Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2008 5 15 /02 /février /2008 08:50
Mardi 12 février 2008, Jean-Louis Borloo, ministre de l’écologie,  a réuni les associations écologistes, les agriculteurs, les pêcheurs et les administrations pour le  premier comité sécheresse de l'année.  « Comme on a une alerte extrêmement grave, c'est notre devoir de prévenir »  a affirmé le ministre de l’écologie car « les trois prochains mois seront déterminants »
Ces propos résonnent  profondément en moi, car tout mon souci actuel est de trouver un moyen rapide de faire passer un message grave et douloureux :
Les avions semblent être la goutte d’eau qui fait déborder la sécheresse ou les idondations.
Depuis des décennies la circulation habituelle des systèmes nuageux est insensiblement et progressivement perturbée par la canalisation des grands fleuves, l’assèchement des marais, les grands axes autoroutiers, la chaleur des grandes zones urbaines.
Tout cela se passe près du sol et les importantes perturbations arrivaient toujours à suivre leurs chemins habituels.
Aujourd’hui, l’incroyable essor du trafic aérien bouleverse la donne.
La présence permanente de réseaux d’humidité générée dans les couloirs aériens diffuse la libre circulation des nuages naturels, car l’eau est avide d’eau. Les nuages ne précipitent plus obligatoirement aux endroits et moments attendus.
Le soleil blanc (de plus en plus présent dans les publicités, les reportages, les cartes postales et certainement vos photos personnelles) accélère la fonte de la neige et des glaciers, diminue l’intensité des microclimats. Beaucoup de nuages passent alors sans précipiter.
Au final beaucoup moins d’eau parvient à la surface du sol sous forme de pluie ou de neige. La sécheresse déborde de ses régions saisonnières habituelles. 

En d'autres circonstances les traînées d'avions sont si nombreuses qu'elles s'aglutinent, amplifient les perturbations et peuvent précipiter jusqu'à provoquer des inondations.
On me dit que j’exagère, qu’il me faut prouver scientifiquement ce que j’avance, que déjà les anciens disaient que le temps n’était plus comme avant…
Pendant ce temps, au fur et à mesure de l’augmentation programmée du trafic aérien en région Rhône-Alpes et PACA , je photographie l’avancée visible des manifestations et des conséquences au sol du dérèglement climatique.
Si l’on attend pour réagir les quelques années qui feront fondre de trop les  glaciers alpins, le cycle de l’eau sera pour nous irrémédiablement modifié pour au moins des siècles.
Cela mérite qu’on prête attention à mes propos, même pour me prouver que je me trompe.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • : La nature nous alerte en silence. Parfois le manque de mots ça agace!!! Mais les signes sont tenaces, le dérèglement climatique est installé, de plus en plus large, intense et rapide. Là, juste sous nos yeux, ouvrons-les bien grands, tout de suite, sans craindre de comprendre.
  • Contact

Profil

  • Jacques Fabry
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.

Il y a déjà trop d'avions

Sur terre on ne touche pas impunément à l'eau et à la lumière.

Recherche

Quand la lumière ne fut plus.

Aménagements climatiques

Réchauffement climatique

Dérèglement climatique

Bouleversement climatique

Disparitions climatiques

Uniformatisation climatique

Sans plus de commentaires pour le moment, mais je n’ai pas choisi ces mots au hasard.

 

J’ai essayé de montrer, de convaincre les responsables, c’était un peu tôt. J’y ai laissé trop d’énergie mais ils sont informés.

 

Je vais continuer par petites touches à photographier et afficher ce qui se passe sous nos yeux. J’espère que nous serons de plus en plus nombreux à accepter de regarder l’évidence et que nous serons entendus avant que la brusque extinction du plancton, des plantes, des animaux et des hommes actuels ne se produise, bien avant 2050.

 

POUR EVITER L’IRREMEDIABLE, LE PLUS URGENT EST DE DIMINUER IMMEDIATEMENT ET CONSIDERABLEMENT LE TRAFIC AERIEN MONDIAL.

 

Dure réalité, mais moins compliquée et moins coûteuse que la crise économique  générale qui nous attend, dès les prochains mois, si nous continuons à bouleverser l’eau et la lumière à la surface de la terre.

 

Je peux, à la demande, expliquer plus en détails, chacune de mes affirmations, et serais même tranquillisé qu’on me prouve que j’ai tord. N’hésitez pas à laisser un commentaire au bas des articles ou à me contacter directement avec le lien « contact » tout en bas de chaque page.

cielnature

Ils savent

la cause principale unique et 
ses multiples conséquences
www.eauseccours.com/article-16251978.html

Reponses-officielles.jpg
 

Liens