Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 avril 2019 7 14 /04 /avril /2019 17:23
Contribuer au Grand Débat National - Copie courrier reçu de François Xavier LAUCH, Chef de cabinet du Président Emmanuel Macron

Contribuer au Grand Débat National - Copie courrier reçu de François Xavier LAUCH, Chef de cabinet du Président Emmanuel Macron

Grand débat national – Transition écologique - Proposition de Jacques Fabry, naturaliste avioclimatologue

Aix-en-Provence - tél. : 06 74 59 34 88 – site www.eauseccours.com

Titre : Une transition écologique sans tabou pour qu’abeilles et avions puissent voler tranquillement ensemble

Quel est aujourd'hui pour vous le problème concret le plus important dans le domaine de l'environnement ?

La pollution de l'air

Les dérèglements climatiques (crue, sécheresse)

L'érosion du littoral

La biodiversité et la disparition de certaines espèces

Autre

L’existence chronique au-dessus de nos têtes d’un voile global de glace, de gaz et de particules fines en cours d’épaississement, perturbateur de l’ensoleillement, des vents, des cycles de l’eau et donc de toute l’organisation terrestre, minérale, végétale, animale (dont les abeilles) et humaine.

Ce voile mortifère de pollution en haute atmosphère ne provient pas aujourd’hui d’une énorme éruption volcanique mais des rejets continûment émis par le trafic aérien mondial qui connait encore un accroissement inconsidéré.

Que faudrait-il faire selon vous pour apporter des réponses à ce problème ?

1- Rendre le problème évident en développant l’usage d’outils de compréhension autres que le thermomètre et le bilan carbone :

  • Mesurer et communiquer la luminosité réelle par rapport à la luminosité possible
  • Utiliser régulièrement dans les bulletins météo la nomenclature des nuages officialisée par l’OMM le 23 mars 2017 dans la présentation de la MAJ de son Atlas mondial des nuages : homogenitus, homomutatus dont volutus, flumen, …
  • Créer des cartes grand public des routes aériennes de l’espace supérieur sur fond de carte géographique détaillée et non sur fond blanc comme actuellement
  • Rendre obligatoire pour chaque trajet en avion le bilan de l’eau produite dans la combustion du kérosène ou de tout autre carburant
  • Entrer clairement tous les rejets du trafic aérien dans les modélisations climatiques
  • Créer officiellement l’avioclimatologie, branche de la météorologie et de la climatologie s’intéressant aux nébulosités, vents et précipitations engendrés par les rejets en eau du trafic aérien et à leurs multiples néfastes conséquences

2- Utiliser les compétences de l’avioclimatologie pour expertiser systématiquement la part naturelle et la part anthropique de tout phénomène dévastateur de grande ampleur (sécheresse, inondation, orage de grêle, tornade, écroulement de falaise, vague submersion marine, avalanche …) avant toute reconnaissance d’un état de catastrophe naturelle ; éventuellement porter plainte contre X.

3- Envisager l’obligation d’équiper au moins tous les avions de l’espace supérieur d’un système de récupération de l’eau produite dans la combustion du carburant (techniquement possible) et d’un filtre à particules

4- Réfléchir à une réglementation de hiérarchisation des usages de l’avion.

5- Privilégier une vie plus locale

Diriez-vous que votre vie quotidienne est aujourd'hui touchée par le changement climatique ?

Oui

Non

Si oui, de quelle manière votre vie quotidienne est-elle touchée par le changement climatique ?

Précisions :

  • Ce que nous subissons actuellement n’est pas un changement « climatique » mais une météo inédite sous voile anthropique avec présence de nuages surnuméraires invasifs.
  • Rétablir une luminosité naturelle est rapide, de quelques heures ou quelques jours par arrêt brutal inopiné du trafic aérien (attentat de 2001, volcan de 2010, grève de 2015) à quelques années (le temps d’équiper les avions de récupérateur d’eau et de limiter leur utilisation).
  • La durée du rétablissement normal des cycles de l’eau sera impossible à estimer dès lors que les masses glacières auront trop fondues ; ce moment est proche.

Exemples de conséquences sur mon quotidien :

  • Abandon des randonnées à ski : trop de risque de plaques à vent inédites sous volutus, transformation du manteau neigeux trop rapide sous voile d’homomutatus
  • Problème d’eau salée aux robinets des Stes Maries de la mer ; accès réduit à la plage du Grand radeau
  • Problèmes respiratoires et allergiques à cause des particules fines sous voile d’homomutatus qui en produit et gêne la dispersion de celles émises depuis le sol.
  • Tristesse devant la perte du bien être environnemental par chamboulement des repères saisonniers, inconfort quotidien (trop chaud, trop froid, trop venté, trop sombre, trop éblouissant), disparition de la qualité des moments de bonheur universel (sérénité d’un coucher de soleil, allumage progressif des étoiles, pureté d’un ciel bleu par temps de mistral ou au-dessus d’une mer de nuages, bruissement des mille vies de la nature,…) qui faisaient dire aux gens modestes « On n’est pas bien ici ? », « Qu’est-ce qu’tu veux de plus ? ».

À titre personnel, pensez-vous pouvoir contribuer à protéger l'environnement ?

Oui

Non

Si oui, que faites-vous aujourd'hui pour protéger l'environnement et/ou que pourriez-vous faire ?

J’évite le gaspillage, privilégie le local et le recyclable quand leur prix est abordable, choisis le mode de transport disponible le plus adapté à chaque situation, en évitant au maximum l’avion, j’informe (particulièrement les élus et membres du gouvernement) de l’urgence absolue à différentier les efforts entrepris pour la transition énergétique (indispensable pour amoindrir un choc sociétal brutal à l’épuisement des réserves d’hydrocarbures fossiles) de ceux pour le climat.

Qu'est-ce qui pourrait vous inciter à changer vos comportements comme par exemple mieux entretenir et régler votre chauffage, modifier votre manière de conduire ou renoncer à prendre votre véhicule pour de très petites distances ?

Non concerné, déjà en place.

Quelles seraient pour vous les solutions les plus simples et les plus supportables sur un plan financier pour vous inciter à changer vos comportements ?

Rendre les produits locaux, recyclables et avec un minimum d’emballage moins chers que tous leurs concurrents.

Par rapport à votre mode de chauffage actuel, pensez-vous qu'il existe des solutions alternatives plus écologiques ?

Oui

Non

Si oui, que faudrait-il faire pour vous convaincre ou vous aider à changer de mode de chauffage ?

Convaincre mon propriétaire de le faire.

Avez-vous pour vos déplacements quotidiens la possibilité de recourir à des solutions de mobilité alternatives à la voiture individuelle comme les transports en commun, le covoiturage, l'auto-partage, le transport à la demande, le vélo, etc. ?

Les bagages restent un frein aux solutions de mobilité alternatives à la voiture individuelle.

Que pourrait faire la France pour faire partager ses choix en matière d'environnement au niveau européen et international ?

Faire son mea culpa en reconnaissant ouvertement l’erreur d’avoir cru et fait croire que le CO2 issu de la combustion des hydrocarbures fossiles était la principale cause des dérèglements météo climatiques en cours.

Parler sans tabou des nuisances des nuages anthropiques engendrés par le trafic aérien quel que soit son carburant.

Encourager une coopération européenne et internationale pour financer un équipement des avions en récupérateurs d’eau.

Lancer des négociations pour une limitation du trafic aérien mondial.

Y a-t-il d'autres points sur la transition écologique sur lesquels vous souhaiteriez vous exprimer ?

Oui, le problème de Colony Collapse Disorder (CCD) ou syndrome d’effondrement global des colonies d’abeilles.

Lorsqu’un canari s’asphyxie au fond de la mine dans laquelle il avait été descendu en tant que sentinelle de l’environnement, son sort, celui des chevaux et des mineurs qui s’y trouvent ne dépendent plus des compétences de l’aviculteur, de l’ornithologue ou de la LPO mais du technicien capable de restaurer l’air de la mine qu’il aura fallu évacuer en urgence.

Ainsi aujourd’hui, alors que les abeilles sont massivement et partout désorientées et épuisées dans une luminosité devenue inadaptée à leur inexorable tropisme visuel, leur avenir ne dépend plus des compétences des apiculteurs, des agriculteurs ou des associations écologiques mais des techniciens capables de supprimer le voile d’homogenitus homomutatus. C’est la condition sine qua non pour qu’abeilles et avions puissent voler tranquillement ensemble.

Les politiques peuvent aider à prendre conscience de la globalité du problème des abeilles et éviter une énorme dilapidation d’argent public en interdisant tout nourrissement, tout changement de reine, tout déplacement de ruche pour tout essaim subventionné et en exigeant systématiquement un retour d’expérience sur la quantité de miel produit et la durée de présence de l’essaim, et en communiquant largement et sans tabou sur ces résultats.

14 mars 2019, accusé réception du Collège des garants du Grand débat national

14 mars 2019, accusé réception du Collège des garants du Grand débat national

Partager cet article

Repost0

commentaires

Shana 13/06/2019 16:16

Très bel article, très intéressant et bien écrit. Je reviendrai me poser chez vous. N"hésitez pas à visiter mon univers (lien sur pseudo). A bientôt.

philou 05/05/2019 18:40

Bonjour Monsieur,

Il est bien évident que les chemtrails laissés par les avions modifient la luminosité naturelle du ciel et je suis bien d'accord pour constater que nous ne rencontrons plus la pureté des ciels que j'ai connue lors de mon enfance (j'ai 70 ans) que ce soit en montagne ou au bord de la mer.
Cette modification de la nature de la luminosité naturelle est un des nombreux symptômes des atteintes à l'environnement que notre terre nous montre.

Si nous y étions aussi sensibles qu'à l'apparition du moindre bouton sur notre visage nous réagirions autrement.

Mais nous ne voyons pas où plutôt nous restons dans le déni car c'est notre mode vie qui est en question!

Pour ma part je refuse de prendre l'avion (ou la bateau de croisière =promène couillons) vecteurs d'un tourisme de masse ravageur.

Au total voyez-vous je crois que l'espoir est mince de voir une amélioration globale et le Giec nous prévient que le temps est compté (qqs années ) pour drastiquement diminuer nos agressions en tous genres sur le vivant.

Pourtant il s'agit principalement d'une question de comptabilité .

.Les règles de cette dernière sont établies pour faire perdurer un système capitaliste ultra libéral ultra court termiste et fait supporter à l'environnement et aux plus pauvres ses mortifères atteintes.

Qui nous parle des externalités positives et négatives? Pourtant là est une partie de la solution bien sûr avec la restauration d'une éthique personnelle et collective à la mesure des défis présents.

Bonne suite pour votre blog que je consulte avec intérêt .

Philou

Présentation

  • : Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • : La nature nous alerte en silence. Parfois le manque de mots ça agace!!! Mais les signes sont tenaces, le dérèglement climatique est installé, de plus en plus large, intense et rapide. Là, juste sous nos yeux, ouvrons-les bien grands, tout de suite, sans craindre de comprendre.
  • Contact

Profil

  • Jacques Fabry
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.

Il y a déjà trop d'avions

Sur terre on ne touche pas impunément à l'eau et à la lumière.

Recherche

Quand la lumière ne fut plus.

Aménagements climatiques

Réchauffement climatique

Dérèglement climatique

Bouleversement climatique

Disparitions climatiques

Uniformatisation climatique

Sans plus de commentaires pour le moment, mais je n’ai pas choisi ces mots au hasard.

 

J’ai essayé de montrer, de convaincre les responsables, c’était un peu tôt. J’y ai laissé trop d’énergie mais ils sont informés.

 

Je vais continuer par petites touches à photographier et afficher ce qui se passe sous nos yeux. J’espère que nous serons de plus en plus nombreux à accepter de regarder l’évidence et que nous serons entendus avant que la brusque extinction du plancton, des plantes, des animaux et des hommes actuels ne se produise, bien avant 2050.

 

POUR EVITER L’IRREMEDIABLE, LE PLUS URGENT EST DE DIMINUER IMMEDIATEMENT ET CONSIDERABLEMENT LE TRAFIC AERIEN MONDIAL.

 

Dure réalité, mais moins compliquée et moins coûteuse que la crise économique  générale qui nous attend, dès les prochains mois, si nous continuons à bouleverser l’eau et la lumière à la surface de la terre.

 

Je peux, à la demande, expliquer plus en détails, chacune de mes affirmations, et serais même tranquillisé qu’on me prouve que j’ai tord. N’hésitez pas à laisser un commentaire au bas des articles ou à me contacter directement avec le lien « contact » tout en bas de chaque page.

cielnature

Ils savent

la cause principale unique et 
ses multiples conséquences
www.eauseccours.com/article-16251978.html

Reponses-officielles.jpg
 

Liens