Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 21:39

 

Article paru dimanche 8 août 2010 dans le Dauphiné Libéré, édition Haute-Savoie,  page d’Annecy :

LES MYSTERES D’ANNECY

Pourquoi n’y a-t-il pas de palmiers alors qu’on en trouve dans certaines villes voisines ?

Le journaliste Vincent BOUVET-GERBETTAZ évoque en parlant d’Annecy « une ville fidèle à sa tradition alpine » à préserver, « d’autant plus dans un contexte de candidature olympique » (JO d’hiver 20108). Et tant pis si les villes savoyardes  voisines, Chambéry et surtout Aix-les-Bains, arborent quelques palmiers en saison d’été.

Cet article cite Thierry Billet, élu municipal d’Europe Ecologie, maire adjoint d’Annecy chargé de l’environnement, Vice-président du syndicat du lac : « Planter des palmiers ? Ce serait rompre avec la stratégie globale de la ville. Il s’agit d’une espèce qui n’est pas très adaptée à notre climat de montagne. » .

« Et pourtant,… » conclut le journaliste « … Le palmier chanvre résiste par exemple à des températures de  -18° ».

Article illustré par une photo d’un alignement de platanes légendée : « les allées de platanes, ici celle du Petit Port, correspondent mieux au climat de montagne de notre bassin. »

 

Pas un mot sur le réchauffement climatique qui a pourtant encore tout récemment été la source de multiples articles montrant des palmiers à Paris ou des caféiers sur le Mt-Blanc.

D’innombrables ronds-points et jardins ont d’ailleurs été ornés, dans cet esprit, par d’énormes oliviers directement transplantés d’Espagne, sans préciser si l’Espagne envisageait de les remplacer par des essences africaines.

Pas un mot non plus sur les centaines de milliers d’arbres de toutes espèces déjà morts ou en train de mourir sous nos yeux, tout autour de nous, dans la nature, les vergers ou en ville. Mais combien de personnes s’en rendent-elles compte ?

Juste l’ancestrale rivalité entre Aix-les-Bains et Annecy.


platanes-ou-palmiers-Aix-les-Bains.jpg

Aix-les-Bains, ville thermale romaine,  aux thermes récemment renommés « Université du bien-être »

Allée de platanes menant au Grand Port et alignement de vrais faux palmiers dans le Parc de Verdure


platanes-ou-palmiers-jungle.jpg

Aix-les-Bains, ville toujours fortement primée pour la qualité de son fleurissement

A l’air libre,  une ambiance de jungle tropicale sous les arbres séculaires du Parc de Verdure autrement nommé Parc Floral des Thermes. Le climat local permet la pousse de figuiers sauvages et un village du bord du lac se nomme Brison- le- Oliviers.


platanes-ou-palmiers-lions-et-fougeres-arborescentes.jpg

Tout occupés à leurs jeux, lion et lionne n’ont pas remarqué que ce sont des fougères arborescentes qui font penser à des palmiers.

Aujourd’hui, 8 août 2010, dans le sud de la France la ville de Gardanne a averti  la population du traitement de ses platanes contre le tigre du platane, l’anthracnose et l’oïdium.

L’oïdium, maladie cryptogamique  sévit dans le sud de la France. L’oïdium blanchit aussi en ce mois d’août  les feuilles des  platanes d’Aix-les-Bains (Cf. première photo de cet article). Annecy commence à être touchée.

 

La présence du champignon oïdium est signe d’un air très humide dans un temps sec et avec des nuits assez fraîches. C’est pourquoi il se développe normalement principalement au printemps.

Pour les fougères arborescentes, l’humidité de l’air est également primordiale, ainsi que la pénombre.

 

Alors que se passe-t-il et que faire si un arbre dépérit ?

L’air est  humidifié par les aviocirrus, même et surtout par beau temps.

Ce voile d’aviocirrus remplace  la lumière éclatante du soleil d’été par une pénombre de plus en plus importante.

Les adrets et les ubacs sont beaucoup moins diversifiés.

Beaucoup d’arbres ne pourront s’adapter au climat de l’Avionie. Aujourd’hui la plupart des oliviers des ronds-points dépérissent.

Inutile donc de chercher à traiter ces arbres condamnés.

Deux solutions : planter des fougères arborescentes ou diminuer le trafic aérien jusqu’à disparation des aviocordes et du voile d’aviocirrus.

 

Partager cet article

Repost0
17 juillet 2010 6 17 /07 /juillet /2010 06:39

Dans un article du 16 juin 2010 http://www.laprovence.com/article/region-14484 Jean-Jacques Fiorito, journaliste bien connu à Marseille, relate l’étonnement d’Alain Mante, responsable du CEEP (Conservatoire études des écosystèmes de Provence), devant la mystérieuse et volumineuse diminution de l’effectif des goélands leucophées nommés localement « gabians ».

Le  recensement de mai dernier a montré que  la moitié de la population  des goélands marseillais avait disparu. Et de conclure après inventaire des causes possibles mais non avérées : « Une disparition? Non. Une extinction. Un coup de baguette magique sur un peuple d'oiseaux qui n'en finissait pourtant plus de se reproduire depuis les années 30. »

Il faut dire que le goéland est une espèce protégée qui avait particulièrement su profiter des aberrations des décisions humaines. Animal sauvage, donc interdiction de le nourrir sous peine d’amende, bien qu’il ait pris l’habitude de s’alimenter  dans les poubelles ou plus abondamment encore dans les décharges à ciel ouvert. Espèce protégée avec pourtant le feu vert de la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) pour  étanchéifier la coquille des œufs avec de l’huile végétale afin que les  embryons cessent de se développer sans que les adultes ressentent le besoin d’une nouvelle ponte.

Un nouveau mystère de la nature, une nouvelle extinction d’espèce en cette année 2010 dédiée à la protection de la biodiversité.

Une extinction que le journaliste Jean-Jacques Fiorito salue en ces termes : « Bonne ou mauvaise nouvelle? Bonne évidemment. Car s'ils n'étaient qu'une centaine de couples dans les années30, ils dévoraient notre espace aérien 80 ans plus tard ».

Le principal reproche fait aux gabians est le bruit, comme c’est le cas pour les cloches des vaches dans les alpages, les coqs et les clochers des villages, les cigales en Provence, notamment à Eygalières.

Alors même si l’absence du  goéland ne semble pas perturber l’homme, il serait bon de se demander où sont passés leurs cadavres, de la même façon qu’on  s’est longtemps interrogé pour ceux des abeilles :

http://www.eauseccours.com/article-la-lumiere-sur-la-mort-des-abeilles-et-leurs-cadavres-un-jeu-d-enfant-50769279.html


gabian-et-corbeau-morts-sur-route.jpg

 7 juillet 2010, autour de l’étang de Berre, aux bords des routes


gabians-morts-Marseille.jpg

16 juillet 2010, le long du port de Marseille, au milieu de la route

Goélands et corbeaux sont habituellement des charognards assez vifs pour se régaler sans dommage des hérissons ou lapins écrasés par les voitures. Mais actuellement on retrouve de plus en plus souvent des goélands, des corbeaux ou des pies tués sur les routes comme des moineaux étourdis.

Les hommes aussi  sont concernés. Madame Michèle MERLI, Préfète Déléguée Interministérielle à la Circulation et à la Prévention  Routières, ou le député Hervé MARITON, qui se soucie de la somnolence au volant, sont au courant de cette situation, bien qu’ils restent encore dans  l’attentisme face à cette situation pourtant de moins en moins nouvelle. http://www.eauseccours.com/article-securite-routiere-de-nouveau-trop-d-accidents-a-qui-la-faute-etre-pas-vu-je-meurs-avoir-pas-vu-je-tue-38186741.html


gabian-mort-plage-du-grand-radeau.jpg

 14 juillet 2010, Camargue, plage du grand radeau


gabian-et-pie-morts-sur-le-dos.jpg

Gabian de Camargue et agace (pie) de Provence retrouvés morts sur le dos en pleine nature


Il semblerait que la lumière solaire altérée par les aviocirrus, si perturbante pour le vol des abeilles et autres insectes, le soit aussi pour les oiseaux.

Autrement dit, abeilles, autres insectes volants à vue et oiseaux se déplaçant en terre d’Avionie peuvent être victimes d’un crash aérien par perturbation de la localisation du haut et du bas.

 

ATTENTION DANGER

Toutes les activités humaines aériennes en vol à vue (sauts acrobatiques à skis, en vélo ou moto, vols en planeurs, parapentes, avions de tourisme, montgolfières,…)  peuvent à un moment ou à un autre être perturbées par un éblouissement ou l’altération de la perception du relief.

Il serait bon que cette hypothèse soit systématiquement évoquée lors des enquêtes après crash aérien.

Exemple récent : crash aérien de la famille Luciani le 13 juillet 2010 sur la commune de Pernes les Fontaines dans le Vaucluse. La photo qui illustre cet article http://www.ledauphine.com/vaucluse/2010/07/15/apres-le-crash-l-enquetehttp://www.lejsl.com/fr/accueil/article/3489372/Vol-tragique-pour-des-Clunysois.html met en évidence la lumière grisée qui peut altérer la perception du relief en ce lieu.


gabian-voilier-Columbus-du-WWF.JPG

16 juillet 2010, vieux port de Marseille, voilier Columbus du WWF, « Pour une planète vivante »

Pour quelques cadavres de gabians trouvés sur terre, combien en pleine mer ? 


Partager cet article

Repost0
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 10:30

  

«Un bon écologiste, c'est un type qui voit loin et qui a peu de foi dans le progrès, la science et la technique.»

Commandant Jacques-Yves Cousteau

 

17 juin 2010 à la médiathèque de Miramas, « Guy RODET, ingénieur de recherche à l’UMR Abeilles Environnement de l’INRA à Avignon  parlera du phénomène de mortalité inexpliquée des abeilles dans le monde et en présentera les conséquences préoccupantes pour notre écosystème » (extrait de l’affiche invitant à cette conférence « à l’occasion de l’Année Internationale de la biodiversité ».

 

extinction-6-abeille-Miramas.jpg

Une conférence parmi une multitude d’autres. Pendant que le scientifique vulgarise ses connaissances et l’état d’avancement de la recherche en la matière, devant la porte de la salle de conférence abeilles et autres insectes, là-aussi, tombent à la renverse.

http://www.eauseccours.com/article-la-lumiere-sur-la-mort-des-abeilles-et-leurs-cadavres-un-jeu-d-enfant-50769279.html

 

La conclusion de cet éminent scientifique est étonnante  et peut se résumer ainsi :

 

Les chercheurs ont mis en évidence qu’il n’y a aucune nouvelle maladie pouvant amener à une disparition massive et rapide des abeilles. Il semble exister une grande variabilité de maladies dont le vecteur commun serait le varroa destructor qui lui-même serait porteur de virus très variés ce qui pourrait expliquer  la propagation de maladies mortelles très diverses.

Le plus probable est que nous assistions à la 6ème extinction des espèces. Ce qui à l’échelle de la planète n’est pas une chose extraordinaire, bien que très vraisemblablement  cette fois-ci les activités de l’homme en soient la cause principale.

 

Les scientifiques passent actuellement  leur vie à étalonner et mesurer. Sans sourciller les voilà pratiquement prêts à abandonner l’idée de trouver une cause à la disparition massive des insectes pour, en lieu et place, gagner leurs salaires en mesurant l’état d’avancement de la perte de la biodiversité, et en parlant  abondamment de la 6ème extinction des espèces, une extinction à vivre en direct.

 

On nous fait croire qu’on a encore du temps, que l’échéance ne fait que de se rapprocher, que nous sommes au bout de la chaîne écologique.

 

Chaînes écologiques

Les abeilles disparaissent puis une partie des plantes ne peut se reproduire puis les hommes auront un problème à résoudre pour se nourrir.

Les insectes disparaissent puis les oiseaux qui s’en nourrissent meurent de faim puis la biodiversité sera menacée  car les oiseaux contribuent à l’extension géographique des espèces en disséminant graines et œufs ingérés et non digérés.

Les plantes disparaissent, puis les animaux qui s’en nourrissent puis les hommes.

 

 

La réalité actuelle dans la nature est que l’altération de la lumière et des cycles de l’eau par l’excès de trafic aérien, modifie toute l’organisation de la vie terrestre et met en menace la survie d’une multitude d’espèces, simultanément, de jour comme de nuit.

 

extinction-6-cerf-volant-et--rhinoceros.jpgOrycte rhinoceros, le 14 juin 2010, 14h47 sur le dos devant l’office du tourisme de Fontvieille en Provence

Lucane Cerf-voland, le 15 juin 2010, 14h28 sur le dos sur la pelouse vert pâle fluo des bords du lac du Bourget en Savoie

 

Les gros coléoptères crépusculaires sont eux-aussi victimes des changements de luminosité dénommés pudiquement « assombrissement global ». L’orycte rhinocéros était déjà mort, le lucane cerf-volant, épuisé mais encore vivant.

 

extinction-6-moineau-et-pie.jpg

Mardi 22 juin 2010, 10h13 en Camargue et 20h58 à Aix-en-Provence

 

Les oiseaux déjà gênés dans leur sommeil, leur ponte, leur alimentation subissent également la canicule humide qui essouffle chevaux et taureaux. Un système de prise de conscience de danger existe pour les hommes : l’humidex http://www.eauseccours.com/article-33425628.html

 

Ce moineau s’est envolé vivement comme le font tous les moineaux puis est retombé lourdement sur la pelouse, haletant. Pris dans les mains il est mort apparemment de crise cardiaque puis a été posé sur ce piquet pour la photo. En fond  la pelouse vert fluo et les rayons blancs du soleil dans l’’air épaissi par l’humidité inattendue  pour une fin juin.

 

Chute mortelle pour cette pie dans un univers bien sombre pour un début de solstice d’été. A noter l’absence de mouches.

 

 

«Le bonheur pour une abeille ou un dauphin est d'exister. Pour l'homme, c’est de le savoir et de s'en émerveiller.»

Commandant Jacques-Yves Cousteau

 

 

extinction-6-oliviers-en-souffrance.jpg

24 mars 2010, oliviers en souffrance en Provence

  

L’important pour les animaux comme pour l’homme est devenu de tout simplement continuer d’exister et de se nourrir.

 

Partager cet article

Repost0
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 11:22

Biodiversite-Chantal-Jouanno-etonnee.jpgLe député, maire de Bonneville Martial SADDIER et Chantal JOUANNO, Secrétaire d’Etat à l’Ecologie étaient présents à Chamonix lundi 10 mai 2010 pour l’ouverture de la conférence française de la biodiversité  

 

Pour que Chantal JOUANNO ne soit pas étonnée du désastre après, il faut qu’elle puisse ouvrir les yeux avant, cette championne de karaté kata ne peut ignorer cette règle de la vie. (photo archives personnelles)

 

« Une Agence de la nature récupérant les connaissances des uns et des autres » Chantal JOUANNO citée le 10 mai 2010 par  le Dauphiné Libéré

http://www.ledauphine.com/chamonix-haute-savoie-chantal-jouanno-ouvre-la-conference-francaise-de-la-biodiversite-@/index.jspz?chaine=23&article=300159

 

Biodiversite-lettre-Chantal-JOUANNO.jpg 

Décembre 2009 lettre de Chantal JOUANNO,  à Jean-Claude GAUDIN

 

Grâce à Mr Jean-Claude GAUDIN, Maire de Marseille, Vice-président du Sénat et ancien Ministre de l'Aménagement du Territoire, de la Ville et de l'Intégration, j’ai pu être reçu le mardi 23 mars 2010, en tant qu’avioclimatologue, par Melle Cécile RISPAL et Mme Anne-Marie MASKAY, conseillères techniques de Chantal JOUANNO.

On a parlé de ce qui est devenu la première menace pour toute la biodiversité végétale, animale et même humaine : l’altération de la lumière et le bouleversement des cycles de l’eau par les nuages de culture générés par l’excès de trafic aérien.

On a naturellement aussi abordé le problème de la disparition des abeilles et des autres insectes.

 Année 2010, le coup de grâce aux abeilles, le coup fatal à la biodiversité ?

Sauvons notre peau pour sauver les abeilles

 

A ce jour je ne sais pas si Mme Chantal JOUANNO a été tenue au courant de cet aspect « des connaissances des uns et des autres ».

Dans le doute j’ai dernièrement contacté une nouvelle fois Mr Hervé GAYMARD, Président du Conseil Général de la Savoie,  ancien Ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, ancien Ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche et des Affaire Rurales qui en réponse a pris l’initiative d’un courrier visant à me faire recevoir, en tant qu’avioclimatologue,  par un des collaborateurs de Mr Jean-Louis BORLOO, Ministre d’Etat, ministre de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de la Mer, en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat.

 Biodiversite lettre Hervé GAYMARD

Extrait de la lettre datée du 19 avril 2010, signée Hervé GAYMARD, Président du Conseil Général de la Savoie

Car si rien n’est fait très vite l’altération de la lumière et le bouleversement des cycles de l’eau provoqués par les aviocirrus et les aviocordes auront considérablement endommagé la biodiversité et les activités humaines bien avant la date limite fixée par Chantal JOUANNO pour simplement annoncer le début d’une stratégie :

« Vous allez définir des plans durant ces trois jours, mais il faudra qu'ils soient évolutifs dans l'avenir. Cette stratégie ne sera publiée qu'en juin 2011, vous avez donc le temps de travailler. » Chantal JOUANNO citée le 10 mai 2010 par  le Dauphiné Libéré

http://www.ledauphine.com/chamonix-haute-savoie-chantal-jouanno-ouvre-la-conference-francaise-de-la-biodiversite-@/index.jspz?chaine=23&article=300159

 

 

Les mesures envisagées pour protéger la biodiversité concerneront-elles aussi les jeunes loups de la politique ?

 

Dernières nouvelles du loup à quatre pattes

http://www.ledauphine.com/un-loup-percute-a-l-entree-de-grenoble-@/index.jspz?article=298915

http://www.ledauphine.com/combe-de-savoie-apres-l-attaque-samedi-l-attaque-de-la-biche-pose-question-@/index.jspz?article=300009&chaine=26

http://www.ledauphine.com/justice-le-12-fevrier-2009-un-chasseur-avait-tue-un-loup-au-petit-bornand-les-glieres-quinze-mois-apres-le-tir-d-un-loup-franck-michel-devant-la-justice-@/index.jspz?chaine=23&article=300484 

 

Dernières nouvelles du Député Maire de Bonneville, souvent confronté à ce problème de la présence du loup dans les alpages,  missionné pour récolter les informations concernant la disparition des abeilles en 2008 et selon son expression « cador de la lutte antigrêle »

 

2008

Boris Johnson, nouveau maire de Londres, ébloui, trébuche comme une abeille ou une mouche.
« Vendredi 30 mai 2008, Monsieur Saddier m’a reçu dans son bureau parlementaire de Bonneville. J’ai pu lui présenter ce fait, ainsi que la dangerosité des orages de grêle qui se produisent de plus en plus souvent sous des nuages d’un nouveau genre : les cordons avionneux. » http://www.eauseccours.com/article-26029369.html

 

Courrier posté le 20 avril 2010

Biodiversite Bonneville Martial SADDIER

Avril 2010, mairie de Bonneville, Haute-Savoie, dirigée par le Député Maire, Martial SADDIER

Lumière solaire altérée par les aviocirrus, présence d’aviocordes, parterres fleuris pratiquement désertés par les abeilles, Bonneville est devenue terre d’Avionie

 

Malgré la bonne conscience affichée de la municipalité de Bonneville, les solutions locales en matière de lutte contre les changements climatiques adoptées par la ville pour ses habitants et les abeilles ne pourront être pleinement utiles et efficaces tant que trop d’avions voleront.

 

Lundi 10 mai 2010, 18h36 

Une photo du journaliste Philippe CORTAY du Dauphiné Libéré met en valeur le Député Maire Martial SADDIER parlant allègrement avec  Chantal JOUANN0, Secrétaire d’Etat à l’Ecologie, tous deux assis parmi les personnages du premier rang de l’assistance de la conférence française sur la biodiversité réunissant 400 participants à Chamonix du 1er au 12 mai 2010

http://www.ledauphine.com/photo-@/index.jspz?photo=269809

 

La légende ne dit pas s’il lui parle de l’augmentation des conséquences néfastes de l’excès de trafic aérien, sur la biodiversité bien sûr, mais aussi sur le tourisme et l’économie.

 

En attendant des décisions politiques opportunes, l’assombrissement global gagne en intensité et le nuage de cendre du volcan l’accentuera encore pendant quelque temps.

Déficit d’ensoleillement, un problème vital observable sur une carte météo

 


 

Préparation des prochaines réunions sur le climat de Bonn du 31 mai au 1er juin 2010 : Regarder l’aspect quotidien du ciel et accepter de comprendre que l’Allemagne est devenue terre d’Avionie

Bonn-2010-05-7v17h32-8s13h03-9d13h59-10l11h12-11mar12h.jpg

Bonn, Allemagne (Images du jour  sur http://www.b-p-s.de/webcam.php)

Vendredi 7 mai, 17h32

Samedi 8 mai, 13h03

Dimanche 9 mai, 13h59

Lundi 10 mai, 11h12

Mardi 11 mai, 12h

 

Images quotidiennes précédentes incluses dans les articles écrits depuis le 1er janvier 2010 (Images du jour  sur http://www.b-p-s.de/webcam.php)

 

Partager cet article

Repost0
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 19:44

Ciel bleu, soleil blanc, fin du printemps en Provence



Pas un seul vrai nuage ; quelques petits nuages allongés, début d'accumulation de la vapeur d'eau descendue des traînées d'avion volant bien plus haut ; rayons blancs rendus visibles par la présence de micro gouttes.



Et tout en bas, au ras du sol, ces rayons cognent fort et large sur le corps et dans l'oeil des fourmis.


Dix fois, vingt fois cette année, les fourmis ont ouvert puis refermé leur fourmilière, la faim devient tenace, il faut tenter sa chance. Beaucoup partent en quête de nourriture, peu reviendront garnir les réserves de la fourmilière. Comme les abeilles elles se seront perdues, épuisées, ou découragées auront fait demi-tour sans rien ramener.



Bientôt cette fourmilière sera elle aussi éteinte.

 

La vie étant devenue très dure en plein champ, on trouve actuellement plus de fourmis dans des lieux plus à l'ombre, sous les écorces ou dans les maisons.

Partager cet article

Repost0
9 juin 2008 1 09 /06 /juin /2008 12:26

Un petit article pour passer le temps, en attendant que le contenu des autres articles de ce blog continue à être vérifié par l'actualité, et que les décideurs, petits ou grands soient enfin prêts à regarder, comprendre et agir.


Alors que l'on peut commencer à voir des fourmis bleues, une fourmi bleue ça n'existe pas ,

alors qu'un homme, Paul Karason, est devenu bleu, http://www.taptoula.com/2008/04/25/paul-karason-lhomme-a-la-peau-bleue-un-vrai-schtroumpf/ ,

l'avenir des plus célèbres créatures bleues, les Schtroumpfs apparaît bien incertain.


Peuple pionnier des forêts méditerranéennes calcinées (leur premier village est toujours construit dans une forêt aux arbres noirs et nus), leur nourriture est tout naturellement la salsepareille, plante sauvage de la garrigue.
Si la salsepareille vient à manquer, aussi sûr que le panda géant ne survit pas à la destruction des forêts de bambous, les Schtroumpfs souffrent de la faim et deviennent eux-aussi espèce à classer "en voie d'extinction".

Ces photos prises ce matin, confirment ces craintes : les feuilles en forme de lance ou de coeur de la salsepareille mollissent, jaunissent, brunissent et deviennent immangeables.



Autre problème entravant la prolifération des Schtroumpfs, leur mode de reproduction. Les bébés sont exclusivement apportés par une cigogne lors d'une claire pleine lune bleue, (de nombreux sites internet renseignent sur la lune bleue).
Pas de lune bleue prévue cette année, à moins que la récente éruption du volcan Chaiten au Chili, survenue le 8 mai dernier après un sommeil de 9000 ans n'en provoque une.

C'est fort possible mais hélas, la pleine lune est désormais toujours voilée, sa lumière altérée est insuffisante pour permettre de guider la cigogne jusqu'au si petit village des Schtroumpfs.

Exemple : pleine lune du 20 mai 2008 en ciel provençal, malgré le clair de lune la nuit reste trop noire.


Pénurie de nourriture, raréfaction des naissances, le peuple Schtroumpf est à classer d'urgence dans les espèces en voie d'extinction. Peut-être une mesure en ce sens sera-t-elle prise quand seront examinées au conseil des ministres les mesures concrêtes à réaliser pour respecter les engagements du Grenelle de l'environnement.

Partager cet article

Repost0
8 avril 2008 2 08 /04 /avril /2008 13:16
Une fourmi bleue,
ça n'existe pas,
ça n'existe pas...

du moins pas en Provence,

sauf en terre d'Avionie (http://www.eauseccours.com/article-17592537.html)

 
 


Un petit clin d'oeil aux apprentis chercheurs de l'atelier "y-a-t-il un pilote dans l'insecte ?" du lundi 7 avril 2008 à Marseille.

http://www.printempsdeschercheurs.fr/spip.php?rubrique9

http://www2.cnrs.fr/presse/communique/1031.htm

Partager cet article

Repost0
8 avril 2008 2 08 /04 /avril /2008 12:16
 

J'ai toujours été fasciné par la détermination que montrent les escargots qui quittent leur haie florissante pour traverser l'océan de goudron d'une route. Qu'espèrent-ils trouver de l'autre côté? Est-ce pour fuir la consanguinité et favoriser ainsi la biodiversité ?

Pour ce ver de terre, la situation me semble autre. Dans le sud, la sécheresse est tenace, le sol durci.
Durant la nuit, il arrive que les traînées d'avions descendent du ciel et stagnent quelques heures sur le sol,

http://www.eauseccours.com/article-17776030.html.
Cette "eau de culture" finit alors par humidifier légèrement et très localement le sol (sur partie gauche de la photo, le sol apparaît ainsi plus foncé). Trompé par cette humidité, le ver de terre croit en l'arrivée d'une pluie bénéfique et sort à la recherche d'une terre plus meuble.

Il n'ira pas loin.
Nu comme un ver, misérable en plein désert, il favorisera, pour un court temps, la biodiversité des oiseaux.







Partager cet article

Repost0
1 mars 2008 6 01 /03 /mars /2008 19:43

29 février 2008

J'ai bien ma petite idée sur le pourquoi de la chose, mais je ne dirai rien, car parler de la pluie et du beau temps trop en détails peut très vite dégénérer en disputes.

En tous cas, la belle couche de neige du début de saison est déjà bien entamée, la poudreuse a disparu et les avalanches sont de type printemps.




On pourrait croire qu'ils ont des skis à roulettes!!!



Des primevères fin février, c'est déjà rare, avant les crocus, insolite et jusqu'à 1600m d'altitude, étrange.


































Vers 800m dèjà les jonquilles.








Les petits escargots ne résistant pas à cet appel, se réveillent et sortent de terre.










Heureusement une averse de neige vient rappeler que l'hiver n'est pas fini.

 


















La météo en prévoit une chute pour mardi prochain,
 le sourire revient.

         Je crains que quelque soit son importance, elle ne fonde à son tour bien plus vite que de coutume.

Partager cet article

Repost0
11 février 2008 1 11 /02 /février /2008 14:19
Le quotidien « La Provence » le relate ce matin, (www.laprovence.com/articles/2008/02/11/280326-UNKNOWN-Le-Pique-prune-menace-t-il-le-projet-Iter.php ) un insecte d’une espèce protégée risque de perturber  le chantier d’ITER  près de Manosque.

J'ai laissé ce commentaire sur leur site :
Un héron cendré, espèce protégée,  (www.environnement.gouv.fr/IMG/pdf/Liste_oiseaux-2.pdf ) vivant jusqu’alors paisiblement avec les siens, les pieds dans l’eau et son nid à la cime d’un arbre, fut un jour expulsé sans ménagement par une horde noire jamais vue en ces lieux. Les cormorans, espèce protégée, mieux équipés que les hérons pour le vol et la pêche, s’étaient accaparés sans vergogne le  territoire accueillant et poissonneux.
Le pauvre héron trouva refuge au bord des 8 km de rives d’une rivière, touchés par le chantier d’une voie rapide pour automobiles.
Les cormorans ne furent pas inquiétés.
Le chantier fut retardé de plusieurs années.
Et la petite bête d’ITER dans tout ça ? Pas de souci pour elle, comme lors du chantier autoroutier de l’A28, une solution pour son expansion sera trouvée (www.insectes-net.fr/osmoderma/osmo2.htm) sans pour autant gêner l’implantation d ITER.
Et pendant ce temps, abeilles, cigales et autres insectes volants disparaîtront par milliers du ciel de Provence. Il est urgent de réagir contre la résignation. Les avions ne sont pas intouchables.

Cielnature

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • : La nature nous alerte en silence. Parfois le manque de mots ça agace!!! Mais les signes sont tenaces, le dérèglement climatique est installé, de plus en plus large, intense et rapide. Là, juste sous nos yeux, ouvrons-les bien grands, tout de suite, sans craindre de comprendre.
  • Contact

Profil

  • Jacques Fabry
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.

Il y a déjà trop d'avions

Sur terre on ne touche pas impunément à l'eau et à la lumière.

Recherche

Quand la lumière ne fut plus.

Aménagements climatiques

Réchauffement climatique

Dérèglement climatique

Bouleversement climatique

Disparitions climatiques

Uniformatisation climatique

Sans plus de commentaires pour le moment, mais je n’ai pas choisi ces mots au hasard.

 

J’ai essayé de montrer, de convaincre les responsables, c’était un peu tôt. J’y ai laissé trop d’énergie mais ils sont informés.

 

Je vais continuer par petites touches à photographier et afficher ce qui se passe sous nos yeux. J’espère que nous serons de plus en plus nombreux à accepter de regarder l’évidence et que nous serons entendus avant que la brusque extinction du plancton, des plantes, des animaux et des hommes actuels ne se produise, bien avant 2050.

 

POUR EVITER L’IRREMEDIABLE, LE PLUS URGENT EST DE DIMINUER IMMEDIATEMENT ET CONSIDERABLEMENT LE TRAFIC AERIEN MONDIAL.

 

Dure réalité, mais moins compliquée et moins coûteuse que la crise économique  générale qui nous attend, dès les prochains mois, si nous continuons à bouleverser l’eau et la lumière à la surface de la terre.

 

Je peux, à la demande, expliquer plus en détails, chacune de mes affirmations, et serais même tranquillisé qu’on me prouve que j’ai tord. N’hésitez pas à laisser un commentaire au bas des articles ou à me contacter directement avec le lien « contact » tout en bas de chaque page.

cielnature

Ils savent

la cause principale unique et 
ses multiples conséquences
www.eauseccours.com/article-16251978.html

Reponses-officielles.jpg
 

Liens