Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 12:24
ciel-avionneux-giboulees-sous-aviocorde-soleil-geant.jpg
Provence, mai 2013, une énième journée de beau temps en partie gâché par des giboulées sous aviocordes et un soleil géant derrière le voile d’aviocirrus
Agriculteurs, ouvriers du bâtiment, restaurateurs et cafetiers, organisateurs de manifestations en plein air, apiculteurs souffrent, ne savent plus trop sur quel pied danser, hésitent à continuer, annuler ou reporter leur action du jour. Si ces problèmes persistent leur survie est menacée.
Les abeilles elles aussi sont confrontées à cette prise de décision vitale. Comment la gèrent-elles ?

Décision individuelle : Annulation de la sortie et retour dans la ruche toute neuve qui vient d’être installée en vue d’une action municipale de protection des abeilles
Au premier plan une abeille sur le dos sur la planche d'envol mouillée s'épuise à essayer de se relever ; une énorme goutte d'eau la bouscule.
En arrière-plan une autre abeille chute sur le dos, s'agite, parvient à se redresser et décide de rentrer.

Décision individuelle qui pourrait se formuler ainsi : « Même pas mal, on a faim, je fonce ! »
En haut de l'écran une deuxième abeille éblouie culbute sur la planche d'envol et reprend aussitôt sa course vers le lieu de butinage.

Trop tard pour choisir : Quelques kilomètres plus loin dans le rucher d’un professionnel, une abeille complètement déboussolée de sa culbute et des efforts pour en sortir finira sa vie en errance sous la ruche au milieu des herbes et des escargots
Une abeille sur le dos, les ailes collées par l'eau, gigote pour essayer de se redresser et glisse sur la tranche de la planche d'envol.

Décision collective en deux temps : Le groupe doit-il retenir ou laisser partir l’intrépide dans un environnement très risqué ?

Sur la planche d'envol des abeilles essaient d'en ramener une autre dans la ruche en la repoussant et en la tirant par les pattes arrières puis changent d'avis et la laissent s'envoler.

 

Quand l’environnement extérieur est reconnu comme étant momentanément trop hostile les abeilles se massent ou font les cent pas à l’intérieur de la ruche devant le trou d’envol en espérant de meilleures conditions (lumière, température, pas de pluie, moins de vent, pas de prédateurs).

Si cela dure trop longtemps beaucoup d’abeilles sortent quand même poussées par la faim et le souci des larves.

Si les bonnes conditions ne reviennent pas et si la ruche est encore assez forte, un essaimage d’exode peut être tenté.

 

Mécanisme de la désorientation des abeilles dans une mauvaise lumière :  http://www.eauseccours.com/article-des-abeilles-eblouies-et-des-hommes-aveugles-115870385.html

 

Les pesticides ont parfois bon dos : http://www.eauseccours.com/article-moins-de-moutons-pour-davantage-d-abeilles-halte-aux-supercheries-qui-accusent-demesurement-les-pe-117363146.html

 

Effet de serre et voile d’aviocirrus : http://www.eauseccours.com/article-reperer-la-serre-qui-nous-fait-de-l-effet-112478921.html

 

Aviocordes : http://www.eauseccours.com/article-pluie-et-nuages-par-beau-temps-au-dessus-d-un-des-plus-beaux-villages-de-france-70038823.html

 

Nouveau cycle de l’eau : http://www.eauseccours.com/article-du-nouveau-dans-l-immuable-cycle-de-l-eau-115112913.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacques Fabry - dans disparition des abeilles
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • : La nature nous alerte en silence. Parfois le manque de mots ça agace!!! Mais les signes sont tenaces, le dérèglement climatique est installé, de plus en plus large, intense et rapide. Là, juste sous nos yeux, ouvrons-les bien grands, tout de suite, sans craindre de comprendre.
  • Contact

Profil

  • Jacques Fabry
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.

Il y a déjà trop d'avions

Sur terre on ne touche pas impunément à l'eau et à la lumière.

Recherche

Quand la lumière ne fut plus.

Aménagements climatiques

Réchauffement climatique

Dérèglement climatique

Bouleversement climatique

Disparitions climatiques

Uniformatisation climatique

Sans plus de commentaires pour le moment, mais je n’ai pas choisi ces mots au hasard.

 

J’ai essayé de montrer, de convaincre les responsables, c’était un peu tôt. J’y ai laissé trop d’énergie mais ils sont informés.

 

Je vais continuer par petites touches à photographier et afficher ce qui se passe sous nos yeux. J’espère que nous serons de plus en plus nombreux à accepter de regarder l’évidence et que nous serons entendus avant que la brusque extinction du plancton, des plantes, des animaux et des hommes actuels ne se produise, bien avant 2050.

 

POUR EVITER L’IRREMEDIABLE, LE PLUS URGENT EST DE DIMINUER IMMEDIATEMENT ET CONSIDERABLEMENT LE TRAFIC AERIEN MONDIAL.

 

Dure réalité, mais moins compliquée et moins coûteuse que la crise économique  générale qui nous attend, dès les prochains mois, si nous continuons à bouleverser l’eau et la lumière à la surface de la terre.

 

Je peux, à la demande, expliquer plus en détails, chacune de mes affirmations, et serais même tranquillisé qu’on me prouve que j’ai tord. N’hésitez pas à laisser un commentaire au bas des articles ou à me contacter directement avec le lien « contact » tout en bas de chaque page.

cielnature

Ils savent

la cause principale unique et 
ses multiples conséquences
www.eauseccours.com/article-16251978.html

Reponses-officielles.jpg
 

Liens