Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juillet 2009 7 12 /07 /juillet /2009 12:44

Un commentaire vient d'être posté par Olivier sur l'article Quand l’homme devient l’esclave de son intellect, sa survie est en danger.

« Je viens de me faire offrir un livre paru récemment: "Nuages, le guide d'identification" par Richard Hamblyn. Ce qui est frappant, c'est que tous les nuages photographiés sont laids.
Ce n'est pas les jolis cumulus que l'on voyait il y a encore 10 ans. Bien sûr, quasiment pas une photo sans voir des traces d'avions en fond.
Mais le plus intéressant, c'est que l'auteur n'est pas dupe car il précise bien l'origine anthropique des cirrus. Et le dernier chapitre, en guise de conclusion, est consacré entièrement aux nuages avionneux et à ses effets sur le dérèglement climatique (d'ailleurs imprévisibles selon l'auteur, soit ca refroidit, soit ça réchauffe). »

 

« Les formes et les couleurs perpétuellement changeantes des nuages qui dansent au gré des caprices de l’atmosphère sont certainement une des plus jolies créations de la nature. » page 7

« Leur fugace beauté et leur diversité infinie nourrissent tout autant l’imagination des rêveurs que celle des scientifiques » page 9

 « Seul type de nuage que Luke Howard (auteur de la 1ère classification des nuages en 1803) n’a jamais pu observer, les traînées de condensation (ou contrails, de condensation trail) sont formées par la condensation rapide de vapeur d’eau éjectée des tuyères des avions. » page 124

Richard Hamblyn Nuages, le guide d’identification, delachaux et niestlé, mars 2009 (Déjà publié en 2008 au Royaume-Uni sous le titre The Cloud Book)

 

Voilà donc l’imagination des rêveurs et celle des scientifiques également nourries par la perpétuelle beauté fugace des nuages, créations de la nature depuis toujours mais aujourd’hui provoqués crescendo par les activités humaines. L’idée aurait sans doute plu à Victor Hugo Victor Hugo, écolo réaliste et rêveur, avec les choses en bon ordre

J’ai regardé plus attentivement ce livre depuis mon premier coup d’œil du 18 juin dernier et le courriel impulsif envoyé à la maison d'édition Delachaux et Niestlé le soir même :

"Bonjour,

Je viens d'acheter le livre de Richard Hamblyn, NUAGES, Le guide d'identification.

Magnifique à regarder mais vulgarisation extrêmement dangereuse dans sa présentation car les explications scientifiques inspirent une confiance absolue envers l’auteur et un émerveillement non feint devant ces phénomènes naturels, sauf que la plupart des images présentées ne représentent pas des exemples de ces nuages qu’on est amené à  supposer être des nuages habituels depuis toujours, mais sont pratiquement toutes photos de récents nuages « anthropiques » (nuages créés par les activités humaines que j’appelle nuages de culture) comme on peut seulement en trouver quelques exemples explicites aux pages 124 à 127.

Pouvez-vous me mettre en contact avec Richard Hamblyn ? Il y a danger pour tout un chacun et, vraisemblablement sans le vouloir, vous contribuez à cette vulgarisation fallacieuse. J’aimerais pouvoir en parler plus en détail à vous-même également.

Merci"

 

Ma conclusion est que chacune des photos de nuages commentées entre les pages 20 et 152  représente un nuage de culture, un nuage anthropique.

Je ne sais si l’auteur est dupe ou pas mais ce qui est sûr c’est qu’il dupe le lecteur.

Le commentaire bucolique de la photo de la page 103 « La diversité des formes de cirrostratus contribue souvent à de magnifiques couchers de soleil, comme sur cet impressionnant cliché. » ou celui au ton scientifique de la photo de la page 146 « Les traînées de condensation ont d’abord un effet refroidissant sur la terre mais en s’étalant elles forment des couches de nuages cirriformes et contribuent alors à son réchauffement. » ne représentent qu’une seule et même réalité : un même ciel avionneux.


Le passage des avions en créant des aviocirrus altère gravement la sensation de bien-être normalement ressentie lors du soleil couchant même dans des milieux aussi fragiles que officiellement protégés.


L’idée de traînée de condensation est admise par de plus en plus de gens.

L’idée nouvelle à accepter est qu’il n’y a aucune raison que la nature (mis à part les phénomènes naturels exceptionnels comme une éruption volcanique) crée de nouveaux nuages, sauf si les activités humaines et en particulier le trafic aérien ne les provoquent.

Le cirrus des traînées de condensation reconnu est un premier pas pour se responsabiliser.

Reste à divulguer que les composants de ces aviocirrus (eau + suies + restes d’hydrocarbures + nanoparticules + gaz d’échappement) décantent et s’agglomèrent  plus bas en cumulus de culture ou aviocordes.

Les aviocordes ne sont guère fugaces. Elles restent toujours sous leur couloir aérien, raides et résistant au vent les plus violents qui tout au plus les façonnent en nuages lenticulaires. Selon les heures de la journée, la pression atmosphérique, l’ensoleillement, l’humidité naturelle et d’autres facteurs encore, elles peuvent présenter suffisamment d’aspects pour écrire un livre.

L’ensemble des aspects possibles des aviocordes, commentés sans en nommer l’origine par Richard Hamblyn dans son livre Nuages, le guide d’identification, peut certainement se voir depuis votre fenêtre pour peu qu’elle donne sur un coin de ciel assez large.

Exemple en Provence : Exemples de nuages anthropiques, variations d'aspect d'une aviocorde Exemples de nuages anthropiques, variations d'aspect d'une aviocorde


De nombreuses autres aviorcordes illustrent ce blog, en particulier dans la catégorie  La Sainte-Victoire .

Entre rêve et réalité, nuages d'avion ou oiseaux, que choisir?

Pour éviter l'extension de l'apparition de faux nouveaux nuages tel l'aspératus (Quand l’homme devient l’esclave de son intellect, sa survie est en danger) qui ne figure pas encore dans le livre et qui n'est qu'un nouvel aspect d'une aviocorde, il n'y a qu'une seule solution : indemniser les avionneurs et réduire immédiatement le trafic aérien. Peut-être le nouvel emprunt d'état annoncé pour 2010 pourrait être entièrement consacré à cela.

Moins d'avions permettrait le retour immédiat à un ensoleillement naturel suffisant pour que la vie terrestre, et nos activités économiques repartent d'elles-mêmes, à condition que les masses de glaces ne soient pas déjà trop amoindries, ce qui perturberait énormément les cycles de l'eau.

En attendant les hommes n'ont pas fini de se battre.


Ecrevisse, aspect figuratif d'une aviocorde en cours d'agglomération, ici dans un couloir de décollage.



Aviocorde, avionneux, aviocirrus,...   Dérèglement climatique, des mots pour voir et dire

Ces mots sont en attente de reconnaissance, je les ai proposés le 12 mars 2009 sur le site des mots nouvellement créés :

http://franceterme.culture.fr/FranceTerme/boiteidees.html .


Chaque mot proposé reçoit un accusé de réception, exemple pour Aviocorde :

"Le terme Aviocorde a bien été suggéré.

Merci de votre participation à l'enrichissement de la langue.

10h03 physique de l’atmosphère"



Partager cet article

Published by Jacques Fabry - dans dangereux nuages des avions
commenter cet article

commentaires

Olivier 20/07/2009

"En 1970, rappelle le Guardian, 32 millions de voyageurs empruntaient les aéroports britanniques, ils sont aujourd'hui plus de 200 millions, et les conséquences ne sont pas neutres : un aller-retour en Floride équivaut aux émissions d'une voiture pendant un an, et un aller retour Londres-Edinburgh émet huit fois plus que le même trajet en train. Les associations militant pour des transports plus durables rappellent que les Anglais, numéro deux en volume de voyages en avion derrière l'Allemagne, pourraient atteindre six de leurs dix destinations favorites par des trains à grande vitesse.
Pour modifier les comportements, les campagnes interpellant directement le gouvernement pour qu'il change sa politique de développement aérien montent en puissance. Elles sont à la mesure de l'enjeu environnemental. 2006 est une année décisive car le livre blanc sur les prévisions du transport aérien à l'horizon 2030 doit être révisé à la fin de l'année. Dans la version actuelle, le gouvernement annonçait une explosion du trafic aérien (500 millions de passagers attendus) et annonçait donc la création de 6 nouvelles pistes dans tout le pays. Les associations ont vivement dénoncé depuis l'impossibilité pour le pays d'assurer le respect du protocole de Kyoto dans ces conditions. La Grande-Bretagne souhaite réduire ses émissions de 60 % d'ici 2050, mais ces prévisions ne prennent pas en compte l'aviation (exclue du dispositif de Kyoto) qui représente pourtant 15 % des émissions actuelles, et pourrait atteindre 65 % du total des émissions en 2050, si l'explosion du trafic se produit."

Source : http://www.novethic.fr/novethic/planete/ong/campagnes/g_b_forte_mobilisation_contre_explosion_trafic_aerien.jsp

Présentation

  • : Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • : La nature nous alerte en silence. Parfois le manque de mots ça agace!!! Mais les signes sont tenaces, le dérèglement climatique est installé, de plus en plus large, intense et rapide. Là, juste sous nos yeux, ouvrons-les bien grands, tout de suite, sans craindre de comprendre.
  • Contact

Profil

  • Jacques Fabry
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.

Il y a déjà trop d'avions

Sur terre on ne touche pas impunément à l'eau et à la lumière.

Recherche

Quand la lumière ne fut plus.

Aménagements climatiques

Réchauffement climatique

Dérèglement climatique

Bouleversement climatique

Disparitions climatiques

Uniformatisation climatique

Sans plus de commentaires pour le moment, mais je n’ai pas choisi ces mots au hasard.

 

J’ai essayé de montrer, de convaincre les responsables, c’était un peu tôt. J’y ai laissé trop d’énergie mais ils sont informés.

 

Je vais continuer par petites touches à photographier et afficher ce qui se passe sous nos yeux. J’espère que nous serons de plus en plus nombreux à accepter de regarder l’évidence et que nous serons entendus avant que la brusque extinction du plancton, des plantes, des animaux et des hommes actuels ne se produise, bien avant 2050.

 

POUR EVITER L’IRREMEDIABLE, LE PLUS URGENT EST DE DIMINUER IMMEDIATEMENT ET CONSIDERABLEMENT LE TRAFIC AERIEN MONDIAL.

 

Dure réalité, mais moins compliquée et moins coûteuse que la crise économique  générale qui nous attend, dès les prochains mois, si nous continuons à bouleverser l’eau et la lumière à la surface de la terre.

 

Je peux, à la demande, expliquer plus en détails, chacune de mes affirmations, et serais même tranquillisé qu’on me prouve que j’ai tord. N’hésitez pas à laisser un commentaire au bas des articles ou à me contacter directement avec le lien « contact » tout en bas de chaque page.

cielnature

Ils savent

la cause principale unique et 
ses multiples conséquences
www.eauseccours.com/article-16251978.html

Reponses-officielles.jpg
 

Liens