Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 08:43

Jeudi 5 février 2009, en Provence près de Trets, bourgade  pittoresque  entre Sainte-Victoire et Monts Auréliens.

-        Regarde, papi, y a Volt dans les nuages !!! 

-        Ya Volt ! Qu’est-ce que tu me dis là ?

-        Mais oui, tu sais Volt, le chien en 3D du film. Regarde le nuage là-bas, on dirait Volt qui vole. Il a des pouvoirs magiques, il s’est transformé en ver volant, mais je reconnais bien sa tête.

-        Tu crois çà ?

-        Et dessous on dirait le hamster Rhino qui nage. On voit bien ses moustaches et ses petites oreilles.

-        Ah ! Et il leur arrive quoi dans le film ?

-        D’habitude Volt est à la télé, mais dans le film, c’est la vraie vie, c'est à New-York.


XXIème siècle, tout a changé dans le mental de ces jeunes nés après l’an 2000. Ils découvrent le monde avec leur intellect au travers le plat des livres ou des écrans, dans un environnement fabriqué de toute pièce par l’homme. La 3D n’est qu’une illusion, un artifice supplémentaire. La réalité de la nature ne peut s’appréhender que par une immersion en elle et la palpitation de tous les sens.

Le plus curieux c’est que la forme des nuages, leur consistance semble avoir changé aussi.




Volts dans les nuages au-dessus de Trets, ce n’est pas du cinéma.

 

Dans ce petit coin de nature, les orages sont de plus en plus fréquents, des centaines de milliers de volts se déchargent en foudre de plus en plus fréquente et dangereuse pour les vignobles et les vies humaines.

 

En mars 2007, Robin un jeune Vitrollais de 15 ans, en sortie VTT lors d’une classe nature au-dessus de Trets est foudroyé avec deux de ses camarades. Il restera dans le coma jusqu’à la mi-décembre 2008. La vie de sa famille est complètement bouleversée. Les parents de Robin luttent toujours pour le ramener à une vie autonome.

 

Début Juin 2008, orages à répétition sur Trets et de gros dégâts sur les matériels électriques, d’informatique et de téléphonies.

 

 

 

Pour le moment la population s’étonne encore de l’augmentation de la fréquence et de l’intensité de ces orages.

 

Lorsqu’au lieu de regarder à la télévision les prévisions météo issues des calculs des ordinateurs, la population se décide à mettre le nez à la fenêtre et regarder les nuages elle verra cela :

Ciel avionneux au-dessus de Trets

En altitude aviocirrus, plus bas cordons avionneux. Soleil à l’apparence d’une grosse tache blanche informe, reflet démesuré sur la camionnette avec en son centre un soleil de taille normale mais complètement décoloré. Dans l’atmosphère, en lumière solaire ou lunaire, les irisations des hydrocarbures rejetés par le trafic aérien.



Vendredi 6 février 2009, 9h17

Tôt le matin, tôt dans l'année, déjà le tonnerre gronde au sein d’un cordon avionneux tout raide, traversant la vallée de part en part. De fortes averses ajoutent à l’humidité persistante amenée par les avions en surnombre.

L’été, s’annonce difficile pour Trets, la Provence et tout pays devenu Avionie.







18h30, ce même jour, un avion doit atterrir d’urgence à Clermont-Ferrand suite à un accident de dépressurisation causé par la foudre.

 

Habituellement la foudre sévit plutôt en mai à la fonte des neiges et en août à la fin des chaleurs de l’été.

Volt et Rhino, formes étranges dans les nuages de 2009, sont en fait la persistance de traînées d'avions, mélange d'eau, de glace, d'hydrocarbures, de suies, de gaz.
COTRA + CHEMTRAIL = SILLAGE DES AVIONS

Partager cet article

Repost0
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 14:09




Depuis que la terre tourne le soleil se lève à l’est, se couche à l’ouest et l’homme s’évertue à jouer l’empêcheur de tourner en rond.

 

Depuis que le monde est monde l’homme semble mettre un point d’honneur à créer un schisme entre son intellect et ses sens.

 

Aucune étiquette ne peut résumer le monde, l’homme doit se résoudre à vivre le présent dans la spirale de son incertitude.

 

Pour justifier sa course après ses chimères l’homme piétine le sacré et est en train de détruire la vie terrestre éternelle.

 

« La parole est d’argent et le silence est d’or », aucun des mots ci-dessus ne mérite d’être suivi à la lettre ni d’être coupé en quatre.



L’année 2009, Année Mondiale de l’Astronomie est sensée « aider les citoyens du monde à redécouvrir leur place dans l'univers par l'observation du ciel, de jour et de nuit, et faire sentir à chacun l'émerveillement de la découverte. » http://ama09.obspm.fr/ama09 

 

C’est au moins l’occasion de reparler du ciel et de prendre le temps de le regarder, de jour comme de nuit, et de réaliser par nous-mêmes, ce qu’il est vraiment devenu ici et maintenant, afin de comprendre ce que va être notre nouvelle vie dans les mois  à venir.




 

COTRA : contraction du terme anglais COndensation TRAil, Contrail, ou trainée de condensation

 

Un nuage se forme, entre autres, quand de la vapeur d’eau rencontre une masse d’air froide.

 

Un nuage de culture se forme naturellement mais est provoqué par une action de l’homme, à l’instar de la neige de culture qui, dans les stations de ski, se forme naturellement à la sortie des canons à neige, objets manufacturés.

 

Un exemple facilement reconnaissable est le cumulus de culture qui se crée au-dessus des tours de refroidissement des centrales EDF à partir de la vapeur d’eau contenue dans l’air ambiant.


COTRA quadri-réacteurs, cumulus de culture vus le long de l'A7
En arrière plan, un ciel avionneux



Le nuage de culture qui apparaît derrière un avion en mouvement est une COTRA cirrus, résultat de la brutale condensation, à la fois de l’humidité de l’air ambiant et de l’humidité sortant des réacteurs des avions en vol, dans l’air froid et raréfié des hautes altitudes 7000 à 12000 m.

 

Les cristaux de glace de ces cirrus réfléchissent la lumière et rendent les traînées visibles depuis le sol.

 

Jusqu’à ces dernières années elles se dispersaient rapidement après le passage de l’avion.



Extrait d'un dépliant publicitaire pour l'aéroport Toulouse Blagnac en cours le 30/01/2009






CHEMTRAIL  contraction des mots anglais CHEMical TRAIL, traînée chimique

 

 

Imaginons une Chemtrail appliquée à un bateau.

 

La trace moussante aux couleurs bizarres dans le sillage du bateau serait-elle due à :

·        une pollution existant déjà sur l’eau et rendue visible par le brassage et à l’aération de l’eau par les hélices du bateau ?

·        une négligence entraînant une fuite de fuel ou d’un produit chimique de la cargaison ?

·        une volonté de se débarrasser gratuitement de déchets, gêne immédiate, au mépris des autres humains ? C’est le dégazage sauvage dont les conséquences collectives planétaires se retourneront pourtant aussi contre le fautif.

·        Une volonté de nuisance ciblée, par exemple contre un parc à huîtres ?

 

 

 

Depuis la terre on pourrait appeler chemtrails les nuages qui s’élèvent des immenses cheminées des usines.

 

Ces nuages sont bien des traces, visibles de loin dans le ciel, d’une activité humaine, et contenant des produits chimiques dont on est en droit de se demander si tous les risques pour l’homme et l’environnement ont été consciencieusement évalués et si les  résultats des analyses ont bien été pris en compte.

 

On parle plutôt de fumées d’usine car ces rejets sont principalement  un mélange de particules en suspension et de gaz toxiques, ou non, en proportions variables.

 

A l’époque, je n’ai pas pensé à photographier les fumées nuageuses qui montaient dans le ciel au-dessus de l’incinérateur de Gilly-sur-Isère excessivement chargées de dioxine,  jusqu’à sa fermeture en octobre 2001.  J’ai pourtant longtemps fréquenté ce lieu et habité non loin.

 

Maintenant de gros progrès ont été faits dans la maîtrise des rejets. Mais tout matériel neuf vieillira, le personnel changera et il ne faut jamais cesser de veiller pour éviter les effets bombes à retardement. A propos de ces fumées toxiques on peut aussi se poser les questions de la volonté ou non de nuire.

 

 

Chemtrails tout là-haut dans le ciel

 

De plus en plus de gens remarquent et parlent de ces traces blanches ou colorées qui apparaissent derrière les avions et persistent de plus en plus longtemps dans le ciel.

 

Wikipédia France reste prudent à ce sujet http://fr.wikipedia.org/wiki/Chemtrail et a classé son article ainsi :

Catégories : Aérodynamique appliquée à l'avion | Théorie du complot |

 

ACSEIPICA, http://acseipica.blogspot.com/ , « est une association citoyenne ayant pour objet le suivi, l'étude et l'information sur les programmes d'intervention climatique et atmosphérique » créée le 18 octobre 2008.

Elle propose une pétition, adressée à Monsieur Sarkozy, président de la république française afin que soit clairement dit toute la vérité à propos de ces Chemtrails et que tout soit fait pour qu’il n’y en ait plus. http://www.mesopinions.com/detail-petition.php?ID_PETITION=6643b4b1d718d22aed3fdc1274d36232



 

COTRA

simples nuages de condensation résultant automatiquement et sans intention de nuire du trafic aérien

 


ou

 


CHEMTRAIL

traînées de produits chimiques volontairement largués derrière les avions dans des buts peu clairs



 

COTRA + CHEMTRAIL

 

Pourquoi pas les deux à la fois ?


Gardanne
Nuages de culture + fumées contenant plus ou moins de toxiques chimiques

A l'horizon, à gauche, le massif de la Sainte-victoire.
Le ciel de Provence peut paraître bien bleu quelques heures par jour. Au-dessus de la fumée, on peut déjà apercevoir le début de la persistance des aviocirrus qui vont bientôt donner à ce ciel une apparence laiteuse.



SILLAGE VISIBLE DERRIERE LES AVIONS

 


La réalité la plus préoccupante est, pour reprendre une formule rendue célèbre par un ancien jeu télévisé, INCROYABLE MAIS VRAIE.

 


Il y a tout simplement trop d’avions. Malgré l’apparente immensité du ciel, l’atmosphère terrestre n’est qu’une infime pellicule à la surface du globe. Le niveau de saturation est atteint. Inutile de faire des moyennes sur les 60 ou 1000 ans passés. La saturation est un phénomène brutal, un changement monde comme dans les jeux vidéo.

Les traînées d’avion ne parviennent plus à se dissiper totalement et  prennent selon les éclairages et leur localisation des couleurs et des apparences les plus variées.

Il est d’une inconscience, d’une bêtise ou d’un entêtement absolus de continuer à augmenter le trafic aérien. Pourtant une nouvelle augmentation est prévue dès le 30 mars sur Marseille et un peu partout dans le monde.

 


La vie terrestre ne peut plus s’y adapter.
Bienvenue en Avionie, la néoplanète où nous nous contraignons à vivre

 

 


LES TRAINEES DES AVIONS NE SONT QUE LA CONDENSATION DES ECHAPPEMENTS DES MOTEURS DES AVIONS. ELLES SONT A LA FOIS DES COTRAS ET DES CHEMTRAILS.

 

 


Une volonté de nuire à cette échelle est une vue de l’esprit. Il est cependant vrai que des avions sont utilisés pour tenter de faire pleuvoir en larguant de l’iodure d’argent et qu’on entend parler de projets fous pour refroidir le climat.

 


Mais encore une fois, il faut trouver le courage de regarder la simplicité : La très grande majorité des traînées qui nous maculent le ciel n’est due qu’à un excès de trafic aérien passager et fret.

 


Ciel avionneux, port de Carnon 30 janvier 2009
Le seuil de saturation est atteint, plus rien ne se disperse ou très peu.
Ce ciel devrait être tout bleu, de la lumière vantée le jour même au salon du tourisme de Montpellier.
Au-dessus des maisons à droite on aperçoit  3 sillages permanents, parallèles et superposés.
Le bleu du ciel est envahi par d'autres aviocirrus qui s'étalent sans se disperser.

Plus bas que le couloir aérien, l'humidité s'agglomère en un cordon avionneux qui un jour ou l'autre précipitera en grêle dévastatrice et foudre meurtrière.

 

Les avionneurs semblent savoir et se taire. Bien au-dessous  de la traînée d'avion de leur affiche (voir photo en début d'article) figure ce cordon avionneux en formation.

Tout ce surplus de rejets ne peut se dissiper dans l’atmosphère. Le soleil change d'aspect, sa lumière est altérée. Eau, gaz, suies, hydrocarbures, divers produits toxiques finissent obligatoirement par se retrouver au sol, violemment ou sournoisement.

 

 


La taille normale du  soleil est  la tache au centre des reflets géants et étoilés qui brûlent la peau sur la plage et peuvent à tout moment éblouir un automobiliste.
L'humidité est partout et rend visibles les rayons du soleil irisés par les résidus d'hydrocarbures. (Photo remise au directeur de ATMO PACA le 13 janvier 2009)


Alors pas de complot, pas de désinformation, pas d’intox ?

 

On peut toujours avoir des doutes.

 

Une larme discrète perlant de l’œil droit de Saint-Jean sur le tableau La Descente de croix de Roger van der Weyden, des images subliminales ou des secrets cachés dans les logiciels,… de tous temps les hommes se sont joués de leurs semblables, par simple jeu, par nécessité, par intérêt ou par pure méchanceté.



La lecture d'affiche est un exercice recommandé par l'Education Nationale, pour aider les jeunes à élaborer leur sens critique. Evidemment c'est un exercice aussi rationnel que subjectif.



Cette affiche est surprenante à plus d’un titre. 
(Sur le papier épais et glacé, le bleu est plus éclatant et les blancs très purs) 

 


Aéroport de Toulouse Blagnac       Depuis toujours un ciel d’avance
.

METEO France                             Toujours un temps d’avance.

 

Qui en sait le plus sur  la pluie et le beau temps, l’aéronautique de Toulouse ou les météorologistes ?

 

 


Où est le soleil des vacances?
Alors que d’autres publicistes s’extasient encore devant l’étonnante blancheur du soleil étoilé, cette affiche ne l’inclut plus directement. Le bleu est trop intense pour être un bleu courant aujourd’hui. S’il n’y avait la présence du cordon avionneux cette présentation pourrait être qualifiée de mensongère.

Le blanc du cadre presque éblouissant peut représenter ce qui reste du soleil. En tous cas, malgré les talents des graphistes, la frontière de l’ombre horizontale est bien floue, telle que la projette l’excès de trafic aérien.

 





Rêver en regardant les nuages est un jeu vieux comme le monde. 

En ce début de  21ème siècle les nuages de cette affiche regorgent de secrets. 

 

Le monstre ricanant du cordon avionneux en formation contient en son sein une étrange étoile blanche (il en existe une autre sous le premier  O de Toulouse).

Est-ce là une moquerie perfide ou un avertissement caché d’un subalterne honnête  condamné au silence ? Ce sont ces cordons avionneux qui enflent démesurément et déversent ensuite les torrents de grêle tumultueuse qu’ils ont pu garder excessivement dans leur structure rigidifiée par les résidus d’hydrocarbures.


 



Le gentil monstre, à droite, tout contre le bord de l’affiche, présente un œil bien étrange qui évoque le célèbre « œil de dieu » qui circule abondamment sur le net.

     



On peut aussi retourner l’affiche et voir alors, dans le reflet de l'eau, un avion qui décolle ou le concurrent TGV en quelque sorte coulé.

 

 


 

Et pendant ce temps, à la gare TGV d’Aix-en-Provence, les marchands du temple mènent une campagne publicitaire qui part du rêve de ciel, passage orbital obligé en 2009, pour ramener à leurs tout autres animations locales. Ils s’occupent de tout !!!

 

 

Rien ne vaut vos yeux pour voir et ressentir le ciel qui vous entoure.


Partager cet article

Repost0
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 18:47

Aujourd’hui, 1ère nouvelle lune de l’année et donc début de la 1ère lunaison de l’année.

Calendrier des 12 nouvelles lunes 2009, heure de Paris


Comment savoir ce qu’elle sera, ce qu'elle nous apportera? Et comment l'utiliser?


« Les anciens surveillaient ce qui ce passait au moment des changements de lune, ils en déduisaient si les jours suivant la lune aurait la tranquillité requise pour agir sur le temps et les plantes. »
13 lunes ou autres influences, la poésie enfantine sait à demi-mots



Enfant, j’ai eu la chance de suivre les derniers paysans de nos campagnes capables de vivre en complète autonomie de leur polyculture.

Le pas lent de leurs bœufs interdisait de se tromper dans le choix des travaux à effectuer pour toute la lunaison à venir. Les conséquences d’un mauvais choix étaient catastrophiques en termes de fatigue et de menace de disette pour l’hiver à venir.

Seuls certains de ces vieux avaient la sensibilité de sentir l’air du temps lors des changements de lune. Les autres paysans s’en remettaient à des proverbes ou suivaient l’exemple des voisins.

Clément savait. Les soirs de nouvelle lune, il m’emmenait pêcher au bord du Rhône. Je m’intéressais aux poissons et lui au vol des moucherons, à l’odeur et à la couleur du fleuve, à la fumée de sa pipe, à la couleur du couchant, à la qualité du son des chants des oiseaux autant qu’à leur nature, à l’épaisseur de l’air, au grattement des mulots, à la présence de tel ou tel migrateur,…

« Le jour du changement de lune, me disait-il, c’est comme quand tu es assis sur ta balançoire immobile et que tu attends que quelqu’un passe pour te donner le premier élan. Après tu sais faire pour, ballant après ballant, t’élever jusqu’à toucher le plafond du hangar, avant de savourer la descente, toujours ballant par ballant et redevenir immobile quelques instants.»

« Mais avec tous ces barrages et avec tous ces avions, ils vont finir par nous détraquer le temps !!! »

Le basculement de la nouvelle lune, intégré à la saison solaire, ne prévoit pas la météo de chaque jour du mois lunaire à venir, mais en donne la logique autrement dit le bon sens. Cette logique lunaire, applicable aux climats locaux,  peut cependant à tout moment être contrariée par un évènement plus lointain et imprévisible, comme une éruption volcanique, un tremblement de terre, une tempête exceptionnelle.

Quand Clément avait perçu ce qu’il était venu chercher, on rentrait à pied dans la campagne à la lueur des milliers d’étoiles, ou en s’éclairant de la lampe tempête en sous-bois ou par temps nuageux.

Et pendant un mois « bien luné, mal luné ou bien mal luné », il savait toujours avec un temps d’avance choisir le bon outil et le bon geste. Ce qui lui permettait de jouer aux cartes serein en cas de petit imprévu météo passager ou de redoubler d’ardeur sans râler et de limiter les dégâts lors de calamités prévues.

Clément est mort depuis belle lurette.

Il m’a laissé son œil et sa simplicité.

 


Janvier 2009, XXIème siècle déjà bien entamé

Le décor a changé mais on peut toujours, sans se voiler la face, ouvrir les yeux sur notre quotidien.


Hier, dimanche 25, 17h09, retour de Vauvenargues,
village mis à l'honneur cette année car le château que Picasso a habité à la fin de sa vie sera exceptionnellement ouvert au public.

Le soleil se couche dans un gigantesque halo blanc. Au loin, à la sortie du virage on voit briller les fils électriques. Nous sommes dans l'ombre, une ombre étrangement claire. La voiture qui nous précède, pourtant à l'ombre elle aussi a une ombre plus foncée sous elle.
Cet éclairage des zones d'ombre par la lumière diffusée par le voile d'aviocirrus (cirrus provoqués par le passage incessant des avions) provoque une pousse anormale de mousse, accélère la fonte des neiges et glace, ce qui peut entraîner la mort d'alpinistes expérimentés.


Nuit sans lune du dimanche 25 au lundi 26 janvier 2009



Etrangement malgré l'absence de lune et la présence de nuages, on peut se déplacer très facilement à pied sans lampe de poche et sans les étoiles.

Ce matin, 8h09, fin de lever du jour

Temps gris et pluvieux, reste de la tempête exceptionnelle qui a sévi dans les Landes et est venue agiter les eaux de Marseille dans la nuit.
La trève du changement de lune n'a été que très discrètement respectée par la nature. Etrange lumière pour la Provence et présence basse d'un cordon avionneux (nuage tout en longueur se formant sous les couloirs aériens trop fréquentés et pouvant descendre jusqu'au sol ou précipité en grêle)



Aujourd'hui, lundi 26 janvier, 16h14

Les cordons avionneux se collent, se croisent.



Les cirrus avioneux en haute altitude et les cordons avionneux bien plus bas, forment voile et réseaux qui gênent considérablement la libre circulation de la lumière solaire et des nuages naturels.

L'action du soleil est altérée, celle de la lune occultée. Les vents sont modifiés.

Toute la nature est perturbée et nos vies aussi.

Il faut le faire savoir.





Partager cet article

Repost0
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 16:08

Panneaux publicitaires photographiés le long de la départementale D1212, dans le Haut Val d'Arly, de Flumet (Savoie) à Megève (Haute-Savoie)

Rêve de ciel bleu ?

Flumet, station savoyarde de l'Espace Diamant, en arrière-plan le Mont-Blanc



Rêve de ski nature ?

Praz-sur-Arly, station haut-savoyarde de l'Espace Diamant, en arrière-plan le Mont-Blanc


Rêve d'extraordinaire ?

Megève, station à part, polo sur neige, en arrière-plan le Mont-Blanc



Trois stations le long d'un même val perché.
Trois styles de vie.
Trois rêves de vacances.

Laquelle de ces trois publicités reflète le mieux l'aspect actuel des paysages enneigés des balcons du Mont-Blanc en ce début 2009 ? Flumet, Praz-sur-Arly ou Megève ?



Indice : C'est celle qui contient le même type de nuage qui se trouve sous le regard de cette vacancière priviligiée. Mais le voit-elle ? 


Rêve de sable blanc et cocotiers ?

Publicité photographiée la veille dans la vitrine d'une agence de voyage d'Aix-les-Bains.



Dans le Val d'Arly, comme dans la majorité des lieux habités ou inhabités de notre bonne vieille terre, il est devenu impossible de trouver un ciel entièrement bleu, la journée durant.

Les cordons avionneux, discrets, imposants ou monstrueux sont partout. Les reconnaître est un premier pas pour lutter contre. Même s'ils peuvent être très beaux ils sont extrêmement dommageables. Leur humidité accélère le pourrissement de la neige et ils peuvent provoquer tempêtes et brouillards imprévus.
La lumière diffuse qui ressort des aviocirrus (chemtrails) diminue l'ensoleillement des adrets, et l'augmente en ubac. Cela provoque une transformation inhabituellement répartie du manteau neigeux. Escalader une cascade de glace devient très improbable. Avalanches de neige ou de rochers, en montagne sauvage, sur pistes, sur routes ou près des maisons seront plus fréquentes et d'autant plus meurtrières que les habitués et professionnels de la montagne n'ont pas encore intégré cette nouvelle donne.
Le jour blanc de plus en plus fréquent est source de déplaisir en skiant ou même en terrasse des restaurants.



Le panneau de Praz-sur-Arly présente le paysage désormais habituel en Val d'Arly


Le cordon avionneux flottant dans le ciel de la publicité est au sol sur cette photo du 19/01/2009.

Partager cet article

Repost0
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 20:25


Trève du soir, les chevaux les plus sauvages savourent le temps de s'abreuver.


Chacun à sa façon se prépare pour la 1ère pleine lune de l'année.






"La lune et la terre" ancienne poésie enfantine retranscrite de mémoire et illustrée de la pleine lune de ce matin.


Et voilà, tout est dit par cette enfant.
A demi-mots tout a été dit.

Si terre et lune étaient soeurs dans le ciel,
Leur vie durant elles restent liées et palpitent ensemble.

La terre est tombée un jour.
Maintenant il y a un haut et un bas
Et le temps qui passe.

Les enfants avancent de certitudes en certitudes.
Le rêve et la poésie permettent de trouver les mots justes au moment opportun.
Et la vie éternelle de chaque jour peut alors se manifester.




Aujourd'hui au village les servantes autour de la reine ont disparu. L'église peut être vue à des kilomètres de distance, exemple de pollution lumineuse. Les yeux du chat, si réputés pour leur bonne vision nocturne, vont-ils muter ? Les nuits de pleine lune, nul besoin de lanterne pour se déplacer à pied.


De près, les reflets de la pleine lune, sont étonnamment larges, étoilés.


La lune se prend-elle pour une étoile ? Point de lampadaire ici, pourtant le féérique clair de lune n'est pas au RDV des vendeurs de choses gratuites. (On allume partout, on clôture partout, on fait croire que tout est dangereux partout ; ensuite les offices de tourisme proposent des sorties payantes pour jouir du clair de lune)


Un voile hydrocarburé  altère la magnificence du clair de lune et s'étend jusqu'au sol.


L'excès de trafic aérien influence toute vie terrestre, nuit et jour. Ces "chemtrails" qui font tant parler d'eux ne sont pour la plupart que les traces persistantes des rejets des moteurs des avions. Quelques soient  le vocabulaire et les croyances à leur sujet il est bon qu'un maximum de gens les voient, s'en trouvent gênés et réagissent. Ces traînées ne sont que la partie visible de l'iceberg. Des minuscules gouttelettes hydrocarburées sont partout dans l'atmosphère, elles nous baignent et nous imprègnent.  Avec un peu d'attention détendue on peut voir les manifestations de leur présence, de visu.

Pour s'en sortir dans les prochains mois, 
l’important est de tout à la fois 
parvenir à oublier sa tête et  tête froide garder.


 

2009 est une année avec 13 pleines lunes pour 12 changements de lunaison.
Durée de l’année tropique (de printemps à printemps) : 365,24219879 jours, soit 365 jours, 5 heures, 48 minutes, et 45,98 secondes.
Durée d’une lunaison : 29,530588 jours, soit 29 jours, 12 heures, 44 minutes, et 2,8 secondes


 

 

  • 2008 a connu 13 lunes noires, il faudra attendre 2011 pour connaître à nouveau 13 nouvelles lunes, c’est-à-dire 13 nuits sans lune, donc 13 changements de lunaison.
    Chaque année comporte en fait 12,368266 lunaisons.
  • 2012 sera comme 2009, une année avec 13 pleines lunes.


 

http://www.shom.fr/ann_marees/cgi-bin/predit_ext/choixp

Marégramme du port de Marseille

La hauteur d'eau en fonction du temps à partir du 11 janvier 2009

 


La Méditerranée a ses petites marées, les lacs aussi, les flaques et toutes les étendues de liquide aussi petites soient-elles.

On ne perçoit vraiment les marées de Méditerranée que les jours sans vent. Un fort vent arrive même à modifier les marées des océans.
L'influence de la lune sur les toutes petites quantités d'eau n'est sensible que si des forces plus grandes ne se manifestent pas beaucoup plus ouvertement.


Plage du grand radeau en Camargue, 21 août 2008.
En cette période, les marées hautes successives sont de moins en moins fortes et déposent des laisses de mer.


Au moment de la mort des huîtres juvéniles dans les parcs des ostréiculteurs, des bébés moules morts étaient rejetés en silence sur les plages.


















Les anciens surveillaient ce qui ce passait au moment des changements de lune, ils en déduisaient si les jours suivant la lune aurait la tranquillité requise pour agir sur le temps et les plantes.

Aujourd'hui "La Provence" édition de Marseille, s'amusait à écrire sur le caractère plus agité qu'à l'ordinaire chez les humains les nuits de pleine lune.


Partager cet article

Repost0
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 20:56

Mercredi 7 janvier 2009


La statue de Paul Cézanne sous la neige a été l'attraction privilégiée des passants.

Aix-en-Provence, Marseille se retrouvent sous plus de 20cm de neige. C'est plus que ce que Météofrance avait annoncé. Les gens sont partis comme à l'ordinaire à leur travail et dès le matin les deux villes se sont retrouvées bloquées. L'évènement a été abondamment relayé par tous les médias.



Jeudi 8 janvier 2009



Les trains restent fantômes.




Les autoroutes restent fermées pour cause de déneigement en cours.
Des voitures abandonnées et des branches cassées sont encore présentes sur la voie d'urgence.


 
Routes départementales (ex nationales) et chemins privés sont également déserts.

 
Tous ceux qui le peuvent ont suivi les conseils de la préfecture et sont restés sagement chez eux.



Magie de l'hiver, trève hivernale.

La vie trépidante n'a pas pas résisté à la douceur de la neige.

Oubliés les bruits de circulations en tous genres.

Le mental se détend.

Une bribe de chanson de Graeme Allwright surgit de très loin :

...
Ecoute les étoiles
Tout est calme, reposé
Entends-tu les clochettes tintinnabuler ?

Heu ? Non !!! répond le petit garçon,
J'entends le bourdonnement des avions!!!

(Sale gosse!!! et en plus il a raison!  Je n'y avais pas prêté attention, mais maintenant que tout s'est figé sur terre, un bourdonnement continu emplit le ciel, malgré la fermeture de l'aéroport de Marignane, il reste des centaines d'avions en vol pour emmener passagers ou fret dans tous les coins du monde)



Aujourd'hui et demain encore , les écoles sont fermées. Les enfants en profitent.



Un petit air de vacances à la neige.



Tu vois bien les étoiles,
T’es calmé, arrêté,
Ne vois-tu dans ta tête les cloches virevolter ?

Heu ? Non !!! répond le petit garçon,
J'entends le bourdonnement des avions!!!


(Sale gosse!!! et en plus il a raison!  Je n'y avais pas prêté attention, mais maintenant que les bruits de la ville sont oubliés, un bourdonnement continu emplit le ciel, toujours ces centaines d'avions en vol qui emmenent passagers ou fret dans tous les coins du monde)

Partager cet article

Repost0
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 20:53

Les abeilles disparaissent, la banquise fond, les guerres font rage, le chômage augmente, le pouvoir d'achat diminue, les gens se marchent dessus, c'est l'hiver, tout le monde tousse, les vacances sont finies...

Ca ira mieux après une bonne nuit de doux rêves.


Cela ne peut en être autrement si un dreamcatcher, objet traditionnel amérindien, est accroché à une fenêtre ou sur un balcon face au soleil levant. L'attrapeur de rêves, se balançant élégamment dans la brise nocturne, trie les rêves qui recherchent un dormeur pour la nuit. Sa toile retient captifs les mauvais rêves que le soleil brûlera en se levant. Les bons rêves se glissent par les plumes et parviennent en douceur dans l'âme du dormeur.



Rêve de campagne


Rêve de cheval



... d'un cheval de feu



... apparu par enchantement sous un arc-en-ciel de feu




Déjà le jour pointe



le soleil se lève, Moment Magique





 

Instant de vérité, le soleil atteint le centre de la toile du dreamcatcher.

 








































La suite du rêve a brûlé, elle aurait été un cauchemar. Merci dreamcatcher.



ARC EN CIEL DE FEU, mythe ou réalité ?

L'arc en ciel de feu ci-dessus fait partie d'un de ces innombrables diaporamas PPS qui circulent sur le net.

Cette image, signée AP en bas à droite, se trouve aussi dans le blog de NADIA-VRAIE dans un article du dimanche 28 décembre 2008 :


Elle est sensée avoir été prise "cette semaine, au frontière de l'IDAHO/WASHINTON".


La même image, mais sans signature, est présentée avec un petit commentaire pour le seul plaisir d'écrire, le 10 mars 2007, à cette adresse : http://maheanuu.free.fr/index.php/2007/03/10/arc-en-ciel-de-feu/
soit 1 an, 9 mois et 18 jours plus tôt.


Mardi 10 juin 2008,

http://www.cidehom.com/apod.php?_date=080610

Belle image d'un arc-en-ciel de feu au-dessus du New-Jersey et explication convaincante authentifiée comme la traduction française officielle de la revue science@nasa.


Et un anglais, dans sa langue maternelle, et avec un croquis très explicite, présente le phénomène tout en déniant le bien-fondé du qualificatif  "de feu" : http://www.atoptics.co.uk/halo/cha2.htm                
En cliquant sur la flèche de droite on atteint une galerie de ces arcs en ciel d'un nouveau genre : http://www.atoptics.co.uk/halo/chaim0.htm



En regardant dans mes photos j'ai trouvé un minuscule arc-en-ciel de feu, pris en Camargue le 20 mai 2008 à 8h02.



On aperçoit le rouge à l'intérieur de la courbure de l'arc. Normalement le rouge est à l'extérieur d'un arc-en-ciel terrestre qui apparait par temps de pluie et de soleil mêlé, l'observateur tournant le dos au soleil et regardant devant lui l'écran de pluie.

Cet arc ,comme toutes les explications contenues dans les liens cités le disent (exceptée celle de maheanuu) ,provient bien de la déviation des différentes longueurs d'ondes de la lumière solaire par des plaquettes de glace contenues dans les nuages appelés cirrus.


Mais ce qui n'est pas dit dans ces explications c'est la provenance de ces cirrus, le pourquoi de leur présence de plus en plus fréquente en tous les coins du globe.

Sur toutes les photos présentées, y compris la mienne, ces cirrus ne sont que le résultat du trafic aérien, aux traces bien visibles si l'on regarde attentivement chaque détail.

Leurs couleurs surréalistes proviennent en grande partie de l'eau hydrocarburée qui s'échappe des réacteurs et qui gèle d'autant plus rapidement que la combustion rejette aussi des fines particules de suie formant le point d'appui de la congélation.


Et après tout, où est le mal ? C'est si bon de rêver !!!



ARC-EN-CIEL d'eau    EAU SEC COURS

Trop de cirrus finissent par rendre le ciel laiteux.  Ils captent la chaleur solaire, ce qui refroidit  les terres et les villes.

Leur lumière diffuse gêne les déplacements des abeilles et de beaucoup d'autres insectes qui ainsi s'épuisent. Les automobilistes, pilotes d'aéronef et même les randonneurs sont également plus exposés aux accidents par éblouissement ou diminution de la sensation de relief.

La banquise, les glaciers et la neige se transforment plus vite car l'humidité du trafic aérien autant que le changement de la répartition de la lumière les réchauffent.

Quand le trafic aérien est trop intense, se forment, en dessous des couloirs de vol, des cordons avionneux qui provoquent des précipitations violentes de grêle, pluie ou neige accompagnées de vents violents et tourbillonnant et souvent d'éclairs meurtriers.


Parfois ces cordons avionneux peuvent eux aussi prendre l'aspect d'un arc-en-ciel !!!
Un arc-en-ciel d'eau mais sans couleur.
Un arc-en-ciel gris et raide
Une espèce de gigantesque pont autoroutier.


La nature peut imiter l'homme qui la malmène.

Cordon avionneux en forme d'arc-en-ciel style pont autoroutier.
Cliché pris le 26 septembre 2008 à 18h24 en Petite Camargue.







 




Partager cet article

Repost0
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 21:10

Partager cet article

Repost0
27 décembre 2008 6 27 /12 /décembre /2008 14:01

Presque 40 ans après la campagne de prévention « Au volant la vue c’est la vie », un nouveau problème majeur, l’EBLOUISSEMENT,  gêne de plus en plus considérablement et de plus en plus souvent les déplacements des abeilles, des insectes volants, des oiseaux et aussi des humains qu’ils soient au volant d’une voiture, d'un car ou d'un camion, en deux-roues, en aéroplane motorisé ou non et même à pied.

 

« RapidCity » est un site http://infos-trafic-paris.tf1.fr/index.php?n=19 qui propose en deux formules, l’une gratuite et l’autre payante, d’éviter les bouchons parisiens en cliquant sur l’une des 47 webcams qui surveillent en permanence le trafic automobile.


RapidCity webcam 30 Porte d'Orléans, samedi 27 décembre 2008, 13h51


 

over-blog.com : Vous avez reçu un commentaire

 

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par Chaoahn sur l'article Les abeilles meurent, le monde est-il perdu ? Réré agit. Joyeux noël., sur votre blog eauseccours :

 


L'autre jour, j'ai cru vivre ce que vivent les abeilles et que vous décrivez. A savoir : un éblouissement sans commune mesure, en conduisant sur la route.

Déjà en partant à 9h le matin sur cette même route, dans l'autre sens, j'avais remarqué ce ciel incroyable et bizarre, encore jamais vu. Le soleil était levé mais il irradiait tout un coin du ciel comme un soleil couchant. Une couche voileuse, diaphane blanche cotonneuse recouvrait tout un pan du ciel. Cela faisait une sorte de nuée jaunasse, alors que normalement la lumière du matin est pure et nette.

Enfin bon !

De retour, à 14h sur cette même route, je parcours une douzaine de kilomètres vers le sud.

Et bien, j'étais littéralement éblouie, moi ainsi que tous les autres conducteurs qui avaient considérablement ralenti.

Le soleil était pourtant à l'ouest.

Et bien il éblouissait.

Cette lumière éblouissante, tout à fait blanche, irradiait encore de tout un pan du ciel, le côté droit. Je dirais cela représentait environ 30% de la surface du ciel. C'est franchement bizarre de voir 30% du ciel irradié. Normalement, s'il est sans nuages, le ciel a le soleil bien net qui éblouit un peu mais juste un point brillant dans le cil. Si c'est nuageux, la lumière est un peu plus étalée et diminuée.

Mais là, c'était comme un projecteur halogène pointé au-dessus d'un voile de coton, avec un miroir en guise de parquet, et des murs gris !

Je n'avais pas le soleil en face ! Ce n'était pas un soleil couchant !

Je ne pouvais pas regarder cette partie du ciel irradiante et en même temps blafarde, sans avoir mal aux yeux. Cela représentait pourtant une surface du ciel importante.

La route brillait et m'éblouissait. Il n'y avait pas de verglas, ni de pluie.

J'ai déjà conduit sur des routes verglacées, jour de grand soleil, je n'ai jamais été éblouie. Les seules fois où j'étais éblouie était avec un soleil couchant en été de face, et encore, il suffisait de rabattre le volet devant ses yeux, pour distinguer les formes et supprimer l'éblouissement.

Là, impossible de ne pas être ébloui, le soleil était sur le côté, et on ne voyait rien quand même !

Cette lumière blanche donc faisait reluire la route, donc la route m'éblouissait, elle faisait reluire toutes les portières et carrosseries des voitures, devant moi, et celles que je croisais. J'ai reconnu les reflets que vous mettez sur vos photos, je ne l'avais jamais vu.

De plus, non seulement, c'était une lumière qui "rebondissait" sur tout et toutes ces choses devenaient éblouissantes à leur tour, mais en plus paradoxalement, cette lumière n'éclairait rien. Lumière grise en-dehors des parties qui brillaient. Pas de contraste. Les bas-côtés de la route, sombres.

Et bien, je peux vous dire que je ne voyais pas bien ce qui se trouvait sur les bas-côtés.

J'ai conduit en suivant la route, mais par rapport aux bas-côtés de la chaussée, je conduisais "à l'aveugle" sans rien voir.

C'était extrêmement dangereux.

Cette route traverse une forêt. Je priais de ne pas croiser un cycliste ou un piéton sur le côté de la route, que j'aurais pu renverser.

Toutes les voitures (cette route est très fréquentée) ont ralenti comme moi. J'ai baissé ma vitesse de 20km/h par rapport à d'habitude.
Par mesure de sécurité, j'ai allumé mes lumières (feux de croisement). On s'est retrouvé en "train" les uns derrière les autres, comme un jour de pluie.

Ca a duré en tout et pour tout 12 km !!!

Je dois vous dire qu'ils m'ont paru très longs !

Et là j'ai pensé aux abeilles !

Et aussi, que c'était très dangereux de se faire "piéger" comme ça, et de conduire dans ces conditions.

Je ne voyais pas grand' chose, à 14H, alors que le soleil était très loin de mon angle de vue, que le temps était couvert, qu'il faisait jour, avec les phares allumés, et que ce n'était pas le crépuscule, ni le soleil couchant, ni du brouillard, ni neige, ni pluie.
Je ne voyais pas en face à cause de l'éblouissement, et je ne voyais pas les bas-côtés à cause des ténèbres. Je ne pouvais pas regarder à ma droite (à l'ouest) sans douleur.

J'ai pu mesurer à quel point c'est dangereux.

Et si les abeilles vivent ça au quotidien, pour le moindre de leur déplacement...

Moi si c'était le cas, je ne sortirais plus autant.

 
http://infos-trafic-paris.tf1.fr/index.php?n=19 webcam 30 vendredi 26 décembre 2008 14h53 et 14h59

   

 http://infos-trafic-paris.tf1.fr/index.php?n=19 webcam 30 vendredi 26 décembre 2008 15h11 et 16h37
 



Pour en savoir plus :

Quel rapport entre les éclairages sur tournage d'un film et les chutes en montagne ou les collisions inexpliquées?  

Boris Johnson, nouveau maire de Londres, ébloui, trébuche comme une abeille ou une mouche.

Ainsi fond, fond, fond, K2, banquise et Mont-Blanc

Bruxelles a décidé l’éclairage de jour obligatoire en 2011

« Au volant la vue c’est la vie »  est un slogan lancé en 1970 par la Prévention Routière (http://www.preventionroutiere.asso.fr/jeu_affiches.aspx) en partenariat avec l'Association nationale pour l'amélioration de la vue (www.asnav.org).


Remarque : Mais que sont les ombres devenues ?

Le monde citadin s'évertue à chasser le binaire de la lumière naturelle : ombre d'un côté, lumière de l'autre.

Images télévisées, éclairages des stades ou des magasins, les ombres naturelles sont déjà depuis longtemps bannies pour les éclairages artificiels hors de la vie chez soi.

Maintenant, au coeur même des foyers, les lampes alignées sur un rail, ou réparties sur toute la surface du plafond donnent des ombres à la fois multiples et atténuées.

Et  les techniques en vogue actuellement sonnent le glas des ombres normales.

Ombre chinoise par ampoule halogène







Ombre chinoise par lampe munie de 30 LED alignées




Partager cet article

Repost0
25 décembre 2008 4 25 /12 /décembre /2008 21:23
Une trace d'hydrocarbure sur le goudron d'une ville est chose banale qui ne doit pas soucier grand monde.


Respirer un peu d'hydrocarbure en ville est inéluctable et donc toléré par l'esprit et jusqu'à peu assez bien toléré par la majorité des organismes humains.


Depuis octobre 2008, depuis une énième nouvelle augmentation du trafic aérien la dose d'hydrocarbure dans l'air n'est plus la même. Les chemtrails ne sont pour la plupart que les rejets des moteurs des avions mais tout ce qui est en l'air finit par atteindre le sol.

Les yeux piquent de plus en plus souvent, naturellement la cause n'en est pas unique. Mais il n'empêche, en marchant dans la rue, en discutant avec vos proches, en Camargue, Provence ou Savoie et sans doute dans bien d'autres lieux vous aurez vous-même les yeux qui coulent plus souvent, vous verrez de plus en plus souvent des gens se frotter spontanément les yeux et vos proches, à l'occasion, vous diront avoir les yeux de plus en plus réactifs.

Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, en ce début décembre 2008, la presse régionale comme la presse spécialisée relataient les projets d'extension d'une usine d'Annonay en Ardèche, Excelvision, qui prévoit d'augmenter de 52% sa production de dosettes de collyre, passant ainsi de 250 à 380 millions d'unités par an.

http://www.ledauphine.com/excelvision-un-investissement-de-10-m-le-boom-du-collyre-@/index.jspz?chaine=21&article=79207 http://www.usinenouvelle.com/article/excelvision-voit-grand.153153

Déjà le 16 juillet 2008, l'excès d'avions en vol laissait des traces de pollution visibles dans le ciel.
Chemtrails : pollutions par les avions, c’est pas très bio !!!


Fin 2008 les traces d'hydrocarbures dans l'air sont visibles dans tous les paysages.

En ville bien entendu, (oups, j'allais dire naturellement !!!)



mais aussi au coeur de la Camargue,


ou sous les oliviers de Provence.




Un simple téléphone portable peut mettre en évidence l'augmentation de la réfraction des rayons du soleil
(« Quand la lumière ne fut plus » ou une webcam pour suivre Galilée ) ainsi que la présence d'hydrocarbures dans l'air près du sol.

Lundi 8 décembre, Coudoux près de Berre, apparition d'un reste de vrai soleil au milieu d'une immense tache de "soleil blanc" , rayons blancs d'humidité et rayons irisés par les hydrocarbures.



Les webcams de plus en plus présentes sur les lieux touristiques rendent elles aussi compte de cette augmentation de la présence d'hydrocarbures.


Alpes du Sud webcam des Orres http://www.lesorres.com/gb/winter/la_webcam

Exemples lundi 22 décembre 2008 à 11h et mercredi 24 décembre à 13h.
 

La plus impressionnante, mardi 23 décembre 2008 à 12h

Le soleil résiduel est dans l'énorme rayon humide blanc et noir.


Au plus profond de la Savoie, Val d'isère http://www.valdisere.com/fr/pictoflash/webcam/popup/webcam1.htm

L'atmosphère est ici un peu plus naturelle, le soleil noir résiduel au centre de la tache blanche n'apparaît pas encore. En bougeant un peu la tête ou l'écran on aperçoit des irisations diffuses.



... photo prise le lendemain samedi 27 décembre 2008 à 14h12.
L'humidité excessive de l'air avionneux, traversée par les rayons du soleil,  rend un spectre intermédiaire entre l'arc-en-ciel naturel et l'irisation des hydrocarbures
















Talloires, Haute-Savoie, la perle du lac d'Annecy
http://www.talloires-lac-annecy.com/webcam_fr.html

Dimanche 30 novembre 2008, 16h, les nuages dans le fond sont des traînées d'avions en train de devenir couloir avionneux.



MEDITATION

Photos à méditer, dans tous les sens du terme.

Tentez  l'expérience, si de manière détendue, vous regardez assez longtemps ces images pour laisser les irisations imprégner votre imagerie résiduelle, vous ressentirez soudain à quel point le corps en demande le rejet.



BOL D'AIR

Ces dernières années de gros efforts ont été fournis par les gouvernements et les industriels pour améliorer la qualité de l'air.

Malgré cela et même si un citadin marchant, courant, skiant, pédalant hors de la ville peut encore, par comparaison avec son environnement quotidien, s'imaginer avoir trouvé un ciel plus étoilé qu'en ville et une sensation de bon air, la réalité est autre. La véritable sensation de l'air pur et vivifiant à l'intérieur des poumons est devenue rare. La ventilation diminue son amplitude pour protéger le corps et à terme la santé est en danger pour tout ce qui respire.

L'indice ATMO ne contrôle que l'air des agglomérations de plus de 50000 habitants. L'axiome de départ étant qu'en dehors l'air peut encore y être considéré comme pur.

Ceci est du passé, les avions polluent l'air absolument partout où ils passent et lacs, mers, montagnes, glaces, campagnes, forêts, déserts ou cultures bios sont polluées. Une extrêmement fine particule d'hydrocarbure est nocive car elle se répand à la surface de la plus petite gouttelette d'eau. Plantes, bêtes et gens, jeunes ou vieux organismes  fatiguent.

Les abeilles essaient d'essaimer, les gens de déménager ou de partir loin en vacances. Peine perdue, les avions sont partout en trop grand nombre. Il est urgent d'en prendre vraiment conscience.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • : La nature nous alerte en silence. Parfois le manque de mots ça agace!!! Mais les signes sont tenaces, le dérèglement climatique est installé, de plus en plus large, intense et rapide. Là, juste sous nos yeux, ouvrons-les bien grands, tout de suite, sans craindre de comprendre.
  • Contact

Profil

  • Jacques Fabry
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.

Il y a déjà trop d'avions

Sur terre on ne touche pas impunément à l'eau et à la lumière.

Recherche

Quand la lumière ne fut plus.

Aménagements climatiques

Réchauffement climatique

Dérèglement climatique

Bouleversement climatique

Disparitions climatiques

Uniformatisation climatique

Sans plus de commentaires pour le moment, mais je n’ai pas choisi ces mots au hasard.

 

J’ai essayé de montrer, de convaincre les responsables, c’était un peu tôt. J’y ai laissé trop d’énergie mais ils sont informés.

 

Je vais continuer par petites touches à photographier et afficher ce qui se passe sous nos yeux. J’espère que nous serons de plus en plus nombreux à accepter de regarder l’évidence et que nous serons entendus avant que la brusque extinction du plancton, des plantes, des animaux et des hommes actuels ne se produise, bien avant 2050.

 

POUR EVITER L’IRREMEDIABLE, LE PLUS URGENT EST DE DIMINUER IMMEDIATEMENT ET CONSIDERABLEMENT LE TRAFIC AERIEN MONDIAL.

 

Dure réalité, mais moins compliquée et moins coûteuse que la crise économique  générale qui nous attend, dès les prochains mois, si nous continuons à bouleverser l’eau et la lumière à la surface de la terre.

 

Je peux, à la demande, expliquer plus en détails, chacune de mes affirmations, et serais même tranquillisé qu’on me prouve que j’ai tord. N’hésitez pas à laisser un commentaire au bas des articles ou à me contacter directement avec le lien « contact » tout en bas de chaque page.

cielnature

Ils savent

la cause principale unique et 
ses multiples conséquences
www.eauseccours.com/article-16251978.html

Reponses-officielles.jpg
 

Liens