Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 03:43

Jeudi 9 avril 2009,

une presque belle journée de printemps, en Savoie, entre Chambéry et Aix-les-Bains

 
 

Bzz, bzz, bzz

 

12h31

alors que loin de mon ordinateur je déjeunais dans l’appartement de mon enfance à Aix-les-Bains Mick m’envoyait ce bref courriel :

 

« Quelques photos prises à "Beauvoir" 73290 La Motte Servolex »

 

5 photos d’une abeille butinant une fleur de pêcher et titrées « Un_matin_de_printemps »

 

 


 

Buzz, buzz, buzz

 

Environ 12h15,

en voiture, en écoutant la radio  je saisis quelques instants de « La tête au carré », émission de vulgarisation scientifique de France Inter, animée par Mathieu Vidard, thème du jour « Les abeilles en danger », invitée Natacha Séléstré, réalisatrice de documentaire et environnementaliste dont le film « Disparition des abeilles, la fin d'un mystère", sera diffusé sur France 5 le mardi 14 avril à 16h30 et est actuellement proposé en DVD avec le numéro d’avril de Sciences et Avenir.

 

Mathieu Vidard

-Et puis pour illustrer notre thème il y a cette phrase très célèbre d’Einstein que nous rappelle Yves qui est avec nous à Brest, cette formule donc « Si l’abeille venait à disparaître, l’homme n’aurait plus que quelques années à vivre, que pensez-vous de la citation d’un tel génie ? » demande Yves par courriel.

Natacha Sélestré

-Alors je suis désolée, Yves, mais cette phrase n’est pas d’Einstein

Mathieu Vidard

-Allons bon, alors de qui est-elle ?

Natacha Sélestré

-On ne sait pas, …. Elle est citée partout, partout….

« Mais à la limite, je dirais peu importe, parce que je pense qu’on n’est pas très loin de la vérité malgré tout. … Qu’on  l’ait attribué à lui, à la limite, c’est pas très grave, dans la mesure où effectivement le propos est assez juste »

 

 

BZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZ


 

16h09

 

 

Dans la campagne de la Motte Servolex

Je m’approche d’un vieil homme pour lui demander s’il sait où je peux voir des ruches dans le coin et il me répond, puis ajoute, mélancolique et soucieux à la fois :


-       
« Ah, Monsieur, vous ne pouvez pas savoir, ce cerisier là-bas, c’était UN BOURDONNEMENT !!! »

Oh si, je me rappelle !!! Cette campagne, comme le golf  d’Aix-les-Bains,  la colline de Tresserve ou les flancs du Revard étaient parties de mon territoire sans cesse parcouru à pieds, en vélo, puis en vélomoteur.

Début 2000, la lumière n’était encore grise et nulle aviocorde n’apparaissait derrière les cerisiers.


 

 

ANAGRAMME

 

 

 

Albert Einstein

 

A   B   E E E   I I   L   N N   R   S   T T

 

Rien n’est établi.

 

 

 

Une rapide recherche sur le net laisse apparaître que la fallacieuse citation :

 

« Si l’abeille disparaissait de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre », Albert Einstein.

 

pourrait avoir été lancée, volontairement ou non par un membre de l’UNAF, Union Nationale de l’Apiculture Française.

 

Ce syndicat est en ce moment le promoteur de l’opération de grande envergure « l’abeille, sentinelle de l’environnement »  http://www.unaf-apiculture.info/sentinelle.htm

 

 


 

Sentinelles dans  l’environnement de La Motte Servolex (73290)

 

Les ruches indiquées par le vieil homme

et derrière la rangée d’arbres à laquelle elles sont adossées, des cerisiers en fleurs.


 

Les cerisiers sont extrêmement fleuris cette année.





Enormément plus de fleurs que d’abeilles

 ou  d’autres insectes pollinisateurs telle l’abeille forestière.

 


 

Seuls quelques petits bourdonnements de ci, de là.


Les pêchers sont également bien fleuris.


Pourtant les abeilles semblent les dédaigner.

Une seule abeille vers le haut de cette photo


Yeux étranges et ailes luisantes sur l'abeille de Mick


Quelles rares abeilles parviennent à atteindre les fleurs de pissenlit fleurissant pourtant juste devant le rucher



Dans son œil aussi un étrange soleil et trop de brillance sur le dos de son abdomen


La fleur est luisante, les ailes deviennent miroirs irisés



Deux soleils dans les yeux de l'abeille complètement absorbée par son butinage


Il est temps de retourner à la ruche, mais avec trois soleils dans les yeux, ce sera plus difficile.
"Je veux rentrer!", hurle l'abeille qui disparait.




Les dernières longueurs d’ondes des rayons du soleil, qui ont déjà été  absorbés et déviés à l’extrême par les aviocirrus, se réfléchissent sur les fleurs et  les rendent alors presque invisibles aux insectes pollinisateurs.

 

Le trafic aérien a considérablement modifié notre atmosphère au niveau de la lumière et de l’humidité. S’y sont ajoutés des teneurs en kérosène, des résidus gazeux et d’autres solides.

 

 

Les glaces, les abeilles, les plantes, les animaux et les humains ne sont pas menacés, les uns après les autres, dans un délai s’étendant sur plusieurs années,  mais sont atteints maintenant et simultanément, chacun cédant par son point faible.

 

Ce que j’écrivais l’année dernière n’est déjà plus d’actualité.

Bienvenue en Avionie, la néoplanète où nous nous contraignons à vivre

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacques Fabry - dans disparition des abeilles
commenter cet article

commentaires

clovis simard 28/02/2011 00:48


Bonjour,

Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.

Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

La Page No-17: CORDES DE SILOÉ !

QUI SERA LE NOUVEAU EINSTEIN EN PHYSIQUE ?

Cordialement

Clovis Simard


Olivier 15/04/2009 14:27

Ce qui se passe est très grave. C'est même l'urgence écologique N°1. Les gens disent "le climat est détraqué", comme si c'était dû à un ensemble de causes indeterminées, floues, alors que c'est surtout dû aux avions.
Entre les gens qui n'y croient pas, ceux qui sont fatalistes, ceux qui y croient mais qui ne veulent pas se priver de partir à Tataouine...
Les autres sujets de préoccupation écologique sont relativement connus: pesticides, OGM, nucléaire.
Mais personne ne semble conscient que cette augmentation débridée du traffic aérien pose des problèmes gravissimes. Déjà 10 ans que j'ai découvert, horrifié, que les feuilles des arbres étaient recouvertes de tâches de résidus de kérosène (j'habitais sous la ligne d'Orly). Passez un coup de brumisateur sur la feuille, elle est propre, revenez 15 minutes plus tard, de nouvelles tâches se sont déposés...bref,
une pluie constante. On évalue à 10 environ tonnes de suie les rejets quotidiens sur l'Ile de France. Et encore ca ne prend pas en compte les 26 aérodromes de la région qui viennent rajouter une couche de nuisances.
Ca a vraiment changé depuis le début 2009. Je ne sais pas si l'été 2008 a été si gris à cause de ce phénomène.

un autre problème est qu'ils ont relevé l'altitude de vol des avions, diminuant ainsi les nuisances sonores. Résultat: les gens sont contents et pour la plupart disent ne pas être du tout gênés par les avions. Et comme l'immense majorité des gens ne lèvent jamais le nez pour regarder le ciel...

Aujourd'hui n'importe quel smicard peut se payer un billet d'avion, donc ca fait au moins 50 millions de voyageurs potentiels rien qu'en France. Ajouter à cela l'explosion des commandes en tous genres par Internet, ce qui augmente considérablement le traffic fret, puis tous ces chinois et indiens de la classe moyenne émergente qui veulent tous venir
voir la tour Eiffel...le trafic aérien a encore de beaux jours devant lui, plein de jolis contrails...

Jacques Fabry 16/04/2009 22:27



"Et comme l'immense majorité des gens ne lèvent jamais le nez pour regarder
le ciel..."
Enfant, j'habitais un immeuble de 5 étages à 2 bons kms de la ville. L'hiver, il neigeait régulièrement une quinzaine de cm de neige. Beaucoup d'ouvriers en rentrant à pied du travail passaient
sous mon balcon, le seul, qui tout en haut de l'immeuble, était enneigé car non protégé par un balcon au-dessus. Je me délectais à envoyer des boules de neige sur ces ouvriers sans me rendre
compte de leur fatigue. Jamais aucun d'eux n'a pensé à lever les yeux pour voir d'où venait la neige. Chacun d'eux se retournait et accusait le piéton le plus proche ou suspectait un sale gosse
caché derrière une entrée de l'immeuble ou un arbre. Un jour, un ouvrier plus irascible ou plus fatigué en vint aux poings et en quelques instants plus de 10 hommes se battaient. Terrorisé autant
que silencieux sur mon balcon, je trouvais le temps du retour au calme bien long. Je n'ai jamais recommencé mais j'ai compris comment pouvait naître une guerre civile. On n'en est pas
loin.



Présentation

  • : Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • : La nature nous alerte en silence. Parfois le manque de mots ça agace!!! Mais les signes sont tenaces, le dérèglement climatique est installé, de plus en plus large, intense et rapide. Là, juste sous nos yeux, ouvrons-les bien grands, tout de suite, sans craindre de comprendre.
  • Contact

Profil

  • Jacques Fabry
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.

Il y a déjà trop d'avions

Sur terre on ne touche pas impunément à l'eau et à la lumière.

Recherche

Quand la lumière ne fut plus.

Aménagements climatiques

Réchauffement climatique

Dérèglement climatique

Bouleversement climatique

Disparitions climatiques

Uniformatisation climatique

Sans plus de commentaires pour le moment, mais je n’ai pas choisi ces mots au hasard.

 

J’ai essayé de montrer, de convaincre les responsables, c’était un peu tôt. J’y ai laissé trop d’énergie mais ils sont informés.

 

Je vais continuer par petites touches à photographier et afficher ce qui se passe sous nos yeux. J’espère que nous serons de plus en plus nombreux à accepter de regarder l’évidence et que nous serons entendus avant que la brusque extinction du plancton, des plantes, des animaux et des hommes actuels ne se produise, bien avant 2050.

 

POUR EVITER L’IRREMEDIABLE, LE PLUS URGENT EST DE DIMINUER IMMEDIATEMENT ET CONSIDERABLEMENT LE TRAFIC AERIEN MONDIAL.

 

Dure réalité, mais moins compliquée et moins coûteuse que la crise économique  générale qui nous attend, dès les prochains mois, si nous continuons à bouleverser l’eau et la lumière à la surface de la terre.

 

Je peux, à la demande, expliquer plus en détails, chacune de mes affirmations, et serais même tranquillisé qu’on me prouve que j’ai tord. N’hésitez pas à laisser un commentaire au bas des articles ou à me contacter directement avec le lien « contact » tout en bas de chaque page.

cielnature

Ils savent

la cause principale unique et 
ses multiples conséquences
www.eauseccours.com/article-16251978.html

Reponses-officielles.jpg
 

Liens