Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 21:39

 

Article paru dimanche 8 août 2010 dans le Dauphiné Libéré, édition Haute-Savoie,  page d’Annecy :

LES MYSTERES D’ANNECY

Pourquoi n’y a-t-il pas de palmiers alors qu’on en trouve dans certaines villes voisines ?

Le journaliste Vincent BOUVET-GERBETTAZ évoque en parlant d’Annecy « une ville fidèle à sa tradition alpine » à préserver, « d’autant plus dans un contexte de candidature olympique » (JO d’hiver 20108). Et tant pis si les villes savoyardes  voisines, Chambéry et surtout Aix-les-Bains, arborent quelques palmiers en saison d’été.

Cet article cite Thierry Billet, élu municipal d’Europe Ecologie, maire adjoint d’Annecy chargé de l’environnement, Vice-président du syndicat du lac : « Planter des palmiers ? Ce serait rompre avec la stratégie globale de la ville. Il s’agit d’une espèce qui n’est pas très adaptée à notre climat de montagne. » .

« Et pourtant,… » conclut le journaliste « … Le palmier chanvre résiste par exemple à des températures de  -18° ».

Article illustré par une photo d’un alignement de platanes légendée : « les allées de platanes, ici celle du Petit Port, correspondent mieux au climat de montagne de notre bassin. »

 

Pas un mot sur le réchauffement climatique qui a pourtant encore tout récemment été la source de multiples articles montrant des palmiers à Paris ou des caféiers sur le Mt-Blanc.

D’innombrables ronds-points et jardins ont d’ailleurs été ornés, dans cet esprit, par d’énormes oliviers directement transplantés d’Espagne, sans préciser si l’Espagne envisageait de les remplacer par des essences africaines.

Pas un mot non plus sur les centaines de milliers d’arbres de toutes espèces déjà morts ou en train de mourir sous nos yeux, tout autour de nous, dans la nature, les vergers ou en ville. Mais combien de personnes s’en rendent-elles compte ?

Juste l’ancestrale rivalité entre Aix-les-Bains et Annecy.


platanes-ou-palmiers-Aix-les-Bains.jpg

Aix-les-Bains, ville thermale romaine,  aux thermes récemment renommés « Université du bien-être »

Allée de platanes menant au Grand Port et alignement de vrais faux palmiers dans le Parc de Verdure


platanes-ou-palmiers-jungle.jpg

Aix-les-Bains, ville toujours fortement primée pour la qualité de son fleurissement

A l’air libre,  une ambiance de jungle tropicale sous les arbres séculaires du Parc de Verdure autrement nommé Parc Floral des Thermes. Le climat local permet la pousse de figuiers sauvages et un village du bord du lac se nomme Brison- le- Oliviers.


platanes-ou-palmiers-lions-et-fougeres-arborescentes.jpg

Tout occupés à leurs jeux, lion et lionne n’ont pas remarqué que ce sont des fougères arborescentes qui font penser à des palmiers.

Aujourd’hui, 8 août 2010, dans le sud de la France la ville de Gardanne a averti  la population du traitement de ses platanes contre le tigre du platane, l’anthracnose et l’oïdium.

L’oïdium, maladie cryptogamique  sévit dans le sud de la France. L’oïdium blanchit aussi en ce mois d’août  les feuilles des  platanes d’Aix-les-Bains (Cf. première photo de cet article). Annecy commence à être touchée.

 

La présence du champignon oïdium est signe d’un air très humide dans un temps sec et avec des nuits assez fraîches. C’est pourquoi il se développe normalement principalement au printemps.

Pour les fougères arborescentes, l’humidité de l’air est également primordiale, ainsi que la pénombre.

 

Alors que se passe-t-il et que faire si un arbre dépérit ?

L’air est  humidifié par les aviocirrus, même et surtout par beau temps.

Ce voile d’aviocirrus remplace  la lumière éclatante du soleil d’été par une pénombre de plus en plus importante.

Les adrets et les ubacs sont beaucoup moins diversifiés.

Beaucoup d’arbres ne pourront s’adapter au climat de l’Avionie. Aujourd’hui la plupart des oliviers des ronds-points dépérissent.

Inutile donc de chercher à traiter ces arbres condamnés.

Deux solutions : planter des fougères arborescentes ou diminuer le trafic aérien jusqu’à disparation des aviocordes et du voile d’aviocirrus.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacques Fabry - dans biodiversité
commenter cet article

commentaires

lepiaf 17/08/2010 22:31


mais si vous remplacez les arbres aborigènes par des palmiers vous fairtes en même temps disparaitre tous les oiseaux qui y ou en vivent. L'arbre n'est pas qu'un élément décoratif. C'est l'habitat
de bon nombre d'oiseaux locaux.


Présentation

  • : Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • : La nature nous alerte en silence. Parfois le manque de mots ça agace!!! Mais les signes sont tenaces, le dérèglement climatique est installé, de plus en plus large, intense et rapide. Là, juste sous nos yeux, ouvrons-les bien grands, tout de suite, sans craindre de comprendre.
  • Contact

Profil

  • Jacques Fabry
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.

Il y a déjà trop d'avions

Sur terre on ne touche pas impunément à l'eau et à la lumière.

Recherche

Quand la lumière ne fut plus.

Aménagements climatiques

Réchauffement climatique

Dérèglement climatique

Bouleversement climatique

Disparitions climatiques

Uniformatisation climatique

Sans plus de commentaires pour le moment, mais je n’ai pas choisi ces mots au hasard.

 

J’ai essayé de montrer, de convaincre les responsables, c’était un peu tôt. J’y ai laissé trop d’énergie mais ils sont informés.

 

Je vais continuer par petites touches à photographier et afficher ce qui se passe sous nos yeux. J’espère que nous serons de plus en plus nombreux à accepter de regarder l’évidence et que nous serons entendus avant que la brusque extinction du plancton, des plantes, des animaux et des hommes actuels ne se produise, bien avant 2050.

 

POUR EVITER L’IRREMEDIABLE, LE PLUS URGENT EST DE DIMINUER IMMEDIATEMENT ET CONSIDERABLEMENT LE TRAFIC AERIEN MONDIAL.

 

Dure réalité, mais moins compliquée et moins coûteuse que la crise économique  générale qui nous attend, dès les prochains mois, si nous continuons à bouleverser l’eau et la lumière à la surface de la terre.

 

Je peux, à la demande, expliquer plus en détails, chacune de mes affirmations, et serais même tranquillisé qu’on me prouve que j’ai tord. N’hésitez pas à laisser un commentaire au bas des articles ou à me contacter directement avec le lien « contact » tout en bas de chaque page.

cielnature

Ils savent

la cause principale unique et 
ses multiples conséquences
www.eauseccours.com/article-16251978.html

Reponses-officielles.jpg
 

Liens