Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 15:45

eau-emise-par-les-avions-couleurs.jpg

Différents aspects de l’eau émise en altitude par le trafic aérien : voile d’aviocirrus, sillage direct, traînée élargie, aviocorde en formation, irisations hydrocarbonées

 

Lundi 31 mai 2010, JT de 20h sur TF1

 

Environnement

 

Laurence Ferrari annonce le résultat d’avril 2010 pour  ECO2 climat « cet indicateur que TF1 vous propose en exclusivité, il mesure mois après mois la quantité de gaz à effet de serre que nous rejetons tous en France » et son créateur Jean-Marc Jancovici en analyse les détails pour le seul CO2.

http://videos.tf1.fr/jt-20h/eco2-climat-le-bilan-carbone-des-francais-en-hausse-en-avril-5866647.html

 

 

Quantité mensuelle de gaz à effet de serre

 

Pourquoi la mesure de la quantité de gaz à effet de serre, annoncée par Laurence Ferrari,  a-t-elle ensuite été réduite à la seule entente tacite sur le bilan carbone dans les chiffres donnés ?

 

Dans la séquence suivante du même JT

http://videos.tf1.fr/jt-20h/bilan-carbone-quels-sont-effets-du-volcan-islandais-5866648.html

Corinne Lalo, journaliste de TF1, spécialiste de l’environnement depuis une trentaine d’années en donne cette surprenante explication : « Le carburant des avions n’est pas la SEULE  source de gaz à effet de serre, les traînées de vapeur d’eau qu’ils laissent derrière eux constituent elles aussi un gaz à effet de serre mais leur impact n’est pas pris en compte car difficile à mesurer.»

 

 

L’impact de la vapeur d’eau émise par les avions n’est pas pris en compte car difficile à mesurer.

 

Ah la belle excuse : C’est difficile, donc je n’en tiens pas compte.

Combien d’examens ratés, combien d’accidents peuvent-ils découler d’une telle attitude ?

Combien de marées noires ? Combien de fausses économies ? Combien de vies gâchées ?

Combien de procès perdus ?

 

 

REMARQUES

La quantité de vapeur d’eau rejetée par les avions est aussi facile à calculer que la quantité de CO2 puisque issue de la même réaction chimique (exemple pour les moteurs à essence http://www.econologie.com/equation-de-combustion-articles-638.html). Il suffit donc de connaître la quantité de kérosène brûlé et la bonne formule chimique pour calculer la quantité d’eau rejetée par le trafic aérien.

 

« …le secteur aérien ne représente que 3% de ces émissions, mais comme le C02 est rejeté directement dans la haute atmosphère son impact sur l’effet de serre est deux fois plus important que le CO2 rejeté au niveau du sol. » Corinne Lalo, JT 20h, TF1, 31 mai 2010

Les effets de l’eau rejetée en haute altitude par les avions de ligne, passagers ou fret, sont sans commune mesure avec l’impact environnemental de l’eau rejetée par les moteurs au niveau du sol.

 

Les avions rejettent aussi au-dessus de nos têtes des hydrocarbures imbrûlés, de la graisse, des suies, des nanoparticules variées qui, comme l’eau ou le CO2, finissent  toujours, ici ou là, tôt ou tard, par nous retomber dessus.

 

 

PRINCIPAUX IMPACTS SUR L’ENVIRONNEMENT DE LA VAPEUR D’EAU EMISE PAR LES AVIONS

 

En haute altitude l’eau émise par les avions gèle et finit par provoquer un voile d’aviocirrus qui tout à la fois réfléchit, capte et altère la lumière solaire.

 

En moyenne altitude apparaissent d’immenses cordons nuageux, les aviocordes.

 

En basse altitude le taux d’humidité relative est supérieur à celui correspondant au climat local habituel.

 

Sur terre on ne touche pas impunément à l’eau et à la lumière

Assombrissement global, disparition des abeilles et autres insectes, accélération de la fonte des glaces, augmentation des précipitations et de leur violence, éboulements, vents apparemment anarchiques, incendies gigantesques, bouleversement des cycles de l’eau, augmentation des accidents de la route et des dangers en montagne, essoufflement, souffrance des plantes, maladies liées à l'humidité, augmentation du chômage dans tous les métiers liés à un bon ensoleillement, pollution de l'eau terrestre…

Plus de détails et autres exemples des conséquences de la vapeur d’eau émise en altitude par les avions dans le tout le site Planète Avionie http://www.eauseccours.com

 

 

Quelles sont les bonnes mesures pour éviter les nuisances de l’eau émise par le trafic aérien ?

 

eau emise par les avions Lac du Bourget

Etrange lumière (lundi 31 mai 14h04, lac du Bourget en Savoie) sous ciel avionneux, le tout qualifié de  « beau temps » par Yan Giezendanner, prévisionniste, expert météo haute montage

 

1-En tout premier lieu que les météorologues officiels prennent en compte dans leurs prévisions le voile d’aviocirrus et les aviocordes visibles sur les cartes radars ou les photos satellites et en parlent clairement.

 

2-Réduire le trafic aérien jusqu’à disparation des aviocordes d’abord puis des aviocirrus.

 

Si l’impact de la vapeur d’eau émise par les avions continue à n’être pas pris en compte, le calcul des milliards d’euros de dégât consécutifs à cette ignorance volontaire du problème ne cessera d’augmenter et de se compliquer, et peut conduire à des réactions violentes car touchant beaucoup d’innocents.

 

L’impact de la vapeur d’eau émise par les avions n’est pas pris en compte…

et pourtant, toute l’organisation de la vie terrestre en est déjà affectée.

La vie terrestre n’est pas adaptée à l’atmosphère de la Planète Avionie.

Partager cet article

Published by Jacques Fabry - dans dangereux nuages des avions
commenter cet article

commentaires

Peach78 09/06/2010


Sale temps encore... Année après année, le temps est de plus en plus mauvais.

Actuellement, ciel gris et bas, genre de brouillard en Île de France, je me crois en Octobre on est en juin.

Ma belle-mère m'appelle d'Antibes : le temps n'est pas beau cette année, pas beau du tout me dit-elle.

Cet été pour les vacances, j'ai réussi à convaincre mon copain de ne pas prendre l'avion (il a toujours pris l'avion pour ses vacances et du coup moi aussi je l'ai pris chaque année avec lui ces
derniers temps, voire 2 à 3 fois par an !).

On fera tout en train, direction Berlin, Prague, Autriche et retour à Paris.

En espérant que le temps au bord des lacs d'Autriche ne sera pas détraqué par des avions au-dessus de nos têtes...

C'est pas mal, car au départ il voulait voir Berlin : allez hop, un week-end en avion. Ensuite Prague, allez hop un week-end en avion aussi...

Là on voit tout en une fois, et en train. De plus, on part à plusieurs, ce sera plus sympa et moins cher.

Il faut vraiment changer nos modes de vie...

De plus, je suis soulagée de ne pas avoir à me déshabiller dans l'ambiance sécuritaire des aéroports...

Voilà, confort, rêve, économie et beau temps sont compatibles, il suffit de changer nos modes de vie.


Olivier 14/06/2010


Bravo! Les gens qui, dans mon entourage, sont conscients ou y croient partiellement n'ont pas du tout l'intention de renoncer à leur voyages aériens...

Encore un été pourri en perspective, c'est jamais que le cinquième en IDF depuis 2006...déjà, deux années pourries consécutivement, ca ne s'est jamais vu, mais cinq...le risque est que les gens
oublient qu'avant c'était différent.

J'ai lancé un sujet sur Infoclimat avec le maximum de doigté afin de ne pas me faire censurer (ce qui m'est arrivé plusieurs fois alors que je n'avais enfreint aucune règle du forum) et pour
l'instant pas bcp de réponses:

http://forums.infoclimat.fr/topic/57749-perception-dun-bel-ete-en-idf/

Il n'y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir...


Peach78 14/06/2010


Merci.

Mon compagnon croit à l'impact des avions sans trop y croire... (ou sans vouloir se l'avouer...)

Mais moi je me souviens des bels étés de 1992 jusqu'en 1998, où on était épaules nues, où on faisait des barbecues... Choses impossibles ces dernières années. On mange à l'intérieur en août,
lumière allumée à 18h !!!! Du coup, beaucoup moins de réunions en famille (élargie, à 40). Le pique-nique et le foot annuel, terminés à l'issue d'une fois où le temps a été catastrophique... (je
crois en 2005).

Je me suis "amusée" à compter le nombre de voyages en avion que j'ai fait personnellement.

Effectivement (sauf rares exceptions), j'ai commencé en 1997, continué en 1998, puis tous les ans à partir de 2002, puis 2 fois par an, une année, 3 fois par an, je crois l'année dernière...

Là cette année : objectif 0 (pour moi).

Et cette courbe suivait la dégradation constatée du temps... Si de nombreuses personnes ont fait comme moi( il ne faut pas se leurrer, grâce au low cost et charters) pas étonnant que le climat soit
détraqué...

Dans les années 1990, pour moi cela représentait un luxe de prendre l'avion, c'était fait pour traverser les océans...

Là "on" prend l'avion comme on prendrait le train, juste pour un week-end prolongé en Europe. Quel gâchis temporel, financier, climatique et environnemental... (oui car en plus on "speede")

J'espère continuer à convaincre de privilégier le train pour l'Europe !

Je suis d'accord avec vous, je pense qu'année après année, les gens ont la mémoire courte... et peuvent oublier comment c'était avant.

Chaque été, ils se plaignent et disent que cette année en IDF, l'été est pourri, et espèrent un bel été l'an prochain, mais ça fait 10 ans que ça dure ! (selon moi). Il est temps de (se)/me
réveiller.


Olivier 18/06/2010


Ce lien ne vous surprendra pas...

http://www.youtube.com/watch?v=_0DmhoU2sp0


Peach78 19/06/2010


Et cet article que j'ai trouvé, qui montre qu'un avion peut faire neiger sous les couloirs aériens.

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/meteorologie-1/d/quand-les-avions-font-neiger_24133/


Olivier 20/06/2010


Nouvelle catastrophe: ouverture de l'aéroport "Brives souillac" à Brives la gaillarde.


Peach78 21/06/2010


Les petites villes veulent faire comme les "grandes" mais les "grandes" ont oublié de parler des effets pervers...

Un dimanche de fête des pères cette année, bien froid, en Île de France : 13 degrés l'après-midi, nuages gris lourds et bas, vent.

Les précédentes années, c'était un des rares jours de l'année où je savais qu'un "à peu près" beau temps était possible, on sortait le barbecue (après en juillet-août, c'était fini pas de barbecue)
mais mi-juin, c'était ok.

Je m'en rappelle très bien car c'est aussi l'anniversaire de mon père en même temps.

Et là cette année, patatras, plus de barbecue à la fête des pères... On mange dedans.

13 degrés ! Pull et parka ! Tout le monde à l'intérieur de la maison, les lumières allumées alors que c'est la veille du jour le plus long de l'année, la lumière naturelle aurait dû suffire !

Ma grand-mère : "les gens partent en vacances car ils en ont marre du temps pourri..." Elle prend l'avion 2 fois par an, 4 allers-retour.

Ca me fait penser à : les gens partent de la ville car ils en ont marre du bruit et de la pollution. Mais y viennent tous les jours y travailler en voiture... créant bruit et pollution !

Idem pour les avions : on va chercher ailleurs le soleil qu'on détruit chez nous, en voulant partir ailleurs...

C'est terrible de ne pas voir au-delà du bout du nez.

Merci à ce blog.


daniel3 29/06/2010


Bonjour
...et un jour il n'y aura plus de Printemps
Amitiés - daniel


Présentation

  • : Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • : La nature nous alerte en silence. Parfois le manque de mots ça agace!!! Mais les signes sont tenaces, le dérèglement climatique est installé, de plus en plus large, intense et rapide. Là, juste sous nos yeux, ouvrons-les bien grands, tout de suite, sans craindre de comprendre.
  • Contact

Profil

  • Jacques Fabry
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.

Il y a déjà trop d'avions

Sur terre on ne touche pas impunément à l'eau et à la lumière.

Recherche

Quand la lumière ne fut plus.

Aménagements climatiques

Réchauffement climatique

Dérèglement climatique

Bouleversement climatique

Disparitions climatiques

Uniformatisation climatique

Sans plus de commentaires pour le moment, mais je n’ai pas choisi ces mots au hasard.

 

J’ai essayé de montrer, de convaincre les responsables, c’était un peu tôt. J’y ai laissé trop d’énergie mais ils sont informés.

 

Je vais continuer par petites touches à photographier et afficher ce qui se passe sous nos yeux. J’espère que nous serons de plus en plus nombreux à accepter de regarder l’évidence et que nous serons entendus avant que la brusque extinction du plancton, des plantes, des animaux et des hommes actuels ne se produise, bien avant 2050.

 

POUR EVITER L’IRREMEDIABLE, LE PLUS URGENT EST DE DIMINUER IMMEDIATEMENT ET CONSIDERABLEMENT LE TRAFIC AERIEN MONDIAL.

 

Dure réalité, mais moins compliquée et moins coûteuse que la crise économique  générale qui nous attend, dès les prochains mois, si nous continuons à bouleverser l’eau et la lumière à la surface de la terre.

 

Je peux, à la demande, expliquer plus en détails, chacune de mes affirmations, et serais même tranquillisé qu’on me prouve que j’ai tord. N’hésitez pas à laisser un commentaire au bas des articles ou à me contacter directement avec le lien « contact » tout en bas de chaque page.

cielnature

Ils savent

la cause principale unique et 
ses multiples conséquences
www.eauseccours.com/article-16251978.html

Reponses-officielles.jpg
 

Liens