Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 novembre 2020 7 01 /11 /novembre /2020 20:24

HONEYLAND, La femme aux abeilles un film de Tamara Kotevska et Ljubomir Stefanov en sortie nationale le mercredi 16 septembre 2020

SYNOPSIS Hatidze est une des dernières personnes à récolter le miel de manière traditionnelle, dans les montagnes désertiques de Macédoine. Sans aucune protection et avec passion, elle communie avec les abeilles. Elle prélève uniquement le miel nécessaire pour gagner modestement sa vie. Elle veille à toujours en laisser la moitié à ses abeilles, pour préserver le fragile équilibre entre l’Homme et la nature.

Outre le partenariat médias culturels (CINE +, Télérama, La 7ème obsession, Sens critique, Causette, France Culture),  la liste des partenaires d’Honeyland compte des acteurs de la mouvance proche du vivre au naturel : Reporterre, le quotidien de l’écologie ; Alternatives économiques, analyse l'actualité économique, sociale, politique et environnementale en France, en Europe et à l'international ; Kaizen, un magazine qui explore les solutions écologiques et sociales ; Dc Hauchka, cosmétiques naturels et biologiques certifiés ; La ruche qui dit oui, réseau de communautés d'achat direct aux producteurs locaux; La LPO, Ligue de protection des oiseaux, AGIR pour la BIODIVERSITE.

Hatidze achetant des bananes sur le marché de Skopje, capitale de la Macédoine du Nord, avec l'argent de sa cueillette de miel, et une abeille échappée de la noyade après être tombée sur le dos dans l'eau, sont deux autres images de la bande annonce officielle d’Honeyland, essentielles pour comprendre les profonds messages environnementaux abordés par le film. https://www.kmbofilms.com/honeyland

 

Les projections d’ « HONEYLAND, La femme aux abeilles » sont souvent accompagnées de moments de débats avec la présence d’associations de défense de l’environnement, d’apiculteurs et quelquefois d’élus.

29/09/2020, Deux-Sèvres, Bressuire : « En France c'est dans la torpeur d'août que les industriels du sucre et de la chimie des pesticides ont choisi de pousser le gouvernement à annuler la loi de 2016 interdisant les néonicotinoïdes, ces molécules qui tuent un insecte avec un milliardième de gramme. Une très bonne loi qu’avait initiée Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres : elle fait valoir avec beaucoup d'autres députés qu'il n'y a aucune raison valable à re- empoisonner 450 000 hectares de betteraves, voire demain de maïs et les autres céréales. L'Assemblée nationale votera le 5 octobre, c'est urgent d'en débattre.» - Le débat sera animé par Armel Prieur, apiculteur amateur et militant du climat avec le mouvement Quand c'est non c'est non.

02/10/2020, Hérault, Agde : « Et cerise (pas vraiment de saison, nous vous l’accordons…) sur le gâteau, l'association PAR AMOUR DES ABEILLES sera présente pour une discussion après le film. Retrouvons nous tou,te,s afin de lier nature, culture, sensibilisation, information. En ces temps si particulièrement… particuliers, cela ne pourra que nous faire le plus grand bien que de partager un moment autour d'un sujet et de valeurs qui nous animent. L'équipe des colibris agathois

05/10/2020, Isère, Villard-de-Lans : « Le film permettra de réfléchir à l’avenir de l’humanité dépendant de l’existence des abeilles. »

25/10/2020, Hautes-Alpes, Guillestre : « Cette projection sera suivie d'une dégustation de produits de la Miellerie du Haut-Queyras. »

 

Honeyland n’est pas un film critique des différentes apicultures et se prête donc assez mal aux débats sur ce sujet, ce n’est pas un remake du film Des abeilles et des hommes (de Markus Imhoof -2012).

 

Selon Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Honeyland « Le film évoque à travers le portrait d’Hatidze diverses questions culturelles et environnementales: le changement climatique, la diminution de la biodiversité, l'exploitation des ressources naturelles. L'équilibre fragile de l'écosystème est symbolisé par l'apicultrice et sa relation au monde sauvage, tandis que la société de consommation est représentée par l'arrivée de nouveaux voisins dans le village. »

 

Et la cause principale en est suggérée au travers un panel des diverses pollutions du trafic aérien international qui marque le passage de chaque séquence du film à la suivante comme le faisait « la fée clochette » des contes enfantins quand venait le moment de tourner la page.

Arrêts sur image de HONEYLAND extrait 3 accessible par le site de KMBO (Production et distribution de film au cinéma) https://www.kmbofilms.com/honeyland

Hatidze n’a rien changé à sa méthode (la moitié du miel pour elle, l’autre moitié pour les abeilles et ne pas récolter trop tôt). Son voisin récolte davantage pour plus d’argent et plus tôt) c’est donc le coupable idéal. Pour se défendre il avance que le malaise des abeilles doit venir d’une mauvaise météo.

 

Corrélation n’est pas forcément causalité

Depuis le milieu des années 90 la surmortalité des insectes, dont les abeilles, s'est trouvé corrélée avec trois nouveautés humaines: l'utilisation des pesticides néonicotinoïdes par semences enrobées, l’installation massive des antennes de téléphonie mobile et l’augmentation de la pollution en haute altitude par l’essor des vols low-cost.

2017 à 2019 (les trois années du tournage du film), en Honeyland, terre de miel aux confins du monde, pays sans néonicotinoïdes, sans téléphonie mobile, mais sous trafic aérien intense, les abeilles souffrent aussi de manque de rendement et de surmortalité. En France, sans néonicotinoïdes depuis le 1er septembre 2018 mais où le trafic aérien atteint des sommets, les apiculteurs attribuent le manque de rendement à une météo défavorable, trop froid, trop chaud, trop sec, trop mouillé aux mauvais moments.

2020 Le trafic aérien très fortement réduit durant le confinement du printemps a permis de retrouver un bleu du ciel, une météo authentiques et des apiculteurs heureux dans beaucoup de régions, l’annonce de la téléphonie 5 G relance le débat sur les ondes. En octobre, à l’Assemblée nationale et au Sénat des élus s’affrontent en débats animés jusqu’à l’absurde pour ou contre un retour temporaire des insecticides néonicotinoïdes pour sauver la betterave sucrière (consommation humaine, alimentation du bétail, gel hydroalcoolique, biocarburant et… nourrissement des abeilles) des attaques de pucerons verts responsables de la jaunisse des feuilles. Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres et ancienne ministre de l’Ecologie a déclaré à cette occasion:  « On est dans un contexte où 85 % des populations d'insectes en France ont été détruites en 23 ans depuis l'autorisation des néonicotinoïdes. ». Et de faire remarquer que les pucerons ont avant tout envahi les betteraves à cause du changement climatique : « Comme les hivers sont doux et les printemps chauds, il y a une prolifération des pucerons plus précoce et plus importante. » et « la sécheresse réduit la taille des betteraves ».

 

Quand l’abeille est sentinelle de l’environnement, elle ne dépend plus de l’apiculture

Quand un canari, sentinelle de l’environnement,  s’asphyxie dans sa cage descendue au fond d’une mine de charbon, il n’est pas temps de s’inquiéter des performances de son chant, et il faut bien se garder d’aller voir l’aviculteur. Ce dernier pourrait proposer de lui mettre un masque à gaz plutôt que d’accepter de dire que dans ce cas ce n’est pas de ses compétences mais de celles du technicien de l’air de la mine, et que plutôt que de discuter il faut avant tout s’éloigner au plus vite du danger.

L’abeille, comme la majorité des insectes volants et beaucoup du zooplancton, est inéluctablement soumise à son phototactisme qui la dirige par la lumière pour le meilleur comme pour le pire.

 

Les abeilles ne savent pas que les avions existent mais leur bonne ou mauvaise orientation en vol dépend directement de l’altération de la lumière qui traverse le voile de pollution (nuages homogenitus homomutatus, termes officiels depuis le 23 mars 2017) qu’un trafic aérien aussi démesuré qu’inconsidéré engendre.

 

En fait malgré les convictions, les énergies dépensées et le temps passé, le vote néonicotinoïdes, betteraves, abeilles n'est malheureusement qu'un accord perdant/perdant:

  • sans les néonicotinoïdes les abeilles continueront d'être massivement désorientées partout dès que et tant que la lumière restera défavorable à leur vision.
  • Même avec les néonicotinoïdes, beaucoup de plantes verront de leurs feuilles jaunir où végéter dès que et temps que la lumière restera défavorable à la bonne marche de la photosynthèse.

Le bon technicien capable de résoudre cette dualité existe, il n'est ni apiculteur, ni agriculteur mais avionneur.

 

La lumière régissant les cycles de l'eau on peut affirmer que les insectes, dont les abeilles, sont d'abord devenus des sentinelles, puis des fusibles des dérèglements météo et climatiques en cours. Est-il besoin de rappeler qu'il est insensé de remplacer un fusible qui a fondu par un de taille supérieure plutôt que de repérer et réparer la cause du court-circuit ?

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • : La nature nous alerte en silence. Parfois le manque de mots ça agace!!! Mais les signes sont tenaces, le dérèglement climatique est installé, de plus en plus large, intense et rapide. Là, juste sous nos yeux, ouvrons-les bien grands, tout de suite, sans craindre de comprendre.
  • Contact

Profil

  • Jacques Fabry
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.

Il y a déjà trop d'avions

Sur terre on ne touche pas impunément à l'eau et à la lumière.

Recherche

Quand la lumière ne fut plus.

Aménagements climatiques

Réchauffement climatique

Dérèglement climatique

Bouleversement climatique

Disparitions climatiques

Uniformatisation climatique

Sans plus de commentaires pour le moment, mais je n’ai pas choisi ces mots au hasard.

 

J’ai essayé de montrer, de convaincre les responsables, c’était un peu tôt. J’y ai laissé trop d’énergie mais ils sont informés.

 

Je vais continuer par petites touches à photographier et afficher ce qui se passe sous nos yeux. J’espère que nous serons de plus en plus nombreux à accepter de regarder l’évidence et que nous serons entendus avant que la brusque extinction du plancton, des plantes, des animaux et des hommes actuels ne se produise, bien avant 2050.

 

POUR EVITER L’IRREMEDIABLE, LE PLUS URGENT EST DE DIMINUER IMMEDIATEMENT ET CONSIDERABLEMENT LE TRAFIC AERIEN MONDIAL.

 

Dure réalité, mais moins compliquée et moins coûteuse que la crise économique  générale qui nous attend, dès les prochains mois, si nous continuons à bouleverser l’eau et la lumière à la surface de la terre.

 

Je peux, à la demande, expliquer plus en détails, chacune de mes affirmations, et serais même tranquillisé qu’on me prouve que j’ai tord. N’hésitez pas à laisser un commentaire au bas des articles ou à me contacter directement avec le lien « contact » tout en bas de chaque page.

cielnature

Ils savent

la cause principale unique et 
ses multiples conséquences
www.eauseccours.com/article-16251978.html

Reponses-officielles.jpg
 

Liens