commence à se fourvoyer dans l’erreur quand nous affirmons les choses sans dialoguer, sans les confronter au réel ou aux arguments des autres. Alors débattons, car de là peut naître une action utile et qui nous unit. »

En ce qui concerne le problème global de l’effondrement des colonies d’abeilles « débattre du faux » perdure par le fait de s’entêter à imaginer des solutions pour l’apiculture, pour l’agriculture, pour la préservation et la richesse de l’environnement local, pour le suivi électronique de la ruche, pour le parrainage d’essaims, pour la génétique de la reine, pour la communication flatteuse, pour la pollinisation robotisée ou pour toute autre « impulsion d’intérêts particuliers » sans confronter l’efficacité de ces solutions à la réalité objective d’un  retour d’expérience.

« Une démocratie robuste » se doit d’assortir toute utilisation directe ou indirecte de fonds publics, si généreuse et justifiée en apparence puisse-t-elle être, à la plus grande rigueur quant à son efficacité. Ainsi toute solution vantée comme efficace pour les abeilles devrait pour être subventionnée être assortie d’une interdiction de nourrissement, de changement de reine et de déplacement de ruche, couplée à une obligation de communiquer sur l’exacte quantité de miel récolté et sur la durée de vie ou de présence de l’essaim.

Une telle rigueur permettrait de rapidement réaliser qu’il n’existe plus de paradis des abeilles, que pour ne plus « se fourvoyer dans l’erreur » il faut accepter de s’intéresser sans état d’âme à ce qu’indiquent silencieusement les insectes, dont l’abeille, qui se perdent partout, même en bio, même en ville, même en nature protégée, et pas seulement à les qualifier de sentinelles de l’environnement. On ne remplace pas un fusible de plomb qui a fondu par un morceau de fil de fer sans grand risque pour l’environnement qu’il protégeait.

 

Violent mistral depuis plusieurs jours ne parvenant pas à débarrasser le ciel des nuages et particules qui en altèrent le bleu légendaire dont Météo France ne parle plus guère.

Violent mistral depuis plusieurs jours ne parvenant pas à débarrasser le ciel des nuages et particules qui en altèrent le bleu légendaire dont Météo France ne parle plus guère.

Là est le message vérité des abeilles désorientées sur leurs trajets aussi bien aller que retour par leur inéluctable tropisme visuel fonctionnant désormais chroniquement en leur défaveur : Les désordres météo-climatiques en cours sont principalement imputables à un obstacle d’eau, de gaz et de particules quotidiennement présent au-dessus de nos têtes.

Plus d’informations dans les autres pages de ce blog : www.eauseccours.com

Partager cet article

Repost0
25 octobre 2018 4 25 /10 /octobre /2018 10:38
Extraits de la page 2 du quotidien La Provence édition Aix-en-Provence du samedi 20 octobre 2018, article signé Romain Cantenot

Extraits de la page 2 du quotidien La Provence édition Aix-en-Provence du samedi 20 octobre 2018, article signé Romain Cantenot

Le vendredi 19 octobre 2018, Brune Poirson, Secrétaire d’état auprès du ministre d’état, ministre de la transition écologique et solidaire (Nicolas Hulot puis François De Rugy) reconnaissait ouvertement que les recommandations du GIEC en matière de hausse moyenne des températures étaient intenables mais que cela  ne devait pas inciter à l’inaction qui conduirait dans quelques années aux douloureux reproches des enfants d'aujourd’hui alors devenus adultes : « Ma fille de trois ans ne pourra pas croire plus tard qu’on avait les cerveaux, l’argent et l’énergie et qu’on les a consacrés à la destruction de la planète. ».

Pourtant à y regarder de plus près, si les cerveaux humains s’entêtent à chercher des solutions contre un réchauffement climatique imputé au CO2 anthropique, la « destruction de la planète » sera plutôt conséquence d’un assombrissement global, déjà en cours, et d’un refroidissement climatique. Les deux solutions fallacieuses en vigueur pour tenter de remédier à la fièvre climatique peuvent laisser envisager cela :

 

1-La géo-ingénierie

Avignon, jeudi 18 octobre 2018, salon med’agri, conférence « Changement climatique : comment préparer l’avenir ? ». Le système climatique – Source externe de variabilité : le volcanisme – intervenante Mme Hélène Correa, Météo France, direction interrégionale sud-est, bureau d’études.

Avignon, jeudi 18 octobre 2018, salon med’agri, conférence « Changement climatique : comment préparer l’avenir ? ». Le système climatique – Source externe de variabilité : le volcanisme – intervenante Mme Hélène Correa, Météo France, direction interrégionale sud-est, bureau d’études.

Lors de sa présentation sur l’avenir du climat, la semaine dernière au Salon professionnel de l’agriculture méditerranéenne (med’agri), Hélène Correa de Météo France a rappelé que les éruptions volcaniques les plus importantes ont provoqué des refroidissements conséquents pour la vie terrestre. Et d’ajouter à titre personnel qu’elle ne croyait pas que la géo-ingénierie, qui consiste à s’ingénier à élaborer des techniques imitant cette action refroidissante des éruptions volcaniques par diffusion en haute altitude d’un obstacle au rayonnement solaire, soit une bonne idée.

 

2- La géo-ânerie

Avignon, jeudi 18 octobre 2018, salon med’agri, conférence « Changement climatique : comment préparer l’avenir ? ». Le système climatique – Gaz à effet de serre (H2O, CO2, …)  – intervenante Mme Hélène Correa, Météo France, direction interrégionale sud-est, bureau d’études. Corrections du schéma Jacques Fabry, avioclimatologue.

Avignon, jeudi 18 octobre 2018, salon med’agri, conférence « Changement climatique : comment préparer l’avenir ? ». Le système climatique – Gaz à effet de serre (H2O, CO2, …) – intervenante Mme Hélène Correa, Météo France, direction interrégionale sud-est, bureau d’études. Corrections du schéma Jacques Fabry, avioclimatologue.

Hélène Correa, Jean Jouzel, Hervé Le Treut, Valérie Masson Delmotte et autres météorologues, climatologues et membres du GIEC le répètent inlassablement :

Le principal gaz à effet de serre est la vapeur d’eau (H2O), donc occupons-nous du gaz carbonique (CO2).

En conséquence de ce déni de réalité, le développement mondial de solutions techniques (stockage de carbone, biocarburants, éoliennes, panneaux solaires, ...), engagées dans l’espoir d’être utiles pour le climat sur la foi en le consensus scientifique* avancé par le GIEC, entériné par les politiques et soutenu par les ONG, n’est que géo-ânerie. Le temps perdu à sa mise en place laisse s’épaissir au-dessus de nos têtes l’obstacle de glace, de gaz et de particules généré par l’accroissement inconsidéré du trafic aérien, ce qui après la phase d’échauffement planétaire conduira à un refroidissement climatique dans un assombrissement global extrêmement problématique pour la biodiversité.

La transition énergétique n’est véritablement utile et même indispensable que pour tenter de pallier le futur choc sociétal que provoquerait un épuisement brutal non anticipé des réserves en hydrocarbures fossiles.

Pour en savoir plus :

15/11/2012 : http://www.eauseccours.com/article-reperer-la-serre-qui-nous-fait-de-l-effet-112478921.html

06/02/2013 : http://www.eauseccours.com/article-du-nouveau-dans-l-immuable-cycle-de-l-eau-115112913.html

17/07/2013 : http://www.eauseccours.com/article-trois-questions-sur-l-eau-atmospherique-le-trafic-aerien-et-l-effet-de-serre-119114861.html

30/04/2014 : http://www.eauseccours.com/2014/05/biomimetisme-volcanique-rejets-en-altitude-d-eau-de-gaz-et-de-particules-fines.html

 

Remarques :

*L'expression « consensus scientifique » ne peut être qu’un oxymore.

La fonte des neiges et des glaces réputées éternelles s’accélère plus vite que les prévisions du GIEC car elle ne dépend pas que de la hausse de la température de l’air mais aussi de leur salissure et de leur humidification.

Pour comprendre la fonte des glaces en s’amusant :

07/01/2010 : http://www.eauseccours.com/article-enfants-experience-a-tiroirs-pour-illustrer-la-fonte-des-glaces-et-la-montee-du-niveau-des-mers-42488726.html

02/02/2010 : http://www.eauseccours.com/article-experience-montee-des-eaux-suite-a-la-fonte-d-un-glacon-en-eau-douce-et-en-eau-salee-et-plus-encore-44141479.html

02/09/2010 : http://www.eauseccours.com/article-acceleration-de-la-fonte-des-glaciers-actualites-et-experiences-montrant-l-importance-du-role-de-l-humidite-56367708.html

 

 

Alors que faire pour retrouver un climat normal avec ses quatre saisons bien marquées sous notre latitude ?

 

Jeudi 18 octobre 2018, 13h12, salon med’agri Avignon, 3213ème jour de collecte quotidienne des nuages surnuméraires homogenitus, perturbateurs de l’ensoleillement, des vents et des cycles de l’eau. Météo du jour journal La Provence : « L’après-midi les éclaircies reviennent. Les températures sont douces, 3 à 4 degrés au-dessus des normales. »

Jeudi 18 octobre 2018, 13h12, salon med’agri Avignon, 3213ème jour de collecte quotidienne des nuages surnuméraires homogenitus, perturbateurs de l’ensoleillement, des vents et des cycles de l’eau. Météo du jour journal La Provence : « L’après-midi les éclaircies reviennent. Les températures sont douces, 3 à 4 degrés au-dessus des normales. »

En fait la variabilité de températures n’est qu’un épiphénomène de la réalité des bouleversements météo climatiques en cours qui sont avant tout conséquence d’une altération de la luminosité et d’une désorganisation des cycles de l’eau par la présence grandissante de nuages surnuméraires anthropiques bien visibles sur la photo ci-dessus mais absents du bulletin météo.

 

Avant de pouvoir espérer au plus vite débarrasser le ciel de ces nuages perturbateurs, ce qui est techniquement et politiquement possible, et ainsi retrouver une situation climatique normale, notamment les quatre saisons bien marquées de notre latitude, il serait opportun que Météo France et les autres services météo acceptent de se recycler puis d’utiliser dans leurs bulletins prévisionnels quotidiens la nomenclature des nuages qui a été médiatisée  le 23 mars 2017 dans l’annonce officielle de la MAJ de l’Atlas mondial des nuages de l’OMM.

 

Nouvelle nomenclature étrangement listée ainsi :

VOLUTUS

ASPERITAS FLUCTUS CAVUM MURUS CAUDA

FLUMEN

FLAMMAGENITUS HOMOGENITUS HOMOMUTATUS CATARACTAGENITUS SILVAGENITUS

 

au lieu de :

HOMOGENITUS

HOMOMUTATUS CAVUM

HOMOMUTATUS VOLUTUS ASPERITAS FLUCTUS MURUS CAUDA d’une part

et FLAMMAGENITUS CATARACTAGENITUS SILVAGENITUS d’autre part

 

Dans notre monde humain intellectuel ce qui n’a pas de nom bien compris n’existe pas.

Ce qui n’empêche pas le réel de présenter sa facture.

Partager cet article

Repost0
29 juillet 2018 7 29 /07 /juillet /2018 19:45

La lune est-elle menteuse ?

Moyens mnémotechniques de langue française pour identifier une phase lunaire.

Moyens mnémotechniques de langue française pour identifier une phase lunaire.

La lune est Croissante quand sa courbure éclairée évoque celle d’un « » majuscule.

La lune est Décroissante quand sa courbure éclairée évoque celle d’un « C » majuscule.

Elle passe par le premier quartier quand sa courbure éclairée évoque celle d’un « p » minuscule.

Elle passe par le dernier quartier quand sa courbure évoque éclairée celle d’un « d » minuscule.

(Les photos de la bande centrale proviennent de https://fr.wikipedia.org/wiki/Phase_lunaire)

 

Peut-on croire les mots des bulletins météo ?

Vendredi 27 juillet 2018, 14h30, Aix-en-Provence : 3130ème jour de ma collecte des nuages surnuméraires homogenitus, perturbateurs de l’ensoleillement, des vents et des cycles de l’eau

Vendredi 27 juillet 2018, 14h30, Aix-en-Provence : 3130ème jour de ma collecte des nuages surnuméraires homogenitus, perturbateurs de l’ensoleillement, des vents et des cycles de l’eau

20h17 - Météo du jour par Météo France pour le journal La Provence :  Le matin, le soleil devient brûlant. L’après-midi, le ciel est bleu, on aperçoit vers la Sainte-Baume et vers la montagne de la Lure de gros cumulus au loin.

20h17 - Météo du jour par Météo France pour le journal La Provence : Le matin, le soleil devient brûlant. L’après-midi, le ciel est bleu, on aperçoit vers la Sainte-Baume et vers la montagne de la Lure de gros cumulus au loin.

« Le ciel est bleu » mais d’un bleu pâle et terne, pas d’un bleu profond, car altéré par un voile de nuages homogenitus, homomutatus.

« On aperçoit de gros cumulus au loin », mais il n’est pas dit d’où provient l’eau qui a formé les cumulus de 14h30 en cette période sèche. Non joufflus, tout en longueur, sont-ils encore cumulus à 20h17 (ci-dessus) et 21h05 (ci-après) ?

Pour en savoir plus sur les nuages surnuméraires homogenitus qui sont entrés officiellement dans l’Atlas mondial des nuages de l’OMM le 23 mars 2017 : http://www.eauseccours.com/2017/05/nouveaux-nuages-ne-dites-plus-chemtrails-mais-nuages-homogenitus-mutatus.html

 

21h05 - Les nuages surnuméraires homogenitus, perturbateurs de l’ensoleillement, des vents et des cycles de l’eau, perturberont aussi l’observation de l’éclipse de lune la plus longue du siècle.

21h05 - Les nuages surnuméraires homogenitus, perturbateurs de l’ensoleillement, des vents et des cycles de l’eau, perturberont aussi l’observation de l’éclipse de lune la plus longue du siècle.

Quand la faible luminosité de l’éclipse lunaire éclaire sur la cause réelle des dérèglements météo-climatiques en cours.

21h56 - photo sans pied ni flash ni zoom, seule la planète mars est un peu visible ; 22h04 - photo au flash dans les particules (orbs ou orbes), les spectateurs de la nature encadrés par une association d’astronomie espèrent toujours admirer la lune éclipsée.

21h56 - photo sans pied ni flash ni zoom, seule la planète mars est un peu visible ; 22h04 - photo au flash dans les particules (orbs ou orbes), les spectateurs de la nature encadrés par une association d’astronomie espèrent toujours admirer la lune éclipsée.

22h51 - photo sans pied ni flash ni zoom, lune commençant à sortir de son éclipse totale, et mars, pollution lumineuse par les lampadaires dans la pollution aux particules fines.

22h51 - photo sans pied ni flash ni zoom, lune commençant à sortir de son éclipse totale, et mars, pollution lumineuse par les lampadaires dans la pollution aux particules fines.

REMARQUE : Dans cette lumière éclipsée et tamisée la lune présente sa taille apparente normale.

 

Samedi 28 juillet 2018, 04h45, Aix-en-Provence - Météo du jour par Météo France pour le journal La Provence : Toujours de la chaleur. Le matin, l’éclat du soleil est parfois contrarié par de fins nuages d’altitude.

Samedi 28 juillet 2018, 04h45, Aix-en-Provence - Météo du jour par Météo France pour le journal La Provence : Toujours de la chaleur. Le matin, l’éclat du soleil est parfois contrarié par de fins nuages d’altitude.

REMARQUE : La lune apparaît trop grande et trop brillante, matérialisant ainsi le toit de glace homogenitus homomutatus de la serre dont un des effets est un réchauffement abusivement qualifié de « climatique ».

Autres exemples pour repérer le toit de la serre qui nous fait de l’effet : article du 15 novembre 2012 http://www.eauseccours.com/article-reperer-la-serre-qui-nous-fait-de-l-effet-112478921.html

 

18h27 - Suite de la météo du jour : L’après-midi, le soleil est de nouveau légèrement voilé par moments, mais cela n’empêche pas ses rayons de fortement chauffer l’atmosphère.

18h27 - Suite de la météo du jour : L’après-midi, le soleil est de nouveau légèrement voilé par moments, mais cela n’empêche pas ses rayons de fortement chauffer l’atmosphère.

Un bulletin météo libéré du fallacieux consensus COP21 climat-CO2 pourrait se formuler ainsi : « Un épais voile de glace homogenitus issu du trafic aérien, important en ce départ en vacances, altérera le bleu du ciel et conduira à une augmentation des températures de plusieurs degrés au-dessus des normales historiques, températures qui resteront néanmoins tout à fait acceptables pour notre actuelle vie sous serre ».

Pour en savoir plus, article du 12 novembre 2016 : http://www.eauseccours.com/2016/11/action-climat-en-marge-de-la-cop22-tout-faire-pour-preserver-l-essor-du-trafic-aerien.html

Bonus économique : Une fois récupérée, il peut être envisagé de rentabiliser cette eau produite dans la combustion du kérosène ou de biocarburants en l’utilisant dans des industries grandes consommatrices d’eau, voire après les vérifications sanitaires nécessaires pour de l’irrigation ou l’alimentation en eau potable.

Partager cet article

Repost0
28 avril 2018 6 28 /04 /avril /2018 19:13
« Vendredi 27 avril 2018, le Conseil de l'UE s'est prononcé pour l'interdiction des insecticides tueurs d'abeilles proposée par la Commission et soutenue par le Parlement européen. La pression de l'opinion publique, les appels des apiculteurs à agir et les réticences des agriculteurs rendaient l'issue du vote incertaine. »

« Vendredi 27 avril 2018, le Conseil de l'UE s'est prononcé pour l'interdiction des insecticides tueurs d'abeilles proposée par la Commission et soutenue par le Parlement européen. La pression de l'opinion publique, les appels des apiculteurs à agir et les réticences des agriculteurs rendaient l'issue du vote incertaine. »

Précisions et réactions dans l’intégralité de la revue de presse du site Toute l’Europe : https://www.touteleurope.eu/revue-de-presse/le-conseil-vote-pour-l-interdiction-des-pesticides-tueurs-d-abeilles.html

 

Cette interdiction totale d’utilisation en plein champ (mais pas en serres fermées) des trois principaux insecticides néonicotinoïdes (la clothianidine, l’imidaclopride et le thiaméthoxame), espérée effective par Bruxelles dès la fin de cette année 2018, survient alors que la mortalité des abeilles comme celle de la plupart des autres insectes atteint jusqu’à 80 % dans l’espace européen. Les apiculteurs, amateurs comme professionnels, désespèrent. Les appels à une aide financière, par crowdfunding ou manifestations devant des chambres d’agriculture, se multiplient, les pillages de ruchers entiers aussi.

 

« Le cri d’alarme de l’apiculteur breton Sven Niel, dont les abeilles meurent à cause des pesticides, a fait le tour des réseaux sociaux. Votre JT l’a rencontré, alors que l’Union européenne vient de bannir, ce vendredi, trois néonicotinoïdes. Au menu également, la possibilité de parrainer des ruches dans les Côtes-d’Armor, … »

« Le cri d’alarme de l’apiculteur breton Sven Niel, dont les abeilles meurent à cause des pesticides, a fait le tour des réseaux sociaux. Votre JT l’a rencontré, alors que l’Union européenne vient de bannir, ce vendredi, trois néonicotinoïdes. Au menu également, la possibilité de parrainer des ruches dans les Côtes-d’Armor, … »

JT breton. Le cri d’alarme d’un apiculteur breton Publié le 27 avril 2018 à 20h58

sous-titré : LE COUP DE GUEULE DE L’APICULTEUR ENTENDU ?

http://www.letelegramme.fr/en-images/le-jt-breton/jt-breton-le-cri-d-alarme-d-un-apiculteur-breton-27-04-2018-11942344.php

Après ce coup de gueule individuel qui soulage un trop plein d’émotion collective, peut-être le début de la raison ?

 

« On est en train de crever, les cours d’eau sont pleins de cette putain de merde de pesticides, mes ruches sont pleines de pesticides, mes abeilles meurent, j’en ai marre, j’en ai marre, faites-quelque chose, faites-quelque chose ! »

« On est en train de crever, les cours d’eau sont pleins de cette putain de merde de pesticides, mes ruches sont pleines de pesticides, mes abeilles meurent, j’en ai marre, j’en ai marre, faites-quelque chose, faites-quelque chose ! »

Frédéric Lorenzo, journaliste : « Sa vidéo est devenue virale, plus de 5 à 7 millions de vues, le coup de gueule de Sven Niel, apiculteur amateur dans le pays bigouden a ému la WebSphere. »

Cette vidéo illustre parfaitement le CCD (pour Colony Collapse Disorder), c’est-à-dire le Syndrome d’effondrement global des colonies d’abeilles : Les ruches pleines de miel sont retrouvées vides de butineuses. Ce phénomène peut se produire partout, au cœur des villes comme en campagne, près des cultures bio ou non, tout comme dans les parcs de protection de la nature les plus sévères qui soient. Il est beaucoup plus visible l’hiver alors que la population d’abeilles est réduite et que la reine ne pond pas pour remplacer les absentes.

 

Frédéric Lorenzo : « Si Sven a décidé de pousser son coup de gueule c’est pour alerter sur les ravages des néonicotinoïdes.

Sven Niel : « Ces produits sont dans le sol, ça remonte dans la plante, les abeilles le butinent. Ensuite çà les touche directement, elles sont comme saoules.  En fait elles sont perturbées, elles ne retrouvent pas le chemin de la ruche et elles meurent. »

En fait on peut observer que les abeilles sont désorientées non pas sur le seul retour à la ruche mais également sur leurs trajets ALLER, ce qui est une autre problématique, bien plus grave, et qui ne saurait être résolue par le seul retrait des insecticides néonicotinoïdes, ni même par celui de tous les traitements phytosanitaires imaginables.

 

« Pierre, apiculteur depuis plus de 40 ans dans le pays bigouden a enregistré la mortalité des ses ruches depuis le début. Il a décidé de le noter sur ce graphique. Edifiant ! »

« Pierre, apiculteur depuis plus de 40 ans dans le pays bigouden a enregistré la mortalité des ses ruches depuis le début. Il a décidé de le noter sur ce graphique. Edifiant ! »

Pierre : « Pendant des années la mortalité se situait autour de 10, 15, 20 %. Elle a commencé à monter à 30 % dans les années 2000 et puis si on extrapole l’allure de la courbe, et on va bientôt arriver à une mortalité de 100 % pour tout le monde. Cette mortalité correspond avec l’usage de façon généralisée des néonicotinoïdes. »

Pierre a raison : la mortalité à 100 % pour toutes les abeilles est imminente, et pratiquement déjà là pour la plupart des autres insectes, pollinisateurs ou non, car pour eux il n’y a pas d’élevage (hormis bourdons, osmies ou coccinelles) pour ralentir leur disparition massive. Quant au manque de rendement des abeilles il touche déjà 100 % d’entre elles quels que soient les compétences et les efforts des apiculteurs, de l’INRA, de l’ITSAP, de l’OFA ou de la toute récente Union des Apiculteurs de l’Europe et de la Méditerranée (UAEM) cofondée le 17 mars 2018 à Marseille par Thierry Dufresne et Pierre Ickowicz sous l’aura de S.A.S le Prince Albert II de Monaco.

Mais son jugement à partir de la comparaison entre son graphique de la mortalité de ses ruches et celui de l’usage généralisé des insecticides néonicotinoïdes n’est-il pas trop hâtif ?

En fait y a-t-il véritable corrélation ou simple coïncidence entre ces deux courbes ?

Et avec celle de l’implantation généralisée des antennes pour ondes des téléphones portables ? Et avec celle de l’augmentation chronique de la fonte des glaces ? Et avec celle de l’explosion des rejets du trafic aérien suite à la généralisation des vols low cost ?

 

« A la fin de notre tournage la nouvelle tombe : l’Europe décide d’interdire une partie des néonicotinoïdes. ». Réaction de Sven Niel : « Ma fille veut devenir entomologiste. Je suis sensible à l’environnement, aux insectes, aux abeilles, aux oiseaux, à tout ça. Donc (soupir de soulagement) c’est enfin, enfin entendre qu’il faut faire quelque chose par rapport à ça, et c’est beau, c’est merveilleux, et j’espère que ça va être validé. »

« A la fin de notre tournage la nouvelle tombe : l’Europe décide d’interdire une partie des néonicotinoïdes. ». Réaction de Sven Niel : « Ma fille veut devenir entomologiste. Je suis sensible à l’environnement, aux insectes, aux abeilles, aux oiseaux, à tout ça. Donc (soupir de soulagement) c’est enfin, enfin entendre qu’il faut faire quelque chose par rapport à ça, et c’est beau, c’est merveilleux, et j’espère que ça va être validé. »

L’entomologie précise ce que disait la légende : « Les abeilles sont les filles du soleil ».

L’entomologie accepte que les yeux des insectes n’aient rien d’humain.

L’entomologie peut expliquer comment s’oriente un insecte en vol, comment et pourquoi il a toujours été désorienté ponctuellement et localement, et enfin pourquoi et comment cette désorientation est aujourd’hui devenue chronique et globale.

Cette désorientation chronique et globale des insectes nous indique un problème majeur dans la luminosité ambiante, et donc que les plantes les plus héliophiles, blé, vigne, olive, lavande, ... vont dépérir également, juste avant le déclin du tourisme. Elle nous informe aussi que la cause principale des dérèglements météo climatiques en cours n’est pas liée à la courbe de l’augmentation du gaz carbonique dans l’atmosphère.

Les abeilles et la plupart des autres insectes sont devenus les fusibles du climat. Ne pas entendre leur message, ne pas reconnaître ce signal, s'entêter à vouloir sauver les abeilles sans avoir au préalable retrouvé le vrai bleu du ciel en épurant l'atmosphère des rejets en eau, gaz et particules des avions est aussi inutile et dangereux que de remplacer un fusible de plomb qui a fondu par un bout de papier alu ou de fil de fer.

 

 

Frédéric Lorenzo : « Tant que l’interdiction n’est pas effective, Pierre, Sven et ses collègues encouragent les apiculteurs à signaler la mortalité des ruches auprès des services de l’Etat afin de mesurer l’ampleur de la menace. »

Frédéric Lorenzo : « Tant que l’interdiction n’est pas effective, Pierre, Sven et ses collègues encouragent les apiculteurs à signaler la mortalité des ruches auprès des services de l’Etat afin de mesurer l’ampleur de la menace. »

En Bretagne les signalements de la mortalité des ruches peuvent se faire auprès de l’OMAA (Observatoire des Mortalités et des Affaiblissements de l’Abeille mellifère).

Les abeilles, dit-on, doivent parcourir l’équivalent d’un tour de la terre, 40 000 km, pour produire un kilo de miel. Pas une seconde à perdre pour obtenir un rendement normal !

 

A regarder très attentivement sur les images de la fin du reportage de Frédéric Lorenzo, quelques exemples de mini secondes perdues par ces abeilles encore très dynamiques au retour à la ruche.

 

 

« Et face à cette mortalité inquiétante des abeilles un collectif s’est également mobilisé dans les Côtes d’Armor. Il s’appelle Gwenan, c’est à dire l’abeille en breton, et son idée : faire adopter des abeilles par des entreprises ou des particuliers. La campagne de parrainage 2018 est en cours. Et à Plourivo six ruches viennent d’être installées. » …/… « Cette animation a été offerte par l’entreprise Bonne mer, elle parraine ces ruches à raison de 1000 € par an. Elle permet de les entretenir et de réinstaller des abeilles. »

« Et face à cette mortalité inquiétante des abeilles un collectif s’est également mobilisé dans les Côtes d’Armor. Il s’appelle Gwenan, c’est à dire l’abeille en breton, et son idée : faire adopter des abeilles par des entreprises ou des particuliers. La campagne de parrainage 2018 est en cours. Et à Plourivo six ruches viennent d’être installées. » …/… « Cette animation a été offerte par l’entreprise Bonne mer, elle parraine ces ruches à raison de 1000 € par an. Elle permet de les entretenir et de réinstaller des abeilles. »

Pour mesurer l’ampleur de la surmortalité des abeilles et de leur manque de rendement, tout en freinant les appétits opportunistes des hommes, il serait bon d’instaurer une loi interdisant tout nourrissement et tout changement de reine pour toute ruche installée à fin de communication et de pédagogie, dont celles qui s’affichent dans les jardins ou sur les toits de plusieurs ministères. Et l’obligation de communiquer objectivement sur le retour d’expérience, notamment l’exacte quantité de miel récolté et la durée de vie de l’essaim.

 

Pour en savoir plus :

Le secret de la désorientation massive et globale des abeilles est dans l’exacte compréhension du bon fonctionnement des 3 ocelles (yeux simples) des insectes volants, dont les pollinisateurs.

http://www.eauseccours.com/2014/08/regarder-les-fourmis-volantes-pour-comprendre-la-desorientation-des-abeilles.html

http://www.eauseccours.com/article-tomber-comme-des-mouches-sens-propre-et-sens-figure-79012758.html

 

Il est une évidence : malgré les opérations de communication vantant l’apiculture urbaine, les abeilles et les apiculteurs se meurent aussi bien en ville qu’en campagne.

http://www.eauseccours.com/2014/10/les-apiculteurs-se-meurent-accros-a-l-utopique-alchimie-de-la-com.html

Investir de l’argent public pour des abeilles en ville dans le but d’alerter sur qualité de l’environnement n’a de sens que si un honnête retour d’expérience existe.

http://www.eauseccours.com/2016/07/etre-genereux-pour-aider-les-abeilles-mais-avec-droit-de-regard.html

 

« Le premier gaz à effet de serre c’est la vapeur d’eau, … » affirment Jean-Jouzel et le GIEC avant de brandir le consensus scientifique (oxymore) qui conduit arbitrairement à s’occuper prioritairement des rejets de gaz carbonique, lui aussi produit dans la combustion de tout hydrocarbure.

http://www.eauseccours.com/article-trois-questions-sur-l-eau-atmospherique-le-trafic-aerien-et-l-effet-de-serre-119114861.html

http://www.eauseccours.com/article-du-nouveau-dans-l-immuable-cycle-de-l-eau-115112913.html

http://www.eauseccours.com/article-reperer-la-serre-qui-nous-fait-de-l-effet-112478921.html

 

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2017 5 10 /11 /novembre /2017 08:05
PAS DE PLUIE PAS DE PLANTES / PAS DE PLANTES PAS D’ANIS / PAS D’ANIS PAS DE PASTIS.   Mais déjà pastis à l’eau salée aux Saintes-Maries de la mer, en Camargue, où le niveau de l’eau du Rhône descend alors que la mer monte. Le « réchauffement climatique » alimente les conversations.

PAS DE PLUIE PAS DE PLANTES / PAS DE PLANTES PAS D’ANIS / PAS D’ANIS PAS DE PASTIS. Mais déjà pastis à l’eau salée aux Saintes-Maries de la mer, en Camargue, où le niveau de l’eau du Rhône descend alors que la mer monte. Le « réchauffement climatique » alimente les conversations.

La sécheresse qui s’éternise, et pas que dans le Sud, commence à inquiéter sérieusement.

Monsieur Laurent ROY, ancien Directeur de l’Eau et de la Biodiversité auprès de Ségolène ROYAL alors Ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, est aujourd’hui Directeur général de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse. A l’occasion de la COP23 il vient de lancer une tribune libre « Eau et changement climatique : s’adapter oui, mais pas n’importe comment ! » dans laquelle il rappelle aux décideurs « Qu’après l’été, 60 départements souffrent encore du manque d’eau » et les exhorte « à agir plus vite et plus fort » et à « investir à la hauteur du degré de vulnérabilité des territoires. ».

Roland CHASSAIN, maire des Saintes-Maries de la mer, s’oppose à l’extension du projet « Aqua Domitia » qui depuis 2016 puise déjà dans le Rhône pour alimenter en eau potable les stations balnéaires de la côte audoise et sud Montpellier.

Plus en amont les agriculteurs du Vaucluse appellent à l’eau du Rhône pour l’irrigation car la Durance, affluent majeur du Rhône, souffrant elle-aussi régulièrement de sécheresse, ne suffit plus.

Plus haut encore les stations de ski multiplient les réserves d’eau pour la production de neige de culture.

La guerre de l’eau a-t-elle commencé ?

La faute au consensuel « réchauffement climatique » qui conduit à évoquer une autre entité nommée « changement climatique ».

Ainsi selon Météo France : « Le changement climatique, du fait de l’augmentation de l’évaporation liée à la hausse des températures renforce l’intensité et la durée des sécheresses au sol. Les effets sont déjà visibles dans différentes régions du monde, dont le Bassin méditerranéen (5ème rapport GIEC 2013).  La connaissance de l’évolution passée et future des sécheresses est un enjeu essentiel pour l’Adaptation au changement climatique en France (Plan national 2011). » http://www.meteofrance.fr/climat-passe-et-futur/impacts-du-changement-climatique-sur-les-phenomenes-hydrometeorologiques/changement-climatique-et-secheresses

 

Retour à la nature :

« Discipline d’observation, l’histoire naturelle apprend à respecter les faits et à rejeter le dogmatisme. » http://www.lemonde.fr/sciences/article/2017/07/06/l-histoire-naturelle-un-outil-precieux-contre-l-obscurantisme_5156484_1650684.html

Victor Hugo le disait déjà : « C’est une triste chose de penser que la nature parle et que le genre humain, n’écoute pas. ». http://www.eauseccours.com/article-32696631.html

 

Petits coups d’œil au ciel pour comprendre la composante anthropique des sécheresses durables à répétition en cours

Mardi 24 octobre 2017, 13h19, début d’incendie de garrigue et forêt à St-Julien-les Martigues dans les Bouches-du-Rhône, vu de la plage du Jaï au bord de l’étang de Berre. La sécheresse persistante mise en cause par les médias et les pompiers.

Mardi 24 octobre 2017, 13h19, début d’incendie de garrigue et forêt à St-Julien-les Martigues dans les Bouches-du-Rhône, vu de la plage du Jaï au bord de l’étang de Berre. La sécheresse persistante mise en cause par les médias et les pompiers.

Même lieu, même jour, même heure, côté soleil. Deux heures plus tard au pied des Alpilles, à Fontvieille, un autre incendie a menacé des maisons.

Même lieu, même jour, même heure, côté soleil. Deux heures plus tard au pied des Alpilles, à Fontvieille, un autre incendie a menacé des maisons.

Météo du jour:  « Le soleil règne sans partage dans un ciel bien dégagé ». Journal La Provence

Ce qui n’est pas, loin s’en faut, description d’un soleil resplendissant dans un ciel tout bleu !

Mercredi 25 octobre 2017, au lendemain de l’incendie de Fontvieille qui avait démarré dans un champ d’oliviers

Mercredi 25 octobre 2017, au lendemain de l’incendie de Fontvieille qui avait démarré dans un champ d’oliviers

Météo du jour : « Le matin : Le soleil brille dans un ciel traversé par quelques passages voilés. L’après-midi : Le grand beau se poursuit, l’ambiance est printanière. » Journal La Provence

S’il ne pleut pas, c’est qu’il fait beau ! nous suggère Météo France.

Cette lapalissade favorise peut-être le tourisme mais détourne de la réalité : un voile d’eau de gaz et de particules est désormais installé chroniquement entre le soleil et le sol par un trafic aérien toujours croissant.

Ce voile anthropique de fins nuages élevés « qui ne gâche pas l’impression de beau temps » constitue le toit de la serre qui nous enferme et nous fait de l’effet : 15/11/2012, http://www.eauseccours.com/article-reperer-la-serre-qui-nous-fait-de-l-effet-112478921.html

« Le soleil domine, en dépit de quelques passages nuageux d’altitude. », « Le ciel est parcouru par des nuages élevés mais c’est le soleil qui l’emporte. », « Nombreux nuages élevés, néanmoins ils sont plutôt fins et le ciel reste assez lumineux. »,… ces « quelques nuages hauts et fins » qui « laissent leur trace dans le ciel sans plus » ont officiellement intégré en mars 2017 le Nouvel Atlas des nuages de l’OMM sous le vocable de HOMOGENITUS et HOMOMUTATUS : http://www.eauseccours.com/2017/05/nouveaux-nuages-ne-dites-plus-chemtrails-mais-nuages-homogenitus-mutatus.html

 

En clair ce que subit actuellement la terre n’est pas un « RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE » mais un « ECHAUFFEMENT PLANETAIRE » inédit car imputable à la présence chronique d’un voile d’homogenitus mutatus.

 

Quel rapport avec les sécheresses durables à répétition ?

Nuages homogenitus mutatus (nom officiel) encore au stade d’aviocirrus (nom plus évocateur) et givre épais dans le compartiment glace d’un réfrigérateur

Nuages homogenitus mutatus (nom officiel) encore au stade d’aviocirrus (nom plus évocateur) et givre épais dans le compartiment glace d’un réfrigérateur

Le givre grossit démesurément dans le compartiment glace du réfrigérateur car à chaque ouverture de sa porte, son froid a piégé de la vapeur d’eau présente dans la pièce environnante.

Ainsi le voile de glace homogenitus qui stagne au-dessus de nos têtes grossit-il de l’apport de la vapeur d’eau issue des évaporations locales, des évapotranspirations et des passages de petites dépressions. Ce qui entraîne des sécheresses durables et répétitives, des sécheresses inédites, des sécheresses en partie anthropiques, ce qui les rend incomparables avec les sécheresses des archives de Météo France.

A noter que le phénomène est accentué par la présence des microparticules produites dans la combustion incomplète du kérosène.  

 

Sécheresse nuageuse sous nuages homogenitus devenus homomutatus par absorption à la fois de l’eau produite chimiquement dans la combustion du kérosène et de celle issue de l’évaporation naturelle.

Sécheresse nuageuse sous nuages homogenitus devenus homomutatus par absorption à la fois de l’eau produite chimiquement dans la combustion du kérosène et de celle issue de l’évaporation naturelle.

2871 jours de collecte des nuages surnuméraires homogenitus perturbateurs de l’ensoleillement, des vents et des cycles de l’eau, soit 7 ans, 10 mois et 10 jours. « Le soleil a tendance à se voiler partiellement en cours d’après-midi », c’est le moins qu’on puisse dire !

2871 jours de collecte des nuages surnuméraires homogenitus perturbateurs de l’ensoleillement, des vents et des cycles de l’eau, soit 7 ans, 10 mois et 10 jours. « Le soleil a tendance à se voiler partiellement en cours d’après-midi », c’est le moins qu’on puisse dire !

Le trafic aérien augmente encore, Météo France a assombri à minima ses bulletins « Le soleil est masqué par un épais voile d’altitude. », « Le ciel est souvent voilé, ce qui gâche la sensation de beau temps. », « Soleil parfois contrarié par des nuages élevés toutefois rien de bien conséquent. », et les sècheresses empirent sur la planète Avionie.

ONERC : Observatoire National sur les Effets du RECHAUFFEMENT Climatique gagnerait en efficacité en étant renommé

ONERC : Observatoire National sur les Effets de la REORGANISATION Climatique imputable aux nuages homogenitus mutatus (dont le volutus ou aviocorde) généré par un trafic aérien inconsidéré.

 

Pour en savoir plus :

http://www.eauseccours.com/2016/11/action-climat-en-marge-de-la-cop22-tout-faire-pour-preserver-l-essor-du-trafic-aerien.html

http://www.eauseccours.com/2017/06/mopga-make-our-planet-great-again-impossible-tant-que-mopga-macron-occulte-le-probleme-global-des-abeilles.html

http://www.eauseccours.com/article-orages-sans-cumulonimbus-orages-sous-aviocordes-119764297.html

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2017 7 03 /09 /septembre /2017 09:36
Fin de l’été, bientôt la rentrée, un moment idéal pour parler des marronniers en France, ou des fruitiers aux antipodes.

Fin de l’été, bientôt la rentrée, un moment idéal pour parler des marronniers en France, ou des fruitiers aux antipodes.

Mercredi 30 août 2017, en fin de son JT de 20 heures, France 2 a choisi de diffuser un petit reportage sur la spectaculaire pollinisation manuelle des cerisiers en Chine, introduit par le journaliste de télévision Julian Bugier

http://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-2/20-heures/jt-de-20h-du-mercredi-30-aout-2017_2339403.html

http://www.francetvinfo.fr/animaux/chine-les-femmes-abeilles_2349601.htm

 

« Chine : les femmes abeilles »

 A votre sagacité arrêts sur images et morceaux choisis :

"Une découverte à présent qui est aussi une illustration du réchauffement climatique on les surnomme les femmes abeilles, faute d’insectes elles sont contraintes de polliniser à la main les arbres fruitiers, une tâche minutieuse, une tâche parfois acrobatique aussi. En Chine, comme partout ailleurs sur la planète, les abeilles sont victimes des pesticides et de la dégradation de l’habitat naturel. Arnaud Miguet avec Gaelle Caron."

"Une découverte à présent qui est aussi une illustration du réchauffement climatique on les surnomme les femmes abeilles, faute d’insectes elles sont contraintes de polliniser à la main les arbres fruitiers, une tâche minutieuse, une tâche parfois acrobatique aussi. En Chine, comme partout ailleurs sur la planète, les abeilles sont victimes des pesticides et de la dégradation de l’habitat naturel. Arnaud Miguet avec Gaelle Caron."

"Dans cette région montagneuse en cette saison, tous les cerisiers sont en fleurs. Les femmes grimpent aux arbres. Ce qu'elles font ? De la pollinisation. « Cette pollinisation à la main, c'est très bien. Moi, je dois m'occuper de centaines d'arbres »."

"Dans cette région montagneuse en cette saison, tous les cerisiers sont en fleurs. Les femmes grimpent aux arbres. Ce qu'elles font ? De la pollinisation. « Cette pollinisation à la main, c'est très bien. Moi, je dois m'occuper de centaines d'arbres »."

"Car faute de butineuses, c'est elles qui nourrissent de pollen les fleurs de cerisiers. « Je mets du pollen sur ces fleurs, ça les aide à avoir de meilleurs et de plus gros fruits. Difficile d’avoir des fruits sans la pollinisation artificielle et ici on n’a pas de pesticides, c’est plus naturel »."

"Car faute de butineuses, c'est elles qui nourrissent de pollen les fleurs de cerisiers. « Je mets du pollen sur ces fleurs, ça les aide à avoir de meilleurs et de plus gros fruits. Difficile d’avoir des fruits sans la pollinisation artificielle et ici on n’a pas de pesticides, c’est plus naturel »."

"Mais avant il faut récolter le pollen sur les fleurs d'autres cerisiers. Car en fait, il y a des fleurs mâles et des fleurs femelles. « Là, je gratte pour enlever le pollen avec cette brosse à dent. Ensuite, on le fera sécher sous une lampe et puis enfin on le mettra sur les fleurs ». Un travail fastidieux payé 11 euros par jour."

"Mais avant il faut récolter le pollen sur les fleurs d'autres cerisiers. Car en fait, il y a des fleurs mâles et des fleurs femelles. « Là, je gratte pour enlever le pollen avec cette brosse à dent. Ensuite, on le fera sécher sous une lampe et puis enfin on le mettra sur les fleurs ». Un travail fastidieux payé 11 euros par jour."

"Pour le patron de l’exploitation de 20 ha, la pollinisation à la main est plus chère mais au final plus rentable. « C’est clair les abeilles d’élevage nous coûtent moins cher, quand je loue une centaine de ruches ça me coûte 1400 euros. C’est beaucoup plus pour les ouvriers, mais avec la pollinisation artificielle, en fait, ma production de cerises est bien meilleure »."

"Pour le patron de l’exploitation de 20 ha, la pollinisation à la main est plus chère mais au final plus rentable. « C’est clair les abeilles d’élevage nous coûtent moins cher, quand je loue une centaine de ruches ça me coûte 1400 euros. C’est beaucoup plus pour les ouvriers, mais avec la pollinisation artificielle, en fait, ma production de cerises est bien meilleure »."

"La main de l’homme ne remplacera jamais les pollinisateurs, les autorités chinoises en ont bien conscience. Ils dépensent depuis dix ans neuf millions et demi d’euros, par an, pour la protection des abeilles."

"La main de l’homme ne remplacera jamais les pollinisateurs, les autorités chinoises en ont bien conscience. Ils dépensent depuis dix ans neuf millions et demi d’euros, par an, pour la protection des abeilles."

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • : La nature nous alerte en silence. Parfois le manque de mots ça agace!!! Mais les signes sont tenaces, le dérèglement climatique est installé, de plus en plus large, intense et rapide. Là, juste sous nos yeux, ouvrons-les bien grands, tout de suite, sans craindre de comprendre.
  • Contact

Profil

  • Jacques Fabry
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.

Il y a déjà trop d'avions

Sur terre on ne touche pas impunément à l'eau et à la lumière.

Recherche

Quand la lumière ne fut plus.

Aménagements climatiques

Réchauffement climatique

Dérèglement climatique

Bouleversement climatique

Disparitions climatiques

Uniformatisation climatique

Sans plus de commentaires pour le moment, mais je n’ai pas choisi ces mots au hasard.

 

J’ai essayé de montrer, de convaincre les responsables, c’était un peu tôt. J’y ai laissé trop d’énergie mais ils sont informés.

 

Je vais continuer par petites touches à photographier et afficher ce qui se passe sous nos yeux. J’espère que nous serons de plus en plus nombreux à accepter de regarder l’évidence et que nous serons entendus avant que la brusque extinction du plancton, des plantes, des animaux et des hommes actuels ne se produise, bien avant 2050.

 

POUR EVITER L’IRREMEDIABLE, LE PLUS URGENT EST DE DIMINUER IMMEDIATEMENT ET CONSIDERABLEMENT LE TRAFIC AERIEN MONDIAL.

 

Dure réalité, mais moins compliquée et moins coûteuse que la crise économique  générale qui nous attend, dès les prochains mois, si nous continuons à bouleverser l’eau et la lumière à la surface de la terre.

 

Je peux, à la demande, expliquer plus en détails, chacune de mes affirmations, et serais même tranquillisé qu’on me prouve que j’ai tord. N’hésitez pas à laisser un commentaire au bas des articles ou à me contacter directement avec le lien « contact » tout en bas de chaque page.

cielnature

Ils savent

la cause principale unique et 
ses multiples conséquences
www.eauseccours.com/article-16251978.html

Reponses-officielles.jpg
 

Liens