Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mai 2008 5 02 /05 /mai /2008 06:21

Mercredi 30 avril 2008
La météo annonce ciel bleu jusqu'en fin de matinée et après-midi pluvieux. Puis retour du beau temps pour un beau pont du 1er mai.


8h39 Ciel bleu comme annoncé par la météo,
mais soleil blanchi par les traînées de condensation au-dessus du Revard.


9h16 Ciel toujours bleu, la météo avait raison,
traînées des avions d'Aix-les-Bains à Chambéry.



Comme prévu, pluie toute l'après-midi.



17h 45 retour du beau temps au-dessus du Granier
Une magnifique traînée d'avion reste collée au sol. (Je n'en ai photographié qu'une toute petite partie de sa longueur)



17h51 Le ciel bleu est revenu.
Mais pas la joie, pleine des vies les plus diverses, qui l'accompagne normalement en ce milieu de printemps.
La lumière blafarde et les traînées d'avions visibles ou non provoquent une gêne tangible. 


18h00 Le soleil blanc est passé à l'ouest,
une nouvelle journée s'achève en Avionie.



Jeudi 1er mai
Très belle journée.
Mais encore et toujours cette lumière sans vigueur.
Les nombreux utilisateurs de la récente piste cyclable entre Ugine et Faverges restent optimistes. Pour eux, comme habituellement ici au printemps, ces cumulus proviennent de la fonte de la neige. Regarder leurs positions insolites ou accepter la présence des cirrus ferait trop mal.
Les abeilles, présentes en abondance le matin sur les fruitiers, les pissenlits et les arbres d'ornement comme les prunus, se font rares sur les fleurs. On les retrouve abasourdies sur le béton des terrasses.
Je ne peux m'empêcher de prévenir un groupe d'amis qui creusent une piscine : depuis l'augmentation irréfléchie du trafic aérien en automne 2007 notamment à Lyon Saint-Exupéry et Chambéry, le seuil de fréquentation acceptable par le ciel savoyard a été dépassé. Les terrasses des cafés, les plages des lacs, les piscines publiques ou privées n'offriront désormais plus les mêmes plaisirs.


Avez-vous remarqué que depuis quelques jours le ton des présentateurs de la météo nationale a changé? Ils deviennent de plus en plus prudents pour se hasarder à parler de ciel bleu.

Partager cet article

Repost0
29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 07:38

« Maussane-les-Alpilles/ Des serres arrachées, des oliviers déracinés…  
Et soudain une tornade a tout dévasté sur son passage ! »

titre la journaliste Bernadette Quilici le Jeudi 24 avril 2008 dans le numéro de « La Provence » édition de Arles.

J’ai bu un café à Maussane, me suis rendu à la mairie. Une agricultrice, voisine du propriétaire des serres m’a guidé jusqu’à lui.

Son souci majeur était de savoir si un tel événement, qu’il n’avait jamais connu durant ses 20 années de travail, pouvait se reproduire.

En cette heure matinale, le ciel était bleu, semblant annoncer  une idéale journée de printemps. Une demi-heure après, le temps de cheminer entre les serres aux arceaux tordus et plastiques arrachés, le temps de lever les yeux vers le soleil blanc, déjà les prémices des premières traînées de condensation des avions apparaissaient.

tornades en hiver

Tornade en Camargue et en Savoie, tornade au pied des Alpilles, hélas oui, de nouvelles tornades se produiront en Avionie et les Alpilles sont menacées.

Monsieur le maire, Jack Sautel,  était absent pour la journée. J’ai recontacté son secrétariat le lendemain, vendredi 25 avril, ainsi que la journaliste qui était alors pressée par un reportage. Depuis, aucune nouvelle.

 



En repartant j'a pris le temps de photographier le blanc dans les yeux de quelques abeilles...

Partager cet article

Repost0
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 10:11

Mistral perdant, c’est bien embêtant !

Vous connaissez sans doute l’histoire enfantine de Souricette qui voulait se marier avec le personnage le plus fort du monde.

Le soleil, bien qu’apparemment le plus puissant était masqué par les nuages que le vent chassait. La tour s’opposait au vent, le souriceau en rongeait la poutre maîtresse. La tour s’effondrait et Souriceau épousait  Souricette.

Qu'en est-il aujourd’hui ?

Les nuages sont là, le soleil est masqué, le mistral souffle.


Le mistral souffle et souffle encore.

Pas de nuage de pluie, dispersés les nuages de pollution industrielle, disparu le voile de pollution automobile.

Le soleil reste pâlot. Les nuages blanchissent.



Le mistral enrage et parvient à peine à effilocher ces nuages d’un nouveau genre.





Le mistral insiste jusque tard dans la nuit.

Les traînées d’avions lui tiennent tête.

 



Et pour mieux le narguer se transforment en véritable monstre.




Alors qui c’est le plus fort ?

Sans doute le commandant de bord !!!

 

Mistral perdant, c’est embêtant.

Le soleil voilé en permanence c’est une atteinte directe au moral des gens, la croissance des plantes, l’économie des terrasses et des plages, le plaisir pris près des piscines privées…

Qu’importe, Souricette n’a d’yeux que pour le bel uniforme du pilote.

On la croise de plus en plus souvent dans les queues des aéroports.

D’escale en escale elle finira bien par ouvrir les yeux, se rendre compte que partout où l’avion décolle, passe ou atterrit, la vie s’amenuise.

Alors  sans doute, après mille tours du monde au ciel uniforme, elle comprendra que l’originalité de son petit bout de terre  grouillant de vie était le paradis même s’il fallait un peu de temps et d’effort pour y accéder.

Souriceau ne comprend pas ce qui lui arrive, il attend longtemps, longtemps, que le ciel bleu revienne, que Souricette revienne. Ses forces s’amenuisent. On en  trouve déjà bien souvent de morts.

Et le plus étrange c’est qu’il n’y a pas ou très peu de mouches sur les cadavres.




NB : pour ne vexer personne, vous pouvez, à votre convenance, inverser les termes de Souriceau et Souricette dans le texte.

Partager cet article

Repost0
27 mars 2008 4 27 /03 /mars /2008 14:39
Mercredi 26 mars 2008 dans le journal de 20 heures de TF1 était présenté un petit reportage sur une nouvelle accélération de la fonte de la banquise.

http://videos.tf1.fr/video/news/sciences/0,,3797887,00-pan-banquise-antarctique-desintegre-.html 

Le passage qui m'interpelle est celui, vers la fin où l'on voit, même là, à l'horizon du bout du monde, le soleil JAUNE généré par les traînées d'avions.
Il est URGENT que l'on réduise le trafic aérien!!!
Dans cette région le plancton est particulièrement menacé par cette lumière.

Dans ce même journal, TF1 montrait des images du tout nouveau gigantesque aéroport à Pékin, pouvant accueillir 80 000 000 de passagers par an.

Et juste après le journal, le reportage sur le rallye automobile "des gazelles" était illustré par un magnifique coucher de soleil JAUNE lui aussi, au plus profond du désert.

Le monde en entier devient Avionie.

____________________________________________________________________________________

Coucher de soleil jaune photographié depuis l'entrée du musée de la Camargue.
La nature, les cultures et l'économie touristique sont en danger.
Mais pour le moment aucun responsable ne veut en tenir compte.

Partager cet article

Repost0
8 mars 2008 6 08 /03 /mars /2008 20:07
Camargue, début février 2008

 

Une mini tornade est si vite passée, juste le temps pour l'ouvrier agricole de s'abriter sous un tracteur, mais quel bruit et quelle peur !!! Heureusement, ici les chevaux vivent dehors. En écurie, ils n'auraient pas pu éviter les projections de tuiles, morceaux de bois ou autres débris des toitures.


Savoie, lac du Bourget, début mars
(articles parus dans le quotidien local "le dauphiné libéré")




Natif des bords du lac du Bourget, je peux vous assurer qu'une bise très forte en hiver, avec des froids sibériens, était chose courante, particulièrement en février et tout début mars.

Quelquefois en été, lorsque survenaient de violents orages par le sud, une mini tornade longeait la montagne du côté sauvage du lac.

La bise est comme le mistral, sa présence est habituellement le signe d'un ciel parfaitement dégagé et bleu. Alors pourquoi voit-on cette énorme barre nuageuse au nord du lac?

Attention, danger !
Pas le temps de répondre, l'explication détaillée sera pour plus tard.







Partager cet article

Repost0
15 février 2008 5 15 /02 /février /2008 08:50
Mardi 12 février 2008, Jean-Louis Borloo, ministre de l’écologie,  a réuni les associations écologistes, les agriculteurs, les pêcheurs et les administrations pour le  premier comité sécheresse de l'année.  « Comme on a une alerte extrêmement grave, c'est notre devoir de prévenir »  a affirmé le ministre de l’écologie car « les trois prochains mois seront déterminants »
Ces propos résonnent  profondément en moi, car tout mon souci actuel est de trouver un moyen rapide de faire passer un message grave et douloureux :
Les avions semblent être la goutte d’eau qui fait déborder la sécheresse ou les idondations.
Depuis des décennies la circulation habituelle des systèmes nuageux est insensiblement et progressivement perturbée par la canalisation des grands fleuves, l’assèchement des marais, les grands axes autoroutiers, la chaleur des grandes zones urbaines.
Tout cela se passe près du sol et les importantes perturbations arrivaient toujours à suivre leurs chemins habituels.
Aujourd’hui, l’incroyable essor du trafic aérien bouleverse la donne.
La présence permanente de réseaux d’humidité générée dans les couloirs aériens diffuse la libre circulation des nuages naturels, car l’eau est avide d’eau. Les nuages ne précipitent plus obligatoirement aux endroits et moments attendus.
Le soleil blanc (de plus en plus présent dans les publicités, les reportages, les cartes postales et certainement vos photos personnelles) accélère la fonte de la neige et des glaciers, diminue l’intensité des microclimats. Beaucoup de nuages passent alors sans précipiter.
Au final beaucoup moins d’eau parvient à la surface du sol sous forme de pluie ou de neige. La sécheresse déborde de ses régions saisonnières habituelles. 

En d'autres circonstances les traînées d'avions sont si nombreuses qu'elles s'aglutinent, amplifient les perturbations et peuvent précipiter jusqu'à provoquer des inondations.
On me dit que j’exagère, qu’il me faut prouver scientifiquement ce que j’avance, que déjà les anciens disaient que le temps n’était plus comme avant…
Pendant ce temps, au fur et à mesure de l’augmentation programmée du trafic aérien en région Rhône-Alpes et PACA , je photographie l’avancée visible des manifestations et des conséquences au sol du dérèglement climatique.
Si l’on attend pour réagir les quelques années qui feront fondre de trop les  glaciers alpins, le cycle de l’eau sera pour nous irrémédiablement modifié pour au moins des siècles.
Cela mérite qu’on prête attention à mes propos, même pour me prouver que je me trompe.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • : La nature nous alerte en silence. Parfois le manque de mots ça agace!!! Mais les signes sont tenaces, le dérèglement climatique est installé, de plus en plus large, intense et rapide. Là, juste sous nos yeux, ouvrons-les bien grands, tout de suite, sans craindre de comprendre.
  • Contact

Profil

  • Jacques Fabry
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.

Il y a déjà trop d'avions

Sur terre on ne touche pas impunément à l'eau et à la lumière.

Recherche

Quand la lumière ne fut plus.

Aménagements climatiques

Réchauffement climatique

Dérèglement climatique

Bouleversement climatique

Disparitions climatiques

Uniformatisation climatique

Sans plus de commentaires pour le moment, mais je n’ai pas choisi ces mots au hasard.

 

J’ai essayé de montrer, de convaincre les responsables, c’était un peu tôt. J’y ai laissé trop d’énergie mais ils sont informés.

 

Je vais continuer par petites touches à photographier et afficher ce qui se passe sous nos yeux. J’espère que nous serons de plus en plus nombreux à accepter de regarder l’évidence et que nous serons entendus avant que la brusque extinction du plancton, des plantes, des animaux et des hommes actuels ne se produise, bien avant 2050.

 

POUR EVITER L’IRREMEDIABLE, LE PLUS URGENT EST DE DIMINUER IMMEDIATEMENT ET CONSIDERABLEMENT LE TRAFIC AERIEN MONDIAL.

 

Dure réalité, mais moins compliquée et moins coûteuse que la crise économique  générale qui nous attend, dès les prochains mois, si nous continuons à bouleverser l’eau et la lumière à la surface de la terre.

 

Je peux, à la demande, expliquer plus en détails, chacune de mes affirmations, et serais même tranquillisé qu’on me prouve que j’ai tord. N’hésitez pas à laisser un commentaire au bas des articles ou à me contacter directement avec le lien « contact » tout en bas de chaque page.

cielnature

Ils savent

la cause principale unique et 
ses multiples conséquences
www.eauseccours.com/article-16251978.html

Reponses-officielles.jpg
 

Liens