Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 18:47

Aujourd’hui, 1ère nouvelle lune de l’année et donc début de la 1ère lunaison de l’année.

Calendrier des 12 nouvelles lunes 2009, heure de Paris


Comment savoir ce qu’elle sera, ce qu'elle nous apportera? Et comment l'utiliser?


« Les anciens surveillaient ce qui ce passait au moment des changements de lune, ils en déduisaient si les jours suivant la lune aurait la tranquillité requise pour agir sur le temps et les plantes. »
13 lunes ou autres influences, la poésie enfantine sait à demi-mots



Enfant, j’ai eu la chance de suivre les derniers paysans de nos campagnes capables de vivre en complète autonomie de leur polyculture.

Le pas lent de leurs bœufs interdisait de se tromper dans le choix des travaux à effectuer pour toute la lunaison à venir. Les conséquences d’un mauvais choix étaient catastrophiques en termes de fatigue et de menace de disette pour l’hiver à venir.

Seuls certains de ces vieux avaient la sensibilité de sentir l’air du temps lors des changements de lune. Les autres paysans s’en remettaient à des proverbes ou suivaient l’exemple des voisins.

Clément savait. Les soirs de nouvelle lune, il m’emmenait pêcher au bord du Rhône. Je m’intéressais aux poissons et lui au vol des moucherons, à l’odeur et à la couleur du fleuve, à la fumée de sa pipe, à la couleur du couchant, à la qualité du son des chants des oiseaux autant qu’à leur nature, à l’épaisseur de l’air, au grattement des mulots, à la présence de tel ou tel migrateur,…

« Le jour du changement de lune, me disait-il, c’est comme quand tu es assis sur ta balançoire immobile et que tu attends que quelqu’un passe pour te donner le premier élan. Après tu sais faire pour, ballant après ballant, t’élever jusqu’à toucher le plafond du hangar, avant de savourer la descente, toujours ballant par ballant et redevenir immobile quelques instants.»

« Mais avec tous ces barrages et avec tous ces avions, ils vont finir par nous détraquer le temps !!! »

Le basculement de la nouvelle lune, intégré à la saison solaire, ne prévoit pas la météo de chaque jour du mois lunaire à venir, mais en donne la logique autrement dit le bon sens. Cette logique lunaire, applicable aux climats locaux,  peut cependant à tout moment être contrariée par un évènement plus lointain et imprévisible, comme une éruption volcanique, un tremblement de terre, une tempête exceptionnelle.

Quand Clément avait perçu ce qu’il était venu chercher, on rentrait à pied dans la campagne à la lueur des milliers d’étoiles, ou en s’éclairant de la lampe tempête en sous-bois ou par temps nuageux.

Et pendant un mois « bien luné, mal luné ou bien mal luné », il savait toujours avec un temps d’avance choisir le bon outil et le bon geste. Ce qui lui permettait de jouer aux cartes serein en cas de petit imprévu météo passager ou de redoubler d’ardeur sans râler et de limiter les dégâts lors de calamités prévues.

Clément est mort depuis belle lurette.

Il m’a laissé son œil et sa simplicité.

 


Janvier 2009, XXIème siècle déjà bien entamé

Le décor a changé mais on peut toujours, sans se voiler la face, ouvrir les yeux sur notre quotidien.


Hier, dimanche 25, 17h09, retour de Vauvenargues,
village mis à l'honneur cette année car le château que Picasso a habité à la fin de sa vie sera exceptionnellement ouvert au public.

Le soleil se couche dans un gigantesque halo blanc. Au loin, à la sortie du virage on voit briller les fils électriques. Nous sommes dans l'ombre, une ombre étrangement claire. La voiture qui nous précède, pourtant à l'ombre elle aussi a une ombre plus foncée sous elle.
Cet éclairage des zones d'ombre par la lumière diffusée par le voile d'aviocirrus (cirrus provoqués par le passage incessant des avions) provoque une pousse anormale de mousse, accélère la fonte des neiges et glace, ce qui peut entraîner la mort d'alpinistes expérimentés.


Nuit sans lune du dimanche 25 au lundi 26 janvier 2009



Etrangement malgré l'absence de lune et la présence de nuages, on peut se déplacer très facilement à pied sans lampe de poche et sans les étoiles.

Ce matin, 8h09, fin de lever du jour

Temps gris et pluvieux, reste de la tempête exceptionnelle qui a sévi dans les Landes et est venue agiter les eaux de Marseille dans la nuit.
La trève du changement de lune n'a été que très discrètement respectée par la nature. Etrange lumière pour la Provence et présence basse d'un cordon avionneux (nuage tout en longueur se formant sous les couloirs aériens trop fréquentés et pouvant descendre jusqu'au sol ou précipité en grêle)



Aujourd'hui, lundi 26 janvier, 16h14

Les cordons avionneux se collent, se croisent.



Les cirrus avioneux en haute altitude et les cordons avionneux bien plus bas, forment voile et réseaux qui gênent considérablement la libre circulation de la lumière solaire et des nuages naturels.

L'action du soleil est altérée, celle de la lune occultée. Les vents sont modifiés.

Toute la nature est perturbée et nos vies aussi.

Il faut le faire savoir.





Partager cet article

Repost0
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 16:08

Panneaux publicitaires photographiés le long de la départementale D1212, dans le Haut Val d'Arly, de Flumet (Savoie) à Megève (Haute-Savoie)

Rêve de ciel bleu ?

Flumet, station savoyarde de l'Espace Diamant, en arrière-plan le Mont-Blanc



Rêve de ski nature ?

Praz-sur-Arly, station haut-savoyarde de l'Espace Diamant, en arrière-plan le Mont-Blanc


Rêve d'extraordinaire ?

Megève, station à part, polo sur neige, en arrière-plan le Mont-Blanc



Trois stations le long d'un même val perché.
Trois styles de vie.
Trois rêves de vacances.

Laquelle de ces trois publicités reflète le mieux l'aspect actuel des paysages enneigés des balcons du Mont-Blanc en ce début 2009 ? Flumet, Praz-sur-Arly ou Megève ?



Indice : C'est celle qui contient le même type de nuage qui se trouve sous le regard de cette vacancière priviligiée. Mais le voit-elle ? 


Rêve de sable blanc et cocotiers ?

Publicité photographiée la veille dans la vitrine d'une agence de voyage d'Aix-les-Bains.



Dans le Val d'Arly, comme dans la majorité des lieux habités ou inhabités de notre bonne vieille terre, il est devenu impossible de trouver un ciel entièrement bleu, la journée durant.

Les cordons avionneux, discrets, imposants ou monstrueux sont partout. Les reconnaître est un premier pas pour lutter contre. Même s'ils peuvent être très beaux ils sont extrêmement dommageables. Leur humidité accélère le pourrissement de la neige et ils peuvent provoquer tempêtes et brouillards imprévus.
La lumière diffuse qui ressort des aviocirrus (chemtrails) diminue l'ensoleillement des adrets, et l'augmente en ubac. Cela provoque une transformation inhabituellement répartie du manteau neigeux. Escalader une cascade de glace devient très improbable. Avalanches de neige ou de rochers, en montagne sauvage, sur pistes, sur routes ou près des maisons seront plus fréquentes et d'autant plus meurtrières que les habitués et professionnels de la montagne n'ont pas encore intégré cette nouvelle donne.
Le jour blanc de plus en plus fréquent est source de déplaisir en skiant ou même en terrasse des restaurants.



Le panneau de Praz-sur-Arly présente le paysage désormais habituel en Val d'Arly


Le cordon avionneux flottant dans le ciel de la publicité est au sol sur cette photo du 19/01/2009.

Partager cet article

Repost0
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 20:25


Trève du soir, les chevaux les plus sauvages savourent le temps de s'abreuver.


Chacun à sa façon se prépare pour la 1ère pleine lune de l'année.






"La lune et la terre" ancienne poésie enfantine retranscrite de mémoire et illustrée de la pleine lune de ce matin.


Et voilà, tout est dit par cette enfant.
A demi-mots tout a été dit.

Si terre et lune étaient soeurs dans le ciel,
Leur vie durant elles restent liées et palpitent ensemble.

La terre est tombée un jour.
Maintenant il y a un haut et un bas
Et le temps qui passe.

Les enfants avancent de certitudes en certitudes.
Le rêve et la poésie permettent de trouver les mots justes au moment opportun.
Et la vie éternelle de chaque jour peut alors se manifester.




Aujourd'hui au village les servantes autour de la reine ont disparu. L'église peut être vue à des kilomètres de distance, exemple de pollution lumineuse. Les yeux du chat, si réputés pour leur bonne vision nocturne, vont-ils muter ? Les nuits de pleine lune, nul besoin de lanterne pour se déplacer à pied.


De près, les reflets de la pleine lune, sont étonnamment larges, étoilés.


La lune se prend-elle pour une étoile ? Point de lampadaire ici, pourtant le féérique clair de lune n'est pas au RDV des vendeurs de choses gratuites. (On allume partout, on clôture partout, on fait croire que tout est dangereux partout ; ensuite les offices de tourisme proposent des sorties payantes pour jouir du clair de lune)


Un voile hydrocarburé  altère la magnificence du clair de lune et s'étend jusqu'au sol.


L'excès de trafic aérien influence toute vie terrestre, nuit et jour. Ces "chemtrails" qui font tant parler d'eux ne sont pour la plupart que les traces persistantes des rejets des moteurs des avions. Quelques soient  le vocabulaire et les croyances à leur sujet il est bon qu'un maximum de gens les voient, s'en trouvent gênés et réagissent. Ces traînées ne sont que la partie visible de l'iceberg. Des minuscules gouttelettes hydrocarburées sont partout dans l'atmosphère, elles nous baignent et nous imprègnent.  Avec un peu d'attention détendue on peut voir les manifestations de leur présence, de visu.

Pour s'en sortir dans les prochains mois, 
l’important est de tout à la fois 
parvenir à oublier sa tête et  tête froide garder.


 

2009 est une année avec 13 pleines lunes pour 12 changements de lunaison.
Durée de l’année tropique (de printemps à printemps) : 365,24219879 jours, soit 365 jours, 5 heures, 48 minutes, et 45,98 secondes.
Durée d’une lunaison : 29,530588 jours, soit 29 jours, 12 heures, 44 minutes, et 2,8 secondes


 

 

  • 2008 a connu 13 lunes noires, il faudra attendre 2011 pour connaître à nouveau 13 nouvelles lunes, c’est-à-dire 13 nuits sans lune, donc 13 changements de lunaison.
    Chaque année comporte en fait 12,368266 lunaisons.
  • 2012 sera comme 2009, une année avec 13 pleines lunes.


 

http://www.shom.fr/ann_marees/cgi-bin/predit_ext/choixp

Marégramme du port de Marseille

La hauteur d'eau en fonction du temps à partir du 11 janvier 2009

 


La Méditerranée a ses petites marées, les lacs aussi, les flaques et toutes les étendues de liquide aussi petites soient-elles.

On ne perçoit vraiment les marées de Méditerranée que les jours sans vent. Un fort vent arrive même à modifier les marées des océans.
L'influence de la lune sur les toutes petites quantités d'eau n'est sensible que si des forces plus grandes ne se manifestent pas beaucoup plus ouvertement.


Plage du grand radeau en Camargue, 21 août 2008.
En cette période, les marées hautes successives sont de moins en moins fortes et déposent des laisses de mer.


Au moment de la mort des huîtres juvéniles dans les parcs des ostréiculteurs, des bébés moules morts étaient rejetés en silence sur les plages.


















Les anciens surveillaient ce qui ce passait au moment des changements de lune, ils en déduisaient si les jours suivant la lune aurait la tranquillité requise pour agir sur le temps et les plantes.

Aujourd'hui "La Provence" édition de Marseille, s'amusait à écrire sur le caractère plus agité qu'à l'ordinaire chez les humains les nuits de pleine lune.


Partager cet article

Repost0
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 20:56

Mercredi 7 janvier 2009


La statue de Paul Cézanne sous la neige a été l'attraction privilégiée des passants.

Aix-en-Provence, Marseille se retrouvent sous plus de 20cm de neige. C'est plus que ce que Météofrance avait annoncé. Les gens sont partis comme à l'ordinaire à leur travail et dès le matin les deux villes se sont retrouvées bloquées. L'évènement a été abondamment relayé par tous les médias.



Jeudi 8 janvier 2009



Les trains restent fantômes.




Les autoroutes restent fermées pour cause de déneigement en cours.
Des voitures abandonnées et des branches cassées sont encore présentes sur la voie d'urgence.


 
Routes départementales (ex nationales) et chemins privés sont également déserts.

 
Tous ceux qui le peuvent ont suivi les conseils de la préfecture et sont restés sagement chez eux.



Magie de l'hiver, trève hivernale.

La vie trépidante n'a pas pas résisté à la douceur de la neige.

Oubliés les bruits de circulations en tous genres.

Le mental se détend.

Une bribe de chanson de Graeme Allwright surgit de très loin :

...
Ecoute les étoiles
Tout est calme, reposé
Entends-tu les clochettes tintinnabuler ?

Heu ? Non !!! répond le petit garçon,
J'entends le bourdonnement des avions!!!

(Sale gosse!!! et en plus il a raison!  Je n'y avais pas prêté attention, mais maintenant que tout s'est figé sur terre, un bourdonnement continu emplit le ciel, malgré la fermeture de l'aéroport de Marignane, il reste des centaines d'avions en vol pour emmener passagers ou fret dans tous les coins du monde)



Aujourd'hui et demain encore , les écoles sont fermées. Les enfants en profitent.



Un petit air de vacances à la neige.



Tu vois bien les étoiles,
T’es calmé, arrêté,
Ne vois-tu dans ta tête les cloches virevolter ?

Heu ? Non !!! répond le petit garçon,
J'entends le bourdonnement des avions!!!


(Sale gosse!!! et en plus il a raison!  Je n'y avais pas prêté attention, mais maintenant que les bruits de la ville sont oubliés, un bourdonnement continu emplit le ciel, toujours ces centaines d'avions en vol qui emmenent passagers ou fret dans tous les coins du monde)

Partager cet article

Repost0
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 20:53

Les abeilles disparaissent, la banquise fond, les guerres font rage, le chômage augmente, le pouvoir d'achat diminue, les gens se marchent dessus, c'est l'hiver, tout le monde tousse, les vacances sont finies...

Ca ira mieux après une bonne nuit de doux rêves.


Cela ne peut en être autrement si un dreamcatcher, objet traditionnel amérindien, est accroché à une fenêtre ou sur un balcon face au soleil levant. L'attrapeur de rêves, se balançant élégamment dans la brise nocturne, trie les rêves qui recherchent un dormeur pour la nuit. Sa toile retient captifs les mauvais rêves que le soleil brûlera en se levant. Les bons rêves se glissent par les plumes et parviennent en douceur dans l'âme du dormeur.



Rêve de campagne


Rêve de cheval



... d'un cheval de feu



... apparu par enchantement sous un arc-en-ciel de feu




Déjà le jour pointe



le soleil se lève, Moment Magique





 

Instant de vérité, le soleil atteint le centre de la toile du dreamcatcher.

 








































La suite du rêve a brûlé, elle aurait été un cauchemar. Merci dreamcatcher.



ARC EN CIEL DE FEU, mythe ou réalité ?

L'arc en ciel de feu ci-dessus fait partie d'un de ces innombrables diaporamas PPS qui circulent sur le net.

Cette image, signée AP en bas à droite, se trouve aussi dans le blog de NADIA-VRAIE dans un article du dimanche 28 décembre 2008 :


Elle est sensée avoir été prise "cette semaine, au frontière de l'IDAHO/WASHINTON".


La même image, mais sans signature, est présentée avec un petit commentaire pour le seul plaisir d'écrire, le 10 mars 2007, à cette adresse : http://maheanuu.free.fr/index.php/2007/03/10/arc-en-ciel-de-feu/
soit 1 an, 9 mois et 18 jours plus tôt.


Mardi 10 juin 2008,

http://www.cidehom.com/apod.php?_date=080610

Belle image d'un arc-en-ciel de feu au-dessus du New-Jersey et explication convaincante authentifiée comme la traduction française officielle de la revue science@nasa.


Et un anglais, dans sa langue maternelle, et avec un croquis très explicite, présente le phénomène tout en déniant le bien-fondé du qualificatif  "de feu" : http://www.atoptics.co.uk/halo/cha2.htm                
En cliquant sur la flèche de droite on atteint une galerie de ces arcs en ciel d'un nouveau genre : http://www.atoptics.co.uk/halo/chaim0.htm



En regardant dans mes photos j'ai trouvé un minuscule arc-en-ciel de feu, pris en Camargue le 20 mai 2008 à 8h02.



On aperçoit le rouge à l'intérieur de la courbure de l'arc. Normalement le rouge est à l'extérieur d'un arc-en-ciel terrestre qui apparait par temps de pluie et de soleil mêlé, l'observateur tournant le dos au soleil et regardant devant lui l'écran de pluie.

Cet arc ,comme toutes les explications contenues dans les liens cités le disent (exceptée celle de maheanuu) ,provient bien de la déviation des différentes longueurs d'ondes de la lumière solaire par des plaquettes de glace contenues dans les nuages appelés cirrus.


Mais ce qui n'est pas dit dans ces explications c'est la provenance de ces cirrus, le pourquoi de leur présence de plus en plus fréquente en tous les coins du globe.

Sur toutes les photos présentées, y compris la mienne, ces cirrus ne sont que le résultat du trafic aérien, aux traces bien visibles si l'on regarde attentivement chaque détail.

Leurs couleurs surréalistes proviennent en grande partie de l'eau hydrocarburée qui s'échappe des réacteurs et qui gèle d'autant plus rapidement que la combustion rejette aussi des fines particules de suie formant le point d'appui de la congélation.


Et après tout, où est le mal ? C'est si bon de rêver !!!



ARC-EN-CIEL d'eau    EAU SEC COURS

Trop de cirrus finissent par rendre le ciel laiteux.  Ils captent la chaleur solaire, ce qui refroidit  les terres et les villes.

Leur lumière diffuse gêne les déplacements des abeilles et de beaucoup d'autres insectes qui ainsi s'épuisent. Les automobilistes, pilotes d'aéronef et même les randonneurs sont également plus exposés aux accidents par éblouissement ou diminution de la sensation de relief.

La banquise, les glaciers et la neige se transforment plus vite car l'humidité du trafic aérien autant que le changement de la répartition de la lumière les réchauffent.

Quand le trafic aérien est trop intense, se forment, en dessous des couloirs de vol, des cordons avionneux qui provoquent des précipitations violentes de grêle, pluie ou neige accompagnées de vents violents et tourbillonnant et souvent d'éclairs meurtriers.


Parfois ces cordons avionneux peuvent eux aussi prendre l'aspect d'un arc-en-ciel !!!
Un arc-en-ciel d'eau mais sans couleur.
Un arc-en-ciel gris et raide
Une espèce de gigantesque pont autoroutier.


La nature peut imiter l'homme qui la malmène.

Cordon avionneux en forme d'arc-en-ciel style pont autoroutier.
Cliché pris le 26 septembre 2008 à 18h24 en Petite Camargue.







 




Partager cet article

Repost0
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 21:10

Partager cet article

Repost0
27 décembre 2008 6 27 /12 /décembre /2008 14:01

Presque 40 ans après la campagne de prévention « Au volant la vue c’est la vie », un nouveau problème majeur, l’EBLOUISSEMENT,  gêne de plus en plus considérablement et de plus en plus souvent les déplacements des abeilles, des insectes volants, des oiseaux et aussi des humains qu’ils soient au volant d’une voiture, d'un car ou d'un camion, en deux-roues, en aéroplane motorisé ou non et même à pied.

 

« RapidCity » est un site http://infos-trafic-paris.tf1.fr/index.php?n=19 qui propose en deux formules, l’une gratuite et l’autre payante, d’éviter les bouchons parisiens en cliquant sur l’une des 47 webcams qui surveillent en permanence le trafic automobile.


RapidCity webcam 30 Porte d'Orléans, samedi 27 décembre 2008, 13h51


 

over-blog.com : Vous avez reçu un commentaire

 

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par Chaoahn sur l'article Les abeilles meurent, le monde est-il perdu ? Réré agit. Joyeux noël., sur votre blog eauseccours :

 


L'autre jour, j'ai cru vivre ce que vivent les abeilles et que vous décrivez. A savoir : un éblouissement sans commune mesure, en conduisant sur la route.

Déjà en partant à 9h le matin sur cette même route, dans l'autre sens, j'avais remarqué ce ciel incroyable et bizarre, encore jamais vu. Le soleil était levé mais il irradiait tout un coin du ciel comme un soleil couchant. Une couche voileuse, diaphane blanche cotonneuse recouvrait tout un pan du ciel. Cela faisait une sorte de nuée jaunasse, alors que normalement la lumière du matin est pure et nette.

Enfin bon !

De retour, à 14h sur cette même route, je parcours une douzaine de kilomètres vers le sud.

Et bien, j'étais littéralement éblouie, moi ainsi que tous les autres conducteurs qui avaient considérablement ralenti.

Le soleil était pourtant à l'ouest.

Et bien il éblouissait.

Cette lumière éblouissante, tout à fait blanche, irradiait encore de tout un pan du ciel, le côté droit. Je dirais cela représentait environ 30% de la surface du ciel. C'est franchement bizarre de voir 30% du ciel irradié. Normalement, s'il est sans nuages, le ciel a le soleil bien net qui éblouit un peu mais juste un point brillant dans le cil. Si c'est nuageux, la lumière est un peu plus étalée et diminuée.

Mais là, c'était comme un projecteur halogène pointé au-dessus d'un voile de coton, avec un miroir en guise de parquet, et des murs gris !

Je n'avais pas le soleil en face ! Ce n'était pas un soleil couchant !

Je ne pouvais pas regarder cette partie du ciel irradiante et en même temps blafarde, sans avoir mal aux yeux. Cela représentait pourtant une surface du ciel importante.

La route brillait et m'éblouissait. Il n'y avait pas de verglas, ni de pluie.

J'ai déjà conduit sur des routes verglacées, jour de grand soleil, je n'ai jamais été éblouie. Les seules fois où j'étais éblouie était avec un soleil couchant en été de face, et encore, il suffisait de rabattre le volet devant ses yeux, pour distinguer les formes et supprimer l'éblouissement.

Là, impossible de ne pas être ébloui, le soleil était sur le côté, et on ne voyait rien quand même !

Cette lumière blanche donc faisait reluire la route, donc la route m'éblouissait, elle faisait reluire toutes les portières et carrosseries des voitures, devant moi, et celles que je croisais. J'ai reconnu les reflets que vous mettez sur vos photos, je ne l'avais jamais vu.

De plus, non seulement, c'était une lumière qui "rebondissait" sur tout et toutes ces choses devenaient éblouissantes à leur tour, mais en plus paradoxalement, cette lumière n'éclairait rien. Lumière grise en-dehors des parties qui brillaient. Pas de contraste. Les bas-côtés de la route, sombres.

Et bien, je peux vous dire que je ne voyais pas bien ce qui se trouvait sur les bas-côtés.

J'ai conduit en suivant la route, mais par rapport aux bas-côtés de la chaussée, je conduisais "à l'aveugle" sans rien voir.

C'était extrêmement dangereux.

Cette route traverse une forêt. Je priais de ne pas croiser un cycliste ou un piéton sur le côté de la route, que j'aurais pu renverser.

Toutes les voitures (cette route est très fréquentée) ont ralenti comme moi. J'ai baissé ma vitesse de 20km/h par rapport à d'habitude.
Par mesure de sécurité, j'ai allumé mes lumières (feux de croisement). On s'est retrouvé en "train" les uns derrière les autres, comme un jour de pluie.

Ca a duré en tout et pour tout 12 km !!!

Je dois vous dire qu'ils m'ont paru très longs !

Et là j'ai pensé aux abeilles !

Et aussi, que c'était très dangereux de se faire "piéger" comme ça, et de conduire dans ces conditions.

Je ne voyais pas grand' chose, à 14H, alors que le soleil était très loin de mon angle de vue, que le temps était couvert, qu'il faisait jour, avec les phares allumés, et que ce n'était pas le crépuscule, ni le soleil couchant, ni du brouillard, ni neige, ni pluie.
Je ne voyais pas en face à cause de l'éblouissement, et je ne voyais pas les bas-côtés à cause des ténèbres. Je ne pouvais pas regarder à ma droite (à l'ouest) sans douleur.

J'ai pu mesurer à quel point c'est dangereux.

Et si les abeilles vivent ça au quotidien, pour le moindre de leur déplacement...

Moi si c'était le cas, je ne sortirais plus autant.

 
http://infos-trafic-paris.tf1.fr/index.php?n=19 webcam 30 vendredi 26 décembre 2008 14h53 et 14h59

   

 http://infos-trafic-paris.tf1.fr/index.php?n=19 webcam 30 vendredi 26 décembre 2008 15h11 et 16h37
 



Pour en savoir plus :

Quel rapport entre les éclairages sur tournage d'un film et les chutes en montagne ou les collisions inexpliquées?  

Boris Johnson, nouveau maire de Londres, ébloui, trébuche comme une abeille ou une mouche.

Ainsi fond, fond, fond, K2, banquise et Mont-Blanc

Bruxelles a décidé l’éclairage de jour obligatoire en 2011

« Au volant la vue c’est la vie »  est un slogan lancé en 1970 par la Prévention Routière (http://www.preventionroutiere.asso.fr/jeu_affiches.aspx) en partenariat avec l'Association nationale pour l'amélioration de la vue (www.asnav.org).


Remarque : Mais que sont les ombres devenues ?

Le monde citadin s'évertue à chasser le binaire de la lumière naturelle : ombre d'un côté, lumière de l'autre.

Images télévisées, éclairages des stades ou des magasins, les ombres naturelles sont déjà depuis longtemps bannies pour les éclairages artificiels hors de la vie chez soi.

Maintenant, au coeur même des foyers, les lampes alignées sur un rail, ou réparties sur toute la surface du plafond donnent des ombres à la fois multiples et atténuées.

Et  les techniques en vogue actuellement sonnent le glas des ombres normales.

Ombre chinoise par ampoule halogène







Ombre chinoise par lampe munie de 30 LED alignées




Partager cet article

Repost0
25 décembre 2008 4 25 /12 /décembre /2008 21:23
Une trace d'hydrocarbure sur le goudron d'une ville est chose banale qui ne doit pas soucier grand monde.


Respirer un peu d'hydrocarbure en ville est inéluctable et donc toléré par l'esprit et jusqu'à peu assez bien toléré par la majorité des organismes humains.


Depuis octobre 2008, depuis une énième nouvelle augmentation du trafic aérien la dose d'hydrocarbure dans l'air n'est plus la même. Les chemtrails ne sont pour la plupart que les rejets des moteurs des avions mais tout ce qui est en l'air finit par atteindre le sol.

Les yeux piquent de plus en plus souvent, naturellement la cause n'en est pas unique. Mais il n'empêche, en marchant dans la rue, en discutant avec vos proches, en Camargue, Provence ou Savoie et sans doute dans bien d'autres lieux vous aurez vous-même les yeux qui coulent plus souvent, vous verrez de plus en plus souvent des gens se frotter spontanément les yeux et vos proches, à l'occasion, vous diront avoir les yeux de plus en plus réactifs.

Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, en ce début décembre 2008, la presse régionale comme la presse spécialisée relataient les projets d'extension d'une usine d'Annonay en Ardèche, Excelvision, qui prévoit d'augmenter de 52% sa production de dosettes de collyre, passant ainsi de 250 à 380 millions d'unités par an.

http://www.ledauphine.com/excelvision-un-investissement-de-10-m-le-boom-du-collyre-@/index.jspz?chaine=21&article=79207 http://www.usinenouvelle.com/article/excelvision-voit-grand.153153

Déjà le 16 juillet 2008, l'excès d'avions en vol laissait des traces de pollution visibles dans le ciel.
Chemtrails : pollutions par les avions, c’est pas très bio !!!


Fin 2008 les traces d'hydrocarbures dans l'air sont visibles dans tous les paysages.

En ville bien entendu, (oups, j'allais dire naturellement !!!)



mais aussi au coeur de la Camargue,


ou sous les oliviers de Provence.




Un simple téléphone portable peut mettre en évidence l'augmentation de la réfraction des rayons du soleil
(« Quand la lumière ne fut plus » ou une webcam pour suivre Galilée ) ainsi que la présence d'hydrocarbures dans l'air près du sol.

Lundi 8 décembre, Coudoux près de Berre, apparition d'un reste de vrai soleil au milieu d'une immense tache de "soleil blanc" , rayons blancs d'humidité et rayons irisés par les hydrocarbures.



Les webcams de plus en plus présentes sur les lieux touristiques rendent elles aussi compte de cette augmentation de la présence d'hydrocarbures.


Alpes du Sud webcam des Orres http://www.lesorres.com/gb/winter/la_webcam

Exemples lundi 22 décembre 2008 à 11h et mercredi 24 décembre à 13h.
 

La plus impressionnante, mardi 23 décembre 2008 à 12h

Le soleil résiduel est dans l'énorme rayon humide blanc et noir.


Au plus profond de la Savoie, Val d'isère http://www.valdisere.com/fr/pictoflash/webcam/popup/webcam1.htm

L'atmosphère est ici un peu plus naturelle, le soleil noir résiduel au centre de la tache blanche n'apparaît pas encore. En bougeant un peu la tête ou l'écran on aperçoit des irisations diffuses.



... photo prise le lendemain samedi 27 décembre 2008 à 14h12.
L'humidité excessive de l'air avionneux, traversée par les rayons du soleil,  rend un spectre intermédiaire entre l'arc-en-ciel naturel et l'irisation des hydrocarbures
















Talloires, Haute-Savoie, la perle du lac d'Annecy
http://www.talloires-lac-annecy.com/webcam_fr.html

Dimanche 30 novembre 2008, 16h, les nuages dans le fond sont des traînées d'avions en train de devenir couloir avionneux.



MEDITATION

Photos à méditer, dans tous les sens du terme.

Tentez  l'expérience, si de manière détendue, vous regardez assez longtemps ces images pour laisser les irisations imprégner votre imagerie résiduelle, vous ressentirez soudain à quel point le corps en demande le rejet.



BOL D'AIR

Ces dernières années de gros efforts ont été fournis par les gouvernements et les industriels pour améliorer la qualité de l'air.

Malgré cela et même si un citadin marchant, courant, skiant, pédalant hors de la ville peut encore, par comparaison avec son environnement quotidien, s'imaginer avoir trouvé un ciel plus étoilé qu'en ville et une sensation de bon air, la réalité est autre. La véritable sensation de l'air pur et vivifiant à l'intérieur des poumons est devenue rare. La ventilation diminue son amplitude pour protéger le corps et à terme la santé est en danger pour tout ce qui respire.

L'indice ATMO ne contrôle que l'air des agglomérations de plus de 50000 habitants. L'axiome de départ étant qu'en dehors l'air peut encore y être considéré comme pur.

Ceci est du passé, les avions polluent l'air absolument partout où ils passent et lacs, mers, montagnes, glaces, campagnes, forêts, déserts ou cultures bios sont polluées. Une extrêmement fine particule d'hydrocarbure est nocive car elle se répand à la surface de la plus petite gouttelette d'eau. Plantes, bêtes et gens, jeunes ou vieux organismes  fatiguent.

Les abeilles essaient d'essaimer, les gens de déménager ou de partir loin en vacances. Peine perdue, les avions sont partout en trop grand nombre. Il est urgent d'en prendre vraiment conscience.

Partager cet article

Repost0
23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 20:56

Décembre 1609, il y a tout juste 400 ans, Galilée joue les curieux et regarde le ciel dans l’objectif de sa lunette, et d’un œil tout aussi objectif. On voyait la lune ronde, on la croyait plate, il la découvre boule.

 

22 décembre 2009, les premiers vacanciers jouissent d’un ciel qu’ils voient encore bleu et d’une neige comme ils en avaient rêvé depuis des mois.

 

Une caméra fixe envoie des images de ce bonheur aux quatre coins du monde.

Webcam2 Les Saisies        http://www.lessaisies.org/webcams/les_saisies.html 
Lundi 22 décembre 2008

14h00  et  14h35

 

 

Etonnant!!! Le soleil paraît excessivement large et blanc. Ses reflets démesurés sont également saisis par l’objectif de la caméra. Et plus saisissant encore est la présence de cette tache noire dans le soleil mais aussi dans les reflets sur les véhicules.

 

Une tache sur la vitre de la caméra ne suivrait pas la course du soleil. Un avion ou une montgolfière passant entre le soleil et l’objectif ne se retrouveraient pas présents à 35 minutes d’intervalle, ne se verraient pas dans les reflets, et surtout, étant tout proches de la terre, ils cacheraient le soleil et projetteraient une grande ombre se déplaçant sur la neige.

 

Ne dirait-on pas plutôt une tache solaire ? En cette fin 2008 elles recommencent justement à être visibles.

 

Dans ce cas, les webcams seraient un nouveau moyen, extrêmement simple, pour photographier les taches solaires.



Mardi 23 décembre 2008


Depuis le 23 novembre 2008, il y a exactement un mois, par le biais des webcams des stations de ski, j'observe la dégradation du bleu du ciel, l'omniprésence du soleil large et blanc et l'étrange lumière qui en découle. Et j'invite tout amoureux de la nature, chercheur de paradis blanc ou simple curieux  à se rendre compte par lui-même : 
Les webcams des stations de ski reflètent le dérèglement climatique.


Intrigué par les étranges images d’hier j’ai pris le temps de conserver plus de clichés aujourd’hui.

Webcam2 Les Saisies      http://www.lessaisies.org/webcams/les_saisies.html
Mardi 23 décembre 2008

12h01 et 12h26
   

13h21 et 13h28
  

14h00 et 14h20
  


14h35


15h46 et 15h54
  

16h03 et 16h09
  

17h00 et 17h40
  


17h40 les lampadaires remplacent le soleil.
Cela aurait dû être une splendide journée. Certainement de nombreuses peaux souffriront ce soir de coups de soleil et pourtant aucun cliché ne donne l'impression d'un soleil éclatant sur la blancheur de la neige.

Au 1er janvier 2008, en ouvrant ce blog j'écrivais mes craintes en voyant des couleurs alors très inhabituelles pour un soleil couchant : "Quand la lumière ne fut plus".


La réalité est cruelle!!! Les avions, trop nombreux, sont en train de véritablement éclipser le soleil.

La tache présente au milieu du halo blanc n'est pas une tache solaire, mais une apparence du soleil lui-même !!!



Encore quelques avions de plus, comme il est prévu pour mars 2009, et il ne sera peut-être plus besoin d'aller dans la région de Shanghai en Chine, le 22 juillet 2009, pour contempler l’éclipse de soleil annoncée comme devant être la plus belle imaginable pour ce 21ème siècle!!!

Nous nous sommes condamnés à vivre en permanence dans une lumière étrange : Bienvenue en Avionie, la néoplanète où nous nous contraignons à vivre

Ce n'est plus le soleil qui éclaire et chauffe directement avec zone des ombres et de lumière bien délimitées, mais son halo capté et réfracté par les rejets des avions.  Banquise et glaciers, abeilles, plantes et économies humaines n'y résisteront pas longtemps.


Souhaitons que l'année 2009, Année Mondiale de l'Astromomie, permette à chacun de prendre le temps de regarder objectivement la lumière solaire et les nuages, clefs de toute vie terrestre.

Partager cet article

Repost0
21 décembre 2008 7 21 /12 /décembre /2008 21:21

Commentaire de réré sur l'article Disparition ou prolifération des sales bêtes : abeilles, mouches...

« J'ai remarqué qu'il n'y a plus beaucoup d'insectes. Tous ceux qui sont loin du rapport avec les insectes ne s'en rendent pas compte!
Le monde est-il perdu ?
Je me suis inscrit à un rucher école pour faire quelque chose...! »


En quelques mots réré a tout dit. Vraiment tout, ça mérite quelques instants d’attention.

 


« Le monde est-il perdu ? »

Les abeilles meurent. Les apiculteurs le clament,  les médias nous le répètent, les abeilles meurent et nous allons tous mourir parce que selon ce qu’aurait dit Einstein « Si les abeilles venaient à disparaître un jour, il ne resterait que 4 ans de vie à l’humanité. ». Cette phrase qui selon certaines rumeurs ne serait que pure invention d’un membre de l’UNAF (Union Nationale des Abeilles de France) est reprise à l’infini par tous les professionnels  ou amateurs ayant un rapport proche ou lointain avec le miel, ses dérivés ou besoin des insectes pollinisateurs. Les associations les plus diverses, protection de la nature, écologie, culture bio, se sont trouvées  un ennemi commun : l’industrie chimique des insecticides et des engrais. La tension monte.

Les abeilles semblent disparaître en masse dès 2006 ou 2007. Nous sommes fin 2008, combien de temps nous reste-t-il à vivre ?

Septembre 2008, déjà les médias commencent  la diffusion d’informations sur une facture possible de 153 milliards de dollars qui seraient nécessaires annuellement si l’homme devait effectuer le travail des insectes pollinisateurs pour sauver ses cultures. Mais que deviendraient alors les plantes sauvages ?

 

Octobre 2008, Le rapport sur l’avenir des abeilles, commandé par le premier ministre François Fillon et réalisé après une enquête de 6 mois par Martial Saddier, député-maire de Bonneville (74) est présenté officiellement sur le site du Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire.

 

http://www.developpement-durable.gouv.fr/article.php3?id_article=3766&var_recherche=abeilles+saddier

10 octobre 2008 : Rapport Saddier, "Pour une filière apicole durable"

Martial Saddier, Député de la Haute-Savoie, a remis son rapport "Pour une filière apicole durable : les abeilles et les pollinisateurs sauvages" au Premier ministre.

Télécharger la synthèse du rapport (format PDF - 65.1 ko)
Télécharger
le rapport (format PDF - 1.4 Mo)

Dans un contexte d’affaiblissement et de surmortalité des colonies d’abeilles et des pollinisateurs sauvages, le Premier ministre, François Fillon avait confié à Martial Saddier, député de la Haute-Savoie, une mission de six mois en vue d’analyser la situation concernant la mortalité des abeilles et de proposer un plan d’action en lien avec Jean-Louis Borloo, Michel Barnier, ministre de l’Agriculture et de la Pêche et Nathalie Kosciusko-Morizet.

Martial Saddier vient de remettre son rapport intitulé "Pour une filière apicole durable". 

Ses préconisations

Le député juge que la surmortalité des abeilles "n’est pas contestable" et qu’elle atteint des taux "de 30 à 40 % avec des exemples quotidiens de destruction totale du cheptel".

Le rapport préconise de mettre en place une filière de reproduction d’abeilles reines pour assurer le renouvellement du cheptel et limiter le risque d’importation d’espèces invasives.

Le député propose également la définition d’un statut de l’apiculteur, distinguant l’apiculteur de loisir de l’apiculteur professionnel.

Il recommande aussi la création d’une plate-forme de travail selon le modèle du Comité opérationnel du Grenelle de l’environnement "Agriculture et alimentation biologiques". Celui-ci regrouperait l’ensemble des acteurs concernés par la filière.

Enfin, Martial Saddier préconise la création d’un Institut technique et scientifique de l’abeille, chargé d’élaborer et d’analyser les programmes de recherche de la filière.

Le rapport Saddier est un rapport propre : aucune trace des mots « téléphone portable », « Régent » ou « Gaucho ». Le mot « insecticide » y figure une fois pour autoriser la destruction des nids de frelons mangeurs d’abeilles et le terme « pesticide » apparaît dans la rubrique « indicateurs de réussite, … diminution des pesticides ». Pas de trace non plus du « soleil blanc » ni de la « lumière diffuse ».

L’Union Nationale de l’Apiculture Française (UNAF) a lancé dès 2005 la charte « Abeille, sentinelle de l’environnement » qui est présentée pour signature à ce lien http://www.abeillesentinelle.net/ .

Le mot sentinelle est employé un peu abusivement, les abeilles n’ont pas la volonté de faire quoique ce soit pour les hommes, elles s’ingénient à survivre dans un milieu de plus en plus hostile et c’est tout. En cela elles peuvent être les révélatrices de la dégradation de notre propre environnement. La sentinelle, le guetteur, c’est en fait chaque homme qui, sa conscience éveillée, prend le temps de regarder ce qui se passe actuellement dans la nature, au sol comme en l’air.

Une sentinelle a normalement pour mission d’alerter de l’arrivée d’un danger afin que le gros de la troupe puisse être protégé, voire vainqueur. Dans les mines de charbon, la mort ou un simple malaise du canari dont on plaçait la cage aux endroits les plus susceptibles d’accumuler les gaz toxiques, entraînait immédiatement le repli des hommes vers la sortie.

Monsieur Saddier, dans son rapport, préconise une autre solution qui peut se lire ainsi : Nos abeilles, sentinelles de l’environnement, meurent ? Qu’à cela ne tienne, notre filière de reproduction d’abeilles reines sera si productive, qu’immédiatement les sentinelles seront remplacées. Et donc s’il y a toujours des sentinelles, c’est que tout va bien, CQFD.

Plus on s’est donné du mal à chercher à côté, plus on aura du mal à croire que la réalité puisse être simple : les abeilles et autres insectes disparaissent tout simplement parce qu’étant éblouis, par la lumière solaire altérée par un excès de trafic aérien, ils s’épuisent dans le moindre de leur déplacement, et finissent par se perdre et mourir. Les reines s’épuisent à remplacer les ouvrières manquantes. Les parasites, virus et champignons les plus divers profitent de cette faiblesse des abeilles et aggravent la situation. . .Boris Johnson, nouveau maire de Londres, ébloui, trébuche comme une abeille ou une mouche.

Vendredi 30 mai 2008, Monsieur Saddier m’a reçu dans son bureau parlementaire de Bonneville. J’ai pu lui présenter ce fait, ainsi que la dangerosité des orages de grêles qui se produisent de plus en plus souvent sous des nuages d’un nouveau genre : les cordons avionneux.

J’ai également pu, entre autres, rencontrer ou m’entretenir  pour leur parler de cet impact de l’excès de trafic aérien sur la disparition des abeilles : Jean-Marie Pelt, Allain Bougrain Dubourg, Denis Cheissoux, les responsables de l’UNAF et ceux du principal syndicat professionnel des apiculteurs, Alain Raveneau de la revue Rustica.

17 décembre 2008, Monsieur Michel Barnier, ministre de l’agriculture, prolonge pour 2009 l’autorisation de l’utilisation encadrée de l’insecticide cruiser pour la culture du maïs. http://agriculture.gouv.fr/sections/presse/communiques/michel-barnier-decide/  

 Les associations et partis politiques de défense de l’environnement expriment leur colère et appellent à réagir vivement.


TREVE DE NOEL

Du haut de son nuage le père noël semble se demander lui aussi si le monde n’est pas perdu ou du moins n’est pas devenu fou.


 



13 décembre 2008
, dans l’indifférence générale le père noël a chu de son trône au milieu de la foule, illustrant ainsi la peur de nombre de nos anciens d’agoniser seul au milieu de leur voisinage affairé. Pas une maman, ni un papa n’ont jugé bon de redresser ce mannequin. La magie de noël n’est plus. Dans notre monde de robots chacun a sa place et une seule, et reste sur ses rails avec ses œillères bien ajustées.

-Dis maman, pourquoi il est par terre le père noël, il est malade?
-C'est pas grave, allez viens!
Sans doute le "vrai" père noël est-il allé manger en oubliant à terre son rempaçant de plastique. Mais l'image d'un adulte à terre, dans tous les cas, c'est angoissant pour un enfant.



Sur Youtube on peut rencontrer un autre père noël qui désespéré de cette indifférence générale se laisse aller à rentrer dans la mouvance des calendriers des rugbymen ou des mamies sans complexes.

http://www.youtube.com/watch?v=Mz7gm6TN8Wg   (nécessite un contrôle parental)



« Je me suis inscrit à un rucher école pour faire quelque chose...! »

La pression est devenue trop forte. Il faut faire quelque chose.

Associations, politiques, industriels, fondations,… chacun veut montrer le bon exemple ou du moins qu’il fait le maximum pour sauver les abeilles. C’est ainsi que, moyennant une petite dime au passage,  fleurissent des actions telles les jachères apicoles, l’implantation de ruches en ville sur les toits de l’opéra de Paris ou des conseils généraux, le fauchage raisonné des bords  des routes, l’encouragement à planter des parterres de fleurs mellifères variées…

L’action paraît plus satisfaisante que la politique de l’autruche, l’indifférence ou la dépression.

Encore faut-il ne pas se tromper de cible. Que se passera-t-il si malgré toutes ces actions les abeilles continuent de mourir et les plantes à dépérir ?

Les associations ou partis présentent également un double inconvénient :

·         Ils veulent agir vite et signer leur action, ils incitent à leur lutte derrière leur bannière et prêchent plus pour leur chapelle que pour la cause qu'ils prétendent défendre.

·         En cas de succès, ils ne sont pas prêts à cesser leur action, car ce sont devenus des monstres financiers également pourvoyeurs de nombreux emplois. Il vaut donc mieux pour leur avenir pérenniser une multitude d’actions de communication  que de résoudre véritablement les problèmes.



« J'ai remarqué qu'il n'y a plus beaucoup d'insectes. Tous ceux qui sont loin du rapport avec les insectes ne s'en rendent pas compte! »

La solution simple et efficace est dans ces mots. Il s’agit de d’abord retrouver la conscience.

« La parole est d’argent et le silence est d’or » Cessons de nous emballer dans des réponses du tac au tac, dans des élucubrations intellectuelles. Cessons de nous en remettre à des experts. Cessons de nous donner bonne conscience en relayant des messages arrivés par diaporamas au milieu des courriels, en nous délectant devant des émissions ou films tous bâtis sur la même trame.

Nous avons des yeux, un nez, des oreilles… et une conscience. Le ciel, les plantes, les bestioles qui nous entourent, même en ville nous renseignent comme la fuite d’un oiseau renseigne le buffle de l’arrivée du lion.

En étant attentif, vous ne pouvez pas ne pas voir ce qui est arrivé à l’aspect du ciel. Après comme Chaoahn, il faut oser l’exprimer. http://www.eauseccours.com/article-25799325-6.html#anchorComment

Et puis, véritablement nous sommes encore dans une démocratie et si vous osez, gratuitement, avec vos propres mots et non ceux d’une pétition, faire remonter vos observations par votre mairie ou sur un site gouvernemental officiel les choses changeront.


A noël tout est possible.



Décembre 2008, la traçabilité des abeilles devient possible : la société allemande Microsensys vient d'annoncer la création de la plus petite puce au monde (< 1mm 3,2 mg) basée sur les normes internationales ISO 14443) capable d'être dissimulée sur tous les petits objets de valeur pour les repérer en cas de vol ou perte. Mais cette petite merveille technologique, selon Mme Nadin Jurisch peut aussi être collée sur le dos d'une abeille pour en suivre les déplacements.

Voilà le moyen idéal de mettre de façon indiscutable en évidence ce que mes yeux et mon appareil photo voient depuis plus d'un an : quand apparait le soleil blanc et large, causé par un excès de trafic aérien, les abeilles éblouies exécutent des demi-tours à peine sorties de la ruche, butinent moins loin que leur possible rayon d'action, ratent le trou de la ruche au retour, se trompent même de ruche ou se perdent et meurent en route.

J'espère que le gouvernement et les responsables des syndicats des apiculteurs amateurs ou professionnels accepteront de vérifier cela. J'en parlerai également aux avionneurs.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • : La nature nous alerte en silence. Parfois le manque de mots ça agace!!! Mais les signes sont tenaces, le dérèglement climatique est installé, de plus en plus large, intense et rapide. Là, juste sous nos yeux, ouvrons-les bien grands, tout de suite, sans craindre de comprendre.
  • Contact

Profil

  • Jacques Fabry
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.

Il y a déjà trop d'avions

Sur terre on ne touche pas impunément à l'eau et à la lumière.

Recherche

Quand la lumière ne fut plus.

Aménagements climatiques

Réchauffement climatique

Dérèglement climatique

Bouleversement climatique

Disparitions climatiques

Uniformatisation climatique

Sans plus de commentaires pour le moment, mais je n’ai pas choisi ces mots au hasard.

 

J’ai essayé de montrer, de convaincre les responsables, c’était un peu tôt. J’y ai laissé trop d’énergie mais ils sont informés.

 

Je vais continuer par petites touches à photographier et afficher ce qui se passe sous nos yeux. J’espère que nous serons de plus en plus nombreux à accepter de regarder l’évidence et que nous serons entendus avant que la brusque extinction du plancton, des plantes, des animaux et des hommes actuels ne se produise, bien avant 2050.

 

POUR EVITER L’IRREMEDIABLE, LE PLUS URGENT EST DE DIMINUER IMMEDIATEMENT ET CONSIDERABLEMENT LE TRAFIC AERIEN MONDIAL.

 

Dure réalité, mais moins compliquée et moins coûteuse que la crise économique  générale qui nous attend, dès les prochains mois, si nous continuons à bouleverser l’eau et la lumière à la surface de la terre.

 

Je peux, à la demande, expliquer plus en détails, chacune de mes affirmations, et serais même tranquillisé qu’on me prouve que j’ai tord. N’hésitez pas à laisser un commentaire au bas des articles ou à me contacter directement avec le lien « contact » tout en bas de chaque page.

cielnature

Ils savent

la cause principale unique et 
ses multiples conséquences
www.eauseccours.com/article-16251978.html

Reponses-officielles.jpg
 

Liens