4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 12:30

  

«Un bon écologiste, c'est un type qui voit loin et qui a peu de foi dans le progrès, la science et la technique.»

Commandant Jacques-Yves Cousteau

 

17 juin 2010 à la médiathèque de Miramas, « Guy RODET, ingénieur de recherche à l’UMR Abeilles Environnement de l’INRA à Avignon  parlera du phénomène de mortalité inexpliquée des abeilles dans le monde et en présentera les conséquences préoccupantes pour notre écosystème » (extrait de l’affiche invitant à cette conférence « à l’occasion de l’Année Internationale de la biodiversité ».

 

extinction-6-abeille-Miramas.jpg

Une conférence parmi une multitude d’autres. Pendant que le scientifique vulgarise ses connaissances et l’état d’avancement de la recherche en la matière, devant la porte de la salle de conférence abeilles et autres insectes, là-aussi, tombent à la renverse.

http://www.eauseccours.com/article-la-lumiere-sur-la-mort-des-abeilles-et-leurs-cadavres-un-jeu-d-enfant-50769279.html

 

La conclusion de cet éminent scientifique est étonnante  et peut se résumer ainsi :

 

Les chercheurs ont mis en évidence qu’il n’y a aucune nouvelle maladie pouvant amener à une disparition massive et rapide des abeilles. Il semble exister une grande variabilité de maladies dont le vecteur commun serait le varroa destructor qui lui-même serait porteur de virus très variés ce qui pourrait expliquer  la propagation de maladies mortelles très diverses.

Le plus probable est que nous assistions à la 6ème extinction des espèces. Ce qui à l’échelle de la planète n’est pas une chose extraordinaire, bien que très vraisemblablement  cette fois-ci les activités de l’homme en soient la cause principale.

 

Les scientifiques passent actuellement  leur vie à étalonner et mesurer. Sans sourciller les voilà pratiquement prêts à abandonner l’idée de trouver une cause à la disparition massive des insectes pour, en lieu et place, gagner leurs salaires en mesurant l’état d’avancement de la perte de la biodiversité, et en parlant  abondamment de la 6ème extinction des espèces, une extinction à vivre en direct.

 

On nous fait croire qu’on a encore du temps, que l’échéance ne fait que de se rapprocher, que nous sommes au bout de la chaîne écologique.

 

Chaînes écologiques

Les abeilles disparaissent puis une partie des plantes ne peut se reproduire puis les hommes auront un problème à résoudre pour se nourrir.

Les insectes disparaissent puis les oiseaux qui s’en nourrissent meurent de faim puis la biodiversité sera menacée  car les oiseaux contribuent à l’extension géographique des espèces en disséminant graines et œufs ingérés et non digérés.

Les plantes disparaissent, puis les animaux qui s’en nourrissent puis les hommes.

 

 

La réalité actuelle dans la nature est que l’altération de la lumière et des cycles de l’eau par l’excès de trafic aérien, modifie toute l’organisation de la vie terrestre et met en menace la survie d’une multitude d’espèces, simultanément, de jour comme de nuit.

 

extinction-6-cerf-volant-et--rhinoceros.jpgOrycte rhinoceros, le 14 juin 2010, 14h47 sur le dos devant l’office du tourisme de Fontvieille en Provence

Lucane Cerf-voland, le 15 juin 2010, 14h28 sur le dos sur la pelouse vert pâle fluo des bords du lac du Bourget en Savoie

 

Les gros coléoptères crépusculaires sont eux-aussi victimes des changements de luminosité dénommés pudiquement « assombrissement global ». L’orycte rhinocéros était déjà mort, le lucane cerf-volant, épuisé mais encore vivant.

 

extinction-6-moineau-et-pie.jpg

Mardi 22 juin 2010, 10h13 en Camargue et 20h58 à Aix-en-Provence

 

Les oiseaux déjà gênés dans leur sommeil, leur ponte, leur alimentation subissent également la canicule humide qui essouffle chevaux et taureaux. Un système de prise de conscience de danger existe pour les hommes : l’humidex http://www.eauseccours.com/article-33425628.html

 

Ce moineau s’est envolé vivement comme le font tous les moineaux puis est retombé lourdement sur la pelouse, haletant. Pris dans les mains il est mort apparemment de crise cardiaque puis a été posé sur ce piquet pour la photo. En fond  la pelouse vert fluo et les rayons blancs du soleil dans l’’air épaissi par l’humidité inattendue  pour une fin juin.

 

Chute mortelle pour cette pie dans un univers bien sombre pour un début de solstice d’été. A noter l’absence de mouches.

 

 

«Le bonheur pour une abeille ou un dauphin est d'exister. Pour l'homme, c’est de le savoir et de s'en émerveiller.»

Commandant Jacques-Yves Cousteau

 

 

extinction-6-oliviers-en-souffrance.jpg

24 mars 2010, oliviers en souffrance en Provence

  

L’important pour les animaux comme pour l’homme est devenu de tout simplement continuer d’exister et de se nourrir.

 

Partager cet article

Published by Jacques Fabry - dans biodiversité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • : La nature nous alerte en silence. Parfois le manque de mots ça agace!!! Mais les signes sont tenaces, le dérèglement climatique est installé, de plus en plus large, intense et rapide. Là, juste sous nos yeux, ouvrons-les bien grands, tout de suite, sans craindre de comprendre.
  • Contact

Profil

  • Jacques Fabry
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.

Il y a déjà trop d'avions

Sur terre on ne touche pas impunément à l'eau et à la lumière.

Recherche

Quand la lumière ne fut plus.

Aménagements climatiques

Réchauffement climatique

Dérèglement climatique

Bouleversement climatique

Disparitions climatiques

Uniformatisation climatique

Sans plus de commentaires pour le moment, mais je n’ai pas choisi ces mots au hasard.

 

J’ai essayé de montrer, de convaincre les responsables, c’était un peu tôt. J’y ai laissé trop d’énergie mais ils sont informés.

 

Je vais continuer par petites touches à photographier et afficher ce qui se passe sous nos yeux. J’espère que nous serons de plus en plus nombreux à accepter de regarder l’évidence et que nous serons entendus avant que la brusque extinction du plancton, des plantes, des animaux et des hommes actuels ne se produise, bien avant 2050.

 

POUR EVITER L’IRREMEDIABLE, LE PLUS URGENT EST DE DIMINUER IMMEDIATEMENT ET CONSIDERABLEMENT LE TRAFIC AERIEN MONDIAL.

 

Dure réalité, mais moins compliquée et moins coûteuse que la crise économique  générale qui nous attend, dès les prochains mois, si nous continuons à bouleverser l’eau et la lumière à la surface de la terre.

 

Je peux, à la demande, expliquer plus en détails, chacune de mes affirmations, et serais même tranquillisé qu’on me prouve que j’ai tord. N’hésitez pas à laisser un commentaire au bas des articles ou à me contacter directement avec le lien « contact » tout en bas de chaque page.

cielnature

Ils savent

la cause principale unique et 
ses multiples conséquences
www.eauseccours.com/article-16251978.html

Reponses-officielles.jpg
 

Liens

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog