Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2008 5 11 /07 /juillet /2008 07:59
Panorama du Mont-Blanc, mercredi 9 juillet 2008

Pourtant que la montagne est belle...





Comment peut-on s'imaginer...





Comtemplant les neiges éternelles...




Que l'automne vient d'arriver?




Lancinante question en ce début d'été, question très proche de celle que se posait Jean Ferrat: quel signe de la nature peut annoncer l'automne ? 

Depuis des lustres, le montagnard se fiait à un célèbe nuage lenticulaire, l'âne du Mont-Blanc pour prévoir l'arrivée d'une perturbation. 

Ce n'est plus si simple. Particulièrement depuis cette année, alors que la plupart des aéroports proches ou lointains ont annoncé avec fierté leur agrandissement et l'augmentation spectaculaire de leur trafic, de nouveaux nuages accrochent de plus en plus souvent le Mont-Blanc. (cf. article du 2 mai 2008  Savoie, après la pluie toujours les avions).

Une traînée nuageuse, résultant de l'accumulation de la condensation de l'humidité descendue des couloirs aériens situés bien plus hauts en altitude, est devenue la compagne quotidienne des paysages du Mont-blanc, même par grand beau temps. Discrète ou très visible, elle est bien présente sur les photos ci-dessus, prises  tout au long de la journée du 9 juillet 2008.

Le rayonnement blanc qu'on aperçoit en haut à droite de la première photo montre le trop d'humidité contenue dans l'air en ce début d'été. 
Cette humidité retombe tôt le soir sous forme de fraîcheur et de rosée gênant les moissonneuses qui doivent stopper leur travail souvent dès 21h au lieu de 24h comme habituellement en cette saison. Le camping en pleine nature devient moins plaisant.

La dernière photo laisse pressentir les couleurs automnales.

Les plantes poussant actuellement sur ce site hautement touristique ne supportent plus ce trop d'humidité et cette lumière altérée. Les résineux roussissent, les robiniers, les platanes jaunissent, les érables s'empourprent, les cerisiers rougissent ou jaunissent, les framboisiers pâlissent,... un semblant d'automne s'installe silencieusement.



Partager cet article

Repost 0
Published by Jacques Fabry - dans montagne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • : La nature nous alerte en silence. Parfois le manque de mots ça agace!!! Mais les signes sont tenaces, le dérèglement climatique est installé, de plus en plus large, intense et rapide. Là, juste sous nos yeux, ouvrons-les bien grands, tout de suite, sans craindre de comprendre.
  • Contact

Profil

  • Jacques Fabry
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.

Il y a déjà trop d'avions

Sur terre on ne touche pas impunément à l'eau et à la lumière.

Recherche

Quand la lumière ne fut plus.

Aménagements climatiques

Réchauffement climatique

Dérèglement climatique

Bouleversement climatique

Disparitions climatiques

Uniformatisation climatique

Sans plus de commentaires pour le moment, mais je n’ai pas choisi ces mots au hasard.

 

J’ai essayé de montrer, de convaincre les responsables, c’était un peu tôt. J’y ai laissé trop d’énergie mais ils sont informés.

 

Je vais continuer par petites touches à photographier et afficher ce qui se passe sous nos yeux. J’espère que nous serons de plus en plus nombreux à accepter de regarder l’évidence et que nous serons entendus avant que la brusque extinction du plancton, des plantes, des animaux et des hommes actuels ne se produise, bien avant 2050.

 

POUR EVITER L’IRREMEDIABLE, LE PLUS URGENT EST DE DIMINUER IMMEDIATEMENT ET CONSIDERABLEMENT LE TRAFIC AERIEN MONDIAL.

 

Dure réalité, mais moins compliquée et moins coûteuse que la crise économique  générale qui nous attend, dès les prochains mois, si nous continuons à bouleverser l’eau et la lumière à la surface de la terre.

 

Je peux, à la demande, expliquer plus en détails, chacune de mes affirmations, et serais même tranquillisé qu’on me prouve que j’ai tord. N’hésitez pas à laisser un commentaire au bas des articles ou à me contacter directement avec le lien « contact » tout en bas de chaque page.

cielnature

Ils savent

la cause principale unique et 
ses multiples conséquences
www.eauseccours.com/article-16251978.html

Reponses-officielles.jpg
 

Liens