Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mars 2008 6 08 /03 /mars /2008 20:07
Camargue, début février 2008

 

Une mini tornade est si vite passée, juste le temps pour l'ouvrier agricole de s'abriter sous un tracteur, mais quel bruit et quelle peur !!! Heureusement, ici les chevaux vivent dehors. En écurie, ils n'auraient pas pu éviter les projections de tuiles, morceaux de bois ou autres débris des toitures.


Savoie, lac du Bourget, début mars
(articles parus dans le quotidien local "le dauphiné libéré")




Natif des bords du lac du Bourget, je peux vous assurer qu'une bise très forte en hiver, avec des froids sibériens, était chose courante, particulièrement en février et tout début mars.

Quelquefois en été, lorsque survenaient de violents orages par le sud, une mini tornade longeait la montagne du côté sauvage du lac.

La bise est comme le mistral, sa présence est habituellement le signe d'un ciel parfaitement dégagé et bleu. Alors pourquoi voit-on cette énorme barre nuageuse au nord du lac?

Attention, danger !
Pas le temps de répondre, l'explication détaillée sera pour plus tard.







Partager cet article

Repost0
3 mars 2008 1 03 /03 /mars /2008 11:19
Deux mois déjà que j'ai commencé ce blog,
deux mois de coups de soleil minimes mais insolites
au moment des journées les plus courtes de l'année.


2 mars 2008, deuxième semaine de vacances des parisiens.
Le soleil a déjà pris de la hauteur,
le trafic aérien augmente toujours.

Par beau temps, les rayons du soleil,
avant d'atteindre le sol et la peau des vacanciers,
doivent traverser les milliards de gouttelettes d'eau
formées derrière les réacteurs des avions.

Chacune de ces gouttelettes agit comme une minuscule loupe.
A la sortie, on ne peut plus guère prévoir sous quel angle arriveront
les rayons au sol.

Le paysage est défiguré, les microclimats, particulièrement en montagne,
sont en plein bouleversement et les coups de soleil plus imprévisibles.












Partager cet article

Repost0
1 mars 2008 6 01 /03 /mars /2008 19:43

29 février 2008

J'ai bien ma petite idée sur le pourquoi de la chose, mais je ne dirai rien, car parler de la pluie et du beau temps trop en détails peut très vite dégénérer en disputes.

En tous cas, la belle couche de neige du début de saison est déjà bien entamée, la poudreuse a disparu et les avalanches sont de type printemps.




On pourrait croire qu'ils ont des skis à roulettes!!!



Des primevères fin février, c'est déjà rare, avant les crocus, insolite et jusqu'à 1600m d'altitude, étrange.


































Vers 800m dèjà les jonquilles.








Les petits escargots ne résistant pas à cet appel, se réveillent et sortent de terre.










Heureusement une averse de neige vient rappeler que l'hiver n'est pas fini.

 


















La météo en prévoit une chute pour mardi prochain,
 le sourire revient.

         Je crains que quelque soit son importance, elle ne fonde à son tour bien plus vite que de coutume.

Partager cet article

Repost0
26 février 2008 2 26 /02 /février /2008 16:57

Près de 5 000 000 d’hectares de blé tendre ont été plantés en France cette année  
www.actuagri.fr/sites/agri_info/articles/2008/actu1790_080116_aspx.aspx 

et les perspectives de récolte pour la panification semblent excellentes 
http://www.boulangerie.org/journal/cont_articles.php?id_page=4479 

les prochaines hausses de prix nous sont annoncées avec un emballage fleuri,  
nous voilà rassurés.
 

 

 


Lumière allégée
  
et  rosée insolite 
semblent insuffisantes  pour une  croissance optimale du blé de cette parcelle. Souhaitons que peu d’hectares soient dans ce cas.

 

Partager cet article

Repost0
25 février 2008 1 25 /02 /février /2008 21:16
Fatiguées de leurs longs voyages, les traînées d’avion peuvent se décrocher du ciel,




et se blottir entre deux montagnes jusqu’au petit matin.



Même très ensommeillée,




Il faut bien repartir.

 

Partager cet article

Repost0
24 février 2008 7 24 /02 /février /2008 14:51

Au sommet des montagnes de Savoie


comme au pied


tout au long de la nationale 7

jusqu'en Provence,
 


de nombreuses espèces de plantes au feuillage persistant, sauvages ou cultivées, présentent un inhabituel jaunissement.




Partager cet article

Repost0
22 février 2008 5 22 /02 /février /2008 19:33

Ciel magnifiquement bleu,

                         fleurs délicieusement odorantes,

















peu de monde,
















  

 













Accouplement d'abeilles charpentières



Le soleil est encore haut.


Depuis que le soleil brille sur terre, l'abeille suit son horloge interne et butine de bon coeur jusqu'au coucher du soleil.













Oups !!! D'où sort ce monstre de soleil blanc ?



Je n'y vois plus, comment faire pour rentrer?










Je n'irai pas plus loin ce soir, pourvu que la nuit ne soit pas trop froide...













Moi, je suis fort !!! Contraint d'atterrir en catastrophe, je me frotte les yeux,




















... et repars, dos au soleil. 
Ebloui à droite, ébloui à gauche, sûr de moi, 
je vole droit devant et disparais.






 

Partager cet article

Repost0
21 février 2008 4 21 /02 /février /2008 13:32
Eclipse*: disparition passagère d’un astre, quand un autre corps céleste passe entre cet astre et la source de lumière ou entre cet astre et le point d’observation.
Eclipser *: provoquer l’éclipse de (un autre astre). Rendre momentanément invisible  => cacher, voiler.
*(d’après le Robert illustré) 
 
Mercredi 20 février 2008, 18h 34, sud de la France, temps clair, la pleine lune apparaît dans le jour finissant, révélant le voile d’humidité omniprésent laissé dans le sillage des avions. 






























20h 41 à 22h 02, la fraîcheur de la nuit commence à se faire sentir, les traces laissées derrière les avions se sont abaissées et condensées, un voile aqueux ténu subsiste néanmoins, la lune est déjà plus haute dans le ciel. La lumière de la pleine lune se glisse dans les trouées des traînées d’avions et traverse le fin voile en rayonnant, donnant l’impression que notre satellite est devenu une étoile scintillante. Au sol les ombres sont bien tristes et la luminosité omniprésente.












Jeudi 21 février 2008, 4h 50, fin de l’éclipse de la lune par l’ombre de la terre. Le cliché est flou à cause de l’éclipse de la lune par les trainées des avions et un léger bouger lors de la prise de vue avec un petit APN sans pied.





































6h 40 à 6h 46, la lune s’abaisse à l’horizon
 
et se transforme en gros lampadaire.
Pour des raisons aussi variées que personnelles, on a souvent tendance à s’extasier devant la nature, même quand on l’a massacrée.

Partager cet article

Repost0
20 février 2008 3 20 /02 /février /2008 09:13
Cette nuit, environ 4h 30 du matin selon le lieu d'observation,  aura lieu un spectacle nature réservé aux amateurs qui se lèveront tôt, à l'insomniaque jetant un oeil par un coin de sa fenêtre ou aux noctambules de toutes sortes, l'éclipse totale de la lune.

La pleine lune donne déjà à elle seule un spectacle poétique, énergisant, féérique et magique en lui-même. En montagne, la lumière est particulièrement éclatante et de plus en plus de sorties payantes sont organisées pour voir ce spectacle gratuit depuis des millénaires.

Une éclipse de part l'étrangeté de l'ombre et de la lumière est particulièrement émouvante.

Ce soir, le temps est annoncé nuageux, souhaitons que quelques chanceux aient une météo clémente.

Et encore faut-il qu'il se trouvent en un des rares endroits de plus en plus rare où le ciel n'est pas brouillé par les traînées nuageuses générées par le passage des avions.

Bonne chance, bon trouble et bonnes photos si vous le pouvez.


Hier, presque pleine lune, photographiée par temps clair ,
mais derrière un voile aérien (dans tous les sens du terme)
avec un petit appareil photographique numérique.



Le mois dernier, éclairage du tour d'une villa par la lumière de la pleine lune du 22 janvier 2008.
Temps clair. Trop nombreux passages d'avions.
Les ombres ont disparu. La lumière est loin d'être énergisante.

Partager cet article

Repost0
15 février 2008 5 15 /02 /février /2008 08:50
Mardi 12 février 2008, Jean-Louis Borloo, ministre de l’écologie,  a réuni les associations écologistes, les agriculteurs, les pêcheurs et les administrations pour le  premier comité sécheresse de l'année.  « Comme on a une alerte extrêmement grave, c'est notre devoir de prévenir »  a affirmé le ministre de l’écologie car « les trois prochains mois seront déterminants »
Ces propos résonnent  profondément en moi, car tout mon souci actuel est de trouver un moyen rapide de faire passer un message grave et douloureux :
Les avions semblent être la goutte d’eau qui fait déborder la sécheresse ou les idondations.
Depuis des décennies la circulation habituelle des systèmes nuageux est insensiblement et progressivement perturbée par la canalisation des grands fleuves, l’assèchement des marais, les grands axes autoroutiers, la chaleur des grandes zones urbaines.
Tout cela se passe près du sol et les importantes perturbations arrivaient toujours à suivre leurs chemins habituels.
Aujourd’hui, l’incroyable essor du trafic aérien bouleverse la donne.
La présence permanente de réseaux d’humidité générée dans les couloirs aériens diffuse la libre circulation des nuages naturels, car l’eau est avide d’eau. Les nuages ne précipitent plus obligatoirement aux endroits et moments attendus.
Le soleil blanc (de plus en plus présent dans les publicités, les reportages, les cartes postales et certainement vos photos personnelles) accélère la fonte de la neige et des glaciers, diminue l’intensité des microclimats. Beaucoup de nuages passent alors sans précipiter.
Au final beaucoup moins d’eau parvient à la surface du sol sous forme de pluie ou de neige. La sécheresse déborde de ses régions saisonnières habituelles. 

En d'autres circonstances les traînées d'avions sont si nombreuses qu'elles s'aglutinent, amplifient les perturbations et peuvent précipiter jusqu'à provoquer des inondations.
On me dit que j’exagère, qu’il me faut prouver scientifiquement ce que j’avance, que déjà les anciens disaient que le temps n’était plus comme avant…
Pendant ce temps, au fur et à mesure de l’augmentation programmée du trafic aérien en région Rhône-Alpes et PACA , je photographie l’avancée visible des manifestations et des conséquences au sol du dérèglement climatique.
Si l’on attend pour réagir les quelques années qui feront fondre de trop les  glaciers alpins, le cycle de l’eau sera pour nous irrémédiablement modifié pour au moins des siècles.
Cela mérite qu’on prête attention à mes propos, même pour me prouver que je me trompe.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • : La nature nous alerte en silence. Parfois le manque de mots ça agace!!! Mais les signes sont tenaces, le dérèglement climatique est installé, de plus en plus large, intense et rapide. Là, juste sous nos yeux, ouvrons-les bien grands, tout de suite, sans craindre de comprendre.
  • Contact

Profil

  • Jacques Fabry
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.

Il y a déjà trop d'avions

Sur terre on ne touche pas impunément à l'eau et à la lumière.

Recherche

Quand la lumière ne fut plus.

Aménagements climatiques

Réchauffement climatique

Dérèglement climatique

Bouleversement climatique

Disparitions climatiques

Uniformatisation climatique

Sans plus de commentaires pour le moment, mais je n’ai pas choisi ces mots au hasard.

 

J’ai essayé de montrer, de convaincre les responsables, c’était un peu tôt. J’y ai laissé trop d’énergie mais ils sont informés.

 

Je vais continuer par petites touches à photographier et afficher ce qui se passe sous nos yeux. J’espère que nous serons de plus en plus nombreux à accepter de regarder l’évidence et que nous serons entendus avant que la brusque extinction du plancton, des plantes, des animaux et des hommes actuels ne se produise, bien avant 2050.

 

POUR EVITER L’IRREMEDIABLE, LE PLUS URGENT EST DE DIMINUER IMMEDIATEMENT ET CONSIDERABLEMENT LE TRAFIC AERIEN MONDIAL.

 

Dure réalité, mais moins compliquée et moins coûteuse que la crise économique  générale qui nous attend, dès les prochains mois, si nous continuons à bouleverser l’eau et la lumière à la surface de la terre.

 

Je peux, à la demande, expliquer plus en détails, chacune de mes affirmations, et serais même tranquillisé qu’on me prouve que j’ai tord. N’hésitez pas à laisser un commentaire au bas des articles ou à me contacter directement avec le lien « contact » tout en bas de chaque page.

cielnature

Ils savent

la cause principale unique et 
ses multiples conséquences
www.eauseccours.com/article-16251978.html

Reponses-officielles.jpg
 

Liens