Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 19:52

Samedi 13 juin 2009, le quotidien  « La Provence » dans son dossier double-page titre, alors que se déroule le Grenelle de la mer :

 

« ENVIRONNEMENT / Cinq jours après les élections européennes et la percée inattendue des listes d’Europe Ecologie

Ecologie politique : maintenant tout le monde est sur le pont »

 

 

Une occasion de redonner la parole à Nicolas Hulot en temps que « porte-parole de la lutte pour l’environnement, président de la Fondation pour la nature et l’homme » :

 

« OPPORTUNITE OU SINCERITE ? CE QUI IMPORTE C’EST QUE L’ON AVANCE !

Tout le monde doit apporter sa contribution et la crise que l’on traverse nous oblige à nous rassembler.
A gauche, à droite et au centre, on a aussi besoin de réflexion »

 

 

Et en page 25 dans la rubrique « LA PENSEE DU JOUR » cette citation :

 

« C'est une triste chose de penser que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas »

Victor Hugo écrivain et poète 

 

 

La poésie, le rêve ou même les idées, tout aussi bien que les résultats qui sortent des ordinateurs pour les prévisions météo ou l’anticipation de la progression du réchauffement climatique, ne sont que chimères potentiellement très dangereuses si le virtuel oublie le réel, si les données entrées dans les ordinateurs sont partielles, insuffisantes ou choisies par des préjugés.

 

« Le poète complet se compose de ces trois visions : Humanité, Nature, Surnaturalisme. Pour l’Humanité et la Nature, la Vision est observation ; pour le Surnaturalisme, la Vision est intuition.
Une précaution est nécessaire : s’emplir de science humaine. Soyez homme avant tout et surtout. Ne craignez pas de vous surcharger d’humanité. Lestez votre raison de réalité, et jetez-vous à la mer ensuite.
La mer, c’est l’inspiration. »

Victor Hugo


Jeu de dupes ou danse poétique, la frontière rouge est ténue.

Le soleil blanc, bien présent mais occulté par une inconscience collective malsaine, met à mal bêtes et hommes.

 

 

 

« C'est une triste chose de penser que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas »

Victor Hugo écrivain et poète 

 

Chacun peut voir dans les zones sans trop d’herbe un drame horrible. L’abeille ouvrière, butineuse infatigable, a volé, volé, bourdonné ; elle a fait des rencontres, elle a visité  des fleurs sauvages, des fleurs agricoles, des arbres fruitiers, elle a butiné  à toutes les senteurs de la ville, elle a cherché  à se diriger au travers de mille lumières, elle a tâché de vivre ; le tâtonnement pour retrouver  sa ruche n’était pas de sa vie. Un presque soir, elle tombe, la lumière s’est éclipsée. Elle s’épuisait dans l’air hydrocarburé, elle se traîne à terre et meurt dans un ultime spasme... vie des abeilles empoisonnée par les hydrocarbures aériens



Ce bourdon épuisé s'autorise une insolite sieste sur coussin bleu avant de tenter de retrouver son nid.
Mieux vaut perdre du temps que mourir à coup sûr, car s'il tombe aveuglé et sans force :


… il rampe épuisé dans les touffes et dans les mousses, les cailloux l’arrêtent, un grain de sable l’empêtre, le moindre épillet de graminée lui fait obstacle. Tout à coup, au détour d’un brin d’herbe, un monstre fond sur lui. C’est une bête qui était là embusquée, un nécrophore, la jardinière, un scarabée splendide et agile, vert, pourpre, flamme et or, une pierrerie armée qui court et qui a des griffes. C’est un insecte de guerre casqué, cuirassé, éperonné, caparaçonné : le chevalier brigand de l’herbe. Rien n’est formidable comme de le voir sortir de l’ombre, brusque, inattendu, extraordinaire. Il se précipite sur ce passant. Ce vieillard n’a plus de force, ses ailes sont mortes, il ne peut échapper. Alors c’est terrible. Le scarabée féroce lui ouvre le ventre, y plonge la tête, puis son corselet de cuivre, fouille et creuse, disparaît plus qu’à mi-corps dans ce misérable être, et le dévore sur place, vivant. La proie s’agite, se débat, s’efforce avec désespoir, s’accroche aux herbes, tire, tâche de fuir, et traîne le monstre qui la mange. 

Presque entièrement du Victor Hugo, le texte original parlait d’un hanneton rêveur, en voici la fin :
« Ainsi est l'homme pris par une démence. Il y a des songeurs qui sont ce pauvre insecte qui n'a point su voler et qui ne peut pas marcher: le rêve, éblouissant et épouvantable, se jette sur eux et les détruit. »

 

 

 

« C'est une triste chose de penser que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas »

Victor Hugo écrivain et poète 

 

1825 « La vallée de Sallanches est un théâtre, c'est qu'en effet, il est difficile de ne point éprouver une profonde émotion lorsque l'on voit se dérouler devant soi cet immense amphithéâtre de montagnes au-dessus desquelles, comme la pierre du serment dans un cercle druidique, le Mont-Blanc s'élève royalement avec sa tiare de glace et son manteau de neige. »

 

Citation reprise sans vergogne et à discrétion par les aveugles cupides vantant le tourisme haut-savoyard.

 

2009 à la sortie de  Sallanches, en direction de Chamonix et du Mont-Blanc

 

Il m’est difficile de ne point éprouver une profonde émotion devant ce paysage avionneux devenu quotidien.

 


 

« C'est une triste chose de penser que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas »

Victor Hugo écrivain et poète 

 

 

 « Vous ne serez jamais, et dans aucune circonstance, tout à fait malheureux si vous êtes bon envers les animaux ».

 



Quelquefois le taureau qui a tout donné est gracié, récupère et finit sa vie en reproducteur.

 

Le tout est de ne pas décider trop tard, nous sommes tous dans le même bateau.




Notre seul vaisseau spatial naturel est la terre, ne l’oublions pas !

 


 

« C'est une triste chose de penser que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas »

Victor Hugo écrivain et poète 

 

 

« Une révolution est un retour du factice au réel. »
Le moment de dire non en pèlerinage à pied, à cheval, en voiture

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacques Fabry - dans société
commenter cet article

commentaires

Olivier 17/06/2009 13:15

Mercredi 17 Juin

Météo du jour en Ile de France:

07h00: Ciel déjà partiellement voilé par de nombreuses traces de passages d'avions.

13h00: Ciel laiteux, temps lourd et oppressant.

Bonne journée!

Présentation

  • : Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • : La nature nous alerte en silence. Parfois le manque de mots ça agace!!! Mais les signes sont tenaces, le dérèglement climatique est installé, de plus en plus large, intense et rapide. Là, juste sous nos yeux, ouvrons-les bien grands, tout de suite, sans craindre de comprendre.
  • Contact

Profil

  • Jacques Fabry
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.

Il y a déjà trop d'avions

Sur terre on ne touche pas impunément à l'eau et à la lumière.

Recherche

Quand la lumière ne fut plus.

Aménagements climatiques

Réchauffement climatique

Dérèglement climatique

Bouleversement climatique

Disparitions climatiques

Uniformatisation climatique

Sans plus de commentaires pour le moment, mais je n’ai pas choisi ces mots au hasard.

 

J’ai essayé de montrer, de convaincre les responsables, c’était un peu tôt. J’y ai laissé trop d’énergie mais ils sont informés.

 

Je vais continuer par petites touches à photographier et afficher ce qui se passe sous nos yeux. J’espère que nous serons de plus en plus nombreux à accepter de regarder l’évidence et que nous serons entendus avant que la brusque extinction du plancton, des plantes, des animaux et des hommes actuels ne se produise, bien avant 2050.

 

POUR EVITER L’IRREMEDIABLE, LE PLUS URGENT EST DE DIMINUER IMMEDIATEMENT ET CONSIDERABLEMENT LE TRAFIC AERIEN MONDIAL.

 

Dure réalité, mais moins compliquée et moins coûteuse que la crise économique  générale qui nous attend, dès les prochains mois, si nous continuons à bouleverser l’eau et la lumière à la surface de la terre.

 

Je peux, à la demande, expliquer plus en détails, chacune de mes affirmations, et serais même tranquillisé qu’on me prouve que j’ai tord. N’hésitez pas à laisser un commentaire au bas des articles ou à me contacter directement avec le lien « contact » tout en bas de chaque page.

cielnature

Ils savent

la cause principale unique et 
ses multiples conséquences
www.eauseccours.com/article-16251978.html

Reponses-officielles.jpg
 

Liens