Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 19:23

Faire pleuvoir au Sahel grâce à l’iodure d’argent

 

Commentaire laissé par : coeur le 04/12/2008 à 14h23 suite à l'article De la baie de Talloires à Miyazaki Ocean Dome

Jetez un coup d'œil la dessus
http://www.africa.ucar.edu/documents/sahel%20april%2007/tuesday/Niang%20Senegal%20Rainfall%20Enhancemnent.pdf
Amitie

 



Iodure d’argent pour faire volontairement la pluie ou le beau temps par avion

 

Ensemencer les nuages de cristaux d’iodure d’argent  est une technique qui était couramment utilisée en France au milieu du 20ème siècle  pour faire précipiter précocement en eau ou grésil les nuages menaçant les cultures particulièrement sensibles à la grêle comme la vigne ou les arbres fruitiers.

Le paysan surveillait et protégeait farouchement sa terre. Le bruit de canonnade du  tir des fusées paragrêle avertissait également l’ouvrier ou le citadin qui majoritairement alors à pied, vélo ou vélomoteur, avaient le temps de s’abriter ou de se couvrir avant les averses de pluie torrentielle qui s’en suivaient. Quelques fusées d’iodure d’argent avaient un effet polluant négligeable. On devait juste se méfier  de la retombée des éclats du contenant, mais cela n’arrivait que sur des zones très peu fréquentées.

L’homme rêvait sans doute déjà d’être le maître de la pluie et du beau temps mais ses moyens techniques le remettaient à sa place d’humain.

 

Utiliser au 21ème siècle des  avions pour faire pleuvoir en Afrique ou en Espagne grâce à l’iodure d’argent dans le but de tenter d’éviter une sécheresse peut sembler du même ordre d’idée et tout aussi louable. Il est humain de tout tenter pour se prémunir des effets d’une catastrophe naturelle prévisible avant qu’elle ne se produise.

 

Et il parait même évident d’extrapoler l’idée pour éviter les conséquences du climat sur la vie des hommes  en toutes circonstances.

La Chine a jugé bon d’utiliser les avions pour précipiter les nuages avant qu’ils n’atteignent les lieux stratégiques des JO 2008 et ainsi préserver le confort  des spectateurs.

La Russie n’hésite pas à tenter d’assurer le beau temps le 12 juin au-dessus de Moscou , jour de la fête de l’indépendance de la  Russie, en ensemençant les nuages  d’iodure d’argent et même de poudre de ciment depuis des avions cargo.

 

N’étant plus artisanales ces techniques d’ensemencement des nuages  par avion risquent tôt ou tard de conduire à de graves conséquences par des pollutions  résultant de la concentration des produits dans les eaux de ruissellement.

 


 

Faire involontairement la pluie ou le beau temps par avion

 

L’incroyable augmentation de l’importance des nuages provoqués par le trafic arien actuel soulève d’autres questions :

 

·         Doit-on surveiller les cordons avionneux annonciateurs d’orages avionneux et tenter d’éviter la grêle dévastatrice qu’ils contiennent en créant un réseau de batteries paragrêle sous les couloirs aériens saturés en eau ?

·         A-t-on osé regarder dans quelle mesure les nuages qui passent sans précipiter sur le Sahel, ceux présents sur les sites olympiques de Pékin ou ceux présents chaque année le 12 juin à Moscou sont des cordons avionneux issus du trafic aérien ?

·         Alors que les nuages provoqués par les avions ne semblent pas avoir été pris en compte lors la réunion sur le climat qui vient de se tenir à Poznan en Pologne du 4 au 12 décembre 2008, les avionneurs, les politiques, les responsables des services météorologiques accepteront-ils de réaliser, avant la prochaine réunion internationale sur le climat prévue à Copenhague en 2009, que le réseau mondial des couloirs aériens modifie tout l’équilibre des cycles de l’eau locaux ou planétaires ?

 


 

Voiler le soleil par avion nuit gravement à l’économie des activités nautiques

 

Automne 2008 : la presse s’inquiète de la baisse des ventes de piscines privées et de bateaux de plaisance.

 

Les orages sont de plus en plus nombreux, l’humidité de l’air et au sol est quasi permanente, le soleil brûle à midi, la fraîcheur matinale est excessive et le soir la lumière disparaît trop vite alors qu’un courant d’air frais fort peu agréable descend du ciel.

 

Ce ne sont pas là les effets d’une mauvaise saison mais le début de la vie en Avionie (Bienvenue en Avionie, la néoplanète où nous nous contraignons à vivre . Beaucoup de piscines privées sont achetées pour le plaisir des adultes : commencer la journée par un  petit déjeuner au bord du bassin, se détendre par quelques brasses en sortant du travail ou profiter de la vie entre amis à la tombée du jour.

 

Ces plaisirs là sont les plus directement menacés par l’altération du ciel bleu et de la météo en général.

 

Sur les plages de lacs ou mers, la luminosité est dérangeante, quelque soit l’heure du jour. Les baignades peuvent être agréables quand il ne pleut pas, mais les séjours sur la plage le sont beaucoup moins et le resteront tant que trop d’avions voleront.

 

Ce mal être induit par la météo morose a des conséquences économiques immédiates sur les baignades et la navigation de plaisance. La relation de cause à effet est donc plus facile à mettre en évidence que dans d’autres pans de l’économie. L’agriculture et le tourisme d’hiver, très sensibles au temps seront eux aussi parmi les premiers touchés. Mais la machine s’emballe, plus on se voile la face, plus la guerre civile est proche. Il est devenu préférable d’indemniser l’industrie aéronautique, le temps de laisser souffler un peu les autres. Et après bien sûr, il ne faudra pas faire l’impasse sur la nécessité que toute activité devienne raisonnable et durable, c’est-à-dire adaptée en quantité et qualité au lieu de son implantation.


 

Plage du Lido sur le lac du Bourget en Savoie

 
 

Un lieu fort apprécié durant le mois d’octobre, l’heure d’été permettant encore de goûter  la saveur du soir et des eaux encore chaudes du lac.

Cet automne a été gâché par l'apparition de traînées d'avion croisées en fin de journée...


et la fraîcheur  de l’air aussitôt associée


La lumière est devenue fade malgré le ciel encore bleu côté Revard hormis un couloir avionneux en formation.

Les gens se rhabillent et s'en vont, certains étaient à peine arrivés et repartent très frustrés de n'avoir pu assouvir le rêve de bien être qui les avait habité au travail. Peu encore osent penser que tant de nuages peuvent venir du trafic aérien. Cela augmentera très vite.



Une même lumière grisâtre était déjà présente cet été sur les plages de Méditerranée, mais à cette période de vacances, vraiment personne ne voulait la remarquer.





Début décembre 2008, juste avant le salon des piscines à Paris,
dans une zone artisanale du midi, où de nombreuses enseignes de vendeurs de piscines privées sont concentrées.


D'un côté, comme de l'autre de cette zone, le ciel est bleu...


mais malgré le vent, en double étage pointillé ou en long cordon,...



le passage des avions a laissé ses traces et indique que le printemps, l'été et l'automne 2009 seront encore moins agréables que ceux de 2008.

Les vendeurs et constructeurs de piscine ont du souci à se faire. Les professionnels de lutte contre les traces d'humidité, mousse sur les toitures, murs ou dallages des sols devraient se frotter les mains. Mais il est inévitable que les altérations de la lumière et les modifications des cycles de l'eau ne nuisent pas gravement à toutes les économies, à tous les aspects de la vie sur terre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacques Fabry - dans économie
commenter cet article

commentaires

Chaoahn 15/12/2008 10:37

En 1992 / 1993, je me souviens être arrivée en Île de France, et qu'il était possible de se baigner l'été.

Il y avait d'ailleurs une base de loisirs pas très loin de chez nous à Cergy-Pontoise.

Jusqu'en 1997, et en 2003 année de canicule, on se baignait aussi de temps en temps l'été sur les plages du Nord, du côté de Berck. De 1993 à 1997 on y allait chaque été et plusieurs fois.

Depuis la canicule de 2003, plus aucune baignade possible l'été par chez nous. Le toboggan aquatique de la base de loisirs a par ailleurs été démonté. La zone de baignade ne semble plus entretenue, je ne sais même pas si elle est encore ouverte !
A la place, une descente de rapides automatiques a été faite + un téléski nautique. Ces deux activités sont possibles grâce aux combinaisons néoprènes portées par les participants ! Bien sûr tout le monde ne peut en profiter (petits enfants, familles) et ce n'est pas le même prix !

Quant aux baignades dans le Nord, cela fait 3 années qu'on essaye d'y aller l'été, mais les baignades ne sont plus possibles, trop froid, trop couvert, pas assez chaud, et pluies. En fait on n'y va même plus l'été pour se baigner, on y va durant les intersaisons quand une belle journée s'annonce, juste pour profiter du soleil... jusqu'à quand ces sorties seront encore possibles ? La dernière fois en Octobre, je voyais pour la 1ère fois des traînées d'avions au-dessus de la plage, et j'ai même entendu et vu passer quelques avions... Je ne me souviens pas avoir remarqué cela auparavant...

Les barbecues sont aussi condamnés... On en fait 2 en septembre/ octobre, quand il fait plus beau et chaud, en août, on mange à l'intérieur de la maison, avec une lumière digne d'un mois de novembre. (2 étés de suite que ça arrive !!!).

Les fêtes de famille, l'été dans le jardin ou en parc avec foot, pétanques, on n'en fait plus non plus depuis longtemps.

Le dernier "pique-nique" a été tenté il y a 3 ans en juin, ce fut à moitié le fiasco, on a dû tous rentrer après 15h, à cause de la pluie et des nuages. La journée n'ayant pas été agréable, ce fut la dernière.


Cela fait 3 ans, que mes parents descendent l'été sur la côte d'Azur, pour être sûr d'avoir du "soleil", alors que durant toute leur vie ils sont toujours allés ailleurs et ne semblaient pas autant que ça avoir besoin d'un "soleil garanti" durant leurs congés d'été.

5 ans que les sorties aux parc d'attractions de la région l'été ne se font plus. C'est pas qu'on y allait tous les ans avant, mais on y pensait, on évoquait l'idée... Aujourd'hui on n'y pense plus à cette période-là.

Mes petits cousins entre 6 et 10 ans, n'ont pas de piscine gonflable dans le jardin de leur maison.

On ne mange plus de cornets glacés à la maison l'été depuis plusieurs années aussi.

On n'achète des vêtements d'été que lorsqu'on part ailleurs, là où il fait beau et chaud. Sinon on peut s'en passer largement dans la région.

Cette année, le soir du 14 juillet, feu d'artifice chez moi : j'étais en manteau d'hiver grosse laine, bottes en cuir montantes et pull. Pourtant je ne suis pas frileuse !
Il faisait en effet 11 degrés à 22h !

Je n'avais jamais vu ça.

Les sorties type "randonnées à Fontainebleau" etc, oubliées elles aussi.

L'été du "calendrier officiel" chez nous se déroule ainsi :

>>> rien de spécial, ni de particulier par rapport à un printemps ou un automne.

- pas de glace
- pas de baignade
- pas d'épaules dénudées
- pas de tongues
- pas de pique-nique
- pas de sortie "estivale"
- pas de barbecue

Le week-end, les gens restent chez eux ou vont voir des amis, de la famille. Ou multiplient les week-ends ailleurs, c'est tout.

D'ailleurs cette année, je crois que les gens se sont habitués. Je ne les ai plus entendu parler "d'été" ou "espérer" quelque chose d'un temps d'été (chaleur, soleil).

Non, les seuls qui en parlaient ou semblaient contents sont ceux qui partaient... ailleurs...

Présentation

  • : Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • : La nature nous alerte en silence. Parfois le manque de mots ça agace!!! Mais les signes sont tenaces, le dérèglement climatique est installé, de plus en plus large, intense et rapide. Là, juste sous nos yeux, ouvrons-les bien grands, tout de suite, sans craindre de comprendre.
  • Contact

Profil

  • Jacques Fabry
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.

Il y a déjà trop d'avions

Sur terre on ne touche pas impunément à l'eau et à la lumière.

Recherche

Quand la lumière ne fut plus.

Aménagements climatiques

Réchauffement climatique

Dérèglement climatique

Bouleversement climatique

Disparitions climatiques

Uniformatisation climatique

Sans plus de commentaires pour le moment, mais je n’ai pas choisi ces mots au hasard.

 

J’ai essayé de montrer, de convaincre les responsables, c’était un peu tôt. J’y ai laissé trop d’énergie mais ils sont informés.

 

Je vais continuer par petites touches à photographier et afficher ce qui se passe sous nos yeux. J’espère que nous serons de plus en plus nombreux à accepter de regarder l’évidence et que nous serons entendus avant que la brusque extinction du plancton, des plantes, des animaux et des hommes actuels ne se produise, bien avant 2050.

 

POUR EVITER L’IRREMEDIABLE, LE PLUS URGENT EST DE DIMINUER IMMEDIATEMENT ET CONSIDERABLEMENT LE TRAFIC AERIEN MONDIAL.

 

Dure réalité, mais moins compliquée et moins coûteuse que la crise économique  générale qui nous attend, dès les prochains mois, si nous continuons à bouleverser l’eau et la lumière à la surface de la terre.

 

Je peux, à la demande, expliquer plus en détails, chacune de mes affirmations, et serais même tranquillisé qu’on me prouve que j’ai tord. N’hésitez pas à laisser un commentaire au bas des articles ou à me contacter directement avec le lien « contact » tout en bas de chaque page.

cielnature

Ils savent

la cause principale unique et 
ses multiples conséquences
www.eauseccours.com/article-16251978.html

Reponses-officielles.jpg
 

Liens