Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 21:45

« Copenhague, la montagne a accouché d’une souris. » titrent de nombreux articles de presse.

Copenhague, ou comment commencer la tête dans les nuages et finir la queue entre les jambes.

Copenhague, un sommet sans queue ni tête, un jeu de dupes, un jeu du chat et de la souris.

Copenhague s’est entêté à parler de l’invisible C02 et des millions de gens ont hurlé avec les loups.

Dans le même temps d’autres gens voient des complots mondiaux au travers des chemtrails.

Et d’autres encore s’extasient devant l’apparition de nouvelles formations nuageuses aussi fascinantes que les champignons atomiques et affublés de noms étranges « aspératus » ou « morning glory cloud ».

 



Alors que restera-t-il de ce sommet sur le climat de Copenhague ?

Sans doute une volonté de plus en plus forte d’agir au quotidien à une échelle plus petite que l’état.

100 maires se sont officiellement déplacés à Copenhague au nom du CGLU (
Cités et Gouvernements Locaux Unis, l'organe consultatif officiel des autorités locales auprès de l'ONU). « Notre message aux Etats est simple. Mettez-vous d'accord sur des objectifs ambitieux. Pour agir dès maintenant, vous pouvez compter sur les villes : reconnues et soutenues, elles obtiendront des résultats », a conclu Jean-Marc Ayrault, Président de Nantes métropole.

En nombre grandissant, collectivités locales, associations de grand renom ou plus petites, entreprises de toutes tailles, tous incitent la population à diminuer le CO2 surajouté,  à gérer au mieux leur environnement immédiat. La population elle-même, demande en quantité des produits qui correspondent à cette attente.


Et les habitants de Tuvalu, petit archipel paradisiaque au milieu de l’océan Pacifique, en leur âme et conscience eux aussi, s’ingénient, au travers de l’association Alofatuvalu,  à tenter de prévenir la montée des eaux, à lutter contre leur engloutissement, à faire connaître mondialement leur sort qu’ils estiment totalement injuste.

Mais il existe une urgence dans l’urgence : diminuer le trafic aérien mondial jusqu’à disparition des nuages de culture, aviocordes et aviocirrus, qui assombrissent et dispersent la lumière, empoisonnent l’air et perturbent les cycles naturels de l’eau. 

La représentation française à Copenhague connaissait cet enjeu.

 


 

Gros comme le nez au milieu de la figure et aussi invisible qu’est notre nez à notre propre conscience, un nuage monstrueux a envahi le ciel mondial.

Un nuage queue de souris, un cordon qui peut s’étendre sur des centaines de kilomètres.

Un nuage très souvent présent en arrière plan sur les photos, les  publicités ou les fonds d’écran qui vantent les charmes des îles du Pacifique comme celles de Tuvalu.

Un nuage qui survole mers et terres, pouvant entraîner des vents tourbillonnants violents, enfler et éclater en orages dévastateurs.

Les parapentistes appellent ce nuage « rue ».

On le trouve aussi sous le terme exotique et poétique « morning glory cloud », employé abusivement, hors de son contexte d'origine, la limite océan-désert comme en Australie par exemple.



La réalité est que ce nuage est un nuage de culture, un nuage se formant dans la nature mais provoqué par l’homme. (Ex : les cumulus apparaissant au-dessus des tours de refroidissement des centrales nucléaires, le nuage de neige provoqué par les canons à neige, le sillage de glace qui matérialise par certaines conditions atmosphériques le passage des avions)

 

Déceler l’origine de ce nuage de culture envahissant demande un peu d’attention car il n’est pas directement relié à la source comme le sont ceux cités dans la phrase précédente.


aviocorde en formation

La source est le trait fin, la traînée d’avion dont l’humidité chargée de gaz et particules  descend au fur et à mesure du trafic aérien incessant, et finit  par s’agglomérer en plusieurs ou un seul long cordon : l’aviocorde, terme proposé le 12 mars 2009 sur le site des mots nouvellement créés : http://franceterme.culture.fr/FranceTerme/boiteidees.html .


aviocorde sous avion

Camargue, 30 octobre 2009, 07h47

Apparence de beau temps, mais un voile imperceptible d’aviocirrus assombrit l’ambiance.

Dans leur couloir aérien d’altitude les avions passent sans arrêt et leurs traînées s’éclairent dans le soleil levant.


aviocordes multiple et crenelee

4 novembre 2009, 7h27

Portion d’aviocorde multiple en premier plan ; aviocorde crénelée d’ascendances en arrière plan



aviocorde aeroport Marseille Provence 2009 11 08 07h06

11 août 2009, 7h06, longue aviocorde (morning glory cloud) au départ de l’aéroport Marseille Provence

 

Autres exemples d’aviocordes (rues, morning glory clouds) :


Version montagne avec conséquence sur le Tour de France cycliste :
Météo capricieuse et brouillard épais, Tour de France et UTMB 2009 concernés

Version Provence avec conséquences prochaines sur l'immobiler et le tourisme :
Une main basse du trafic aérien sur la Ste Victoire menace l’immobilier et le tourisme en région PACA

L'aviocorde, toujours stable sous son couloir aérien, peut varier d'aspect selon la météo du jour qu'elle perturbe de plus en plus.
 Exemples de nuages anthropiques, variations d'aspect d'une aviocorde Exemples de nuages anthropiques, variations d'aspect d'une aviocorde  
Nuages à gogo, nuages pour gogos



En tout premier lieu : accepter de regarder l'aspect du ciel de son environnement quotidien

« Trop n’est pas assez ! » dictionnaire Quitard 1842 – trafic aérien 2009

Copenhague où l’envie de bien faire malgré un bandeau sur les yeux

puis ressentir ce danger permanent pour soi dans tous les détails de la vie quotidienne

Sécurité routière, de nouveau trop d’accidents, à qui la faute ? être pas vu, je meurs – avoir pas vu je tue

et convenir d'appeler un chat un chat : ces nuages tout en longueur ne sont pas fantaisies de la nature, "rues" ou "morning glory cloud" mais "aviocordes", nuages de culture provoqués par l'excès de trafic aérien.

Dérèglement climatique, des mots pour voir et dire




Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • : La nature nous alerte en silence. Parfois le manque de mots ça agace!!! Mais les signes sont tenaces, le dérèglement climatique est installé, de plus en plus large, intense et rapide. Là, juste sous nos yeux, ouvrons-les bien grands, tout de suite, sans craindre de comprendre.
  • Contact

Profil

  • Jacques Fabry
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.

Il y a déjà trop d'avions

Sur terre on ne touche pas impunément à l'eau et à la lumière.

Recherche

Quand la lumière ne fut plus.

Aménagements climatiques

Réchauffement climatique

Dérèglement climatique

Bouleversement climatique

Disparitions climatiques

Uniformatisation climatique

Sans plus de commentaires pour le moment, mais je n’ai pas choisi ces mots au hasard.

 

J’ai essayé de montrer, de convaincre les responsables, c’était un peu tôt. J’y ai laissé trop d’énergie mais ils sont informés.

 

Je vais continuer par petites touches à photographier et afficher ce qui se passe sous nos yeux. J’espère que nous serons de plus en plus nombreux à accepter de regarder l’évidence et que nous serons entendus avant que la brusque extinction du plancton, des plantes, des animaux et des hommes actuels ne se produise, bien avant 2050.

 

POUR EVITER L’IRREMEDIABLE, LE PLUS URGENT EST DE DIMINUER IMMEDIATEMENT ET CONSIDERABLEMENT LE TRAFIC AERIEN MONDIAL.

 

Dure réalité, mais moins compliquée et moins coûteuse que la crise économique  générale qui nous attend, dès les prochains mois, si nous continuons à bouleverser l’eau et la lumière à la surface de la terre.

 

Je peux, à la demande, expliquer plus en détails, chacune de mes affirmations, et serais même tranquillisé qu’on me prouve que j’ai tord. N’hésitez pas à laisser un commentaire au bas des articles ou à me contacter directement avec le lien « contact » tout en bas de chaque page.

cielnature

Ils savent

la cause principale unique et 
ses multiples conséquences
www.eauseccours.com/article-16251978.html

Reponses-officielles.jpg
 

Liens