11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 07:49

Inquiétant bilan estival.

Dans une proportion surprenante, des avions de tourisme, des planeurs, des parapentes, des hélicoptères décrochent ou s’accrochent, et tombent comme mouches et abeilles.

De jour comme de nuit, des sorties de route de deux roues, voitures, camions sont décrites dans les journaux en ces termes : « pour une raison inexpliquée ». Par ailleurs le nombre des petits accrochages, pour avoir vu trop tard, augmente.

Les piétons deviennent maladroits, se cognent dans les nombreux panneaux, quilles et autres obstacles surgis en ville ces dernières années, se tordent les chevilles en ratant une marche de trottoir. En montagne cela peut se traduire par une chute de plusieurs centaines de mètres.

Pénombre, large éblouissement, flous, effets stroboscopiques, distorsions, les conditions de vision ont changé, il faut en tenir compte en se déplaçant.

 

ASSOMBRISSEMENT GLOBAL


9 septembre 2009, 18h24 Les Milles près d’Aix-en-Provence 

Deux traces croisées d’avions de ligne, aviocordes naissantes, évoquent un très aérodynamique planeur.

 

« On n’est jamais trahi que par les siens » dit le proverbe.

Cela pourrait convenir à l’avion qui nous parait si familier, porte nos rêves de vacances, symbolise une réussite professionnelle, nous amène tout le superflu exotique qui nous ravit. Et qui vole si haut qu’on l’oublie, sauf que ses rejets ne se dispersent plus, stagnent un moment, décantent, nous entourent.


2009, aérodrome d’Aix Les Milles, 25 janvier à 11h39 et 10 septembre à 11h10

Quelles différences entre l’été indien et l’hiver ?


2009, retour à l’aérodrome d’Aix Les Milles, 25 janvier à 12h25 et 10 septembre à 11h28

 

En huit mois, l’assombrissement global s’est beaucoup intensifié, la pénombre gagne, les couleurs et les ombres s’estompent insidieusement et la perception du relief en est inconsciemment faussée, ce qui est très accidentogène.

 

Encore un mois et demi avant le passage à l’heure d’hiver.

Assombrissement global, quand passer à l'heure d'hiver?

Spontanément les codes des voitures sont déjà de plus en plus souvent allumés dans la journée, nécessité fait loi.
Bruxelles a décidé l’éclairage de jour obligatoire en 2011


Vers la Sainte-Victoire, 10 septembre 2009, 11h26

 

Même si tous les gens concernés  jouaient le jeu du 16 au 22 septembre 2009, durant la  « semaine de la mobilité et de la sécurité routière », et acceptaient de « ROULER AUTREMENT » en laissant leurs voitures au garage, la célèbre pureté de la lumière de Provence, chérie par Cézanne et Picasso, ne reparaîtrait pas.

 

La dernière fois au monde où l’on a pu savourer un ciel vraiment bleu, c’est lorsque l’attentat du 11 septembre 2001 a cloué au sol tous les avions pendant quelques jours.

 

La taxe carbone arrive trop tard et se trompe de cible.




LARGES EBLOUISSEMENTS


« Au volant la vue c’est la vie », à pied, en vélo, en l’air,… aussi

Plus la présence de nanoparticules et d’humidité augmente dans l’air, plus les reflets du soleil sont larges et luisants provoquant une gêne qui persiste avec ou sans lunettes de soleil. Les reflets ne font plus vraiment détourner spontanément la tête  mais procurent une espèce de fascination comme celle qu’exerce la lumière qui a traversé un verre dépoli. Les réactions réflexes comme raisonnées sont ralenties, ce qui est très accidentogène quelque soit le mode de déplacement.


10 septembre 2009, 9h18, beau temps, ambiance éclairage de patinoire sur la place de la Rotonde à Aix-en-Provence


10 septembre 2009, 9h57,  Aix-en-Provence, tout luit largement et brille sur le parking du supermarché, jusqu’aux feuilles des arbres,  comme sur du papier glacé ou dans les pubs des voitures.


 




Versailles, Parking du chateau 28 juillet 2009 12h21, lumières sans le son

Même au coeur de la journée les reflets sur les voitures sont démesurés, mettant en évidence la dispersion des rayons solaires et la présence de nanoparticules dans l'air.


Versailles mardi 28 juillet 2009, 18h34,  lampadaire net, ombre floue, arbres nets, ombres floues

La dispersion des rayons solaires floute les ombres, de plus en plus largement en s’éloignant de leur racine. Cela fatigue à notre insu  notre cerveau qui s’efforce de rétablir une limite nette.




Accident de mouche  27 juillet 2009 17h36, goudron rouge des trottoirs de Versailles            


Dispersion des rayons solaires, curieuses irisations et larges brillances perturbent considérablement la vision des insectes qui s’épuisent, se perdent, se cognent, se laissent descendre en planant comme les guêpes ou tombent brutalement,  à la renverse pour les mouches et les abeilles.


Cadavres d’abeilles piégées par neige et soleil








Accident de coccinelle 28 juillet 2009, 16h35 près de la résidence présidentielle La Lanterne à Versailles

A Paris comme dans d’autres villes les abeilles peuvent mourir pour des idées


Coccinelle orange à points noirs plus un, large et blanc, marque de l'excès de trafic aérien. 








Marseille, parc Chanot, dimanche 6 septembre 2009, fête du miel
Dans le dos de Borloo et en dépit des désirs de l’UNAF, les abeilles meurent en ville

Reflet irisé démesuré dans le rétroviseur d’un scooter. Les couleurs des irisations s’éloignent de plus en plus des couleurs de l’arc en ciel, nanoparticules et hydrocarbures, comme le benzène, sont dans l’air qu’on respire.

 

L’oppression respiratoire qui en résulte, accentuée encore par l’humidité excessive et la tension  nerveuse développée pour mieux voir peut favoriser l’apparition de malaises très accidentogènes pour soi et les autres.




EFFET STROPOSCOPIQUE

 

L’hiver, quand les arbres on perdu leur feuilles, rouler sur une route en ligne droite avec le soleil rasant venant de la gauche provoque un effet stroboscopique, tirant l’œil et perturbant notre notion de vitesse.

 

Un petit insecte de nuit se déplaçant rapidement dans des rayons non parallèles nous restitue un effet  stroboscopique de son vol, d’autant plus que l’air est plus humide.


Camargue au début de la nuit du 9 août 2009

 



Ces insectes seront morts avant la fin de la nuit. Ils sont de moins en moins nombreux autour des lampadaires et sont déjà suffisamment raréfiés pour ne pratiquement plus s’écraser sur les pare-brises des véhicules, hormis les journées d’éclosion des larves qui se sont développées plusieurs années sous terre ou dans l’eau et qui donc avaient été pondues avant la saturation de l’air par le trafic aérien.

 

Sans effet aussi spectaculairement visible, en roulant dans les lignes droites de plaine, dans des rayons solaires ou lunaires divergents, ou en croisant une file de véhicules phares allumés, nous subissons un stress stroboscopique suffisant pour fausser notre notion de vitesse et nous mettre en situation accidentogène.



 

DISTORSIONS


Provence, 5 février 2009, 17h14,  Aviocorde  double sous plafond « translucidus »
Nuages à gogo, nuages pour gogos

En Avionie, la lumière solaire, pour arriver jusqu'au sol doit traverser plusieurs étages de nuages avionneux.


Provence, 5 septembre 2009, 4h34, lendemain de pleine lune, lune patate et double Jupiter

Les filtres successifs de nuages avionneux distordent la lumière comme autant d’étages de vitres dépolies aux inclinaisons variées. Les images des astres s’impriment déformées ou double ou triple au fond de la rétine.
Nuit cent étoiles et lune double en Avionie


Même quand le ciel paraît magnifiquement bleu l’aspect du soleil est déformé.

20/08/2009, 09h53 au-dessus du massif du Mont-Blanc, depuis Chamonix

05/09/2009, 09h30 au-dessus de la montagne Sainte-Victoire, depuis Venelles

06/09/2009, 11h28 au-dessus de la fête du miel, depuis Marseille


Il est dangereux de regarder directement le soleil, mais une photo le montre de plus en plus souvent déformé lui aussi.
Les objets à notre insu renvoient cette lumière distordue, faussant ainsi l'appréciation des distances: nouvelle situation accidentogène.


 

Les nanoparticules, les suies, les résidus d’hydrocarbures, les gaz de combustion rejetés par les avions ne se dispersent plus et bouleversent toute l’organisation terrestre, vivante comme inerte.  La priorité absolue pour assainir la situation est de diminuer le nombre des avions simultanément en vol.

 

Le survol des pôles et celui des grands glaciers de montagne devraient être complètement interdits pour donner une chance aux glaces de stopper leur fonte.

 

En attendant il est devenu urgent de prévenir la population des risques accrus d’accident existants en Avionie. Outre les problèmes liés aux aberrations de la lumière solaire, l’excès de trafic aérien peut favoriser les malaises par l’oppression respiratoires due aux substances inhalées et  provoque des vents redoutables, des brouillards inopinés très denses, des orages avec foudre au sol systématique et très forte grêle.

 

Partager cet article

commentaires

Olivier 17/09/2009

Le problème est bel et bien mondial, la saturation de l'atmosphère en vapeur d'eau
kérosénée est globale, témoin ces vidéos:


Avions au dessus de Buenos Aires avec soleil hydrocarburé à 1'53s

http://www.youtube.com/watch?v=R_0Qt2wgatc&feature=related

Etat du ciel en Argentine, video sur le mode délirant des "chemtrails":

http://www.youtube.com/watch?v=5ij9EzBwXBE&feature=related

Présentation

  • : Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • : La nature nous alerte en silence. Parfois le manque de mots ça agace!!! Mais les signes sont tenaces, le dérèglement climatique est installé, de plus en plus large, intense et rapide. Là, juste sous nos yeux, ouvrons-les bien grands, tout de suite, sans craindre de comprendre.
  • Contact

Profil

  • Jacques Fabry
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.

Il y a déjà trop d'avions

Sur terre on ne touche pas impunément à l'eau et à la lumière.

Recherche

Quand la lumière ne fut plus.

Aménagements climatiques

Réchauffement climatique

Dérèglement climatique

Bouleversement climatique

Disparitions climatiques

Uniformatisation climatique

Sans plus de commentaires pour le moment, mais je n’ai pas choisi ces mots au hasard.

 

J’ai essayé de montrer, de convaincre les responsables, c’était un peu tôt. J’y ai laissé trop d’énergie mais ils sont informés.

 

Je vais continuer par petites touches à photographier et afficher ce qui se passe sous nos yeux. J’espère que nous serons de plus en plus nombreux à accepter de regarder l’évidence et que nous serons entendus avant que la brusque extinction du plancton, des plantes, des animaux et des hommes actuels ne se produise, bien avant 2050.

 

POUR EVITER L’IRREMEDIABLE, LE PLUS URGENT EST DE DIMINUER IMMEDIATEMENT ET CONSIDERABLEMENT LE TRAFIC AERIEN MONDIAL.

 

Dure réalité, mais moins compliquée et moins coûteuse que la crise économique  générale qui nous attend, dès les prochains mois, si nous continuons à bouleverser l’eau et la lumière à la surface de la terre.

 

Je peux, à la demande, expliquer plus en détails, chacune de mes affirmations, et serais même tranquillisé qu’on me prouve que j’ai tord. N’hésitez pas à laisser un commentaire au bas des articles ou à me contacter directement avec le lien « contact » tout en bas de chaque page.

cielnature

Ils savent

la cause principale unique et 
ses multiples conséquences
www.eauseccours.com/article-16251978.html

Reponses-officielles.jpg
 

Liens

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog