Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mars 2020 1 23 /03 /mars /2020 20:32
En bleu extrait du document de l’OMM (WMO) Journée météorologique mondiale du 23 mars 2017 nouveau nuage Volutus homogenitus homomutatus– En vert extraits du document de l’OMM (WMO) Journée météorologique mondiale Climat et Eau trois ans plus tard, le 23 mars 2020

En bleu extrait du document de l’OMM (WMO) Journée météorologique mondiale du 23 mars 2017 nouveau nuage Volutus homogenitus homomutatus– En vert extraits du document de l’OMM (WMO) Journée météorologique mondiale Climat et Eau trois ans plus tard, le 23 mars 2020

23 mars 2020 Journée météorologique mondiale climat et eau

« Genève, le 23 mars 2020 – L'une des principales répercussions du changement climatique concerne l'eau, ce qui a des conséquences sur le développement durable et la sécurité. Pourtant, alors que la hausse des températures est étayée par des informations coordonnées au niveau international, les données sur les ressources en eau sont fragmentaires et incomplètes.  

Cette année, la Journée mondiale de l'eau et la Journée météorologique mondiale sont donc toutes deux consacrées au climat et à l'eau. L'un des messages sous-jacents de ces Journées est que nous ne pouvons pas gérer ce que nous ne surveillons ni ne mesurons – un message qui est malheureusement devenu trop familier avec la pandémie de COVID-19. …/… En réunissant ces deux Journées internationales, célébrées respectivement les 22 et 23 mars, l'objectif est de donner une plus grande visibilité à l'eau dans les débats sur le climat. »

 

Count every drop - Cuenta cada gota

Compte chaque goutte anthropique !

الحفاظ على كل قطرة ماء - 测每一滴 - беречь каждую каплю

D’une part le consensus en vigueur, scientifique, médiatique, politique et même citoyen, a imposé le bilan carbone fossile comme mesure incontournable privilégiée de l’action contre le changement climatique.

D’autre part « l'une des principales répercussions du changement climatique concerne l'eau, les données sur les ressources en eau sont fragmentaires et incomplètes, nous ne pouvons pas gérer ce que nous surveillons ni ne mesurons, l'objectif est de donner une plus grande visibilité à l’eau dans les débats sur le climat », affirme l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM – WMO), et l’eau, tous les climatologues vous le confirmeront, sous forme de vapeur ou de nuages est la principale composante de l’effet de serre.

Compter chaque goutte anthropique est aussi simple que de compter le gaz carbonique anthropique car ce sont les deux produits de la combustion des hydrocarbures.

HydroCarbure (Hydrogène et Carbone)  + Oxygène à H2O (eau) + CO2 (gaz carbonique)

Il suffit d’ajouter une ligne de calcul au logiciel d’évaluation de la quantité de carbone anthropique pour obtenir instantanément la masse d’eau surnuméraire créée par la combustion des hydrocarbures.

Décision à prendre sans plus tarder pour donner un second souffle dans les débats sur le climat et en déduire l’évidente solution adéquate.

 

CYCLE DE L’EAU – Schéma OMM –  Coucher de soleil webcam Marseille Vieux-Port – Texte M. António Guterres, secrétaire général de l’ONU : « L’eau s’évapore de la surface de la planète vers l’atmosphère, où elle se condense en nuages qui se déplacent autour du globe. Ils libèrent ensuite de la pluie et de la neige, qui rapportent de l’eau fraîche aux fleuves, aux lacs et aux glaciers sur Terre. C’est ce qui maintient la vie sur notre planète. »

CYCLE DE L’EAU – Schéma OMM – Coucher de soleil webcam Marseille Vieux-Port – Texte M. António Guterres, secrétaire général de l’ONU : « L’eau s’évapore de la surface de la planète vers l’atmosphère, où elle se condense en nuages qui se déplacent autour du globe. Ils libèrent ensuite de la pluie et de la neige, qui rapportent de l’eau fraîche aux fleuves, aux lacs et aux glaciers sur Terre. C’est ce qui maintient la vie sur notre planète. »

Le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres a déclaré dans un message que le climat et l’eau sont inextricablement liés, que le climat est le moteur du cycle hydrologique qui, à son tour, définit notre climat, que le cycle de l’eau était souvent tenu pour acquis… 

Ce qui revient à dire que le climat, distribution statistique des conditions de l’atmosphère terrestre dans une région donnée pendant une période donnée (définition Wikipédia), produit et transmet le mouvement (selon définition Larousse de être moteur) du cycle hydrologique.

Objectivement c’est l’énergie solaire qui met en mouvement les cycles naturels de l’eau. C’est donc du côté des variations des conditions de l’ensoleillement qu’il faut regarder pour bien comprendre par quoi le cycle de l’eau qui était souvent tenu pour acquis est aujourd’hui perturbé. Le mot « climat » n’étant devenu qu’un raccourci, un mot passe-partout, un bouc émissaire tel le pronom indéfini « on », pour tenter d’exprimer cela.

« La meilleure façon de marcher c’est encore la nôtre, c’est de mettre un pied d’vant l’autre et d’recommencer ! » : créer un déséquilibre, le rattraper, créer un déséquilibre, le rattraper, et perpétuellement recommencer.

Pas de déséquilibres zones ensoleillées, zones ennuagées dans le schéma CYCLE DE L’EAU de l’OMM et donc une aberration fonctionnelle des cycles de l’eau, locaux, régionaux, globaux. Peut-être ce schéma au fléchage extérieur illustre-t-il la moyenne climat global, un cycle de l’eau planétaire purement théorique ? Subliminalement on peut y percevoir aussi un ensoleillement anormal au pôle nord, la disparition des saisons, une alternance de sécheresses (le temps de former le continuum nuageux) et d’inondations (le temps que précipite ce monstrueux couvercle).

A noter les étranges ressemblances entre le schéma global et la photo locale.

 

« Les paramètres hydrologiques des inondations et des sécheresses représentent certains des plus grands défis et menaces auxquels le monde est confronté. » Extrait du document de l’OMM (WMO) Journée météorologique mondiale Climat et Eau du 23 mars 2020 – schéma cycle de l’eau Wikipédia avec présence des nuages surnuméraires invasifs, perturbateurs des cycles naturels de l’eau

« Les paramètres hydrologiques des inondations et des sécheresses représentent certains des plus grands défis et menaces auxquels le monde est confronté. » Extrait du document de l’OMM (WMO) Journée météorologique mondiale Climat et Eau du 23 mars 2020 – schéma cycle de l’eau Wikipédia avec présence des nuages surnuméraires invasifs, perturbateurs des cycles naturels de l’eau

23 mars 2020 Journée météorologique mondiale climat et eau

« L'OMM s'est engagée à réaliser huit ambitions à long terme dans le domaine de l'eau »

parmi lesquelles : « • Les crues ne prennent personne au dépourvu - • Les populations sont préparées à faire face à la sécheresse - • Des données de qualité viennent appuyer les recherches scientifiques »

 

Every drop counts - Cada gota cuenta

Chaque goutte homogenitus compte.

كل قطرة ماء لها أهميتها - 滴滴当珍惜 - Каждая капля на счету

 

Nuages homogenitus : nuages qui se forment consécutivement à des activités humaines, soit à partir d’eau issue du cycle naturel de l’eau (ex. cumulus qui apparaissent au-dessus des tours de refroidissement des centrales électriques et dont chaque goutte peut précipiter en pluie ou neige), soit à partir de l’eau produite dans la combustion des hydrocarbures, notamment le kérosène. A noter qu’un moteur à hydrogène équipant des avions générerait également des nuages homogenitus par rejet d’eau dans le grand froid de la haute altitude.

Pour abonder dans le sens des ambitions de l’OMM il est à souhaiter :

• que les crues, la grêle, les tornades sous volutus ne prennent personne au dépourvu

De l'eau, des poussières et de la glace homogenitus produites dans les couloirs aériens les plus fréquentés peuvent s’agglomérer tout en perdant de l’altitude et finir par former un nuage homomutatus tout en longueur qui dans sa forme la plus spectaculaire est encore souvent mentionné sous le nom d’arcus alors que l’appellation officielle depuis le 23 mars 2017 est volutus. Les parapentistes se plaisent à profiter de ses ascendances lorsqu’il en est au stade de rue de cumulus. Depuis 2007, pour en décrire plus facilement l’origine et l’ensemble des stades de son évolution j’emploie le terme d’aviocorde.

Dans certaines conditions chaque goutte d’un volutus peut précipiter en « décoratives » virgas ou en très violents flumen de pluie ou de grêle accompagnés d’impétueux vents tourbillonnants voire de tornades.

Pris au dépourvu les responsables locaux des territoires sinistrés espèrent encore une reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle qui en métropole est refusé pour les tornades. Une large médiatisation de l’origine, la présence grandissante et la dangerosité des volutus permettrait aux victimes et aux assureurs de se retourner vers les avionneurs et les compagnies aériennes en vue d’une meilleure indemnisation. Si le silence perdure, des plaintes dévastatrices finiront par mettre en cause Météo France, la Direction du Transport Aérien, le ministère de la Transition écologique et solidaire, et l’OMM.

• que Les populations sont préparées à faire face à la sécheresse persistante sous voile élevé de nuages homogenitus homomutatus

L’expansion horizontale des traînée d’avions par les vent d’altitude est reconnue sous l’appellation nuages cirrus homomutatus à laquelle je préfère « aviocirrus ». Ils ne sont que la partie visible de l’iceberg, de l’arbre qui cache la forêt. En fait s’organise un voile global homogenitus (généré par l’homme) homomutatus (qui a échappé à l’homme) dont chaque goutte contribue à former le toit de la serre qui nous enferme, à fournir une lumière déroutante pour les abeilles et à accentuer la durée et l’intensité des sécheresses en gênant l’établissement et la circulation des cycles naturels de l’eau. Préparer les populations à réagir à ces sécheresses en partie anthropiques nécessite que Météo France cesse de mentionner subjectivement ce voile homomutatus par des expressions telles « Un voile de fin nuages d’altitude ne gênera pas l’impression de beau temps. » ou « Nous bénéficions d’une agréable luminosité avec un soleil tout juste légèrement voilé.».

• que des données de qualité viennent appuyer les recherches scientifiques 

La qualité de la banque de données c’est la base de toute étude scientifique. Concernant les spectaculaires volutus, l’affaire est entendue, ils ont un nom officiel, ils existent. Reste à tout un chacun de percevoir la présence de ces nuages homogenitus, même sous une forme larvée ou fragmentaire. Pour cela, tranquillement et régulièrement, repérer dans son environnement familier, dans les photos souvenir de son téléphone, en arrière-plan des journaux télévisés, ou de webcams* les nuages ou morceaux de nuages longs et raides, apparaissant régulièrement au même endroit plus ou moins haut, plus ou moins bas, pouvant se croiser, se superposer, stationnaires dans le vent, présents par ciel clair comme sous ciel gris, lors des orages ou des tornades.  Puis réaliser que chaque goutte qu’ils contiennent est une atteinte silencieuse à la bonne marche des cycles naturels de l’eau, une bombe à retardement pour les personnes et les biens. La solution pour leur disparition est désormais plus politique et technique que via la recherche scientifique.

* exemples en Savoie http://www.aliantux.net/wcam/index.htm ou à Marseille http://pv.viewsurf.com/id/504

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Planète Avionie, les changements climatiques au quotidien
  • : La nature nous alerte en silence. Parfois le manque de mots ça agace!!! Mais les signes sont tenaces, le dérèglement climatique est installé, de plus en plus large, intense et rapide. Là, juste sous nos yeux, ouvrons-les bien grands, tout de suite, sans craindre de comprendre.
  • Contact

Profil

  • Jacques Fabry
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.
  • Je vis au grand air, dans les grands espaces et j'aime ça. Je ne suis pas riche mais étais certain qu'au moins "le ciel appartient à tout le monde". Jusqu'au jour où nuages, neige, petites bêtes, plantes et animaux m'ont montré le contraire.

Il y a déjà trop d'avions

Sur terre on ne touche pas impunément à l'eau et à la lumière.

Recherche

Quand la lumière ne fut plus.

Aménagements climatiques

Réchauffement climatique

Dérèglement climatique

Bouleversement climatique

Disparitions climatiques

Uniformatisation climatique

Sans plus de commentaires pour le moment, mais je n’ai pas choisi ces mots au hasard.

 

J’ai essayé de montrer, de convaincre les responsables, c’était un peu tôt. J’y ai laissé trop d’énergie mais ils sont informés.

 

Je vais continuer par petites touches à photographier et afficher ce qui se passe sous nos yeux. J’espère que nous serons de plus en plus nombreux à accepter de regarder l’évidence et que nous serons entendus avant que la brusque extinction du plancton, des plantes, des animaux et des hommes actuels ne se produise, bien avant 2050.

 

POUR EVITER L’IRREMEDIABLE, LE PLUS URGENT EST DE DIMINUER IMMEDIATEMENT ET CONSIDERABLEMENT LE TRAFIC AERIEN MONDIAL.

 

Dure réalité, mais moins compliquée et moins coûteuse que la crise économique  générale qui nous attend, dès les prochains mois, si nous continuons à bouleverser l’eau et la lumière à la surface de la terre.

 

Je peux, à la demande, expliquer plus en détails, chacune de mes affirmations, et serais même tranquillisé qu’on me prouve que j’ai tord. N’hésitez pas à laisser un commentaire au bas des articles ou à me contacter directement avec le lien « contact » tout en bas de chaque page.

cielnature

Ils savent

la cause principale unique et 
ses multiples conséquences
www.eauseccours.com/article-16251978.html

Reponses-officielles.jpg
 

Liens